L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
20 septembre
Bingo
21 septembre
Les Cowboys fringants
28 septembre
Claud Michaud
18 octobre
Bingo
15 novembre
Bingo
La bourse ou la vie?
20/9/2018
0 commentaire (s)

Besoin de créateurs d’emploi
7/9/2018
0 commentaire (s)

Enlever le mal à la racine!
6/9/2018
0 commentaire (s)

Croissance: solution ou problème?
4/9/2018
0 commentaire (s)

Deux oublis réparables
30/8/2018
1 commentaire (s)


  PAROLES AUX LECTEURS

Archives   


Un pas en avant, deux en arrière ( 15/2/2018 )

Mon nom est François Charbonneau et je suis un ingénieur professionnel qui a suivi le dossier de la voie de contournement pour la voie ferrée depuis que l’accident ferroviaire est arrivé le 6 juillet 2013. Je suis aussi propriétaire de deux condos à Lac-Mégantic qui se situent à environ 100 mètres de la voie ferrée actuelle. Depuis le début je mentionne qu’au Canada, il y a au moins une quarantaine de trains à la dérive par année et qui ne causent pratiquement pas d’incident majeur et presque jamais de mort ou de personne blessée. Le train, une fois parti à la dérive, va facilement s’arrêter tout seul (par lui-même) puisqu’il n’y a jamais (ou presque) de problème de pente ou de courbe raide ailleurs au Canada, comme c’est le cas à Lac-Mégantic. Souvent un oubli ou une distraction humaine, un problème mécanique quelconque, un mauvais attachement lors de triage, un problème de frein, etc..., etc.... Mais à Lac-Mégantic, lors d’un prochain train à la dérive, il est évident qu’on aura une autre catastrophe à cause de la pente et de la courbe raide. On a déjà eu une autre tragédie en 1918 exactement au même endroit dans le centre-ville de Lac-Mégantic, alors que deux trains sont arrivés face à face. Il n’y avait eu que deux morts et deux blessés, car on ne transportait que du bois, mais beaucoup de dégâts matériels.

On en est rendu que le ministre Garneau et d’autres ministres provinciaux ont compris qu’on a d’abord un problème de sécurité et de santé psychologique pour le train à Lac-Mégantic qui ne doit plus passer par le centre-ville. Les trains qui arrivent au centre-ville peuvent partir soit de Nantes ou de Frontenac. Dans les deux cas, c’est le même danger d’une autre catastrophe au centre-ville. Je répète qu’on a l’assurance des ministres Garneau et autres ministres qu’on aura la voie de contournement: bonne nouvelle et un pas en avant.

Des médias mentionnent que les trois maires (et mairesse) de Nantes, Frontenac et Lac-Mégantic se sont rencontrés le 20 décembre dernier et ont décidé qu’il pouvait maintenant y avoir trois variantes possibles pour une voie de contournement modifiée dont un des scénarios serait d’avoir une demi voie de contournement. Ce qui est à mon avis une très mauvaise décision d’inclure ce scénario car avec une demi voie, on a encore le problème de pente de Frontenac vers le centre-ville de Lac-Mégantic et il est certain qu’on ne guérira pas la population psychologiquement avec cette demi solution. Là, c’est deux pas en arrière qu’on est en train de faire car l’extra que AECOM demande pour ajouter des voies de contournent modifiées est comme jeter de l’argent à l’eau, car cette solution de demi voie ne sera évidemment pas acceptée par la population. Aussi, on se met nous-mêmes des bâtons dans les roues alors qu’on nous dit: il n’y a pas de problème, vous aurez une «pleine voie de contournement». En passant, la solution du tunnel de 3 km est celle qu’il faut viser. Par contre, le tunnel ne sera probablement pas nécessaire car une solution serait de dynamiter la colline sur une certaine largeur pour un simple passage de voie ferrée. On fait ce genre de dynamitage lors de la construction d’autoroute (exemple autoroute des Cantons de l’est près de Orford ou l’autoroute 50 entre St-Jérôme et Gatineau dans Lanaudière.  On ne parle pas ici de montagnes, mais de collines, donc il est propice à «ouvrir» le chemin et c’est seulement sur 3 km de long. De plus, toute la terre et roche qui est sortie de la colline va servir de remplissage et de matériel de renfort à bien d’autres endroit: donc cela ne coûterait pas si cher.

Le problème à demander une étude pour additionner cette demi voie de contournement, c’est qu’il sera fort à parier que les responsables au Ministère vont sauter sur cette solution car il est clair que cela va coûter le moins cher, et ils pourront dire: c’était dans les alternatives ou variantes de l’étude, donc acceptable. Je pense qu’il n’est pas trop tard pour corriger le tir et enlever cette troisième variante qui consiste à une demi voie de contournement. AECOM va aussi charger moins cher pour ajouter les modifications demandées.

N’ayons pas l’air de gens stupides à n’accepter qu’une demi solution alors qu’on nous promet le financement pour une voie de contournement «complète». Je voudrais aussi mentionner que je comprends très bien les gens de Frontenac qui se voient à accepter le passage d’une voie ferrée sur leur territoire. Je pense aussi que ces gens devront mériter une compensation pour le passage de cette voie de contournement. Aussi, je voudrais mentionner que déjà une voie ferrée passe à Frontenac plus au Sud et que cette portion de voie sera donc relocalisée (va donc disparaître, donc il y aura du terrain de gagné). Je suis certain que beaucoup de gens de Frontenac vont souvent au centre-ville de Lac-Mégantic, donc ces gens seront encore à haute risque et seront aussi en danger lors d’une autre tragédie, étant eux aussi présents au centre-ville.  

En résumé, ne parlez plus de cette demi voie de contournement, maintenant qu’on nous a promis le financement pour une voie de contournement complète.

François Charbonneau, ingénieur

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     1 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vos commentaires
Richard Lefebvre (2018-02-26 à 17:07)
Après un accident d’auto causé par un pneu « fesse » (très usé) qui a éclaté, un cave fait débosser son tacot, remplace le pneu, car ses assurances ne remboursent que ces dommages, et reprend ainsi la route. Vraiment cave car les trois autres pneus sont usés à la corde et les correctifs sont moins qu’à moitié exécutés pour prévenir un autre accident. Encore plus inacceptable est le risque qu’il prend pour les autres. C’est ainsi que j’appréhende l’option de « demie voie » de contournement ferroviaire maintenant envisagée dans la secrète et interminable étude de faisabilité, alors que l’urgence d’en terminer la réalisation presse plus que jamais.

Si la pente extrême de Nantes (1.37%), au nord-ouest du centre-ville, justifie une voie de contournement, la pente extrême sur l’autre versant de Vachon (1,32%), au sud, la justifie autant, car elle est aussi trop dangereuse. Il en est de même pour les courbes accentuées au bas de ces pentes. Et il n’est pas du tout nécessaire d’attendre qu’une catastrophe survienne du côté sud pour s’en convaincre. Donc, si le statu quo a été clairement reconnu inacceptable jusqu’ici par l’étude de faisabilité, le demi statu quo l’est autant. Tergiversation stérile que de rallonger l’étude sur cet aspect.

Bien beau de vouloir asseoir tout le monde à une table de négociation, mais c’est outrageant sous de telles conditions ne respectant pas l’urgence de la situation. Cela presse pour tous, y inclus les citoyens des municipalités environnantes qui circulent régulièrement dans la zone à risque. L’engagement que M. Justin Trudeau a signé et confirmé à plusieurs reprises est que la voie ferrée soit retirée de l’agglomération de la ville. Et pas à moitié. Nous comptons sur sa parole et le bon sens des décideurs à tous les niveaux pour efficacement prévenir une autre catastrophe. Il est temps de combattre les trains d’enfer autrement qu’à demi pas de tortue.

Il faut raccourcir ici l’étude de faisabilité plutôt que la rallonger. Ce principe d’étude a été élaboré pour prévenir des abus mais il ne doit pas devenir un abus par lui-même.
Richard Lefebvre md


La bourse ou la vie?  ( 20/9/2018 )
Deux oublis réparables  ( 30/8/2018 )
De la grande visite!  ( 9/8/2018 )






 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage