L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Ces bâtisseurs du filet social
23/10/2019
0 commentaire (s)

La sécurité ferroviaire: un cri du coeur
17/10/2019
0 commentaire (s)

Facile comme commentaire!
16/10/2019
1 commentaire (s)

Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Le BAPE recommande le tracé retenu
Rémi Tremblay  ( 5/11/2019 )

La commission d’enquête chargée d’étudier le projet de réalisation d’une voie ferroviaire contournant le centre-ville de Lac-Mégantic a livré son rapport au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charrette. Le président de la commission, Joseph Zayed, conclut que le tracé retenu par l’initiateur du projet, soit la Ville de Lac-Mégantic, long de 12,4 km et passant au sud de la 161, «est le plus avantageux».

Si l’option favorisée par de nombreux citoyens de Nantes et de Lac-Mégantic de contourner la ville de Lac-Mégantic au nord de la 161 a été écartée, pour des raisons de coûts supérieurs de 38 millions de dollars aux 133 millions estimés pour le tracé au sud, le rapport de 119 pages souligne néanmoins l’importance de «clarifier et d’optimiser la gouvernance» du projet afin de rétablir la confiance auprès de la population.

Le président Zayed et son collègue commissaire Pierre Renaud notent que pour la suite des choses, «les premières démarches seraient de désigner clairement un porteur de dossier unique et de clarifier la charge de chacun des acteurs en matière d’autorité, d’imputabilité et de responsabilité.»

Le rapport note : «Bien que la Ville de Lac-Mégantic ait joué un rôle actif et prépondérant en faveur d’une voie ferrée de contournement et malgré sa collaboration avec les municipalités voisines de Nantes et de Frontenac dans la recherche d’un tracé consensuel, la commission d’enquête constate que les décisions relatives au tracé retenu ont été prises ultimement par les ministères des transports fédéral et provincial.»

Si la gare de triage n’est pas un élément sur lequel devait se pencher le Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE), il en est devenu une condition à une meilleure acceptabilité du projet. «Il est essentiel de formaliser le plus rapidement possible la récente annonce que les gouvernements fédéral et provincial ont faite le 28 août 2019 quant au transfert des activités de triage et d’entreposage vers le parc industriel de la ville de Lac-Mégantic, note encore le rapport. Puisque ces activités se font actuellement sur les voies d’évitement des municipalités de Nantes et de Frontenac, leur relocalisation entrainerait vraisemblablement le retrait de la voie d’évitement qui est prévue à Frontenac. De plus, la voie d’évitement de Nantes reprendrait son rôle initial, qui est de permettre uniquement le croisement de convois.»

Le bruit environnemental est aussi un enjeu important, estiment les deux commissaires. «Selon les autorités de santé publique, il doit désormais être considéré comme un risque pour la santé et non plus comme une nuisance.» La commission d’enquête est donc d’avis que les valeurs guides de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) concernant le bruit ferroviaire devraient être appliquées au projet de voie de contournement.» Les niveaux actuels de bruit provoqué par les opérations ferroviaires sont déjà supérieurs aux valeurs de l’OMS, souligne-t-on.

Le BAPE se montre critique quant au risque d’accidents technologiques des trains qui transportent des matières dangereuses et aux mesures d’urgence identifiées pour y répondre. «La commission d’enquête est d’avis que les exigences de confidentialité de la réglementation quant aux mesures d’urgence entrent en contradiction avec l’importance de partager les informations. Il est donc essentiel que tous les acteurs qui participent à la planification des mesures d’urgence aient accès à l’ensemble de l’information dont ils ont besoin pour assurer des interventions rapides et efficaces.»

Lors des audiences publiques à Lac-Mégantic en juin dernier, les représentants de la compagnie CMQR se sont montrés à plusieurs reprises réticents à partager l’information avec Frontenac et Nantes quant à la nature des matières dangereuses qui traversent leurs territoires.

La réalisation du projet pourrait nécessiter l’acquisition ou le déplacement de deux résidences principales, l’une située sur la rue Wolfe et l’autre sur la rue Pie-XI. En outre, 82 terrains ou parties de terrains couvrant une superficie totale de 86,1 hectares et appartenant à 41 propriétaires devraient être acquis. Le rapport précise que les démarches d’acquisition auprès des propriétaires privés seraient finalisées d’ici l’année 2020, en même temps que la conception détaillée des infrastructures.

Les travaux de construction de la voie ferrée de contournement s’échelonneraient sur deux ans, de 2021 à 2022 et sa mise en service est toujours prévue pour l’automne 2022.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage