L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Ces bâtisseurs du filet social
23/10/2019
0 commentaire (s)

La sécurité ferroviaire: un cri du coeur
17/10/2019
0 commentaire (s)

Facile comme commentaire!
16/10/2019
1 commentaire (s)

Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)


Archives      


L’auteur Bruce Campbell en discussion avec Jean-Claude Boutin, l’un des deux procureurs de la Fondation sécurité ferroviaire Lac-Mégantic.
L'enquête de Bruce Campbell apporte bien des réponses, mais...
Rémi Tremblay  ( 29/10/2019 )

Ayant creusé dans les entrailles du pouvoir politique à Ottawa pour chercher les causes profondes, plutôt que simplement techniques, de la tragédie de Lac-Mégantic, Bruce Campbell est catégorique: «Une grande partie des conditions qui ont mené à cette catastrophe sont toujours en place. La tragédie méganticoise n’a eu qu’un impact mineur sur le processus de déréglementation et les politiques néolibérales qui sont à l’origine du déraillement.»

Sortie un an après The Lac-Mégantic Rail Disaster, la version française intitulée Enquête sur la catastrophe de Lac-Mégantic, sous la plume de la traductrice Geneviève Boulanger, refait le parcours d’un gouvernement devenu, davantage sous Stephen Harper, un état sous l’influence des puissants lobbies pétrolier et ferroviaire qui dicteraient les règles du jeu.
Refusée par les gouvernements Harper et Trudeau, une commission d’enquête publique et indépendante est plus nécessaire que jamais, estime l’auteur.

Si le livre Mégantic de la militante Anne-Marie St-Cerny mettait la table en jetant la lumière sur les responsabilités des compagnies ferroviaires depuis le boum pétrolier, sur le puissant Canadien Pacifique en avant-plan, le travail d’enquête de Bruce Campbell auprès des fonctionnaires fédéraux qui ont bien voulu collaborer révèle les dessous d’un style de gouvernance dans lequel l’ancien premier ministre conservateur Stephen Harper «se méfiait même de sa propre bureaucratie.»

Dans son livre de 248 pages, l’auteur consacre la première moitié à démasquer les jeux de coulisses à Ottawa qui ont mené Transports Canada à abaisser les normes de sécurité sur le transport ferroviaire, laissant ainsi au dirigeant de la compagnie ferroviaire Montreal Maine & Atlantic, Edward Burkhardt, libre cours à ses demandes de déréglementation, jusqu’à finalement obtenir la permission d’exploiter ses trains de pétrole avec la présence d’un seul opérateur, sur un réseau de rails parmi les plus défaillants.

Un livre dévastateur pour le pouvoir politique en place, tant pour le gouvernement conservateur de Stephen Harper en place lors de la tragédie en 2013 que face à celui de Justin Trudeau.

À son avis, la culture politique et bureaucratique a-t-elle suffisamment changé à Ottawa depuis 2013 pour que la population méganticoise puisse reprendre confiance à Transports Canada, la réponse de Bruce Campbell est catégorique : non ! «Il y a bien eu des modifications mineures, mais je n’ai pas vu de vrai changement. Il y a toujours un manque de ressources pour des analyses et des évaluations indépendantes. Et encore beaucoup de lacunes et des questions qui demeurent sans réponses sur les relations entre les compagnies ferroviaires et pétrolières avec Transports Canada«, a-t-il confié à l’Écho, le jour du lancement de son livre au Musi-Café. Le danger pour la sécurité est d’autant plus réel qu’au cours de la dernière campagne électorale, les enjeux énergétiques ont été bien présents avec le projet de pipeline pour le gaz naturel, supporté autant par les conservateurs que par les libéraux. «Il y a une bataille aux États-Unis pour que les trains transportent le gaz naturel du Texas jusqu’à la côte», relève l’auteur de l’enquête qui a parcouru le Canada et les États-Unis de la côte est à la côte ouest, après la parution de son livre en anglais. Ce qu’il a entendu des petites communautés américaines qui voient les trains de pétrole et de gaz traverser le centre de leurs villes, n’a rien de rassurant. «Les gens sont inquiets. Ils se souviennent très bien de Lac-Mégantic et vous expriment leur solidarité», dit-il. Et pour cause, puisque le président Trump est un grand partisan de la déréglementation et des lois favorables à l’industrie. Et ce qui se passe aux États-Unis a de fortes répercussions sur le pays voisin. «Au Canada, c’est la responsabilité primordiale du gouvernement fédéral d’assurer qu’autant le transport de pétrole par train que celui du gaz naturel par pipeline soient tous les deux sécuritaires.» À ses yeux, Transports Canada est encore loin d’une bonne note à son bulletin.

Bruce Campbell était l’invité de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic. Son porte-parole Robert Bellefleur a signé la préface de son livre, dont les redevances iront dans les coffres de la nouvelle Fondation… «La Coalition a eu plusieurs fois l’occasion et le privilège de le rencontrer et d’échanger avec lui. C’est avec reconnaissance pour son travail méticuleux et magistral que je souligne l’engagement et la détermination de cet homme à poursuivre une telle quête de vérité et de justice. Le combat que nous menons afin d’assurer notre sécurité ferroviaire et celle de tous les Canadiens depuis les six dernières années n’est pas étranger au courage et à l’inspiration que nous a insufflés Bruce Campbell.»

L’auteur a été directeur général du Centre canadien de politiques alternatives. Il a signé plusieurs rapports sur la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, ce qui lui a valu d’être placé sur la «liste noire» de Transports Canada. La bourse de leadership communautaire en justice de la Fondation du droit de l’Ontario lui a d’ailleurs été octroyée pour son travail dans le dossier. Il est actuellement professeur adjoint à la Faculté d’études environnementales de l’Université York et agrégé de recherche au Centre For Free Expression de l’Université Ryerson.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage