L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir ?
28/6/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir?
27/6/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Le conseil municipal de Lac-Mégantic a statué: la construction de la future capitainerie sera réalisée par un promoteur privé.
Dossier capitainerie: la Ville se tourne vers le privé
Claudia Collard  ( 4/2/2019 )

C’est un modèle entièrement privé qu’a choisi la Ville pour la future capitainerie. Un appel de propositions sera lancé dans les prochains jours, avec comme scénario idéal une construction au cours de la présente année. La mairesse Julie Morin communique que les études de faisabilité et les plans préliminaires réalisés à ce jour seront remis au promoteur, qui pourra les utiliser s’il le souhaite.

Aucune obligation toutefois d’ériger un bâtiment zéro carbone, tel que le souhaitait l’OBNL responsable du projet Colibri. Par voie de communiqué, son président, Jean-Marc Gagnon, rappelle que l’ambition du projet «était d’être une vitrine, de participer à l’attractivité de Lac-Mégantic, de faire du sens suite à la tragédie en favorisant les énergies renouvelables. Notre satisfaction aujourd’hui est de constater que cette ambition se retrouve dans le projet global de relance de la Ville avec le microréseau, qui permet le développement d’un créneau en transition énergétique.»

La mairesse Julie Morin souhaite également que la future construction fasse partie du microréseau. Sa vitrine prendra toutefois forme «dans l’ensemble du centre-ville.» Concernant la capitainerie, la Ville procédera à un appel de propositions, suivi d’un échéancier très serré de réalisation. «On cherche un promoteur privé, qui sera le propriétaire du bâtiment. Le parc immobilier de la Ville est déjà immense, on a une équipe déjà surchargée au niveau de l’entretien des bâtiments. On a plusieurs projets publics, comme la caserne, Billots Sélect et l’Espace mémoire, qui demandent des ressources et du temps. On s’est donc permis de réévaluer le besoin des Méganticois, qui veulent que ce projet se réalise le plus vite possible», ajoute-t-elle.

Seules exigences pour le futur promoteur de la capitainerie, que la construction soit conforme au Plan d’implantation et d’intégration et architecturale pour ce secteur, à savoir un bâtiment signature, et comprenne un restaurant et des toilettes publiques, ces dernières étant à la charge de la Ville.

«Surtout pas un échec»

Lors d’un séjour en France réalisé en juin dernier où elle a rencontré les initiateurs du projet, Mme Morin a été à même de constater qu’en dépit de leur volonté d’y contribuer, des embûches fiscales ne leur permettaient pas de recueillir les dons annoncés au départ. « Ce n’est surtout pas un échec de leur part. Si on a des plans aujourd’hui c’est parce qu’ils les ont faits gratuitement», insiste la mairesse.

Même son de cloche du côté de Jean-Marc Gagnon, qui salue la contribution bénévole des administrateurs français du Colibri, Thierry Roche, Cédric Michel et Vincent Michel. «Ils n’ont reçu aucun honoraire et ont toujours pris en charge leur déplacement. Ces personnes d’exception ont toujours agi avec un grand dévouement. Je tiens également à souligner le dévouement de Fabienne Joly, chargée de projet dans ce dossier, qui a même emménagé avec sa famille pour s’impliquer dans la relance de Lac-Mégantic. Elle poursuit aujourd’hui son engagement au sein du Bureau de reconstruction, à titre de chargée de développement en transition énergétique.»

M. Gagnon rappelle par ailleurs que les fonds publics utilisés pour Le Colibri s’élèvent à 160 000$ jusqu’à présent, complétés par 42 000$ de subventions provinciales et 175 000$ du Fonds Municipal Vert pour les études et le fonctionnement. «On est loin du million…», tient-il à préciser. Pour le reste, le président de l’OBLN considère que la goutte d’eau déposée il y a quatre ans a eu un réel impact sur Lac-Mégantic, notamment en matière de transition énergétique. «En ce sens, Le Colibri a fait sa part!», conclut-il.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage