L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
20 septembre
Bingo
21 septembre
Les Cowboys fringants
28 septembre
Claud Michaud
18 octobre
Bingo
15 novembre
Bingo
La bourse ou la vie?
20/9/2018
0 commentaire (s)

Besoin de créateurs d’emploi
7/9/2018
0 commentaire (s)

Enlever le mal à la racine!
6/9/2018
0 commentaire (s)

Croissance: solution ou problème?
4/9/2018
0 commentaire (s)

Deux oublis réparables
30/8/2018
1 commentaire (s)


Archives      


Carte de la MRC du Granit identifiant la frontière canado-américaine, où devra passer la future ligne électrique haute tension d'Hydro-Québec.
La future ligne électrique traversera la MRC du Granit
Rémi Tremblay  ( 12/9/2018 )

Depuis quelques mois, Hydro-Québec multiplie les rencontres notamment avec l’UPA et différents organismes, dont le monde municipal, afin de les familiariser avec le projet d’une ligne électrique haute tension entre Thetford Mines et le Maine, dont le tracé n’est pas encore définitivement arrêté. Prochaine étape de la démarche, une période de consultations publiques auxquelles la population sera conviée cet automne.

«Notre démarche d’élaboration d’un tracé de ligne se réalise en différentes étapes qui, elles, se déroulent sur plusieurs mois, convient Lynn St-Laurent, au bureau des relations avec les médias chez Hydro-Québec. Les variantes de tracé sont élaborées selon une démarche environnementale qui tient compte du type de milieu traversé, des contraintes techniques, environnementales et des éléments sensibles.»

Seule certitude pour l’instant, la ligné électrique traversera la frontière quelque part entre Saint-Robert-Bellarmin et Lac-Mégantic. «Au final, nous prenons compte de l’ensemble des éléments, notamment les préoccupations et attentes du milieu, pour optimiser les tracés proposés et retenir celui de moindre impact», poursuit la responsable.

Hydro-Québec échangera avec l’ensemble des organismes, propriétaires et citoyens concernés ou intéressés par le projet et tentera d’adapter «du mieux possible» le projet aux réalités du milieu.
Dans le calendrier de la Société d’État, les études d’avant-projet vont s’étendre jusqu’à l’été 2019. «Après la démarche d’autorisations gouvernementales, la construction est prévue entre le printemps 2021 et l’automne 2022, pour une mise en service à l’automne 2022.

Interrogé sur ce projet d’Hydro-Québec lors de son passage à Lac-Mégantic le 30 août, le premier ministre Philippe Couillard a dit croire que l’acceptabilité sociale serait au rendez-vous. «Dans le Maine, le gouverneur de l’État et les autres intervenants sont très favorables au projet. Ça va bien, je n’ai pas trop d’inquiétude.»

Encore trop tôt pour parler d’expropriation le long du tracé. «Sachez qu’Hydro-Québec tente toujours d’éviter ce scénario. Dans la présente situation, il est beaucoup trop tôt pour évoquer une telle possibilité. D’ailleurs, dans 98% des cas, nous nous entendons de gré à gré avec les propriétaires concernés», de conclure la porte-parole.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage