L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
15 décembre
PHIL ROY, 15 décembre
Souriez, c'est gratuit
6/12/2018
0 commentaire (s)

Ça fait cher pour deux ou trois roches!
29/11/2018
0 commentaire (s)

Tout ça pour deux ou trois roches !
23/11/2018
0 commentaire (s)

Une foule de souvenirs
16/11/2018
0 commentaire (s)

Avez-vous signé le Pacte?
15/11/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Les candidats en compagnie des deux animatrices de la soirée. Stéphanie Girardeau (directrice de la Chambre de commerce), Robert G. Roy (PLQ), Gloriane Blais (PQ), François Jacques (CAQ), Andrée Larrivée (QS), Sylvain Dodier (PVQ) et Monique Lenoir (directrice de la CDC du Granit).
Tout le spectre politique bien défini!
Rémi Tremblay  ( 21/9/2018 )

Le débat électoral de mardi au Centre sportif Mégantic a permis de jauger la capacité de cinq des six candidats à se faire la lutte au poste de député de la circonscription de Mégantic. Une absence non remarquée, celle de Richard Veilleux du parti Citoyens au pouvoir! Les débatteurs n’en étaient pas à leur première joute oratoire. Une semaine plus tôt, ils avaient fait plus ample connaissance à East Angus, le fief du candidat libéral Robert G. Roy.

Le but de l’exercice: présenter des arguments, des visions, des programmes pouvant permettre d’élever le taux de participation à l’élection dans Mégantic, qui est passé de 74% à 71%, entre 2012 et 2014, et offrir différents scénarios sur comment changer votre monde en deux heures et 30 minutes.

Mais «changer pour quoi?», interviendra le libéral Robert Roy au cours de la soirée. Seul du groupe des panellistes à estimer que «le passé est garant de l’avenir» et que le gouvernement Couillard a été «solide» avec des budgets équilibrés durant ses quatre années au pouvoir, M. Roy s’est employé à défendre le bilan libéral même en santé, essuyant dans ce domaine les charges de son adversaire caquiste, François Jacques, qui n’avait pas du tout la même lecture de l’état de situation, après la mise en place de la réforme Barrette. «Notre réseau de santé est en train de perdre ce qui faisait sa marque, son humanité».

«La réforme Barrette a contribué à la perte de pouvoirs décisionnels et nuit à la participation citoyenne», a relevé de son côté Andrée Larrivée de Québec solidaire. Un gouvernement solidaire mettra fin aux mégastructures pour revenir à la mission première des CLSC, entre autres choses. Et un gouvernement caquiste, décentralisera des pouvoirs vers le territoire du CSSS Le Granit, promet-il.

Si les candidats de Québec solidaire et du Parti vert ne se font pas d’illusion quant à l’issue du vote du 1er octobre et leurs chances d’être élus, ils ont saisi la tribune offerte par la Chambre de commerce et la Corporation de développement communautaire pour présenter des plateformes basées sur une meilleure justice sociale et un monde plus vert.

Tous les partis croient aux régions. Certains plus que d’autres. Même discours sur la décentralisation des pouvoirs, sauf qu’en santé le gouvernement Couillard a laissé son ministre Gaétan Barrette tout centraliser au sein des centresuniversitaires intégrés. Mais, insiste le caquiste François Jacques, le pouvoir aux régions passe par la décentralisation. «Il faut revenir aux petites structures si l’on veut être capable de prendre soin du monde», partage Sylvain Dodier.

Derrière la table, face à une foule plus nombreuse que prévue, trois représentants de partis qui ont déjà été au pouvoir sauf le Parti vert et Québec solidaire. Laissant les autres se débattre dans les chiffres, les millions, les programmes et les subventions, la candidate solidaire et le candidat vert ont dépeint un monde idéal, avec des solutions aux problèmes de pauvreté et de soins de santé.

Une salle réceptive, un public à l’écoute. Parfois des applaudissements polis pour l’ensemble de l’œuvre présentée, des rires plus nourris pour Sylvain Dodier, qui gagne sans conteste l’étoile du match. L’homme, lui-même artiste, a livré les répliques les plus percutantes. Il veut devenir le premier élu Vert à l’Assemblée nationale, plus qu’un symbole pour une circonscription qui porte une empreinte environnementale de cette importance. Il est aussi le seul qui souhaite l’élection d’un gouvernement minoritaire: «Ce soir, peu importe ce qu’on peut vous dire, ce sont des propositions, ce sont des projets. Tant que le gouvernement n’est pas formé, personne peut vous garantir que ça va se passer ! Si le gouvernement est minoritaire, ce que j’espère, c’est à ce moment-là que la population a vraiment le pouvoir. Quand le gouvernement est minoritaire, il est obligé de faire avec les autres. Et quand on regarde les sondages qui sont sortis aujourd’hui, vous allez avoir du pouvoir, profitez-en!» Le premier élu vert qui provient de Lac-Mégantic donnerait 25% de son salaire de député aux organismes communautaires de son comté.

En immigration, son de cloche différent des autres partis, le Parti Vert se distingue: «Il faut augmenter de 20% le taux d’immigration au Québec. En Estrie il manque en moyenne de 2000 à 3000 travailleurs chaque année. Il faut aussi reconnaître les compétences.»

Face aux ambulanciers paramédicaux qui souhaitent l’abolition des horaires de faction pour des horaires «à l’heure», bonne écoute de la CAQ, du PQ, de Québec solidaire et du Parti vert, mais malaise libéral quand François Jacques a souligné le fait que «Ghislain Bolduc n’a pas cru bon de supporter les ambulanciers. Si on sauve une personne, on vient de payer le salaire des ambulanciers pendant 10 ans!»

Autres éclats de rires quand le très bien articulé Sylvain Dodier a souligné l’aberration : «Je ne comprends pas comment c’est possible qu’on ait des hélicoptères pour surveiller les champs de pot, c’est bon on n’aura plus besoin de les surveiller (légalisation du cannabis mi-octobre) ; il faut les prendre maintenant pour les mettre en santé.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     1 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vos commentaires
Martine Allard (2018-10-02 à 00:58)
Ce texte me fait découvrir les forces et les valeurs de Monsieur Dodier. Je décide donc de l'appuyer. 1ier octobre 17:56 je fais enfin un choix... :/. Un choix qui sera un coup d'épée dans l'eau et qui sans doute divisera le vote. Je sais que je vais sans doute aussi contribuer à un gouvernement. Je décide de voter selon mes valeurs.



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage