L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Une foule de souvenirs
16/11/2018
0 commentaire (s)

Avez-vous signé le Pacte?
15/11/2018
0 commentaire (s)

Youpi! c’est ma semaine
8/11/2018
0 commentaire (s)

Un sombre héritage pour le Canada
26/10/2018
0 commentaire (s)

Lettre ouverte au Premier ministre
25/10/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Jacques Perreault (père d’Olivier), Johanne Riopelle (présidente du Comité culturel de Piopolis), le boursier Olivier, l’enseignant en musique Alexandre Mongeon, le boursier William, Josée Desroches (mère d’Olivier), Ricky Bolduc (père de William), Roger Desbiens (président de la Fondation Festival du lac Massawippi) et Catherine Demange, enseignante de musique à Piopolis, dont deux élèves recevront une bourse cette année.
Des bourses pour des étudiants en musique
Claudia Collard  ( 13/9/2018 )

Depuis 2015, des bourses sont attribuées à des étudiants en musique, permettant à ces jeunes au talent prometteur d’acquérir leur propre instrument. Pas moins d’une dizaine d’entre eux bénéficieront cette année de ce programme offert par le Comité culturel de Piopolis grâce au soutien financier de la Fondation Festival du lac Massawippi. Un enrichissement à la richesse culturelle du milieu, ont laissé entendre les intervenants présents au lancement de cette quatrième édition, le 31 août à la polyvalente Montignac.

Chaque année, les boursiers choisis «ont le désir profond de continuer dans leur instrument, sur le territoire de la MRC et même au-delà», partage Johanne Riopelle, présidente du Comité culturel de Piopolis. Depuis l’existence du programme sur le territoire granitois, près de 15 000$ en bourses auront été attribués à 34 étudiants, incluant l’enveloppe de 4000$ que se partageront dix élèves cet automne.

À la suite de la disparition du Festival du lac Massawippi, les quelque 250 000$ se trouvant dans les coffres de l’événement ont servi à la création de la Fondation, dont les revenus de placement permettent de remettre environ 20 000$ par année à des jeunes estriens passionnés de musique.

Président de la Fondation en plus d’être un fondateur du Festival du lac Massawippi puis du Festival Saint-Zénon de Piopolis, Roger Desbiens considère que les bienfaits de la musique sont multiples. «On pense que la musique peut influencer de près ou de loin le système immunitaire. Or, on sait que le système immunitaire, c’est la clé de voûte pour le mieux-être», partage celui qui a notamment étudié la musicothérapie en Pologue et en Suisse, souhaitant que les récipiendaires puissent disposer de l’instrument «capable de rendre le mieux possible leurs émotions».

Alexandre Mongeon, qui effectue sa 10e rentrée à titre d’enseignant en musique à la polyvalente Montignac, est bien placé pour voir naître et s’exprimer passion et talents musicaux. «Nous nous assurons d’être des passeurs significatifs pour nos jeunes en célébrant leur dévotion pour la musique. Leur talent assure une perpétuité à la musique, ce qui contribue à la richesse culturelle du Granit.»

Un récipiendaire de l’an dernier, William Bolduc, a pu se procurer son propre saxophone grâce au programme de bourses. «Quand c’est ton instrument, tu peux te permettre d’essayer des choses que tu n’oserais pas autrement; ça rend les pratiques encore plus intéressantes», partage celui qui compte suivre les traces de son frère Rémi (qui a obtenu une bourse pour l’achat d’une trompette), en poursuivant des études en musique au Cégep Saint-Laurent de Montréal. «Jouer sur un instrument qu’on a choisi, rend meilleur, pousse à se dépasser encore plus», a pu constater Ricky Bolduc, père de William et Rémi. Son conseil de parent: encourager la passion de son enfant et lui permettre de s’y épanouir.

La conférence de presse s’est terminée par une courte prestation à la flûte traversière d’Olivier Perreault, un autre boursier de l’an dernier. Son père, Jacques Perreault, a salué la contribution de l’enseignant Alexandre Mongeon pour le développement de cette nouvelle passion. «La musique apporte quelque chose de très significatif dans sa vie; je trouve ça formidable que l’école ait su lui inculquer ça.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage