L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections provinciales 2012
>  Archives
Caserne: un pensez-y bien!
22/6/2017
0 commentaire (s)

Vous nous laissez tomber?
22/6/2017
0 commentaire (s)

Mémoire remis au BAPE
15/6/2017
0 commentaire (s)

Au sujet du Relais pour la vie
8/6/2017
0 commentaire (s)

Un gros merci!
8/6/2017
0 commentaire (s)


  PAROLES AUX LECTEURS

Archives   


Opposer les uns aux autres? ( 7/4/2017 )

(Réaction à l’article « L’opposition à la voie de contournement ferroviaire s’intensifie » publié dans l’édition du 24 mars 2017, en page 5)

Oublier, c’est bien Québécois comme attitude: oublier que « je me souviens». Oublier la voie de contournement, oublier la catastrophe, oublier la souffrance, oublier que les coupables ne seront pas inquiétés, oublier l’indifférence du gouvernement fédéral, oublier le risque, l’erreur humaine, oublier les enveloppes brunes, les abris fiscaux, l’austérité, la collusion, mais -paradoxe- choisir le détournement télévisuel, la sainte flanelle et autres distractions. Si nous poussons la logique de l’oubli à sa limite, peut-être réussirons-nous à nous oublier, à conjuguer nos efforts au NOUS pluriel au lieu de s’arrêter au JE singulier. Ceci dit, vous avez le droit de ne pas être d’accord et de le dire, mais ne nous demandez pas d’oublier: les Méganticois ont droit au répit et à la sécurité.

MM. Savoie et Gendron, vous accusez ceux qui réclament une voie de contournement ferroviaire de «manquer de compassion» envers les familles touchées par une éventuelle expropriation. Que faites-vous de l’angoisse des familles qui ont été traumatisées par la catastrophe, la destruction de ce qui restait du patrimoine bâti et l’expropriation des citoyens de Fatima? Vous faites l’erreur d’opposer les uns aux autres quand nous devrions serrer les coudes devant les coupables à qui vous donnez l’occasion de s’en laver les mains.

Les Méganticois, faut-il le rappeler, ont vécu une double expropriation: celle où l’autorité locale a décidé de jeter par terre ce qui était encore debout et celle de Fatima où on a tassé les uns pour faire de la place aux autres, au nom du bien commun. Cela ne s’est pas fait dans la joie ni dans l’euphorie. Les Méganticois ne vous souhaitent pas pareil imbroglio ni la sourde oreille. Ils veulent, sans doute, que la voie de contournement fasse le moins de dommages possible et que les expropriations nécessaires se fassent dans le respect et la dignité. En conséquence, une compensation qui ne tiendrait compte que de l’évaluation foncière serait une injustice parce qu’il y a déracinement pour certains, dévaluation des propriétés scindées et autres inconvénients.

Messieurs, vous dites aussi que les Méganticois devraient se satisfaire des mesures de sécurité proposées; pourtant, des incidents inquiétants continuent de survenir comme le signalait «La Presse», en février. Rappelez-vous que le 5 juillet 2013, elles étaient jugées efficaces sinon, l’État -protecteur du citoyen- serait intervenu avant le drame. On ne peut se fier à la règlementation parce qu’elle est à la discrétion des gouvernements qui changent et surtout parce qu’elle est soumise au lobbying de compagnies assoiffées de dividendes et d’abris fiscaux.

Vous affirmez également que les Méganticois sont responsables de leur malheur parce qu’ils ont choisi de s’établir près des voies ferrées «en toute connaissance de cause». Je vous ferai remarquer que c’était à l’époque où les wagons transportaient du blé, du bois, des animaux ou des autos. Aujourd’hui, les convois sont de véritables bombes à la merci d’un coup d’eau, d’un accrochage au passage à niveau ou d’un fêlé en mal de vengeance.

Si votre démarche vise à mettre de la pression pour obtenir un juste prix qui tienne compte du drame humain, cela me semble raisonnable, voire nécessaire. Cependant, en vous en prenant aux Méganticois et en leur demandant de s’écraser, vous ne servez pas tant vos intérêts que ceux des coupables, trop heureux d’assister au spectacle des uns contre les autres.

Paul Dostie

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vous nous laissez tomber?  ( 22/6/2017 )
Caserne: un pensez-y bien!  ( 22/6/2017 )
Mémoire remis au BAPE  ( 15/6/2017 )
Un gros merci!  ( 8/6/2017 )
Bravo Montignac!  ( 1/6/2017 )






 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage