L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
20 décembre
Bingo
Pourquoi pas plus au nord?
13/12/2018
0 commentaire (s)

Dépossession tranquille
13/12/2018
0 commentaire (s)

Culture et agriculture
10/12/2018
0 commentaire (s)

Souriez, c'est gratuit
6/12/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Nicolas Poix s’attaque à démystifier les trous noirs pour le grand public. (Photo Pierre Lebeau)
Les trous noirs, un sujet d'intérêt
Rémi Tremblay  ( 22/11/2018 )

Dans la salle de la Médiathèque Nelly-Arcan, les 55 personnes de tous âges venues entendre le vulgarisateur scientifique de l’ASTROLab du Mont-Mégantic, Nicolas Poix, ont les yeux fixés sur l’écran. Autant les astronomes amateurs que le grand public sont venus apprendre sur un phénomène de l’Univers connu depuis à peine quelques décennies, celui des trous noirs.

«C’est un concept quand même assez mystérieux pour la majorité des gens. Les trous noirs suscitent plus d’intérêt qu’il y a 20 ou trente ans.» Ce soir-là, le conférencier a bien conscience de la mission qu’il a acceptée: expliquer le concept en termes clairs et parler des instruments qui ont été développés pour les détecter. De la science-fiction à la réalité, la ligne est plutôt mince.

«Un trou noir, c’est une masse infinie dans un volume nul», lance-t-il en entrevue. Le phénomène a été confirmé en 2015 par les ondes gravitationnelles, soit un an après la sortie du film Interstellaire qui suit l’éprouvant voyage dans l’espace d’explorateurs terriens à la recherche d’une meilleure terre d’accueil pour la race humaine et qui se font littéralement aspirer par un trou noir à grande gueule baptisé Gargantua.

Il y a tant de domaines en astronomie qui évoluent rapidement dans ces années-ci qu’écouter une conférence de Nicolas Poix retient à son siège autant que de voir un bon film de pure science-fiction. «Par exemple, les exoplanètes qui sont au cœur même de la thématique de cette année du 40e anniversaire de l’Observatoire du Mont-Mégantic.» L’OMM participe à la chasse aux exoplanètes, mais pas à celle des trous noirs, qui sont plutôt l’affaire du grand projet Event Horizon Telescope, utilisant un réseau de 14 radiotélescopes disséminés à travers la planète.

Nicolas Poix prend plaisir à ces conférences grand public. Il a commencé en traitant des aurores boréales, dont il a pris de magnifiques photos depuis son poste d’observation, au cœur de la réserve internationale de ciel étoilé. Puis, il a raconté l’historique Mission Apollo, à Sherbrooke et bientôt en France. Son intérêt pour les trous noirs est nourri par ce qui devrait être bientôt révélé par l’interférométrie: «On devrait arriver à voir l’horizon des événements du trou noir», partage-t-il, un peu comme un enfant en extase devant un catalogue de jouets pour Noël.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage