L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
19 décembre
Bingo 19 décembre
Un message de Soumaïla
12/12/2019
0 commentaire (s)

Lettre à mon ministre de l'Éducation
5/12/2019
0 commentaire (s)

Voie de contournement: une erreur!
2/12/2019
0 commentaire (s)

Plus jamais Mégantic!
27/11/2019
0 commentaire (s)

Ces bâtisseurs du filet social
23/10/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Les travaux d’aménagement de l’Espace de mémoire débuteront en juillet.
Sur la route de l'Espace de mémoire
Claudia Collard  ( 9/4/2019 )

Le comité citoyen Espace de mémoire poursuit ses rencontres régulières destinées à peaufiner le projet de l’installation qui prendra place au centre-ville, à l’ancien emplacement du Musi-Café. À ce jour, les plans sont à 30% complétés et l’échéancier indique un chantier qui débutera en juillet pour se terminer à l’automne. L’objectif, toujours le même, créer un lieu à l’image des Méganticois, propice au recueillement et au regard vers l’avant.

Décrétés à la dernière séance du conseil municipal, les travaux d’aménagement de l’Espace de mémoire ont nécessité un règlement d’emprunt de 458 980$ mais cette dépense sera entièrement remboursée par des subventions de la Croix-Rouge et de Développement économique Canada. Une précision qu’apporte la mairesse Julie Morin, rencontrée lundi en présence des membres du comité citoyen, qui planchent sur le projet depuis déjà 18 mois.

Le concept a été développé par l’architecte Jérôme Lapierre de l’atelier Pierre Thibault à partir des commentaires des membres du comité, eux-mêmes la courroie de transmission des souhaits émis par la population. Depuis sa première présentation publique, en novembre dernier, le projet a énormément bougé. Des images 3D montrent un site d’allure épurée, mettant en valeur «les roches qui parlent», enfouies dans le centre-ville avant la tragédie. En plus de la roche «unique», qui marquera l’emplacement du Musi-Café avant le 6 juillet 2013, une dizaine de roches minutieusement choisies prendront place dans la zone de déambulation, à l’intérieur d’un jardin sec garni de galets. L’autre zone, dite de «rassemblement», comprendra des gradins offrant une vue sur le lac et permettant de contempler le ciel étoilé. Mis de côté en raison de sa complexité de conception et d’entretien, le bassin sera remplacé par une rigole située entre les deux zones, qui recueillera les eaux de pluie. Pour le comité citoyen, il importait de conserver cette dimension de l’eau, source de vie et d’énergie.

Déplacées sur le terrain du garage municipal lors des travaux de décontamination, les roches se trouvant sous le sol du centre-ville auraient bien des choses à raconter si elles pouvaient parler. Une idée lancée en mai dernier par Liette Duquette, membre du comité. Et si c’était possible malgré tout? Une dizaine d’entre elles, de différentes grosseurs, choisies en fonction de leur texture et de leur couleur, viendront livrer leur témoignage dans l’Espace de mémoire. Ces roches porteront des mots. Des mots, inspirés de ceux recueillis sur des bandes de tissu dans l’espace temporaire aménagé l’été dernier dans le cadre du 5e anniversaire de commémoration de la tragédie. Inspirés aussi des réflexions partagées par les citoyens à la suite de la présentation publique de novembre dernier.

«L’idée, c’est d’atteindre un autre niveau, susciter la réflexion. De créer un lieu de recueillement, où les gens se sentent bien, où on pourra juste venir s’asseoir pour regarder le lac ou établir un lien avec un deuil personnel ou collectif», indique Mélanie Gagné, qui siège au sein du comité citoyen. «En fait, on y viendra pour différentes raisons, mais toujours dans un objectif à la fois humain et spirituel», laisse entendre Julie Morin.

Des arbres et du mobilier prendront aussi place dans l’Espace de mémoire, situé dans un axe reliant symboliquement la Croix lumineuse et l’église. Parce que même si ce lieu n’a aucune connotation religieuse, il s’agit de repères importants pour les citoyens d’une ville ayant dû composer avec les pertes humaines et physiques de la catastrophe.

Après 18 mois de partage d’idées et d’échanges riches en émotion, le comité Espace de mémoire peut se targuer d’avoir mené son projet à maturation. «C’est maintenant à la population de se l’approprier, comme elle l’a fait en plantant des fleurs au parc des Générations, en prenant des photos du Concerto...», transmet Serge Pelletier, responsable du Bureau de reconstruction, ajoutant que des activités seront possiblement tenues dans les prochains mois pour favoriser cette appropriation.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage