L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Une foule de souvenirs
16/11/2018
0 commentaire (s)

Avez-vous signé le Pacte?
15/11/2018
0 commentaire (s)

Youpi! c’est ma semaine
8/11/2018
0 commentaire (s)

Un sombre héritage pour le Canada
26/10/2018
0 commentaire (s)

Lettre ouverte au Premier ministre
25/10/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Sylvain Dodier, candidat du Parti vert du Québec dans Mégantic.
Sylvain Dodier, partisan de la proximité
Claudia Collard  ( 11/9/2018 )

Penser globalement pour agir localement. Une devise qui résume la vision de Sylvain Dodier. En tournée dans la circonscription le 30 août, celui qui défendra les couleurs du Parti vert du Québec (PVQ) dans Mégantic porte certes les valeurs de sa formation politique. Ce qui ne l’empêche pas, sur le plan individuel, de prendre des engagements dès maintenant auprès de la population. Dont celui de verser 25% de son salaire aux organismes communautaires du comté s’il est élu député.

«Le communautaire, c’est la colonne vertébrale du comté. Selon moi, tout député devrait siéger dans les CDC (Corporation de développement communautaire) de son comté. Pas comme décideur mais comme observateur, pour entendre ce que les gens ont à dire être en lien direct avec les réalités du milieu», partage celui qui mène une carrière artistique en plus d’être un militant des milieux communautaires et syndical et pour la défense des droits des personnes LGBTQ+.

Toujours dans l’éventualité où il est porté au pouvoir, Sylvain Dodier souhaite la création d’un «site internet du député» où se retrouverait l’agenda journalier et qui se voudrait le trait d’union de tous les services de la circonscription. Il aurait trois bureaux de comté, dont un à Lac-Mégantic, chacun prenant la forme d’«une petite ruche citoyenne, un espace d’initiative où le matériel (comme le photocopieur) serait à disposition de tous. Ce qui m’intéresse c’est d’être très près des gens», explique le candidat vert, qui souhaite aussi la formation d’un comité intergénération, rejoignant à la fois les 18-24 ans et les 65 ans et plus, «deux groupes souvent mis de côté dans la prise de décisions.»

Si la plate-forme du PVQ ressemble à prime abord à celle de Québec solidaire, des éléments majeurs distinguent ces deux entités politiques, fait remarquer M. Dodier. «Le Parti vert est un parti fédéraliste et, contrairement à QS, nous sommes contre les subventions pour l’achat de voitures électriques, car c’est de l’argent qui va aux compagnies qui produisent aussi des véhicules très polluants et non au citoyens. On dit oui aux voitures électriques et au déploiement de bornes de recharge mais on préconise plutôt que cet argent-là soit investi directement dans le transport en commun, qu’on veut complètement gratuit.»

Le PVQ est par ailleurs en faveur d’une taxe sur l’essence, modulée en fonction de la consommation et moins élevée en région qu’en ville, où le transport en commun est facilement accessible. En matière de transition énergétique, Sylvain Dodier considère que le projet de microréseau mené au centre-ville de Lac-Mégantic mériterait d’être bonifié par l’utilisation «de batteries au sodium, non polluantes et fabriquées ici, mini-éoliennes, géothermie, toits verts. Les endroits dans le monde où le système fonctionne sont ceux où on combine tout ça ensemble.»

Oui, dit M. Dodier, il est possible de faire à la fois du développement économique et de la décroissance en faveur de la planète «en subventionnant les petites entreprises locales qui font du recyclage, de la réparation. Il faut interdire l’obsolescence programmée, ce qui permettrait le développement d’une toute une autre forme d’économie. Il faut aussi une immigration beaucoup plus intégrée pour combler la pénurie de main-d’œuvre, reconnaître les diplômes.» Il martèle que le gouvernement doit davantage soutenir des initiatives comme la production de légumes biologiques. «Ça suffit de demander aux gens de se responsabiliser sans leur donner les moyens de se responsabiliser! Acheter bio ne devrait pas coûter trois fois plus cher; tous devraient pouvoir avoir accès à ces produits.»

Peu importe l’issue de la présente campagne, ce résident de Saint-Isidore-de-Clifton entend continuer à militer pour une société plus juste. «L’équipe du Parti vert est extraordinaire. Il y a beaucoup de jeunes allumés, mon chef (Alex Tyrell) a 30 ans, il est hyper brillant. C’est très stimulant», partage le candidat dont l’équipe de campagne est composée de gens de toutes allégeances politiques.



   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage