L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
De la grande visite!
9/8/2018
0 commentaire (s)

Merci monsieur Ghislain Bolduc!
3/8/2018
0 commentaire (s)

Pas d'École Freinet pour Piopolis!
2/8/2018
0 commentaire (s)

Rendez-vous sous le signe de la tendresse
3/7/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Le centre-ville à reconstruire sera libéré, le 30 juin, de toutes réservations. Bienvenue aux investisseurs, adresse la mairesse Julie Morin.
Projet d'hôtel: toujours pas de promoteur
Rémi Tremblay  ( 29/6/2018 )

Retour à la case départ pour le choix d’un promoteur hôtelier. La Ville de Lac-Mégantic libère au 30 juin tous les terrains déjà réservés au centre-ville et ouvre grand les portes aux investisseurs prêts à aller de l’avant. «On ouvre les portes, on simplifie les procédures: bienvenue aux investisseurs sérieux! On a besoin d’un projet solide», insiste la mairesse Julie Morin.

En séance publique, le 19 juin, Julie Morin a annoncé que la Ville annulait l’appel de projets lancé en mai, les aviseurs légaux ayant jugé non conformes les deux seules propositions soumises avant la date limite. Les projets de Masterbuilt Hotel et de la compagnie à numéro 9380-1215 Québec ne rencontrent pas tous les critères exigés.

«On remédie à l’appel de projets, par contre on veut continuer de travailler avec les gens intéressés de gré à gré. Les deux promoteurs sont hyper intéressés et ils ont des visions très différentes. Mais ils n’étaient pas prêts à s’engager officiellement à acheter le terrain demain matin. On a besoin d’un projet solide», insiste la mairesse.

L’appel de projets a suscité l’intérêt de huit différents promoteurs, mais seulement deux d’entre eux, la chaine Masterbuilt Hotel et la compagnie à numéro 9380-1215 Québec ont déposé un projet avant la date limite de dépôt.

«Les deux projets répondaient aux principaux critères établis, un hôtel de 60 chambres classé 3 étoiles, mais c’est au niveau technique que le problème se posait.» Pour s’assurer d’avoir le meilleur projet pour la ville, la Ville reprend la démarche autrement, cette fois en assouplissant le processus tout en maintenant la chaine de coordination. C’est le bureau de la reconstruction qui reçoit les promoteurs et s’assure de faire la liaison avec le Service d’urbanisme et les organismes de développement économique du milieu, dont la SADC et la SDEG, pour le montage d’un plan d’affaires.

«Les réservations de terrain, cela a toujours été lourd. On repoussait les échéanciers. Les anciens conseils avaient sans doute de bonnes raisons de le faire à la base. Dès le 30 juin, tous les terrains libres du centre-ville seront libérés de leur réservation. Tout investisseur qui veut faire l’acquisition d’un terrain pourra le faire, tout en respectant le zonage. Il y a peut-être des promoteurs potentiels qui n’ont pas soumis de projet parce que le terrain convoité était déjà réservé.»

Tout éventuel acheteur de terrain aura un temps déterminé pour le construire: 18 mois dans le cas d’un hôtel, et un délai plus court pour la construction d’une résidence. Sinon, la Ville rachète le terrain en retenant 30% de sa valeur ou un maximum de 30 000$.

«Il faut simplifier les choses, insiste Julie Morin. On aurait bien aimé annoncer un projet mais les investisseurs avaient besoin d’un peu plus de temps pour faire l’analyse de leur projet. Il faut les laisser travailler. On a testé le marché, donc on sait que deux promoteurs sont vraiment intéressés. On leur a dit : mettez-vous à la tâche, solidifiez votre projet et revenez nous voir.»

Dans la décision du conseil municipal de recommencer le processus, même la vocation du terrain situé à l’intersection de Thibodeau et du boulevard des Vétérans n’est plus sauvegardée. «Il demeure zoné commercial, c’est tout. On ne change pas le zonage, on enlève les barrières. À la base, on veut développer le centre-ville, on veut qu’il y ait un hôtel pour répondre au besoin d’hébergement et nous avons besoin d’augmenter l’assiette fiscale.»

.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage