L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
20 septembre
Bingo
21 septembre
Les Cowboys fringants
28 septembre
Claud Michaud
18 octobre
Bingo
15 novembre
Bingo
Besoin de créateurs d’emploi
7/9/2018
0 commentaire (s)

Enlever le mal à la racine!
6/9/2018
0 commentaire (s)

Croissance: solution ou problème?
4/9/2018
0 commentaire (s)

Deux oublis réparables
30/8/2018
1 commentaire (s)

Voie de contournement: que nous cache-t-on ?
30/8/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Denis Roy (Archives-L’Écho)
Le conseiller Denis Roy accusé d'agression sexuelle
Rémi Tremblay  ( 21/6/2018 )

Aujourd’hui, jeudi, au palais de justice de Lac-Mégantic, le conseiller municipal Denis Roy, a présenté par la voix de son avocate Me Julie Beauchemin, un plaidoyer de non-culpabilité à une accusation d’agression sexuelle.

Dans la dénonciation produite à la Chambre criminelle, on y lit que l’inculpé «le ou vers le 26 janvier 2018, à Lac-Mégantic, a agressé sexuellement (le nom de la victime fait l’objet d’une interdiction de publication) commettant ainsi l’infraction punissable sur déclaration sommaire de culpabilité prévue à l’article 271b du Code criminel.» L’individu s’est présenté au poste de la SQ de la MRC du Granit le 13 juin pour les procédures d’identification. Il s’est alors engagé à comparaitre en cour le 21 juin. Il est passible d’une peine d’emprisonnement maximale de 18 mois.

Élu conseiller municipal du district Fatima le 5 novembre 2017, M. Roy a déjà occupé le poste de directeur général de la Ville de Lac-Mégantic entre 1981 et 1987. Homme d’affaires bien connu, il a présidé pendant plusieurs années le conseil d’administration de la Caisse Notre-Dame-de-Fatima.

À quelques heures de son départ en mission pour la France, la mairesse Julie Morin a préféré ne pas commenter. «Nous n’émettrons aucun commentaire par respect pour les personnes impliquées», a-t-elle confié à l’Écho. La Ville a émis une courte déclaration à l’effet qu’aucune entrevue ne serait accordée. La Ville se tournera vers ses conseillers juridiques pour la suite des choses.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage