L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
20 décembre
Bingo
Pourquoi pas plus au nord?
13/12/2018
0 commentaire (s)

Dépossession tranquille
13/12/2018
0 commentaire (s)

Culture et agriculture
10/12/2018
0 commentaire (s)

Souriez, c'est gratuit
6/12/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Le bâtiment du boulevard Stearns ne répond plus aux normes actuelles de sécurité. L'espace est par ailleurs insuffisant pour y loger l'ensemble des véhicules, localisés pour l'instant dans trois endroits différents, soit le vieux garage municipal de la rue Milette et le site du ministère des Transports de la rue Laval, en plus de la caserne.
Nouvelle caserne incendie: échancier à définir
Claudia Collard  ( 22/11/2018 )

Aucun échéancier de réalisation n’est encore fixé concernant la future caserne incendie, dont le règlement d’emprunt de 4,3 M$ date du 21 février 2017. Des considérations légales, financières et environnementales font en sorte qu’il est d’ores et déjà établi que la construction du bâtiment, initialement prévue cet automne, ne pourra débuter au printemps 2019.

Dans un échange de courriels avec la Ville, il a été permis d’apprendre que les plans et devis sont en phase finale et que les travaux de caractérisation des sols sont toujours en cours, tout comme le processus d’acquisition du terrain. Signée en février dernier, la promesse de vente de cette propriété de la rue Komery appartenant à la compagnie ferroviaire Central Maine & Quebec (CMQ) faisait état d’une transaction d’environ 24 000$.

Concernant la contamination historique du site, la Ville poursuit ses démarches en vue d’obtenir la subvention gouvernementale qui permettrait de financer les travaux de réhabilitation. L’accès à des subventions dans le cadre des programmes post-tragédie faisait partie de l’argumentaire de la Ville en faveur de l’acquisition du terrain, cette forme d’aide financière n’étant pas accessible aux entreprises privées. C’est ce que faisait valoir la directrice générale de la Ville, Marie-Claude Arguin, dans une entrevue accordée à l’Écho en mars 2017. En séance d’information publique, le 20 février dernier, Mme Arguin précisait que le programme d’aide gouvernementale s’appliquait à l’intérieur d’un certain périmètre et pour un temps limité, pour des projets générant de l’activité économique. Selon elle, la future caserne présenterait un potentiel touristique et les commerces à proximité pourraient du même coup bénéficier de l’achalandage des visiteurs.

Une rencontre est prévue avant les fêtes avec les partenaires du projet afin de s’arrimer avec la subvention gouvernementale. Dans son courriel, la Ville assure que les élus municipaux ont toujours la volonté de réaliser le projet. Ce dernier impliquera par ailleurs une participation financière des municipalités de Frontenac, Piopolis et Marston, déjà desservies par le Service de sécurité incendie de la Ville.

L’exiguïté du bâtiment du boulevard Stearns et le fait que celui-ci ne réponde plus aux normes actuelles de sécurité ont entrainé la décision de construire une nouvelle caserne. Comme un agrandissement aurait entrainé la perte de plusieurs cases de stationnement, il a été convenu de trouver un autre endroit. Le choix du site de la rue Komery a fait l’objet de critiques de citoyens, notamment en raison de sa proximité avec la rivière Chaudière.

Selon la Ville, le terrain choisi présente l’avantage d’être situé non loin du lieu de résidence des pompiers de la brigade, qui demeurent à part égales des deux côtés de la rivière. Ce qui permet de répondre aux critères du schéma de couverture de risques, qui exige la disponibilité de 10 pompiers sur le lieu d’intervention en 15 minutes, délai incluant le passage à la caserne pour enfiler leur habit de protection et monter à bord du véhicule d’intervention. Le délai exigé à l’extérieur de la ville est de 25 à 35 minutes. En 2017, le Service de sécurité incendie a répondu à 89 demandes d’intervention sur le territoire de Lac-Mégantic, soit 61% de l’ensemble des interventions, comparativement à 16% à Frontenac, 5% à Marston et 9% à Piopolis.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     1 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vos commentaires
Mario Pouliot (2018-11-25 à 00:47)
Si je comprends bien, la nouvelle caserne se situerait en droite ligne d'un éventuel autre train qui déraillerait à-peu-près au même endroit que celui du 6 juillet 2013. Ce serait la cible parfaite pour un tel événement, toujours possible, tant que les trains passeront au centre-ville. Faut le faire! Construire une caserne de pompiers au centre-ville risque de nuire à la circulation dans le secteur le plus achalandé de la ville. Faire tout cela pour les touristes? Vous en connaissez des touristes qui visitent des casernes de pompiers? Quand tu en as vu une tu les as toutes vues. Choisir un lieu qui serait le centre géographique des lieux de résidence de notre brigade de pompiers me semble un peu farfelu car les membres de cette brigade vont changer d'année en année. Le lieu le plus approprié pour une caserne de pompiers serait, il me semble, le parc industriel, là où se fait la plupart des interventions. C'est trop simple comme idée. Il faut apparemment se compliquer les choses pour se croire génial en les solutionnant.



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage