L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
21 novembre
Bingo 21 novembre
Ces bâtisseurs du filet social
23/10/2019
0 commentaire (s)

La sécurité ferroviaire: un cri du coeur
17/10/2019
0 commentaire (s)

Facile comme commentaire!
16/10/2019
1 commentaire (s)

Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)


Archives      


La candidate du Parti vert, Nicole Charrette, à l'écoute des élèves du Centre d'études collégiales de Lac-Mégantic.
Les jeunes préoccupés par les changements climatiques
Rémi Tremblay  ( 5/10/2019 )

Peu de chances que les jeunes votent pour quiconque ne croit pas à la science. Il a été surtout question des changements climatiques et de ses impacts sur les populations les plus vulnérables à la table «jeunes/environnement» lors du Speed dating électoral, au Centre d’études collégiales Lac-Mégantic, mardi soir dernier. Un groupe d’étudiants attendait plus que des réponses, plutôt que de véritables engagements de la part des quatre candidats de Mégantic-L’Érable invités à les séduire.

À la question principale «Quelles sont les mesures que vos formations politiques respectives s’engagent à mettre en place pour limiter et s’adapter aux changements climatiques», un éventail de réponses allant de la lecture intégrale et ardue de la plateforme du Bloc québécois à un cri du cœur pour le droit à un environnement sain, lancé par la candidate des Verts, Nicole Charrette. Pour les représentants des deux formations politiques susceptibles de gouverner le pays dès le 22 octobre au matin, minoritaire ou majoritaire, la libérale Isabelle Grégoire et le conservateur Luc Berthold, une démonstration que l’espoir d’un Canada avec zéro gaz à effet de serre, devra passer, dans les prochaines années, par une nécessaire transition aux énergies renouvelables.

Mission possible mais urgente, tranche Nicole Charrette. «Les cibles de réduction des émissions de dioxyde de carbone des conservateurs et des libéraux sont trop faibles. Un gouvernement vert adoptera une loi sur les changements climatiques pour une «émission 0» en 2050. Il faut que des règlements soient mis en place pour que les contrevenants aient à rendre des comptes. Le principe de précaution, notre société n’en a pas du tout. Il faut élaborer une stratégie nationale de l’eau et éliminer les plastiques à usage unique.»

Visiblement moins à l’aise avec sa matière, la candidate bloquiste Priscilla Corbeil a martelé le message du Bloc dans cette campagne : non au projet Énergie Est. «Le pétrole qui provient des Etats-Unis est quelque chose de plus propre», a-t-elle dit, revenant sur la nécessité d’une commission d’enquête publique pour faire la lumière sur les circonstances de la tragédie de juillet 2013 et l’électrification des transports. «Nous soutenons la péréquation verte. Ceux qui polluent le plus vont payer plus, les bons, les plus performants, vont gagner.»

«Le Parti libéral du Canada présente un plan clair pour répondre aux changements climatiques, assure Isabelle Grégoire. On a mis un prix sur la pollution et des mesures en place pour assurer la transition énergétique. Nous allons avoir un avenir plus vert.» Pourquoi ne pas juste s’opposer aux pipelines, demandent les participants. «La transition vers les énergies renouvelables n’est pas finie. On se doit de desservir la population et le faire par pipeline est plus sécuritaire que par rail. Pour chaque dollar investi dans le pipeline, nous allons en mettre 15$ dans les énergies renouvelables», avance la libérale. Sans compter les deux milliards d’arbres que son chef Justin Trudeau s’est engagé à planter. «Où seront-ils plantés, ça je n’ai pas la réponse.»

L’interaction entre les jeunes et le député sortant, Luc Berthold, a fait en sorte que les étudiants ont poursuivi la discussion même après le son de la cloche annonçant la fin de l’activité. Des échanges sur le ton de la familiarité. «Serais-tu prêt à t’opposer à un projet de loi dommageable pour les gens du comté ?», lui lance un étudiant. «Si quelque chose heurtait mes valeurs de plein fouet, oui, a répondu Luc Berthold. Est-ce que je serais prêt à mettre mon siège en jeu ? Oui. Je suis juste tanné qu’on joue sur la culpabilité de tout le monde quand il est question de l’environnement. Nous, on préfère agir globalement plutôt que de taxer les gens. Pour combattre les changements climatiques, il faut favoriser les énergies vertes. C’est une lutte globale qu’on doit faire, ce n’est pas une affaire qui ne regarde que le Canada. Oui, on peut être plus innovant, on part déjà avec beaucoup de réalisations.» À la sortie, M. Berthold a invité les jeunes participants à se joindre à un comité de jeunes qu’il souhaite mettre en place, s’il est réélu.

«Un vote vert envoie un message fort à la personne qui gagnera», a prévenu Nicole Charrette lors des discours de clôture, estimant que cette élection était en quelque sorte «un référendum sur le climat.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage