L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections provinciales 2012
>  Archives
Et si ça explosait?
16/3/2017
0 commentaire (s)

Contre le terrain, pas contre la caserne!
16/3/2017
0 commentaire (s)

Caserne des pompiers: est-ce normal?
16/3/2017
0 commentaire (s)

Avant de commettre l'irréparable
16/3/2017
1 commentaire (s)


Archives      


Cinq règlements d'emprunts passent le test de la tenue de registre
Rémi Tremblay  ( 10/3/2017 )

Lundi, les citoyens de Lac-Mégantic ont scellé le sort de cinq règlements d’emprunts totalisant 8,2 millions de dollars, dont le plus questionné, celui permettant la construction d’une nouvelle caserne de pompiers. La tenue de registre, qui s’est déroulée de 9h à 19h au local du greffe, a permis à 114 Méganticois d’apposer leur signature au document demandant la tenue d’un référendum sur l’emprunt de 4,3 M$ pour la réalisation des travaux. Un règlement qui a passé le test, puisqu’il fallait 500 signatures pour obliger les autorités municipales à soumettre le projet au jugement populaire.

Deux règlements d’emprunts se rapportant à des travaux de réfection des rues Papineau et St-Édouard, un autre à des travaux de réhabilitation des sols sur un terrain du centre-ville et un quatrième faisant référence à des dépenses courantes d’immobilisations n’ont pas été contestés.

Le seul à faire l’objet de l’intérêt de la population ce jour-là a été celui concernant les travaux de construction d’une nouvelle caserne d’incendie. Dans le corridor de l’hôtel de ville menant au local du greffe, beaucoup d’agitation. Plusieurs citoyens venus dans l’intention de signer ont rebroussé chemin après avoir obtenu des réponses à leurs questions. Un autre aurait même rayé son nom du registre, après avoir été rassuré par des membres de l’hôtel de ville. Un procédé qui n’a pas fait l’affaire de tout le monde.

«Ce qui me déçoit, c’est que la population n’a pas été consultée. Si on ne trouve pas ça logique de mettre une caserne à côté d’une voie ferrée, on pouvait exprimer sa dissidence en allant signer le registre. Une fois entré dans le bureau, je me suis fait dire: si vous signez, on n’aura pas la subvention! Moi je dis, tu ne peux pas influencer le citoyen à l’intérieur du local où se tient la tenue de registre!» Ce commentaire d’un propriétaire de résidence sur le chemin Baie-des-Sables est corroboré par d’autres signalements. «L’intervention et la présence du maire Jean-Guy Cloutier, ou de tout autre employé de la Ville (sauf le greffe) ou élu, pendant la signature des registres, est illégale en vertu de la loi sur les élections et référendums dans les municipalités», a commenté l’homme derrière le Carré Bleu Lac-Mégantic, Jonathan Santerre.

Le site choisi pour la construction de la future caserne à incendie, entre le Musi-Café et la voie ferrée, le long de la rue Komery, rejoint toutefois les attentes des pompiers. Le directeur du Service de sécurité incendie, Denis Godin, convient que du simple point de vue stratégique, le terrain convoité répond le mieux aux attentes en terme de temps de réponse des intervenants et d’accessibilité pour les citoyens.

«Dans l’étude qui a été faite au niveau du temps de réponse, on parle de quelques minutes de différence à comparer avec d’autres sites, dont le parc industriel. Pour nous, les pompiers, c’est très concluant!»

Selon Denis Godin, l’emplacement au centre-ville permet une intervention dans les limites de Lac-Mégantic à l’intérieur d’un délai de 10 minutes pour la première équipe à arriver sur les lieux. L’accessibilité de la caserne est un autre point qui milite en faveur de l’emplacement choisi. «Dans le parc industriel, on se serait retrouvé là aussi juste à côté d’une voie ferrée. Au niveau du parcours des véhicules, le temps aurait été plus long.»

L’accessibilité est un élément important, insiste-t-il. «Il n’y a pas une semaine où on ne reçoit pas du monde. Pour des demandes de renseignements, l’octroi de permis de feu à Marston et Frontenac, et la visite de la caserne à des enfants. D’où l’importance d’une caserne facilement accessible.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage