L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
  Déboussole électorale
20 septembre 2018

La salle de rédaction
31 mai 2018

Drame et mélodrame
12 avril 2018
 
  Carrés rouges et cie
24 avril 2012

L’intimidation, un fléau tout en subtilité
16 décembre 2011

L’année 2011 sera-t-elle celle de la culture?
3 février 2011

 
27 septembre
Le couleur des mots
28 septembre
Claud Michaud
La bourse ou la vie?
20/9/2018
0 commentaire (s)

Besoin de créateurs d’emploi
7/9/2018
0 commentaire (s)

Enlever le mal à la racine!
6/9/2018
0 commentaire (s)

Croissance: solution ou problème?
4/9/2018
0 commentaire (s)

Deux oublis réparables
30/8/2018
1 commentaire (s)

Lac-Mégantic va se relever!

  LAC-MÉGANTIC VA SE RELEVER!

Archives      

Laissez-nous un commentaire


Yannick Gagné devant l’emplacement du futur Musi-Café, qui sera situé au bout de la rue Papineau, dans le secteur des condos commerciaux.
Renaissance du Musi-Café le 6 juillet?
Claudia Collard  ( 20/3/2014 )

«Je voudrais pouvoir ouvrir le 6 juillet. On va travailler juste pour ça». Yannick Gagné vient d’obtenir son permis de construction de la Ville en vue de l’érection du nouveau Musi-Café. Un bâtiment de 3000 pieds carrés situé au pied du futur point avec vue sur le lac et la rivière. Un resto-bar festif où des artistes de renom se produiront en spectacle. Où la vie pourra enfin reprendre son cours.

Deux semaines après la tragédie, Yannick se remettait à penser à la reconstruction. Malgré la peine, malgré cette douleur qui, visiblement, l’accable encore. Et les dédales à franchir pour arriver à son but sont tout sauf simples. En novembre, grâce à l’aide de son ami Éric Dumas (dont l’entreprise s’est chargée de la transformation de l’ancien Musi-Café) et de la compagnie Bone Structure, les plans du nouvel édifice étaient déjà prêts. Mais il a fallu quatre mois de formalités et de technicalités avant que le permis de construction soit délivré. Maintenant, il faut attendre l’obtention de l’aide financière du ministère de la Sécurité publique pour procéder à la première pelletée de terre.


Yannick Gagné est fébrile à l’idée d’embarquer de plain-pied dans cette reconstruction qui représente un investissement de 1,6 M$. Montant qui n’inclut pas l’aménagement d’une microbrasserie au sous-sol du resto-bar. On y fabriquera la bière à l’effigie du Musi-Café. Son nom n’est pas encore arrêté mais, chose certaine, sa distribution dépassera largement les limites de Lac-Mégantic. «C’était mon rêve d’avoir une microbrasserie mais je n’avais pas suffisamment d’espace. À mesure que j’agrandissais ma clientèle augmentait…», relate-t-il. Si ce n’était de cette nuit fatidique, le regard de Yannick se remplirait sans doute de fierté à l’idée de cette popularité. Le Musi-Café aurait fêté ses 12 ans le 25 mars. Douze ans de sacrifices et de travail acharné pour arriver au résultat escompté. «Les travaux étaient complétés le jeudi et le vendredi, tout explosait», laisse-t-il tomber.

Le propriétaire du Musi-Café ne cache pas que les derniers mois ont été difficiles, tant humainement que financièrement. «Je sais que je n’ai pas l’air du gars le plus en forme du monde mais il faut s’accrocher si on veut retrouver une vie normale. J’ai hâte de commencer à commander du matériel. Le jour où je vais avoir les clés en main, que la bâtisse va être construite et que mon staff et moi allons accueillir les premiers clients je vais pouvoir reprendre une vie normale.»

Parce que la vie normale pour Yannick Gagné, c’est d’être à la barre du Musi-Café. Le seul lieu où il se sent totalement dans son élément. Force est de croire qu’il n’est pas le seul à souhaiter ardemment cette renaissance. Plus de 100 000 visites sur Facebook, douze heures à peine après l’annonce de la reconstruction. «L’hiver a été dur pour plusieurs ici. Cette réouverture va faire du bien au monde». Et à toi aussi Yannick.





Articles similaire
Ville bulldozeur!  ( 20/2/2014 )
Justice et réparation  ( 28/11/2013 )
Le Ground zero méganticois  ( 3/10/2013 )
Pour tous ceux qui restent   ( 16/7/2013 )
Bureau d'aide financière  ( 13/7/2013 )
Convoi sans surveillance  ( 9/7/2013 )

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     264 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vos commentaires
Georges (2013-07-08 à 21:52)
Je sympathise avec tous les meganticois et je suis certain que vous allez vous en remettre car vous le prouvez avec votre solidarite,l,entraide,votre efficacite et votre tenacite dans ces moments extremement difficile

Mes pensees et mes prieres sont avec vous. COURAGE

Daniel Pellerin (2013-07-08 à 18:56)
magnifique texte, qui résume une nuit d'enfer que j'ai vécu à distance chez moi à Lévis avec Benjamin mon fils, on se sentait impuissant mais tellement impliqué, nos amis venais de disparaître, car nous demeurions dans cette magnifique ville il y a peu de temps. Merci

Pierre-Luc Poisson (2013-07-08 à 23:05)
Sherbrooke, lundi 8 juillet 2013. 22h22.
Bonsoir, bonjour,
Je viens de terminer de lire ton billet d'humeur, je suis dans mon appartement à Sherbrooke, au 6e étage, dans un 10 étages, un 175 logements; mais la tache, à côté "de la maudite "track" de la MMA!!! Mais je pleure en sanglots, j'ai mal pour mon monde de "Mégantic"; j'y suis allé hier chez le paternel sur la rue Agnès; mais la zone dévastée (mot infime)... pas de mots! Quoi faire, comment ces êtres meurtris, disloqués vont survivre, se reveler? Ces personnes tuées et brûlées vives...notre centre-ville, le gagne-pain des méganticois-e-s, la quiétude et la beauté de notre ville avant le samedi 6 juillet 2013 00h...avant l'arrivée de plein fouet du convoi funéraire de MMA... Les prochains jours seront... Merci Rémi pour ces lignes! Je ne peux m'arrêter de penser... ma tête et mon coeur sont à "Mégantic"; courage, force, bondir, pleurer, crier, tendre la main, consoler.. ♥♥

Claudia Collard (2013-07-08 à 21:46)
Un article criant de vérité. Je suis sans mot...

Sonia Dumont (2013-07-08 à 21:28)
Quelle description! Tout y est dit. Rien à ajouter. Merci Rémi. Maintenant, il faut arriver à vivre l'après......on a tout un défi devant nous.

Sonia Dumont (2013-07-08 à 21:28)
Quelle description! Tout y est dit. Rien à ajouter. Merci Rémi. Maintenant, il faut arriver à vivre l'après......on a tout un défi devant nous.

Jean Ethier (2013-07-08 à 20:48)
Merci Rémi de nous relater ces moments vécus. J'essaie toujours d'imaginer ce qui en est et c'est un mur de consternation qui me bloque la gorge et m'empêche de respirer. Imagine, je suis à 100 kilomètres et j'étouffe. Thérèse, ma conjointe, est au lac pour gérer une cellule de crise. Je dois descendre demain pour aussi prêter main-forte.


Yves Laroche (2013-07-08 à 19:42)
Très émouvant

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver aux gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer.

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver au gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer. A+.

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver au gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer. A+.

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver au gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer. A+.

Fred de France (2013-07-08 à 18:58)
Chers "Cousins" canadiens, nous sommes nombreux ici en France à suivre les événements et à bien penser à vous. Nous vous souhaitons beaucoup de courage pour la suite...

Fred

Lucie Blais (2013-07-08 à 20:48)
Très beau texte qui représente très bien ce qui s'est passé. Merci!

Pauline Bolduc (2013-07-08 à 23:32)
Merci Monsieur Tremblay. Votre article - témoignage - cri du coeur, est fait d'un élan rarement vu en journalisme. Vos mots incarnent une réalité qu'on peine à imaginer... mais une réalité qui nous fait beaucoup de peine, à tout le monde au Québec. Et même au delà. Merci... Pas d'autres mots...

Pauline Hamel (2013-07-09 à 16:03)
Du fond de votre enfer que Dieu vous vienne en aide s'Il existe. Pourquoi alors n'était-Il pas la ce soir là?

Dominique Côté (2013-07-09 à 18:50)
Tout un article que tu nous décris, ce texte qui nous déchire, nous enrage...Mégantic ne sera plus jamais la même. Tout ce que je souhaite, c'est qu'elle se rétablisse au plus vite, mais elle restera marquée à jamais à cause de l'insouciance d'un incompétent :(! Merci Rémi, et bon courage à toi, tes proches et tous les Méganticois!

Monique Laprise (2013-07-09 à 18:42)
Bel article touchant qui rend hommage à la vitesse de réacion des survivants et qui j'espère amènera une réflexion en profondeur sur le transport de marchandise dangereuse. Ce qui est arrivé chez-vous pourrait arriver n'importe où. Et en ce qui nous concerne ma famille et moi quand une partie du Québec pleure nous pleurons avec elle. Courage gens de Mgantic la résilience est inscrite dans nos gèns nous les Québésois. Que Dieux bénisse ceux qu'il a rappel à lui et les autres qui survivent avec leur peine et ces images en tête

Lise McNicoll (2013-07-09 à 18:41)
Cher M. Tremblay....votre histoire ferait un succès monstre pour une lecture d'un livre d'horreur. Je ne peux imaginer une histoire aussi macabre et invraisemblable dans une réalité si réelle et perceptible...Je suis en larmes en lisant votre récit vécu cette nuit là.. Je suis de tout coeur avec toute la communauté du Lac-Mégantic et mes pensées sont avec vous tous pour vous r souhaiter COURAGE et ESPOIR des jours meilleurs et aussi que les responsables paient très cher leurs inconscience..


Louise Doyon (2013-07-09 à 18:18)
Malheureusement, un autre cas où les $$$ passent avant toutes choses, même la vie des gens. On ne traite pas ces locomotives de la mort, comme on traite un déchet dont on ne se préoccupe pas. !!! On a en main, des énormes possiblités de faire des morts.......on y met donc et les $$$ et l'énergie pour rendre cet équipement plus sécuritaire que possible. On doit oublier cette maudite $$$ et respecter la vie des autres.

France Ouellet (2013-07-09 à 17:18)
A chaque phrase je pouvais imaginer comment on peut se sentir bouleversé en voyant sa ville natale si sauvagement dévastée et juste à l'aube de la saison estivale et tout cela pour du pétrole qu'on méprise déjà pour mille raisons. On oublira pas et on ne pardonnera pas!

Joane Charron (2013-07-09 à 17:17)
Courage...nos pensées et prières vous accompagnent...

laplante, claudette (2013-07-09 à 16:50)
merci pour ce bon reportage m. Tremblay...il n,y a pas de mots que de la compassion pour cette petite ville ou j,y ai passé mon enfance...que de beaux souvenirs...pourquoi ca leur ait arrivé à eux...alors l,erreur humaine doit être dévoilée et les responsables devront en payer les conséquences...on ne joue pas comme ca avec la vie de nos concitoyens...il faut que les gouvernements y voient à tout prix...

Marie de Burlington, Ontario (2013-07-09 à 16:33)
Nous sommes en Ontario, avons beaucoup d'amis au lac Mégantic. Nous demeurons à un coin de rue ou les deux déraillements sont survenus à Burlington il y a 1 an et 4 ans. Nous avons la voix ferre devant notre maison, dans un cartier résidentiel. Nous sommes de tous cœur avec vous et collectons pour la croix rouge pour vous venir en aides.

Roger Couture (2013-07-09 à 19:02)
Enfin les vraies choses sont dites .... ( Che lui même n`aurait su mieux dire les choses )

Denis Clément (2013-07-09 à 22:25)
Une autre manière de raconter. Au-delà des chiffres et du petit détail morbide, on sent bien toutes les émotions qui traversent chacun de nous. Merci et courage.

Fontaine Suzanne (2013-07-09 à 16:43)
Quel témoignage émouvant et percutant! Je traversais vendredi soir dernier le centre ville vers 22.30 h.et faisais remarquer à mon conjoint comment la rue principale n`avait jamais été aussi belle et animée. J`ai vu le musi-café rempli de monde;j`espère que ce sacrifice humain en réveillera plusieurs afin que plus jamais un tel carnage ne se reproduise.Bon courage!J`ai mal à mon Mégantic natal.

Alain Cournoyer ( Québec ) Ancien résident de Lac-Mégantic, pendant 25 ans. (2013-07-09 à 19:12)
Les puissances de l’enfer ne prévaudront point contre elle! Un train fou, portant en ses flancs des cargaisons de mort, file à une allure démentielle dans la nuit noire; saurez-vous reconnaître cette nuit dont la déraison et la marchandisation constituent l’essence première. Il s’est emballé, on ne sait trop quand ni comment, mais voici que l’on vient de réaliser qu’il est dépourvu de conducteur … On savait qu’un capitalisme effréné servait d’agent propulseur à une certaine accélération de cette locomotive démentielle, guidéé par les seuls diktats du commerce; mais voilà, Kafka l’aurait-il imaginé, on vient de réaliser que ceux qui la font avancer, ne la conduisent pas, que personne ne la contrôle ! Son carburant infernal comporte un mépris à peine dissimulé, pour ceux qui ne contribuent pas à son mouvement, tous ces pauvres hères qui ne font pas partie du club très sélect des adorateurs du veau d’or, du profit illimité; ces hommes d’énergie, qui courent frénétiquement dans ce stade où l’on idolâtre le grand capital, où l’on se bouscule pour devenir ses médaillés! Le premier article de leur crédo s’intitule « De la marchandisation tous azimuts», car c’est bien elle qui propulse ses adeptes de plus en plus vite, vers une satisfaction jamais atteinte…Ces élus qui ont su se placer au rang des gagnants, n’éprouvent qu’un mépris viscéral pour les misérables badauds, ces laissés pour compte, qui stagnent sur le quai du gagne-pain quotidien.Oui, c’est bien lui ce train qui vient de planter l’aiguillon de la mort et de la dévastation juste ici, à mes pieds, par une belle nuit d’été, alors que je veillais sur ce petit peuple qui ne demandait qu’à poursuivre une vie juste et raisonnable. Une collectivité comme bien d’autres, pour qui les valeurs qui me sont chères, s’intègrent tout naturellement à leur existence ! La solidarité, l’entraide le support mutuel, bref les valeurs du cœur, incarnés de longue date, bien avant les crédos marchands.
Mais dis-moi «Mammon», ( Dieu Syrien qui présidait aux richesses ) où donc est ta victoire par-devant tous ceux-là que tu regardais de bien haut, tous ces hommes de cœur pour qui la vie humaine est primordiale ; cette vie que l’on se doit impérativement de protéger et que ton crédo considère comme un simple combustible pour alimenter la machine à gérer des profits démesurés …
Où donc est ta victoire, alors que cette collectivité que tu viens tout juste d’immoler sur l’autel du profit, déploient en cette heure comme jamais auparavant, leurs valeurs de solidarité, d’entraide et de support mutuel ? Ils me ressemblent vois-tu. As-tu pris un instant pour me regarder, moi bien installé aux premières loges de votre enfer, je ne baisse pas les bras, je me pose devant vous comme un défi, vous barrant la route du temple où se rassemblent ceux-là même, dont les croyances sont aux antipodes de vos règles aussi impitoyables qu’inhumaines.
J’éprouve une certaine pitié pour vous, déjà tout disposés à poser des diachylons sur les plaies béantes que vous avez creusées…Vous ne bernez personne, le remède ne se trouve pas dans vos banques d’insensibilité …Nous savons bien, que ce ne sont pas vos larmes de crocodiles qui éteindront le brasier de nos souffrances. Seules notre humanité et nos valeurs chrétiennes, peuvent appliquer un baume sur l’abîme des nos douleurs; et je puis vous assurer que les Méganticois y parviendront malgré tout, malgré vous.
Le Sacré-Cœur droit devant Ste-Agnès
( Par Alain Cournoyer , 7 juillet, 2013.





Jean Lemieux (2013-07-09 à 20:07)
Jamais les mots et les images ne réussiront à visualiser ce que les coeurs vivent et vivront encore longtemps. Mais vos mots et les photos du photographe de la SPIQ nous approchent de l'horreur que vous vivez et on ne peut rester indifférents. Comment trois millions d'années d'évolution peuvent en venir à cette connerie sans nom. Les gens de la MMA devraient être classifiés dans la catégorie erreur de l'humanité. On ne peut mettre la vie des gens en danger pour quelques dollars ... La bêtise humaine à son plus haut niveau.

Bon courage.

Madeleine Couture (2013-07-09 à 20:58)
Votre texte résume bien la pensée de ceux et celles qui aiment cette si belle ville qui, j'en suis convaincue, se relèvera un jour de cette terrible épreuve.


Patricia Bécavin (2013-07-09 à 21:37)
Merci de ce témoignage poignant. J'espère que toutes ses âmes envolées vous aideront à passer au travers. Et j'espère surtout que cette fois les vies humaines compteront plus que les dollars. De tout cœur avec vous tous.

MatanteHélene (2013-07-09 à 21:41)
Article émouvant d'une expérience qui nous laisse sans voix.

MatanteHélene (2013-07-09 à 21:41)
Article émouvant d'une expérience qui nous laisse sans voix.

Pauline Hamel (2013-07-09 à 16:03)
Du fond de votre enfer que Dieu vous vienne en aide s'Il existe. Pourquoi alors n'était-Il pas la ce soir là?

Ann Robitaille (2013-07-09 à 22:08)
un texte qui nous fait découvrir un peu plus de l'intérieur où en éatit Mégantic - plein de poésie et où tous les sentiments s'expriment - magnifique et douloureux - Et vous avez su faire ressortir la dignité, la chaleur et la force des méganticois : des atouts qui leur permettront de se relever - Vous aurez beaucoup d'aide, n'en doutez pas


Lise Chabot (2013-07-09 à 14:49)
J'ai lu ce texte avec les yeux un peu plus humides que je ne l'aurais voulu. Ce que vous vivez est sans nom et, je ne trouve pas les mots pour vous dire combien je pense à vous tous. Merci pour le partage d'émotions. Lise Chabot

Florent Baril (2013-07-09 à 22:30)
Bouleversant au max...merci pour votre récit ..sympathie à tous ..et bon courage.

Lucie Trudel, native de ce beau coin de pays. (2013-07-09 à 22:36)
Bonsoir,
Je viens de terminer la lecture de votre article et je suis sans mots, tout est dit dans ce texte.
De plus je venais juste de visionner la vidéo du jeune homme qui a été témoin de cet horreur. C'est le cas de le dire Lac-Mégantic ne sera plu jamais le même...
Bon courage à vous tous.

Louise St-Pierre (2013-07-09 à 23:06)
Quoi dire sinon bon courage à tous et que sans vous connaître nous pensons à vous. A chaque jour, je regarde le train passé en face mon bureau. J'ai toujours aimé, mais je ne le regarderai plus jamais de la même façon.

Sophie Bélanger (2013-07-09 à 22:07)
Très beau. Je suis de Frontenac la municipalité à côte de Mégantic à 10 minutes.
Depuis vendredi soir dans la nuit, moi-même j'arrivé plus à bien dormir comme le reste de la région. Mes j'ai quelque chose à dire sur le train qui nous a brisés plusieurs vie et notre ville. Jeudi le 4 juillet 2013 le train à arrêter à deux cents pieds de cher moi vers 12h00 et le moteur fonctionnait toujours, plus tard vers 13h30 je suis allée voir parce que je ne trouvais pas ça normal de le voir là parce qu'il n'a jamais mais jamais fait ça. Quand je suis arrivée tout près j'ai remarquer qu'il n'y avait personne et que le moteur fonctionnait toujours. Je suis revenu cher moi pis j'ai téléphoner pour savoir ce qu'il fessait là. Le monsieur ma dit qu'il avait un problème et 30 second après il me dit que son conducteur à tombé malade, et que son remplacent vers arrivé vers 16h00. J'ai demander si il y avait tu danger pour les wagons de pétrole qui était tous là à deux cents pieds de cher moi. À ce moment la j'ai eu comme une boulle dans le ventre. Le monsieur ma dit que non il n'avait aucun danger que tout était sécuritaire. Alors j'ai garde la peur au ventre tout l'après-midi. Et je peux vous dire que les wagons que j'ai vu cette journée là était les mêmes que s'eux qui nous à enlève la vie à plusieurs personne pis à détruit notre ville. Le pire dans tout ça est hier soir dans la nuit de lundi à mardi le train à passé pis j'ai eu très peur. Pour vous dire que si le train passe à côté de cher moi ces parce qu'il à été obliger de passe par Mégantic alors comment ca ce fait qu'il fonctionne encore le maudit train de la MMA. Je suis avec vous ma ville.

Christian Couture (2013-07-09 à 08:49)
De tout ce que la presse a publié jusqu'à maintenant c'est votre papier le meilleur à mon avis !

Guylaine (2013-07-09 à 00:52)
Un bijou cet article.Vous racontez si bien aussi bien l'horreur que l'espoir.Bravo.

SYLVIE OTIS (2013-07-09 à 01:11)
Monsieur, Je suis tellement désolée et bouleversée par votre récit, celui de beaucoup de Mégantois comme vous!!! Les mots me manquent mais je tiens à vous souhaiter bon Courage pour l'avenir... Et mes sympathies pour toutes les personnes, comme vous, infligées par la douleur avec un grand D :(:(:(

Danielle (2013-07-09 à 06:54)
Merci pour ton récit.

Gwinner jean.marie (2013-07-09 à 07:48)
De France,nous souhaitons bon courage aux habitants victime de ce drame.
Nous étions en séjour dans votre superbe région l.an dernier et sommes très peiné.

Serge Denis (2013-07-09 à 08:23)
Merci pour ce témoignage bouleversant.

Archael (2013-07-09 à 15:38)
Un petit message de soutien outre-atlantique, un message d'admiration pour la poésie teintée de dignité qui émane de vos lignes, un message de colère envers vos assassins pour lesquels le dollar prévaut sur la vie ... En bref, même s'il n'est rien que nous puissions faire de plus, de nombreux français pensent à vous.

Christian Couture (2013-07-09 à 08:49)
De tout ce que la presse a publié jusqu'à maintenant c'est votre papier le meilleur à mon avis !

Sonia Dumont (2013-07-09 à 10:28)
Ce texte représente tellement la réalité. Rien à ajouter, tout est dit. Merci Rémi .

Céline (2013-07-09 à 10:44)
Bonjour, samedi matin je me dirigeais à Montréal pour le cyclo-défi Enbridge contre le cancer, quand à la radio nous avons entendu cette terrible nouvelle. Le reste du week-end je ne me suis pas connectée à l'actualité. Ce matin, ce texte me fait vivre l'expérience comme si j'y étais. C'est très touchant et très bien écrit, je vous en remercie et vous félicite. Je n'en lirai pas d'autres. Je vis aussi dans une ville où transigent des convois de produits dangereux et toujours je me demande quand nous aurons une mésaventure.

Ginette Guévin (2013-07-09 à 11:13)
Nous nous sommes installés récemment, mon conjoint et moi, dans un village environnant, nous faisons toutes nos courses à Mégantic, la relation avec les commerçants y est tellement chaleureuse , c'est un plaisir de faire affaires avec eux, et maintenant, cette tragédie inhumaine... L'immeuble de ma couturière Marcelle n'est plus là, ni la lingerie de Marie-France Boulet, et elles, sont-elles là? Une sœur de Marie-France, hier à la télé, disait que non. Et une aussi jolie ville! Nous abondons dans votre sens, votre mairesse est tout simplement fornidable, et ce, dans tout le sens du terme, elle garde la tête froide et est en parfait contrôle de la situation malgré toute la peine et le désespoir qui doivent l'habiter minute après minute. Nous pensons très fort à vous tous.

Ginette Guévin (2013-07-09 à 11:13)
Nous nous sommes installés récemment, mon conjoint et moi, dans un village environnant, nous faisons toutes nos courses à Mégantic, la relation avec les commerçants y est tellement chaleureuse , c'est un plaisir de faire affaires avec eux, et maintenant, cette tragédie inhumaine... L'immeuble de ma couturière Marcelle n'est plus là, ni la lingerie de Marie-France Boulet, et elles, sont-elles là? Une sœur de Marie-France, hier à la télé, disait que non. Et une aussi jolie ville! Nous abondons dans votre sens, votre mairesse est tout simplement fornidable, et ce, dans tout le sens du terme, elle garde la tête froide et est en parfait contrôle de la situation malgré toute la peine et le désespoir qui doivent l'habiter minute après minute. Nous pensons très fort à vous tous.

Nancy de Armstrong , Qc (2013-07-09 à 14:36)
Quel beau texte !! Cette tragédie nous interpelle tous . À la maison , nous suivons les informations et espérons fortement que l'enquête pourra donner des explications très claires et que quelque chose soient fait pour qu'un événement de la sorte ne se reproduise plus . Toutes mes condoléances aux familles éprouvées . Nous vous souhaitons énormément de courage pour la suite .......

Annick (2013-07-09 à 08:46)
Un article qui parle et qui termine en vérité. Tout le monde pense la même chose. Cette compagnie, c'est de la marde pur. Même pas foutu de se déplacer ou de tout faire en sorte pour que le drame ne se reproduise pas... Chez mon copain, nous avons pu clairement constater qu'un autre train avait les moteur en marche sans conducteur, porte DÉBARRÉE. Depuis le train a été éteint suite au passage des autorités qui ont été alerté par un vidéo sur Youtube et hier le train a repris la route pour d'autres horizons. Probablement les États-Unis, puisque dans l'autre direction quelques kilomètres plus loin c'est complètement bloqué par nul autre que le train de la mort!

Sophie Bilodeau (2013-07-09 à 12:38)
Wow! quoi dire de plus...Nous on habite sur la rue Papineau juste voisin de chez Yannick proprio du Musicafé. On se sent tellement impuissant, la colère, la tristesse, les émotions se bousculent. On se sent coupable d'avoir été épargné. Mes filles sont traumatisées depuis ce réveil brutal en pleine nuit.Des amis, des proches de nos amis, des connaissances, les prochaines heures seront terribles lorsque les noms des victimes seront confirmés. Un drame qui se poursuit. Courage à vous tous mes voisins et amis.


Nancy de Armstrong , Qc (2013-07-09 à 14:37)
Quel beau texte !! Cette tragédie nous interpelle tous . À la maison , nous suivons les informations et espérons fortement que l'enquête pourra donner des explications très claires et que quelque chose soient fait pour qu'un événement de la sorte ne se reproduise plus . Toutes mes condoléances aux familles éprouvées . Nous vous souhaitons énormément de courage pour la suite .......

Isabelle Bernicky (2013-07-09 à 15:22)
Vont-ils comprendre le message un jour????
Un train, un convoi sans surveillance, en marche, non barré, surement loader de matières dangeureuses = Bombe nucléaire.
Moi ce qui me fait peur, on a tellement médiatisé la facilité d'approche d'un tel convoi, n'importe quel dérangé pourrait s'en servir... je pense aux extrémistes, aux terroristes, à un enfant/adolescent qui ne sait même pas ce qu'il est en train de faire, un suicidaire, un frustré... A toutes les compagnies ferroviaire, Barrer vos portes ou l'accès au train, et ne les laisser pas sans surveillance!!!!! Le Groupe de sécurité Garda serait content de payer des agents de sécurité pour surveiller vos convoi quand le chauffeur doit aller dormir... Sacrament, oui sacrament, allumé!!!!

Pierre-Jean Cano (2013-07-09 à 14:14)
Merci de votre article Monsieur Tremblay, courage aussi pour la suite.
L'Écho humain et virtuel ont survécu ouf, mais j'ai le motton dans le ventre depuis, je partage la colère des gens complètement.

SIMONNE DIONNE (2013-07-09 à 13:53)
Cher monsieur Rémy, c'est avec beaucoup d'attention, mais surtout d'émotions que j'ai parcouru votre article des plus percutant, c'est le moins que je puisse dire. Félicitations pour vos écrits, professionnels, relatant les faits comme si on y était, ce n'est pas un enchantement, c'est certain ,mais vos propos sont si bien amenés que j'ai tenu jusqu'au bout. Merci de votre authenticité, de votre courage malgré le désarroi qui vous accable certes en ce moment. Je suis loin, enfin à quelques kilomètres de Mégantic, je suis et demeure compatissante avec tous les gens de votre municipalité et les environs touchés par cette tragédie. Le Québec, le Canada et probablement le monde entier est touché en ce moment, quand on sait à quelle vitesse l'information circule. Bref! Que dire d'autres que vous témoignez ma reconnaissance de trouver en vous un cœur rempli de désir de partager. Je vous lirai encore et suivrai encore même si l'âme meurtrie, car quoi de plus déchirant que la perte d'un être cher! Bien à vous! Courage pour la suite! De tout cœur, âme et esprit avec vous! ...

SIMONNE DIONNE (2013-07-09 à 13:53)
Cher monsieur Rémy, c'est avec beaucoup d'attention, mais surtout d'émotions que j'ai parcouru votre article des plus percutant, c'est le moins que je puisse dire. Félicitations pour vos écrits, professionnels, relatant les faits comme si on y était, ce n'est pas un enchantement, c'est certain ,mais vos propos sont si bien amenés que j'ai tenu jusqu'au bout. Merci de votre authenticité, de votre courage malgré le désarroi qui vous accable certes en ce moment. Je suis loin, enfin à quelques kilomètres de Mégantic, je suis et demeure compatissante avec tous les gens de votre municipalité et les environs touchés par cette tragédie. Le Québec, le Canada et probablement le monde entier est touché en ce moment, quand on sait à quelle vitesse l'information circule. Bref! Que dire d'autres que vous témoignez ma reconnaissance de trouver en vous un cœur rempli de désir de partager. Je vous lirai encore et suivrai encore même si l'âme meurtrie, car quoi de plus déchirant que la perte d'un être cher! Bien à vous! Courage pour la suite! De tout cœur, âme et esprit avec vous! ...

Sylvie Lefrançois (2013-07-09 à 13:30)
Quel texte Monsieur Tremblay!
J'ai l'impression d'avoir vécu ces moments d'horreur en vous lisant!
Toutes mes sympaties à Lac Mégantic en entier!

michel grimard de sherbrooke (2013-07-09 à 13:15)
bon courage tous ces gens de mégantic, je suis avec vous autres en pensées et en priere.


annick roussey (2013-07-09 à 12:54)
je suis française mais beaucoup d'amis au québec...dont certains cherche un signe de vie de leurs proches .......

Nancy de Armstrong , Qc (2013-07-09 à 14:44)
Quel beau texte !! Cette tragédie nous interpelle tous . À la maison , nous suivons les informations et espérons fortement que l'enquête pourra donner des explications très claires et que quelque chose soient fait pour qu'un événement de la sorte ne se reproduise plus . Toutes mes condoléances aux familles éprouvées . Nous vous souhaitons énormément de courage pour la suite .......

Ginette Villeneuve, Laval (2013-07-10 à 10:57)
Je devrais être sans mot devant un texte d'une telle réalité. Je me dois cependant d'y ajouter mes félicitations à l'auteur et des pensées de courage pour la population de Lac Mégantic.L'Echo de Frontenac porte bien son nom!

Francine Labelle (2013-07-10 à 13:58)
Mon message s'adresse à Madame la Mairesse,
Il n'est pas facile d'accepter une telle épreuve,le départ des personnes disparues laisse un vide impossible à combler.
Mais avec le temps, puissiez-vous retrouver la paix intérieure qui vous permettra d'éveiller avec sérénité le souvenir de ces chers disparues.
Francine Labelle de St-Clet

Huguette Caza, Piopolis (2013-07-10 à 12:04)
Merci Rémi pour ce texte émouvant et réaliste qui m'a beaucoup touché.
Tout comme toi, je pense que la mairesse madame Colette Roy-Laroche est très forte.

Mariette Giguère Corriveau (2013-07-10 à 12:06)
Mégantic, ville de mon enfance, ville où j'ai connu mes premiers pas, mes premières découvertes, mes premiers amis.Ville des aventures dans le bois derrière chez nous sur la rue Papineau que l'on appelait "Le bois des patentes" . Lac Mégantic où nous passsions nos belles journées d'été à l'O.T.J. Le lac où j'ai appris à nager. Lac Mégantic, ou Mégantic,... on s'en fout .Je pleure quand je vois les images à la télé et je sais que je pleurerai lorsque je reverrai le Parc des Vétérans là où il n'y aura plus de fanfare les beaux mardis de l'été.
Mariette Giguère Corriveau

Yvon Bolduc (2013-07-10 à 13:13)
Lettre a "Période de questions", animateur Simon Durivage, Radio-canada;

Bonjour,
je suis natif de Lac-Mégantic et j'ai grandi a 100 mètres de wagons que l'on peut voir empilés sur toutes les photos du monde. J'ai été homme d'affaire pendant + de 20 ans a Lac-Mégantic et je connais bien certaines des victimes de cette tragédie. Rien de bien réjouissant.
Vous pouvez deviner que depuis samedi je ne manque pas une seule intervention, radio ou télévision, dans la mesure de mon possible, et qu'a ma connaissance, personne ne semble se poser LA SEULE QUESTION POSSIBLE, a savoir:

TOUS LES CAMIONS DE L'UNIVERS NE PEUVENT SE DÉPLACER SANS QU'UNE PRESSION D'AIR ADÉQUATE LIBERE LES FREINS DE CES VÉHICULES (1-2 REMORQUES A LA FOIS ! ), AFIN DE SE METTRE EN MOUVEMENT, ET QU'UN TRAIN ( 73 WAGONS! ) , ( UNE BOMBE! ), SE DOIT D'AVOIR SON ENGIN
( MOTEUR-GÉNÉRATEUR D'ÉLECTRICITÉ ) EN MARCHE, AFIN DE DISPOSER UN TANT SOIT PEU DE PRESSION D'AIR POUR ACTIONNER LES FREINS?

Logique a vos yeux??

En 2013, nous avons la possibilité d'envoyer des hommes sur la lune, mais voulez-vous me dire qui l'est (dans la lune) a ce point, pour ne pas penser a un système similaire aux camions (inversion de l'actuel système des trains) pour garder cette arme chargée I-M-M-O-B-I-L-E???

Il y a surement moyen de faire les modifications, sur CHACUNES des locomotives (et wagons) déjà existant(e)s dans ce "plus merveilleux" pays du monde, a un prix PARFAITEMENT justifiable, et de construire les nouveaux équipements avec le système amélioré, sans frais supplémentaires, AFIN DE NE PLUS JAMAIS devoir
compter nos mort avec une pincette!

TOUS LES DÉTOUR DE RAIL DU MONDE NE DONNERONT JAMAIS LES RÉSULTATS SÉCURITAIRE QUE NOUS OBTIENDRONT AVEC CETTE PETITE MODIFICATION DE CONCEPTION.

Point a la ligne.

Toutes mes pensées et mon ame sont avec la population de qui m'a vu grandir.

Un citoyen consterné par l'avidité et le manque de vision de l'homosapiens.

Yvon Bolduc
8 du Muguet
St-Christophe d'Arthabaska Qc
.


Francine Labelle (2013-07-10 à 13:58)
Mon message s'adresse à Madame la Mairesse,
Il n'est pas facile d'accepter une telle épreuve,le départ des personnes disparues laisse un vide impossible à combler.
Mais avec le temps, puissiez-vous retrouver la paix intérieure qui vous permettra d'éveiller avec sérénité le souvenir de ces chers disparues.
Francine Labelle de St-Clet

aline roy (2013-07-10 à 17:11)
quel beau texte émouvant, ça me change des reportages de la télé. Bon courage., c'est vrai que votre mairesse est formidable.

louise Allard (2013-07-10 à 17:45)
Scandaleux les crimes commis à Lac-Mégantic. Je connais quelqu'un qui transportait du lait, la cabine avait une parois double. On met une parois simple pour transporter des bombes en puissances.

Claude Laforce (2013-07-10 à 21:20)
Nous avons des amis et Ronald Martel et Danielle Poulin et sa famille que nous connaissons depuis plusieurs années et que nous aimons .Nous sommes empressés de leur téléphoner pour avoir de leurs nouvelles de vive voix Merci M. Tremblay de votre témoignage

Sonia Tremblay (2013-07-10 à 23:15)
À vous tous,je n'ai pas d'autres mots à vous dire que courage! Toutes nos pensées vous sont destinées dans cette tragédie!

Brigitt Mrazova (2013-07-10 à 00:57)
salut Rémi...
Voici mes pensées mais encore un petit texte concernant la tragédie survenue Dimanche dernier 1:15 am ce "TRAIN d'ENFER"
Un " TRAIN D'ENFER" TRANSPORTANT DES MILLIERS DE TONNES DE CARBURANT DÉRAILLE ET MARQUE SON PASSAGE dans la nuit du 6 juillet 01:15am à Lac Mégantic...une ville en pleine effervescence... .. Débutant par un bruit d'ENFER qui s'est fait entendre des milles à la ronde, suivit d'une Explosion de forte intensité notre ville fut ravagée par les flammes, par conséquent, il détruit le centre ville qui s'est aussitôt transformé en éruption tel un volcan déversant derrière lui une immense mer de FEU! inondant ainsi la surface de notre lac d'où il freinait enfin sa course folle! DANS CETTE TRAGÉDIE , il emporte également avec lui quelques milliers de vies humaines victimes de ce fléau, femmes, hommes, enfants amis et plus encore... emplois, maisons (centenaire) , commerces et de ce fait même il apporte également le "coeur ♥" de cette ville c'est à dire "Notre Patrimoine"...archives, bibliothèque municipale etc... Malgré ces innombrables pertes, jamais ce "TRAIN D'ENFER" celui qui a violé notre ville de Lac Mégantic ne réussira ni ne pourra nous faire oublier ce qu'ÉTAIT notre ville et ce qu'elle "SERA". Ce TRAIN a éveillé un "GÉANT" et 'il a les reins solide. J'ai Foi en lac Mégantic et je peux vous certifier que jamais notre ville ne renoncera car vous "la" verrai ressusciter et se redresser peu à peu grâce à notre force et à celle de nos bâtisseurs! Je tiens à remercier tout ceux et celles pour leur solidarité collective afin de venir en aide de quelque façon que se soit à cette "tragédie" qui a frappé notre ville Lac Mégantic. MERCI! à tous les organismes!

Loic Avat (2013-07-10 à 10:30)
Votre article est très émouvant car toutes les personnes que vous citez sont des personnes que vous connaissez et cela se sent dans la détresse de votre écriture. Nous ne pouvons que souligner votre courage et vous souhaitez de retrouver une certaine paix.

Sonia Tremblay (2013-07-10 à 23:15)
À vous tous,je n'ai pas d'autres mots à vous dire que courage! Toutes nos pensées vous sont destinées dans cette tragédie!

Katia Bordeaux France (2013-07-10 à 05:46)
Votre article m'a beaucoup ému car il est humain avant toute autre chose et que vous y transcrivez avec justesse la vie de ce joli pays avant et après ce drame terrible, du à l'incapacité de ces "gens des sphères multinationales " âpres au profit et le profit comme comme drapeau, sans conscience d'autre responsabilité.
Vous révélez ici, l'incapacité des médias internationaux, ou les vrais journalistes sont inexistants par leur rareté, à transcrire la vérité, la réalité de ce drame humain, (autrement que par du sensationnalisme aveugle et trop souvent "enthousiasmé"; leur incapacité à analyser le sujet et à nous éclairer également sur la responsabilité meurtrière de ce qui prévaut aujourd'hui dans le monde : le profit et l’intérêt de l'argent avant l'humain.

Je souhaite à votre petite ville de renaître de toutes ses forces vives et de prendre les dispositions pour que les responsables de cette catastrophe soient mis hors d'état de nuire . Courage!

Jocelyne (2013-07-10 à 09:34)
Merci pour ce beau texte qui nous fait vraiment prendre conscience de ce que la population méganticoise et toutes les personnes en vacances dans votre patelin ont pu vivre. Le bonheur, la joie de vivre qui soudainement se change en horreur. Mon coeur saigne, mon coeur a mal quand il pense à ce que sera maintenant la vie de ces personnes ayant vécu un tel cauchemar. je suis vraiment de tout coeur avec vous tous. BON COURAGE.

Renée Bilodeau (2013-07-10 à 04:55)
Sincérement .. j'avais hâte de lire votre article .. très bien monté .. bonne structure .. mais comme je n'y étais pas là .. je ne peux que lire les témoignages et regarder les vidéos .. et bien cette horreur .. je remercie le ciel de n'y avoir pas assisté .. mais je suis de tout coeur .. avec ceux qui sont ici grâce à Dieu .. je suis heureuse que chacun de vous soit encore vivant ..

yves leblanc (2013-07-10 à 05:22)
Un texte qui decris l'ampleur du drame de facon exceptionnelle, un texte d'une qualité remarquable, pas besoin d'images en loupe et de sensationalisme, bravo.
Un texte sur toute la merde politique évidente et l'hypocrisie (fédéral) qui transpire encore une fois serait tout aussi explosif que ce drame et apprécié, mais que j'aimerais que le peuple n'est pas besoin d'événements de ce genre pour se rendre compte et agir.

Pierrette Boucher ( 10/07/2013 ) (2013-07-10 à 02:32)
Bonsoir.
Je prie Dieu pour tous ceux et celles qui ont perdu des êtres chers, lors de cette nuit d'horreur. Que Dieu leurs viennent en aide.
Il est facile d'imaginer la peine et la détresse que tous ces gens peuvent ressentir au plus profond de leurs cœurs et de leurs âmes.
Même si je n'ai perdu personne dans cet horrible accident, mon cœur me fait mal rien qu'à penser à la douleur de tous ces gens.
C'est une pluie de larmes qui est tombée sur cette ville.
En espérant que le gouvernement, après ce terrible drame, fera tout en son pouvoir afin que de tels horreurs ne se reproduisent plus.
Pourquoi toujours attendre que des drames similaires arrivent pour ouvrir les yeux et faire quelques chose.
Je suis avec vous tous par la pensée et mes prières.
Mes félicitations à M. Rémi Tremblay pour cet article si touchant et tellement véridique.


Sylvie Veilleux (2013-07-10 à 06:56)
J'ai travaillé plusieurs années à Lac-Mégantic et j'ai de la parenté, ce petit coin de paradis était fantastique, je m'ennuie de cette époque et je me sens triste pour ce qui arrive, moi je travaillais l'autre côté de la voie ferré et quand j'attendais pour traversé j'avais toujours une crainte. Ne lâcher pas je pris pour vous tous et je sais que vous allez remonté cette épreuve, une journée à la fois.

Sylvie Veilleux (2013-07-10 à 06:56)
J'ai travaillé plusieurs années à Lac-Mégantic et j'ai de la parenté, ce petit coin de paradis était fantastique, je m'ennuie de cette époque et je me sens triste pour ce qui arrive, moi je travaillais l'autre côté de la voie ferré et quand j'attendais pour traversé j'avais toujours une crainte. Ne lâcher pas je pris pour vous tous et je sais que vous allez remonté cette épreuve, une journée à la fois.

Sylvie Veilleux (2013-07-10 à 06:56)
J'ai travaillé plusieurs années à Lac-Mégantic et j'ai de la parenté, ce petit coin de paradis était fantastique, je m'ennuie de cette époque et je me sens triste pour ce qui arrive, moi je travaillais l'autre côté de la voie ferré et quand j'attendais pour traversé j'avais toujours une crainte. Ne lâcher pas je pris pour vous tous et je sais que vous allez remonté cette épreuve, une journée à la fois.

Nathalie (2013-07-10 à 08:22)
Magnifique texte écrit avec le CRI du coeur.

Cannelle ROBERT (2013-07-10 à 08:58)
Douloureux témoignage mais tellement vrai et sincère. L'argent fait le bonheur de ceux qui en ont parfois mais surtout il creuse le malheur de ceux qui en ont pas ou peu...
Je m'associe à la douleur de ceux qui pensent que l'humain est plus important que l'argent. CR

Jocelyne (2013-07-10 à 09:29)
Merci pour ce beau texte qui nous fait vraiment prendre conscience de ce que la population méganticoise et toutes les personnes en vacances dans votre patelin ont pu vivre. Le bonheur, la joie de vivre qui soudainement se change en horreur

Patrice Gaudreault (2013-07-10 à 00:56)
Remy Tremblay, vous êtes notre "Victor Hugo"...vous êtes sensible à la misère des gens...Merci d'avoir écrit cet article.

Rose Dostie Legault (2013-07-11 à 19:41)
Bravo Rémi pour ton article. Je suis époustouflée. J'ai tenté de te joindre mais sans succès. Tu viens d'écrire un article très clair de cette tragédie qui aideront les gens à comprendre un peu plus ce qui est arrivé à notre belle petite ville de Lac-Mégantic. Encore merci

Claude Sirois La Malbaie (2013-07-11 à 20:39)
Tres beau texte Remi.

lucie deslauriers (2013-07-11 à 21:09)
je suis sans mots ses t' ellement horible tou ses vies perdu pour qui pour quoi, et maitenant que va t' il se passer avec tous ses chemins de fer tous croches, qui vont continuer a passer dans certain village, moi sa me fait peur car ils non jamais rien fait depuis 20 ans les clous qui sorte des rails c' etai deja pas normal et personnes portait attention tant qu' il y a pas de mort tout est beau, ses vraiment fustrant humain pour eux est ou, ses toujour l' argent qui emporte, bon courage et que dieu vous protege

Mme Josée Duchesne (2013-07-11 à 22:04)
Je souhaite de tout coeur que les gens et leurs familles soient réconfortés et qu"ils aient de l"aide qu"ils ont besoin ,je connais des amis qu'ils ont beaucoup de famille la-bas j"espère pour eux que leurs douleur s’apaise avec le temps ,mes sympaties avec toute les familles ....

Nicole Carignan (2013-07-11 à 23:26)
Merci pour cet article si bien rédigé et qui nous transmet le vécu réel de cette horreur !

En total accord avec la mairesse, monsieur Lafontaine et tant d'autres, il faut que cela cesse. La cupidité avant les valeurs humaines !

Et mes plus grandes pensées de compassion pour toutes les familles touchées ! Paix, Amour, Harmonie !



Ginette Bergeron (2013-07-11 à 23:33)
À Vous Tous !

Moi non plus je n'oublierai " jamais ", même de " Mon-Réel " d'où je vis.

Je désire ici, transmettre " toutes " ( et au pluriel pendant longtemps...), mes respects, grands respects envers la population du Lac Mégantic cependant, du fond de mon téléviseur, accompagné de celle de " ma conscience affolée ", toujours " JE ME SOUVIENDRAI du discours, des paroles, des vérités, du CRI de réalités exprimé par Monsieur Raymond Lafontaine.

Quel homme ! Bravo Monsieur Lafontaine ! Rien d'une " langue de bois ", mais enfin et je " redondance " enfin un Être dont la conscience, l'expérience ainsi que la réflexion ( je retiens les grandes douleurs ), a su EXPRIMER avec force, métaphores et sonorités; la vérité, la sienne, mais aussi celle qu'il " fallait faire entendre " pour extirper la domination de CEUX qui prêchent en direction déraillée de ce " train d'enfer ".

Que mes pensées soient transmises à tout le respect et l'intelligence des réflexions de Monsieur Raymond Lafontaine. À toutes les fois ou presque où je l'ai écouté " parler en langue réelle, sans artifice pour plaire à quiconque ", je me suis dit, " Tiens le VOILÀ " le "Grand six pieds " que chantait le chansonnier Claude Gauthier. En " voilà Un Vrai " que le Québec avait " grand " besoin d'entendre dire ce qu'il pense !

Bravo Monsieur Raymond Lafontaine ! Mes respects, mes condoléances ! Ainsi qu'à vous tous qui vivez cet " irréel trop vrai dans vos veines "

Ginette Bergeron .

Yvon Desrochers, Saint-Georges (2013-07-11 à 16:18)
Je suis absolument bouleversé par votre article qui est écrit d'une main de grand écrivain. J'y ai reconnu des amis, j'ai eu l'impression de les suivre dans leur fuite devant le brasier qui voulait les anéantir...pas assez content d'avoir pris leurs maisons, il devait prendre 50 vies...et peut-être plus...
Quelle description...à vous lire, on n'a pas besoin d'images; des centaines se sont déroulées devant nos yeux...seulement par vos mots.
Bon courage gens de Lac-Mégantic. Il y a plusieurs années vous m'avez accueilli à bras ouverts et jamais je ne vous oublierai...les plus belles années de ma vie, je les ai passées parmi vous.

Martyne Savard (2013-07-11 à 23:56)
De loin le plus beau et le plus vibrant texte que j'ai pu lire depuis vos évènements tragique de vendredi le 8 juillet 2013. Un texte écrit avec cœur pour des gens de cœur. Nous y sentons votre douleur et nous n'avons qu'une envie... Aller vous rendre visite chez Mégantiquois... Courage, nous vous envoyons pleins d'ondes positives... Bravo... Bravo... et surtout merci de nous avoir partagé ce super témoignage... L'écriture d'un film pourrait être une merveilleuse idée pour vous, plus tard... Lorsque la poussière sera retombé et que la vie aura repris... Un tant sois peu !!! Merveilleuse plume !!!

Mme Josée Duchesne (2013-07-11 à 22:01)
Je souhait de tout coeur que les gens et leurs familles soit réconforté et qu"ils est de l"aident qu"ils ont besoin ,je connait des amis qu'ils ont beaucoups de familles la-bas j"espère pour toute eut que les jours qui vienne que leurs douleur sa pèse avec le temps ,mes sympaties avec toute les familles ....

Paul Chilliwack, Colombie-Britannique (2013-07-11 à 23:52)
Merci de cet article émouvant. Faut pas se leurrer : cet <>, c'est la faute des gens du Parti Conservateur qui luttent constamment contre des <> en affaires...qui se sont traduit dans ce cas en situation où une seule personne serait en charge de 73 wagons!! C'était ce gouvernement fédéral qui assume la blâme d'avoir accordé ce droit aux américains - ie. d'avoir si peu de supervision.

Pensez à cela la prochaine fois Christian Paradis demande ton vote. La compagnie a fait ce que les Conservateurs leur ont permis de faire et le Membre du Parlement va souffrir les conséquences d'être dans la poche des riches.

En C-B nous sommes, depuis trois ans, à débattre l'idée on non d'avoir des bateaux plein de pétrole sur notre beau côte Pacifique. Les leçons de Lac Mégantic nous instruisent bien clairement. Désole que le coût humain à été tellement féroce pour vous, nos confrères québécois. Aux urnes mes amis!! Aux urnes.



Lorraine Aubin (2013-07-11 à 14:24)
Les premiers intervenants et les pompiers ont toute mon admiration, j'aimerais tant leur dire qu'ils sont des anges pour leur communauté. En plus de faire un travail tellement difficile, ils sont susceptibles de connaître les disparus, on en parle pas assez. Les pompiers de Mégantic, vous êtes les plus courageux, les plus valeureux, les plus remarquables soldats sur le front improvisé et si cruellement réel!
Votre mission n'a pas d'égale. Je demande au Ciel de vous bénir!

Lorraine Aubin, Bellechasse.

marie morin (2013-07-11 à 14:17)
magnifique texte jsuis très émue

Diane Larocque (2013-07-11 à 13:56)
Bravo pour cet article écrit par M. Tremblay, journaliste au Lac Mégantic! On y retrouve à la fois la compétence narratrice du journaliste et son sens de l'observation, de même que les émotions de l'homme et du citoyen. Cette dramatique histoire ne pourrait pas être mieux racontée que par une personne qui l'a vécue.

Toutes mes sympathies à tous ceux et celles qui ont perdu un être cher, un ami, un voisin.

Luc Brouillette, St-Basile-le-Grand (2013-07-11 à 13:13)
Votre article est très émouvant, et très profond.
J'ai visité votre belle région à plusieurs reprises au cours des dernières années et je m'y suis attaché. Les gens sont sympathiques et chaleureux, et les paysages à couper le souffle. Quelle tristesse de voir un tel drame. Je ne peux imaginer toute la peine et le désarroi qui vous frappent.
Soyez assurés que mes pensées et mes prières sont avec vous. Et sans nul doute, je reviendrai vous visiter lorsque la poussière retombera. Bon courage!

Marguerite-Rose McKale (2013-07-11 à 10:04)
Mes sympathies à tous les gens du Lac Mégantic.
Tout cela pour de l'huile provenant de l'ouest américain transitée par le Canada passant dans chacune de nos villes importantes même Montréal....pour retourner aux États-Unis est. Pas si bêtes les Américains...ils ont besoin de leur huile...on fait faire la salle job là où les lois de transport ne sont pas respectées. Des tonnes et des tonnes de marchandises se promènent sur des voies ferrées mal entretenues et on veut mettre la faute sur le travail des employés. Je regrette, les petits paient toujours pour la stupidité des gros. Il faut que çà cesse. En commençant par le gouvernement que chacun fasse sa job comme si ta fille en dépendait. Ne laissons pas notre pays, notre chez-nous se détruire par les mains de gens qui se tiennent loin et ferment les yeux. Ils instaurent des lois, ils poussent les employés à produire
plus en leur offrant toujours moins.........C'est désolant..Faire une nouvelle voie ferrée aujourd'hui c'est cher mais la machinerie est là. Regardez les millions qu'on déboursera pour toutes les pertes ! Si on avait investi avant, moins de monde pleurerait aujourd'hui. Je suis la mère d'un fils qui travaille pour une compagnie de chemin de fer. J'ai un bon garçon qui respecte les lois, qui est consciencieux et respectueux. On lui a fait étudier toutes les lois de sécurité ferroviaires, de matières dangereuses ect Mais la même compagnie ne fournit pas à ses employés la matière pour appliquer toutes ses lois...Vieilles engins pas entretenues, voies en mauvaises états ne permettant pas de circuler à une vitesse normale. Là où il faudrait deux hommes, on en met un. Là où il en faut un, on en met plus.
Quand des tragédies, comme celle du Lac Mégantic, arrivent on est juste heureuse que notre fils n'était pas sur ce train-là et on sympathise avec le chauffeur de ce train fou et tous les parents, amis des personnes trop vite parties. Les maisons se rebâtissent mais nos êtres chers sont partis pour toujours. La vie humaine est précieuse, donnons lui une chance de s'épanouir partout, en tout lieu. Bon courage à chacune des personnes éprouvées.

Hélène Goasdoué (2013-07-11 à 09:41)
Votre article m'a prise au coeur, coeur qui bat au rythme de Mégantic.

Lilianne Dallaire (2013-07-11 à 08:50)
Merci Rémi pour cet article rempli d'émotions de toutes sortes. Je vous souhaite beaucoup de courage pour retrouver une partie de votre vie envolée en fumée. Bonne chance dans toutes vos démarches afin que rien de pareil ne se reproduise et toutes mes sympathies à tous ceux et celles qui ont perdu dans cette tragédie.

Céline Simard, Laval (2013-07-11 à 08:25)
Très beau texte. J'étais déjà très attristée par ce qui est arrivé aux gens de Lac-Mégantic, mais ce texte donne un visage, une vie aux personnes qui vivent à Lac-Mégantic et qui maintenant, pleurent des proches qui sont partis pour toujours! j pense à vous tous!

France Lafleur (2013-07-11 à 07:59)
Les frissons, l'incrédulité et surtout la peine sont palpables au travers de votre article. Merci de nous relater de l'intérieur cette très triste réalité pour nos compatriotes de Lac Mégantic. De tout coeur avec toutes les personnes touchées par cette tragédie. Mes pensées vous accompagnent.

Pierrette Boucher 11/07/2013 St Léonard (2013-07-11 à 22:40)
Lors du décès de mon fils, ma douleur était si intense que j'ai senti le besoin de lui écrire un poème. Et lorsque ma peine devenait insoutenable, je relisais mon poème et je voyais mon fils avec les anges et cela apaisait ma douleur.
Aujourd'hui, je veux partager ce poème avec vous, afin que vous ressentiez un peu de paix et de réconfort dans cette terrible épreuve.

Une Colombe s'est envolée.

Une colombe blanche s'est envolée,
À la saison où fleurissaient tous les pommiers,
Dans un bruissement d'ailes et rayonnante de pureté,
À tire-d'aile...si haut...elle s'est envolée.

Laissant derrière elle, dans nos cœurs, un silence éploré,
Un vide que laisse toujours une absence prolongée.
Elle s'est envolée...à tire -d'aile...si haut,
Qu'elle n'entendit pas nos cris de désespoir, reviens! non! ne t'envole pas si haut!

Une colombe blanche s'est envolée,
À tire-d'aile...si haut! chercher l'espoir, la paix et la sérénité,
Que ses ailes fragiles, hélas!...trop fatiguées,
N'ont pu...vers nous, la ramener.

Lorsque Dieu vit cette colombe blanche si épuisée,
Qui dans son espérance avait volé, blessée, à tire-d'aile, si haut entre les alizés,
Il l'enveloppa de lumière Céleste comme sa légion d'anges,
Pour chanter, au son du luth, à jamais ses louanges.

C'était ma petite colombe blanche,
Qui avait naguère égayé ma vie, mes biens mornes journées,
Qui laisse derrière elle des souvenirs altiers,
Ma petite colombe blanche, hélas!...sans dire adieu, dans l'espace sidéral, s'est envolée.

Dans un élan d'espoir, à la lueur pourpre vespérale,
Prit son essor vers le Jardin d'Eden, aux allées de santal.
Sans que je puisse lui dire une dernière fois: “ Je t'aime ”
Pourquoi pure colombe blanche t'es-tu enfuie au pays de l'Eden?

On ne peut revenir dedans le temps passé,
Effacer cette douleur indicible, irréversible, de l'absence, bien ancrée,
Mais dans mon cœur tu resteras toujours ma colombe bien-aimée
Dont les merveilleux souvenirs parfument mes pensées.

Noémie Gobeil - Charlevoix (2013-07-11 à 15:06)
De Charlevoix jusqu'à vous, en pensée et avec amour. Courage. xxx

France et Gaston Tremblay (2013-07-12 à 14:59)
Un texte narratif à couper le souffle qui nous fait réaliser la catastrophe et ses effets directs sur les gens de Lac Mégantic.Bon courage. La Malbaie, 2013 07 12

Marthe Dumas (2013-07-12 à 16:14)
Je ne peux dire que merci pour votre texte. Vous avez réussi à résumer en si peu de mots ce que tous nous sentons et vivons. Notre peine, notre tristesse, notre indignation, mais aussi notre fierté d'être méganticois.

Recontruire sera un projet colossal, mais nous sommes des durs et il ne faut surtout pas que toute cette tragédie gagne sur nous. Nous sommes plus grand que ça, nous somme méganticois.

Cyr (2013-07-12 à 14:37)
Pourquoi ne pas envoyer cette info aux autres compagnies de train.

Marcelle (2013-07-12 à 07:14)
Sur la cigarette : Ce n'est pas la cigarette qui a sauvé, c'est la volonté de communiquer avec quelqu'un et de vouloir mieux respirer en dehors. C'est à réfléchir...

Gilles Dallaire (2013-07-12 à 02:07)
Absolument génial comme texte. Journaliste de métier maintenant retraité, je n'aurais jamais pas pu faire autant malgré mon talent qui était pourtant reconnu à la ronde. Dans ce désastre prévisible, j'ai perdu plusieurs amis très chers comme l'épouse du regretté Bertrand Boulanger et l'épouse d'un autre ami regretté Eugène Picard , la mère du psychologue Pierre Picard. Quand je regarde les scènes croquées par les caméras des stations de télévision du monde entier dans le secret de mon appartement de Magog où le train de la mort passe tous les jours je n'en finis pas de pleurer: ce sont non seulement les amis perdus mais aussi tous les souvenirs accumulés au cours des 28 années heureuses que j'ai passées à Lac-Mégantic qui se sont envolés à tout jamais en fumée. Tu mérites Rémi un prix mondial d'excellence journalistique.

Gilles Dallaire


manon lacoste (2013-07-12 à 18:13)
je suis avec vous depuis samedi matin à mon réveil . Mon cœur à moi et ma famille sont perturbés. Nous y pensons constamment. Ce soir nous allons allumer 50 lampions en votre mémoire, nous prions pour vous. Piedmontais faites la meme chose. Nous sommes de tout cœur avec vous xxxxx





isabelle couture (2013-07-12 à 07:27)
Salut Remi, je suis assomee de cette erreur humaine...Mechante gaffe, il faut regarder en avant. C est un choc pour tout le monde qui regarde..Merci de nous partager comment tu te sens. Triste , triste...Gardez le courage dans la tempete!

Isabelle Couture
P.S J habite en Europe (Allemagne) et les gens ici m en parlent.

Diane Cormier de Lasalle (2013-07-13 à 05:40)
Merci pour cet article, je viens de te lire ce matin sur Facebook.

Moi j'en revenais pas quand le lendemain matin de la tragédie mon conjoint Claude, qui était en train de regarder les nouvelles à la matin, me dit Diane vite viens ici c'est très important. Je cours et je vois ce drame, qu'elle horreur je me suis misé à crier, mais non, mais non cela ne se peut pas. À mesure que les images défilais j'étais enragée et triste, c'est sûr qu'il y a plusieurs morts.
Il avait de plus pris le temps de mettre à l'écran les rues du centre-ville de Mégantic, je vois le nom de la rue où ma cousine demeure eh oui il s'agit bien de Gervaise et Rémi(ce merveilleux journaliste). Mais il y a aussi son fils Pierre et sa famille ainsi que son fille Anne-Marie et sa famille. Que leur est-il arrivé? J'essaie, toute énervée d'appeler Réjean (frère de Gervaise à Montréal), sans succès. J'essaie d'appeler Juliette (sœur de Gervaise de Clermont Charlevoix), c'est toujours occupé. Pas de nouvelle.
Ce n'est que le lendemain matin que j'ai réussi à parler à Réjean à Clermont. Quand il m'annonça que tout le monde allait bien, non sans peine, j'étais soulagée. Mais ce n'est pas toutes le familles qui ont cette chance. Je trouvais cela horrible à la télé, imagine sur les lieux mêmes!

Bon courage à tous, nous sommes avec vous!!!!

Monique Bouchard (2013-07-14 à 14:43)
Une belle chanson qui me fait penser à vous tous. http://www.youtube.com/watch?v=FgoTPYoyYj4


R GAGNON (2013-07-14 à 21:12)
Bravo pour ce récit, qui résume l'inexplicable.

Monique Bouchard Iles de la Madeleine (2013-07-14 à 14:38)
Quel don de l 'écriture vous avez M.Rémi Tremblay. Je ne sais pas si vous êtes journaliste comme Claudia Collard que je connais mais tout ce que je peux vous dire c'est que vos écrits sont très intéressants à lire. Un article qui nous résume très bien ce que tous un chacun doivent vivre en ces moments pénibles. Je suis triste très triste pour vous tous et je ne trouves pas de mots pour exprimer la rage que j'ai envers cette compagnie de broche à foin comme vous dites. Ces Cies qui pour ménager leur $$$ ne s'inquiètent aucunement de l'humain et de l'environnement. J'ai visité votre ville il y a 2 ou 3 ans et je l'ai trouvé magnifique. Jje vous souhaite tout le courage nécessaire pour traverser ce" tsunami" comme vous dites si bien et je pense à vous tous Méganticois. Mon coeur et mes pensées sont pour vous tous ces temps-ci.

Hélène Tardif (2013-07-14 à 14:17)
je ne trouve pas les bons mots pour commenter votre texte. magnifique!

Suzanne Lemire (2013-07-14 à 00:10)
Impressionnant. Avoir réussi à publier et à écrire cet article qui décrit si bien. Courage.

R GAGNON (2013-07-14 à 21:12)
Bravo pour ce récit, qui résume l'inexplicable.

Ginette G. (2013-07-15 à 09:21)
Si vous n'avez pas encore lu ce billet de ce Rémi Tremblay, celui qui fait l'objet d'un article du Soleil de ce matin 'le syndrome de l'imposteur de celui qui a tout vu' qui résume tellement bien le drame qui a fait basculer leur vie par un beau soir de juillet...merveilleusement bien écrit, très touchant... prenez le temps de lire s.v.p. ça vaut la peine... Du grand journalisme...malgré l'horreur et la tristesse du sujet. Chapeau Rémi Tremblay! De tout cœur avec vous tous! :)

Pierre Connolly (2013-07-15 à 09:57)
Il existe une chose qui se nomme "journalisme humain".
En voici un bel exemple.
Merci M. Tremblay.

Pat St-Arnaud (2013-07-15 à 10:10)
En écrivant ceci, j'entend le train qui croise St-Henri et le Sud-Ouest de Montréal, métal sur métal, grondement. Je termine mes boites, je déménage demain. Bon débarras.

Lac Mégantic n'est pas ma destination, mais l'aurais facilement été; mon déménagement aurait eu lieu alors le 1er Juillet. Ça porte à réflexion. Ça force une certaine empathie, au delà de celle qui vient naturellement face à une telle catastrophe. Ça fait brailler un gros biker chauve cinquantenaire, aussi.

Ce désastre sera un de ceux que je n'aurai pas vécu; je n'ai pas de mots de réconfort pour les résidents, pas de cliché mielleux qui me donneraient bonne conscience. Juste un grand vide, un grand silence. Je ne sais pas ce que vous vivez, bien que je connaisse toute son horreur, toute sa douleur. Vous avez tout mon amour, mais ça ne réparera pas ce qui est brisé.

Seulement ceci, qui peut sembler tordu: On n'oublie pas, mais on finit par s'habituer. Pour le meilleur ou pour le pire, on est là, même si on aurait préféré partir à la place de ceux qu'on aime. Nous avons tous une force intérieure plus puissante qu'on pourrait le croire.

Cette dernière, certains l'on déjà vécu, faisant face à l'impensable, à l'innommable. Mais c'est ensemble que vous, nous, et tous ceux qui partagent votre peine, passeront au travers de ces moments qui nous brisent le coeur. C'est simpliste, mais soyez en bien certains: Vous n'êtres pas seuls.

Lisa Rodrigue (2013-07-15 à 15:37)
Je suis étudiante en kinésiologie. Mes collègues de l'Université de Sherbrooke et moi-même aimerions donner de notre temps aux citoyens de Lac-Mégantic ainsi qu'aux personnes bénévoles qui seraient dans le besoin. Par le biais de l'exercice physique, nous pouvons aider les gens à se relaxer, à avoir du plaisir, se détendre, se défouler et ressentir un bien-être général. Nous sommes des experts de l'activité physique capable de prescrire des exercices individualisés selon les pathologies de la clientèle. Nous sommes disponibles maintenant pour vous aider.

Suzanne Poulin (2013-07-16 à 15:26)
Merci Claudia pour ton texte écrit loin de ton domicile, une vision de l'extérieur par une méganticoise. Très heureuse de ton retour avec nous à l'Écho.

Pierre Biron (2013-07-16 à 09:35)
Je suis frappé par la qualité du français parlé et écrit des porte-parole de Lac Mégantic qu'on entend et qu'on lit. Qualité supérieure à celle du montréalais francophone moyen. J'imagine que si on est fier de soi, de sa ville, de sa région, on l'est aussi de sa langue et on la respecte.
Pierre Biron (Montréal)

Christine Boulanger (2013-07-16 à 11:00)
Bravo M. Tremblay pour cet excellent article. Vous avez trouvé les mots justes pour raconter ce cauchemar que vous vivez...tenez bon !

Myriam Réty (2013-07-16 à 11:53)
Très bien écrit. Poignant.

Martin Cloutier (2013-07-17 à 15:44)
Attention : monsieur Rémi Tremblay
Monsieur,
Bien qu'il raconte l'horrible cauchemar que vous et vos concitoyens avez vécu au cours de la nuit du 6 juillet et depuis, votre texte "la ville des âmes en peine" est l'un des plus touchants et des plus beaux que j'aie lus concernant le drame vécu à Lac Mégantic.
De toute évidence, la vivante description que vous faite contredit sans équivoque le dicton qui veut qu'une image vaille mille mots.
Merci beaucoup.
Vous avez une "plume" vraiment exceptionnelle et une "langue" qui sait justement dire.
Votre "décrisse" était-il vraiment nécessaire ? Il a failli me déconcentrer et me faire passer outre. Je regretterais l'avoir fait.
Bonne chance à vous et à tous vos concitoyens. Je compatis de tout coeur à votre tristesse et à votre douleur.



jean-paul langlois (2013-07-17 à 19:43)
je suis comme tout le monde,je trouve cela épouvantable.tout cela arrive part la
faute d:une compangnie de broche a foin,qui se fou des gens et des travailleurs
qui pense juste a faire de l:argents.je sympathise avec tout ces pauvres gents.

Anne Claude Crépin (2013-07-17 à 10:50)
Mon cœur et mes pensées sont avec vous, merci pour ce bon texte.

Pierre-Luc Poisson (2013-07-18 à 14:11)
Sherbrooke, jeudi 18 juillet 2013. 12h30.
Bonjour,
Heureux de vous savoir, vous, votre famille, belle-famille hors de danger! Je salue votre billet d'humeur depuis la catastrophe et le drame humain qui a pulvérisé 'vies humaines et tout son milieu ambiant' à des proportions dramatiques au sein même de notre communauté méganticoise! J'ai pas de mots et pour y vivre sur une base temporaire en alternance avec ma ville d'adoption qu'est Sherbrooke; mes pensées sont dirigées pour le moment vers les familles qui pleurent des êtres chers; ces nombreuses personnes délocalisées,ces personnes qui ont perdu logement, maison et biens pesonnels, ces nombreuses personnes inquiètes, anxieuses et qui porteront à jamais les séquelles de cette catastrophe....J'avais appréhendé à voir l'état de vétusité de ces installations depuis que le Canadien Pacifique (qui de son temps entretenait adéquatement ses troncons) mais les deux exploitants depuis... Quebec South Railway et depuis MMA; je n'élaborerai pas davantage! En avril 2013 pour la Xe fois j'avais communiqué avec les bureaux de la MMA pour porter encore à leur attention la dangerosité de la traverse ferroviaire de la rue Agnès; je vous évite leur silence radio! J'ai mal à mon 'Mégantic' d'enfance, cette ville où j'ai mille et un souvenirs; des repères; mon père qui y vit depuis 1959; des tantes, oncles, cousins-cousines qui y vivent comme vous à l'année! Mon frère Jean et sa compagne qui y vive les week-ends et lors des vacances de Noël et de l'été au jadis chalet familial estival de Frontenac; là aussi une 'autre maudite traverse ferroviaire' pour s'y rendre!! Excuser; moi qui toujours poli et diplomate! :-) Personnellement pour avoir emménagé à l'âge de 10 sur la rue Agnès; j'ai toujours détesté les deux traverses à niveaux de la ville (centre-ville et rue Agnès) notamment et depuis ce samedi 6 juillet 2013; et malgré qu'à Sherbrooke j'ai la malchance d'habiter à côté de la voie ferrée de la MMA; POUR TOUJOURS le bruit de ses convois et le sifflement raviveront en moi le drame qui s'est produit cette nuit qui s'annonçait magique pour de nombreux méganticois un 6 juillet 2013 1h13.....avant 1h14... . Merci madame Collard de nous avoir partagé vos émotions et commentaires! Paix, solidaité, réconfort, baume de bonheur épisodique accompagnez chacun-e des méganticois-e-s résidents à Lac-Mégantic et dans son noyau environnant! Pierre-Luc Poisson Sherbrooke Lac-Mégantic XX

Agathe (2013-07-18 à 16:49)
Des émotions bien exprimés
Force et courage à tous ceux et celles qui t'accompagnent dans cette catastrophe

Monique Bouchard (2013-07-19 à 08:10)
Très bien dit Claudia, j'imagine très bien ce que tu peux ressentir en voyant l'ampleur du désastre. C'est ton chez toi depuis de nombreuses années et ce sont tes voisins, tes amis, et ton coeur. La boule doit plutôt être un boulet de plomb dans l'estomac et je suis très très triste de tout ce qui arrive là-bas. Mes pensées sont très souvent tournées vers vous tous et je vous souhaite à tous un énorme courage parce que ce sera long avant de pouvoir passer à autre chose. XXXXX

Gilles Dallaire (2013-07-19 à 18:37)
Bonjour Colette,

Si j'étais à Lac-Mégantic, je te baiserais les pieds à deux genoux. Jamais je n'aurais cru que tu aurais pu être aussi forte dans l'épreuve. Tu es véritablement le symbole du courage tranquille. Je n'ai pas fait mention de toi dans un texte publié lundi ou mardi en page éditoriale de La Tribune sous le titre La culture de la négligence mais par contre je t'ai rendu hommage sur une page du réseau social Facebook créée par Manon Arsenault et j'ai fait un don substantiel que j'ai envoyé à ma belle-soeur Élaine Roy qui connaît mieux que la Croix-Rouge les besoins immédiats des plus dépourvus parmi les sinistrés.

Continue d'être forte, plus forte que moi qui éclate en sanglots chaque fois que je pense aux amis que j'ai perdus, aux élèves du Service de l'éducation permanente que j'ai perdus et aux proches de ces amis. La liste n'en finirait pas.

Je te laisse mais je continue de prier pour que pareille tragédie ne se reproduise jamais nulle part.

Gilles Dallaire



Marjolaine gariepy (2013-07-20 à 09:18)
Qu'elle desolation!!!!!, je compatis avec vous tous et toutes Meganticois(es) votre douleur me touche enormement,,,, chaque fois que je regarde les nouvelles a la télé mon cœur fais trois tours ,,je pense qu,il est impossible pour quiconque d,être insensible à votre malheur ...j,ai une pensée toute spéciale chaque matin à mon réveil ..bien sur cela ne ramènera pas vos êtres chers mais j,espere que toutes les énergies positives qui vous sont envoyées apaisent votre douleur....je continuerai de prier pour vous ...on dit que vous êtes forts et capables de vous relever ,soit... Mais prenez le temps de vivre ce que vous avez à vivre ..le temps fera le reste de tout mon cœur COURAGE !!!!!!

bolduc monelle (2013-07-21 à 12:03)
très beau texte mme. collard je sais que les images sont difficiles a voir je suis moi même très peinée de ce drame qui nous afflige tous j' ai peine a me refaire un quotidien soit pour mes commissions, ma marche quotidienne dont je passais toujours dans le parc je suis du secteur fatima et en même temps il me semble que si je pouvais voir de mes yeux m'aiderait est-ce de la curiosité ou un besoin mes idées se mêlent mais bon on va se retroussés il le faut le temps arrange les choses qui disent mais je sais déjà que ce ne sera plus jamais plus pareil et ma foi l'hiver n'est pas passée je crois encore félicitation pour votre article

Lise (2013-07-22 à 20:56)
Article très émouvant. Je dirais même que c'est ainsi que j'aime le journalisme... car vous avez réussi à transmettre cette dure réalité que constitue la dévastation du coeur de Lac Mégantic.


manon meunier (2013-07-22 à 18:54)
On pourrait y croire et lire un scénario de film de catastrophe. Avec tristesse ont constate vite que le drame est réel,palpable. Le souffle couper j'ai lu jusqu'à la fin me demandant comment j'aurais trouver le courage d'avoir celui de ces gens, tous toucher de près et de loin par la tragédie. Des gens que j,apprécie vivent là-bas. La vie sauve, mais je sais qu,ils ont le cœur chavirer par toutes ces pertes. Le mot courage prend tout son sens, désolation et tristesse n'ont jamais été si côte à côte. Tout le courage du monde pour vous cher habitant de ce petit coin de pays que j'ai eu la chance de visiter à plusieurs reprise. Que la vie soit bonne pour vous...et ce ..malgré tout.

Dominique Marcon (féminin) (2013-07-23 à 02:32)
J'y crois pas. Youhou les cerveaux!
Comment encore une fois a-t-on pu laisser un convoi sans surveillance?
Il est où le chef de train?
2 jours après la tragédie chez vous!
Y a vraiment là un sacré problème!
J'y comprends rien.
La race humaine me dépasse complètement par sa bêtise.

En passant, pourquoi la vidéo n'est plus disponible?
Question légale en vue?

Quoi qu'il en soit, bon courage!

Si on avait besoin de moi, je déménagerais bien mes pénates au Lac, là où j'ai passé 2 étés, enfant, et présentement des plus disponible.

Richard Lefebvre (2013-07-23 à 13:30)
Faut-il croire que la problématique de la voie ferrée en ruine va s’arranger toute seule ? Faut-il attendre de longues enquêtes, de longs procès, des promesses de nouveaux règlements ferroviaires, des moratoires éphémères sur le transport de matières dangereuses? Non ! Car, pendant ce temps, la menace d’une autre catastrophe perdure.
Le retrait du chemin d’enfer à Lac-Mégantic est l’option préconisée par une pétition présentée à la mairesse par 26 médecins qui pratiquent à l’hôpital et dans la région. Et c’est le désir exprimé globalement par bien des citoyens.
Il s’agit d’un enjeu de sécurité, de rétablissement psychologique, de confiance économique pour reconstruire le centre-ville.
Afin de supporter le conseil municipal, signons en bloc la pétition citoyenne pour retirer la voie ferrée de Lac-Mégantic, disponible en ligne à WWW.SIGNONS.CA ou sur la pétition papier qui circule.
À la mémoire des disparus, Mégantic va se relever.

Dr Gérard Chaput et Dr Richard Lefebvre



Lise Fouquet (2013-07-23 à 19:38)
Monsieur Remi,
C'est par l'entremise de Pierre Foglia que je prends connaissance de votre article aujourd'hui. Meme apres 2 semaines et quelque, il bouleverse toujours autant. La justesse avec laquelle vous decrivez la scene d'horreur est remarquable, tellement que j'en ai eu la chaire de poule. Comme beaucoup d'autres j'ai vu des images, toujours les memes images a la tele. Mais point besoin d'images pour accompagner votre recit, les mots sont assez forts pour porter ce que l'on ne voudrait etre que l'imaginaire d'un grand ecrivain, mais qui est plutot le drame d'un Meganticois qui se trouve aussi etre journaliste. Depuis la nuit noire, je me suis souvent demande ce que je pourrais faire pour "aider", outre les petits gestes de dons deci-dela que j'ai pu faire, car "l'aide" elle sera necessaire longtemps, tres longtemps. La reponse ne m'est pas encore venue, mais qui sait a quel detour de vie je serai amenee. Et ce jour la je me souviendrai de cette belle ville de Megantic et des belles heures que j'y ai jadis passees et de la douleur de toutes ces familles eprouvees. Courage a vous tous Meganticois !

Michelyne (2013-07-24 à 14:54)
Voici le texte que m'a inspiré ce drame :
À toi... le magnat de MMA
Parce que ta priorité c'est l'argent...
T'es venu voler nos parents et enfants
Question d'économie, t'as pas entretenu tes tracks
Et t'as fait sauté ma rue Frontenac
Un vendredi à Mégantic
On fêtait sur des airs de musique
Au Musi-Café on s'était donné rendez-vous
Ensemble, on chillait, comme on dit chez-nous
On avait juste envie de s'amuser
Pis ton train fou est arrivé...
Pas l'temps de prié Dieu
Ni même de faire nos adieux
Le centre-ville a sauté
Et la vie s'est arrêtée
On va trouver la force de s'en sortir...
Peut-être même arriver à sourire
Un jour, ma ville renaîtra
Mais PLUS JAMAIS ton train n'y passera!
Michelyne


Jacques roy (2013-07-24 à 20:00)
Jacques Roy (07/24/13) Mon père ayant travaillé 44 ans pour le CNR en particulier sur cette ligne Lennoxville /Mégantic,il se retourne certainement dans sa tombe plusieurs fois par jour s'il peut voir la condition de (sa) voie ferré aujourd'hui.Dommage pour sa (Sandy Bay) Bon courage a vous tous qui habitez un si beau coin de pays

Jean Ethier (2013-07-25 à 19:29)
Bravo à vous Mme. Roy-Laroche. Toute la population de Lac-Mégantic et de la province vous suivent et sont réconfortés par votre calme et votre sérénité. J'ai hâte de vous revoir pour vous signifier mon empathie. Prenez un peu de repos pour laisser descendre la pression.

Dominique Séguin (2013-07-26 à 16:20)
Bonjour

j'essaie de trouver à qui je pourrais envoyer ma composition faite il y a 10 ans et que je n'ai jamais divulguée au grand public. "Je t'aimerai " Je vous JURE que les affligés s'y reconnaîtront. J'aimerais qu'elle soit jouée et chantée (peut-être par des colonnes de son) à l'Eglise pour demain le 27 juillet. Il s'adonne qu'un des vers de la chanson dit:

"
Couplet 2 :

Tu m’as portée tout en toi
Je t’ai serré contre moi
Au temps du rude hiver
Loin des flammes de l’enfer

Tu m’as donné tant de joie
Tu m’as donné tant de foi
Même loin de toi
J’entendrai ton pas (Refrain) Etc, J'Ai le MP3 si vous voulez l'entendre mais il faut se parler, car bientôt une chanteuse prendra la pièce officiellement . Ci-joint un extrait


SVP nourrissez-les de cette chanson. Merci du fond du coeur

Dominique-M.Séguin 514-723-0170

Pierre-Luc Poisson (2013-07-26 à 22:12)
Sherbrooke, vendredi 26 juillet 2013. 21h19.
Bonsoir, bonjour,
Merci à vous l'Équipe de L'écho de Frontenac pour votre "travail professionnel, respectueux et sensible"!
Le matin du samedi 6 juillet 6h00 en me levant j'accède à ma boîte vocale Bell de la maison; en me couchant la veille j'avais écrit un statut sur Facebook relatant le bruit infernal de son convoi ferroviaire lorsqu'il emprunta la voie ferrée de la MMA longeant le lac des Nations de Sherbrooke en début de soirée le vendredi 5 juillet .... Un ami de Magog et également un ami de Sherbrooke ont aperçus le convoi erratique en début de soirée ( locomotive de tête erratique et longueur expotentielle des wagons citernes...). Trois messages vocaux de trois personnes différentes m'annoncant sans détails la catastrophe survenue à Lac-Mégantic dans la nuit...J'ouvre la télé à RDI, Louis Lemieux commente la catastrophe....le directeur du CSSS du Granit qui parle du "Code orange" et du fait qu'aucuns blessés ne furent admis à la salle d'urgence! :-( Je suis sans mots....je téléphone à mon père à Lac-Mégantic....il est abasourdi....il a accueilli chez lui dans la nuit son frère et sa conjointe domiciliés boulevard des Vétérans; les Simoneau. Il a craint la méga explosion survenue vers 4h00...Il est sain et sauf et âgé de 81 ans et ne pouvant "suivre" en quasi direct le tout à la télé comme moi à Sherbrooke; leur câblodistributeur Câble Axion ayant vu ses liens optiques détruits au centre-ville; il n'a pas vu l 'horreur dans les premiers jours....à la télé. Je le rassure en lui disant que je serai là dimanche 7 juillet 2013 11h00...; chez lui à Lac-Mégantic. Dire qu'en avril 2013; pour la xe fois depuis trois ans j'avais contacté la MMA l'exortant de réparer la traverse ferroviaire de la rue Agnès à Lac-Mégantic....Réponse laconique de leur part.....Je suis peiné, mot infime... j'ai toujours détesté les façons de faire de la MMA et sa précédente Quebec South Railway envers la communauté méganticoise et les autres municipalités traversées par leur réseau... Mes pensées sont dirigées vers les familles endeuillées, les orphelins, les blessés, les personnes traumatisées, les personnes et commercants qui ont tout perdu, les personnes évacuées et tous ceux privés de leur emploi et du noyau attractif et prospère du centre-ville et sa périphérie d'avant ce samedi 6 juillet 2013 1h14....Le deuil, la peine, la colère, l'ignoble propriétaire de la MMA, l'environnement souillée; un dur convoi qui va " passer sur le corps" d'une communauté dévastée...pour des jours, des semaines des mois, des années! :-( J'ai pas de mots! Soyons solidaires! Merci aux bénévoles, à la mairesse, la Ville de Lac-Mégantic, la Croix-Rouge, toutes ces ressources! Ma ville natale et d'attache et ses gens ne seront plus jamais les mêmes...Pierre-Luc Poisson Sherbrooke Lac-Mégantic



Alain Gagne (2013-07-27 à 18:55)
Le soir de la tragedie j'etais coucher chez moi a Fatima.Nous avons entendu notre sonnette de maison sonne sans arret jusqua nous ouvrions la porte,La soeur de ma conjointe et son mari etais a notre porte. Ils nous on dit qu'il y avais un gros feu au centreville, mon voisin qui marchais dans notre rue as dit le centreville au complet brule.Etant un ancient militaire dans la marine canadienne et pompier sur les bateau.Mon instinct militaire m'as fait que je m'habille et que j'aille aidée. Je suis arriver sur la rue frontenac au barrage et je me suis presenté au pompier, malheureusement ils n'avais pas vraiment besoin de mon aide pour le feu meme, mais mon demandée d'essayer de garder les curieux loins des lieux, c'est alors que j'ai fait 19 heures de benevolat a diriger le traffiques des pompiers,polices et ambulances sur les lieu de la tragedie.J'ai aussi essayer de recomforter des personne qui venais et qui voulais allez voir si leurs proches etais encore dans les feu fou.je voudrais prendre le temps aussi de remercier tout ceux qui etais avec moi pour diriger les choses sur la rue Salaberry et rue Agnes, je voudrais aussi remercier tout les volontaires qui nous on nourrit et amener de l'eau car il faisais tres chaud. Et encore un plus gros merci a tout les pompiers,ambulanciers et a la croix rouge pour un excellent travail.

Denise Groulx (2013-07-28 à 12:31)
Cette nuit-là, je me suis couchée sans savoir ce qui se tramait à Mégantic. Le lendemain, quand je me suis réveillée, que j'ai allumée la télé et que j'ai réalisé le drame qui se jouait sous mes yeux, je me suis mise à pleurer et j'ai prié pour qu'il n'y ait pas de victimes. Depuis, mon coeur est avec les méganticois, mes frères et mes soeurs humains. J'irai vous visiter et surtout voir la merveilleuse nature qui vous entoure quand le calme sera revenu et que votre douleur sera un peu apaisée. Je vous aime.

Annie Grenier (2013-07-28 à 16:23)
Vers 1h15 1h30am mon chum ce lève du lit ce qui m'as réveiller j'ai aussitôt entendu les voitures de police passer a vive allure les sirènes aux fond j'ai imédiatement été voir sur la galerie d'entrer qui adonne sur la ville car je reste en haut de la ville je vois un immence nuage de boucane et de feu. Ma réaction? Panique! J'ai pris une photo que j'ai partager sur Facebook car je croyais que c'était l'usine cliche mais sur Facebook les nouvelles ont voyager très vite j'ai eu deux amis peu de temps après j'ai su qui ce sont sauvés de la terrasse du musicafé j'ai eu très peur pour mon monde de Mégantic j'en ai pas dormi de la nuit au petit matin j'ai été constater les dégats de la croix et en arrière de l'harmonie car c'était incroyable et fou j'ai admiré le calme de la circulation au moment de lévacuation mais c'est fou les images ce déroule encore et encore dans ma tête.le champignon je l'ai vu et je le vois encore. C'est une journée qu'on voudrait oublier mais malheureusement c'est graver... ont va rester avec de quoi c'est ce qui est dommage. Mais j'apprécie l'aide que tout le monde nous apporte car c'est souffrant la douleur de ce drame et ont peux pas vivre ca seul xox bon courage a tous le monde

Anne-Julie Hallée (2013-07-29 à 22:02)
Le 6 juillet, un peu avant 1h15, j'étais couchée et j'ai entendu le train faire un bruit d'enfer. Ce n'était pas le même bruit que d'habitude.... (on l'entend quand même très bien des condos Place du Moulin) ... et BOOM BOOM BOOM!!! j'ouvre les yeux et regarde par la porte-patio - le ciel était jaune, orange et rouge. J'ai crié, me suis levée en vitesse, ai ramassé ma caméra et j'ai couru jusqu'à la piste cyclable. D'autres voisins étaient déjà là - BOOM! et j'ai commencé à filmer. Nous étions alarmés, pensions aux gens du Musi-Café, des logements et des commerces. BOOM BOOM!!! la chaleur était écrasante et la senteur donnait un goût âcre dans la gorge. J'avais les yeux en larme et BOOM BOOM BOOM!!! la peur s'est emparé de moi. Je regardais les arbres entre les Condos DuPhare et Place du Moulin et je me suis dit que tout allait brûler et que les condos y passeraient aussi.
J'éteins ma caméra et je dis à mes voisins que je me sauve chez mes parents - ''ne me cherchez pas!''

J'entre chez moi et ramasse mes 2 chatons et les mets dans leur cage. En même temps, je téléphone mes parents qui n'avaient pas entendu les explosions. Selon leurs dires après, j'étais en panique et ils ont eu peine à comprendre ce que je leur disais. Je mets les chats dans la voiture et vais réveiller ma tante Rosie (aux mêmes condos). Tout en cognant à sa porte, j'ai crié à plusieurs reprises :''Rosie, c'est Anne-Julie!!!'' Quelques minutes plus tard, elle a ouvert la porte et m'a vu 'blanche comme un drap' en état de panique. Elle croyait que j'étais malade. Je lui explique brièvement et lui faisant ramasser quelques petites choses, je lui ai dit qu'on s'en allait chez mes parents, à l'abri. Tout en montant dans la cour des condos, j'ai aussi fait embarquer Mme.Stewart (90ans).

En arrivant chez mes parents (environ 1 km de chez moi), nous étions tous les 3 en état de choc et je commentais ce qui s'était passé. Je crois que mes parents ne comprenaient pas la gravité de la situation jusqu'à ce que je leur monte la vidéo que je venais de filmer. Et là..... ils ont compris.

J'ai ensuite mis la vidéo sur YouTube et l'ai envoyé aux différents médias québécois.
https://www.youtube.com/watch?v=5Gl49CpPQtc

Nous sommes restés éveillés toute la nuit.
À 4h12 exactement, une autre explosion - une méga celle-là - est survenue. Ça ressemblait à un champignon nucléaire - ça ressemblait à un nuage de feu qui roulait vers nous. Dans la maison, nous avons pu ressentir la chaleur intense. Nous pensions vraiment que le feu atteignerait les maisons et que nous allions devoir s'enfuir. Mais, quelques secondes plus tard, les flammes se sont résorbées.

Dans le salon, nous étions tous en panique.
Vers 6h10, le téléphone s'est mis à sonner - la télévision, les journaux et la radio voulaient m'interviewer. Ils avaient visionné la vidéo!

J'ai fait 16 entrevues (surtout en anglais) pendant 3 jours, à répéter les mêmes choses. Après ces 3 jours, ma mère a commencé à filtrer les appels, car je n'étais plus capable - ça commençait à me ''rentrer dedans'' - je commençais à réaliser qu'il y avait plusieurs décès (ma tante Élianne, des anciens élèves, un collègue, des amis du golf, des connaissances...) et que la moitié de notre centre-ville était incendiée et disparue. Incompréhension, tristesse et impuissance - dans ma tête.

Depuis le 6 juillet à 1h15...... le temps s'est arrêté.




Hélène Charron (2013-07-29 à 09:35)
tu termines ton magnifique texte par la colère! voici ce que j'ai écris sur la mienne hier soir!

Colère?
28 juillet 2013, 22:10
Je suis remplie de colère...je crois... mais est-ce de la colère, de la haine, de la hargne, une envie de vengeance?

Je ne sais pas de quoi je suis remplie et au fond, je n'en suis pas remplie puisque j'ai encore plein d'amour, plein de compassion, plein de lumière à donner et à partager avec les gens qui m'entoure...

Mais alors pourquoi est-ce que je suis remplie de cette boule dans l'estomac, dans la gorge et le cœur?...

Et pour quelle raison suis-je aussi remplie de peine, de peur, de terreur?...

Moi qui est une amoureuse des éléments, moi qui est une amante du vent, qui le laisse me caresser, se saisir de mes tracas et repartir avec eux en me laissant sa douceur sur la joue, me laissant calme et apaisée... pourquoi maintenant suis-je si nerveuse quand je le sent se lever? Simplement parce que j'ai eu peur, peur qu'il se lève très fort, de toute sa force, de toute sa puissance et qu'il transporte lel feu jusqu'à ma maison?, qu'il parte avec les récents souvenir que nous créons avec notre nouvelle famille... simplement?... non pas simplement parce qu'il n'y a absolument rien de simple dans les émotions que nous vivons tous, à Lac-Mégantic, à Stornoway, à Nantes, à Frontenac, à Marston, en Suisse et partout autour de notre belle ville, si chère à notre coeur! Rien de simple dans les cauchemars qui bercent, bouleversent, tourbillonnent les nuits de beaucoup d'entre nous, qui avons vécu l'horreur, de près ou de loin le 6 juillet 2013.

J'ai vécu le déni! depuis le début, je me dis que ce n'est pas possible, c'est trop gros, trop atroce, trop macabre, trop injuste... mais là, je suis dans l'étape de la colère. Colère que des gens que j'aime ne sachent plus de quoi leur avenir sera fait, colère de voir la fille d'une amie en maudit parce que les gens lui offrent leurs condoléances... elle n'en veut plus de notre sympathie... elle veut sa mère!...que sa mère lui soit rendue!

Colère que les gens de ma ville se demande ce qu'il va arriver à leur ville, à leur centre-ville, à Fatima qui sent le centre s'éloigner, aux marchands qui ne savent pas dans combien de temps et si ils vont simplement pouvoir retourner travailler dans leurs boutiques, magasins qu'ils ont mis, pour plusieurs, des années à bâtir...

Colère que des enfants n'arrivent plus à fermer les yeux parce que tout ce qu'ils voient derrière leurs paupières closent, ce sont des boules de feu qui ont failli faucher leurs vies!

Colère qu'une personne que j'aime de tout mon cœur refuse notre compassion parce qu'elle vit encore beaucoup trop avec l'adrénaline pour voir qu'elle ne va pas bien, que son cœur souffre et lui demande de l'aide parce que cette personne se demande ce qu'il en sera de l'avenir de notre ville, sa ville!...

Colère qu'on ne puisse forcer le propriétaire de MMA à faire les recherches pour retrouver les 5 personnes qui manquent encore à l'appel, qu'on ne puisse le forcer à se mettre à genoux avec un pinceau qu'on utilise pour retrouver des dents, des bouts de doigts, n'importe quoi qui aiderait à apaiser les familles qui espèrent retrouver quelque chose à enterrer...

Ce sera quoi après la colère?... Je ne sais pas, je n'ai jamais vécu de situation aussi atroce... mais en attendant, je suis en colère d'entre des cris dans ma tête lorsque je passe tout près de mon centre-ville, assez d'entendre le bruit du train dans ma tête, assez de faire des cauchemars toutes les nuits et de voir ma maison disparaître en fumée... et en colère de me permettre de vous parler de ces émotions, moi qui n'ai pas perdu ma mère, ni mon père, ni une de mes sœurs ou mon frère, pas perdu d'enfants ou d'amoureux, moi qui ai encore tous ces gens que j'aime, je me permet de vous en parler alors que plusieurs vivent un calvaire parce qu'eux ont tellement perdu!

julie giguere (2013-07-29 à 13:17)
ce fameux 6 juillet inoubliable a commencer tot mon mari qui est né a lac-megantic sur la rue villeneuve me reveille a 5h45 du matin et me dit a quelle heure tu t est coucher car j me couche toujours tard donc j lui dit vers 1h15 il dit ta pas vu ce qu il est arriver a megantic tout le centre ville est disparu tout a exploser et je le voyais stresser triste avec les larmes au yeux il me dit ca se peut pas et la me dit ma famille est la demeure pres du centre-ville et mes 3 freres etait surement dans un bar du centre-ville je me leve sans trop comprendre et realiser ce qui se passe ouvre la tele et reveille les enfants pour leur apprendre cette horreur on est demollit stresser et on veut des nouvelles des notres donc on ecoute la tv a 3 place differentes dans la maison je suis tout sur internet et la dans l avant midi ma belle soeur me confirme que 2 des freres a mon mari sont sain et sauf et sa soeur aussi mais ne sait pas ou on peut les rejoindre donc petit soulagement il en manque toujours un donc on lance un cri du coeur un appel a tous pour savoir si quelqu un a vu mon beau frere pas de nouvelles le temps est long ma plus jeune me dit maman y a un groupe de creer ou on peut inscrire qui l on recherche donc on l inscrit partout ou c est possible j ai du monde de megantic dans mes contact facebook donc j l ecrit sur ma page aussi et l un d eux vient me dire si j le voit j t avertis et il ajoute moi aussi je tente de rejoindre mon frere donc j lui dit on pense a toi et espere que tu recoive des nouvelles bientot ici moi et mon mari buvons du cafe sans arret mon mari est inca^pable de lacher la tv y en revient pas il ne veut pas non plus que ce soit la realité j me sens tellement inutile j sais pas koi faire ou dire pour le consoler car moi non plus j arrive pas a y croire on essaie de rejoindre le numero donner pour signaler mon beau frere disparu c est topujours occuper vers la fin d apres midi une fille inconnu de megantic me dit j ai vu ton beau frere il est ok j me depeche d aller le dire a mon mari mais il me dit a t elle vu le bon ou un autre de4 mes freres asait p e tromper donc on attends toujours vers les 7h on rejoint la sq et donne le nom de mon beau frere il ne reste qu a attendre il nous dise ca peut prendre quelques jours avant qu on vous rappelle donc on continue de regarder tout ce que l on peut voir on a pas manger encore depuis vendredi on en est incapable vers les 8h le soir une de mes nieces me confirme avoir vu mon beau frere et une autre fille donc j dit a mon mari la on sait que c est la bonne personne donc on part manger vite fait meme si on en a pas envie on revient et continue de suivre toute les nouvelles mais mon mari reste toujours inquiet pour sa famille donc le sdimanche on est monter a la polyvalente de lac megantic et ils etait tous la heureux comme jamais de nous voir et nous pareillement la on fut soulager pour notre famille meme si il sont evacué pour longtemps mais celui qui recherchait aussi son frere avec qui nous etions en contact depuis le debut ne l as pas retrouver encore donc on continue de penser a cette famille et toutes les autres nous sommes avec vous tous pensons toujours a vous vous faites tous partie de notre famille gens de megantic xxx

marleyne robert (2013-07-29 à 21:34)
Soirée plaisante du 5 Juillet 2013,
je suis sortie a Thetford mines avec ma meilleure amie....mais avant de sortir, elle m'a fait découvrir d'où elle venait, un magnifique endroit calme et serein et elle m'a fait rencontrer les gens qu'elle aimait qui habitait ces lieux.....notre soirée fut assez calme, allant d'un endroit a un autre. Vers 1h du matin nous avons décidé de reprendre la route pour Sherbrooke ou nous habitons moi et elle.... pendant que l'on fessait de la route, j'ai fait part de mon intention envers ma meilleure amie de lui faire découvrir le magnifique coin de pays ou j'ai grandi et ou ma famille vit encore! et cette ville est le Lac-Mégantic....vers 1h45 du matin pendant que mon amie conduisait pour nous ramener, j'ai décidé de regarder mon Facebook via mon téléphone cellulaire et boum la catastrophe..... les yeux pleins d'eau je ne pu que constater le désastre qui s'abattait sur ma ville natale...première chose a laquelle j'ai pensé, c'est a mon papa. Mon père travaille pour la compagnie MMA....et oui j'entends déjà votre colère, mais sachez que mon père, a tout fait de ce qui lui était possible de faire et avec les moyens qu'il avait a ce que le chemin soit en état pour qu'un train puisse passer dessus.... enfin bref vous comprendrez que ma plus grande peur a ce moment était que mon père est périt dans cet explosion...ensuite j'ai téléphoné chez moi pour savoir si tout était correct et mon père dormait paisiblement avec ma mère.... quel ne fut pas leur étonnement de mon appel a 2h le matin.... heureusement dans cet histoire, toute ma famille a été saine et sauf, mais par contre, j'ai perdue des amis, des connaissances dans cette tragédie! je suis aller a lac-Mégantic la journée du 6 juillet pour aller aider a la polyvalente, mais j'en étais incapable.... j'avais trop de souffrance intérieur pour aider qui que ce soit, j'y ai tout de même fait un gros don de jouets que moi et mon fils avions ramassés quelques jours plus tôt.... tout ca pour dire que je le vis encore mal, j'en fais des cauchemars la nuit, je pleurs quand je vois les images a la télé, mais je me réconforte en voyant les messages de sympathies venues de partout a travers le pays et même le monde! même si je ne demeure plus a lac-Mégantic, mon cœur sera pour toujours méganticois......

Pascal Lantreibecq (2013-07-30 à 22:28)
Bonjour, tout d abord j ai appris a 2h du matin sur Facebook en jasant avec un amis que le centre ville était en feu, je n y ai absolument pas cru car pour moi c était inconcevable . mais le lendemain j ai eu la triste vérité en pleine face avec une inquiétude immense pour certaines personnes que je connaissais qui fréquentaient le Musi-Café, les jours passants j ai pu apprendre la disparition des nombreuses personnes qui m étaient chères. J ai eu aussi beaucoup de chance d avoir été invité par un ami de Lévis en dernière minute car j aurais très certainement fais partie des victimes car mon idée première était de descendre a Lac Megantic ce 6 juillet au soir pour me rendre au Musi-café. J ai eu cette chance que d autre n ont pas eu....Merci

Sophie Bilodeau (2013-07-30 à 05:52)
Il faisait chaud et humide, une des rares soirées d’été ou l’envi de rester éveillé nous tient debout. Tard nous nous sommes assoupis dans le lit, la petite blottie dans nos bras. Paisibles, nous venions d’emménager dans un coin de la ville, près de l’école et des activités. Tout se trouvait à proximité. Nous étions ravis de ce choix qui allait nous apporter paix, tranquillité et facilité.
1h30 du matin, des bruits étranges nous sortent de notre sommeil. Une détonation nous sort subitement du lit. Dehors il fait clair comme en plein jour. Qu’est-ce que c’est? Puis le téléphone résonne dans la chambre. C’est mon frère qui habite à Montréal qui me dit que le centre ville est en feu, que nous devons quitter les lieux, que tout va exploser. Le train a déraillé au centre ville, il était rempli de pétrole. Je ne comprends trop ce qu’il me raconte mais en regardant par la fenêtre de la chambre, j’ai tout de suite compris que ce n’était pas une mauvaise blague de sa part. Une radio amateur appartenant à mon cousin avait capté l’information dès les premières explosions.
Les gens défilent dans la rue. Le centre ville est en feu, fuyez, le centre ville est feu, tout va exploser. Il faut quitter la ville. Il n’y a plus de centre ville, les wagons citernes continuent d’exploser. Il faut évacuer. Tout le monde est morts c’est sure. Le Musicafé a explosé. Un train a déraillé, il était rempli de pétrole. Ils sont tous morts. Vite sauvez-vous! Ils sont tous morts.
À peine quelques minutes plus tard et complètement affolé, le père de ma petite dernière arrive en trompe. Habitant à quelques minutes de chez nous sur la rue Agnès, il avait assisté de son balcon aux premières explosions. Mort d’inquiétude en constatant l’ampleur des flammes, il avait sauté dans sa voiture et s’était difficilement rendu jusque chez nous de l’autre côté de la rivière par la voie de contournement, klaxonnant pour se frayer un chemin à travers Fatima. Heureux de constater que nous étions tous sains et saufs, il nous raconte brièvement ce qui se passe.
Il n’y a plus de centre ville dit-il, ils sont tous morts, il y a du feu jusque dans le lac, le parc des vétérans va y passer, c’est épouvantable, plus rien que du feu et des explosions, c’est immense, c’est horrible. En se pognant la tête, il ne trouve pas les mots pour expliquer ce qu’il a vu et entendu. De chez nous, il téléphone à ses proches et à ses enfants pour les rassurer. Mon conjoint tente de faire de même et tente de rejoindre ses parents qui habitent un peu plus haut sur la rue Laval mais sans réponse.
Les gens s’affolent de plus en plus et courent maintenant dans tous les sens. Les voitures démarrent, les gens crient, les enfants pleurent. Vite! Vite! Rendez-vous au centre d’achat ou au Walmart. Apportez vos animaux, il faut quitter les lieux.
Les explosions se succèdent, les flammes se font de plus en plus hautes et puissantes. Le bruit est ahurissant. La chaleur est saisissante malgré les 500m qui nous séparent des explosions, nous sommes sidérés. Un mauvais rêve c’est sure, un cauchemar. Tout va s’enflammer pensons nous.
Les pompiers nous pressent de quitter les lieux rapidement. Ma grande fille, une ado de 16 ans, est d’un calme étrange. Elle organise notre départ. Une complicité exceptionnelle a vu le jour cette nuit là entre elle et moi. Son attitude me rassure. Nous chargeons le camion avec peu de choses dans la cohue du moment et récupérons quelques documents. Tentant tant bien que mal de la rassurer, je sors la plus petite du lit. Nous saisissons nos chats et notre chien. Nous avons de la chance contrairement à d’autres. Le cœur serré, les larmes aux yeux, l’angoisse est à son maximum. Nous n’avons pas le choix, nous devons quitter. Convaincus que c’était la dernière fois que nous voyions notre maison, nous nous sommes éloignés doucement.
Au volant de la camionnette, en compagnie de mes deux filles et de nos chats, nous avons quitté sans mot et terrifiés, le petit coin de ville paisible que nous nous étions approprié peu de temps auparavant. Je prie le ciel, je prie Dieu, je supplie ma mère décédée de protéger ces enfants, d’épargner les innocents. Cette nuit là j’ai cru, cette nuit là j’ai retrouvé la foi, cette nuit là, j’ai su que quelque chose de bien plus puissant que soi existait. Quelque chose qui en un instant pouvait décider de la vie et de la mort.
Le nez dans son oreiller, la plus petite pleure effrayée, inquiète pour ses chats, son papa, alors que sa sœur tente de là rassurer. Tout le monde est là lui dit-elle, ne t’inquiète pas, ça va aller. On est tous ensemble, papa est là, devant, dans son auto. Notre maison maman, notre maison? Que va-t-il arriver? Maman j’ai peur. Et elle pleure à chaudes larmes en regardant les flammes et les explosions qui se succèdent derrière nous.
Au volant de notre voiture respective, mon conjoint accompagné de notre chien, mon ex et moi, suivons la file de voiture qui emporte familles et enfants vers un lieu sûre. Inquiet et incapable de rejoindre ses parents au téléphone, mon conjoint fait un arrêt chez eux. Leur maison se trouve un peu plus haut sur la rue Laval. Ils ont déjà quitté pour Trois-Rivières lui dit un voisin. Comme ça? Sans se soucier de savoir si je suis toujours vivant pense-t-il? J’aurais pu être prisonnier des flammes comme bien d’autres se dit-il! Les pensées se bousculent dans sa tête, il ne sait trop quoi penser et il se questionne encore depuis cette nuit horrible ou des liens se sont créés et d’autres ont pris fin.
Après une brève halte au centre d’achat on nous invite à nous rendre à la polyvalente. Un peu plus tôt lorsque la pluie s’était mise à tomber, les gens ont applaudi. Comme si un ange avait voulu protéger nos maisons. Comme si malgré tout, Dieu tentait de nous protéger et du haut des cieux menait une lutte acharnée contre Satan.
Nous voilà rendu à la polyvalente, la pluie tombe sur la ville et nous attendons dans la voiture. Puis sans prévenir, une nouvelle explosion se produit au centre ville. Une énorme boule de feu s’élève derrière l’hôpital, c’était immense et terrifiant. On aurait dit une bombe atomique. Ne regardez pas, fermez les yeux. Affolée, j’ai enfoncé le visage de ma petite dans son oreiller pour lui épargner la vue terrifiante de ce dragon de feu qui rugissait et semblait vouloir engloutir toute la ville.
Puis sans trop comprendre ce qui se passe, nous rentrons à l’intérieur ou les gens en pleurent arrivent les uns après les autres. Le désespoir, la détresse, l’inquiétude, la mort dans l’âme et les rêves brisés, tous cherchent un peu de réconfort. Mais pour plusieurs, moins chanceux que nous, quelqu’un manque à l’appel et le réconfort ne viendra malheureusement pas.
Nous avons quitté le refuge en fin d’ après midi pour nous rendre chez ma fille à East Angus jusqu’à ce que nous puissions retourner chez nous. Notre maison est toujours là, nos proches aussi, nous avons été épargnés mais devant la souffrance et le désespoir d’autant de gens, devant une ville défigurée et un avenir incertain, notre cœur saigne et pleure en silence.
Cette nuit là, l’être humain s’est dévoilé au grand jour dans toute sa vulnérabilité.


Lisa Roy (2013-07-30 à 22:22)
La soirée du 5 juillet avait été super agréable, passée en bonne compagnie...nous étions en vacances pour l'été, et nous avions parle de nos petits projets...nous étions loin de penser que notre été serait ruine par le train de la mort...
Vers 12:30 am je suis donc monté me coucher, pour me faire réveiller vers 1:15 am. J 'avais les yeux fermés mais je voyais tout de même les flash oranges, jaunes et rouges...J'ai donc réveillé mon conjoint...le feu était tellement gros, on ne pouvais figurer d'où il provenait, mon conjoint a donc sauté dans la voiture et il s'est rendu sur le coin des rues Bonin et Québec Central...il s'est donc rendu compte de la gravité de la chose... En très peu de temps, il y eu deux explosions, la maison tremblait...j'ai ramasse des vêtements, principalement out ma petite fille, des vêtements chauds...au retour de mon conjoint, j'ai appelé mes parents pour les aviser de ce qui se passait...et que nous allions nous réfugies chez-eux puisque nous demeurons trop près du centre-ville...mon conjoint réveilla notre petite fille et nous sommes partis...a partir de ce moment, nous avons réalisé que plus rien ne serait pareil...que la vie de plusieurs personnes était en jeu, que notre maison y passerait certainement...L'explosion de 4:15, nous a fait réalise que la vie ne tenait qu'à un fil...nous pensions bien y rester..
Depuis le 6 juillet, le temps file, mais c'est comme un cauchemar interminable, et ce même cauchemar est vécu par tous les meganticois...
Nous avons été chanceux, toutefois, comment oublier....comment oublier ce bruit infernal, le feu, les explosions, les vies qui ont été prises, les gens en deuil....
Je n'oublierai jamais, et chaque été, lorsque je débuterai mes vacances, cette tragédie y sera associée.
Courage aux meganticois:)

Pierre Bouffard (2013-07-31 à 13:31)
Bonjour dans cette nuit d enfer j était à quelque pas du musi-café et me préparais à entrer pour faire ce que je fais d'habitude voir les gens qui y étaient quand j ai eu un appel pour aller chercher quelqu'un dans le haut de la ville. et ça m'a sauvé la vie, je l'ai remercié. Pierre Bouffard President du Raccompagnement du lac

Ginette Fillion (2013-07-31 à 22:56)
6 hrs 45 samedi matin, le tel. sonne, C ma soeur qui me dit " Vite ouvre ta tv, il n'y a plus de centre ville à Mégantic " Quoi ???? Moi qui sortait du lit, je ne comprenais pas trop ce qu'elle me disait si nerveusement. Et en ouvrant la tv à LCN, l'horreur, C vrai. Ben voyons donc ?? ça se peut pas ?? Qu'est ce qui s'est passé et là on capote chacune de notre coté ?
Les images et ce qu'ont raconte, (car j'écoute RDI sur le net et LCN en même temps) me rende complètement abasourdie. On parle du Musi Café, je me dis, ah non, ça se peut pas que le beau Musi Café à Yannick soit brûlé et eux, non non non, ils ne sont pas morts aussi, J'ai peur pour Yannick, Sophie et Karine, je crains pour leurs vies. C surréaliste, que s'est il passé ???
Quel bonheur quand, sur facebook je vois un signe de vie tour à tour de Yannick, Sophie et Karine. Merci Mon Dieu, ils sont vivants, mais qui d'autres n'ont pas eu cette chance ? Et là on commence à s'informer de qui manque à l'appel et la peur d'en connaitre les noms, nous habitent. Et voilà, peu à peu, des noms sortent et parmi eux, plusieurs que nous connaissons, par toutes sortes de liens.Quel horreur.
J'ai réussi à aller à Mégantic le vendredi suivant, pour une visite chez ma coiffeuse, me sentant trop mal d'aller y mettre le nez avant. J'étais fébrile en montant, comme si le non sens de cette tragédie me faisait peur. En revenant, je suis arrêté à la poly, pour offrir mes services à aider et j'y suis allé le lundi suivant à l'accueil. Ça m'a fait du bien de voir toute l'organisation en réalité, ayant tj. suivie tout à la tv. continuellement. J'aurais aimé faire plus, mais on a changé la formule et notre poste n'avait plus sa raison d'être.
Je n'ai jamais autant écouté de nouvelles en continue à la tv de ma vie. Je n'ai voulu rien manqué, étant de tout coeur avec tout ces gens si dévastés.
Encore aujourd'hui, c'est encore très émotif, je lis tout ce qui passe sur facebook, dans les journaux et les larmes me montent encore régulièrement. J'imagine comment doivent se sentir ceux qui sont directement touchés, C indescriptible ce qu'ils doivent vivre. Je prie pour eux, C le mieux que je peux faire.
De tout coeur avec vous tous.


Suzie Lacasse (2013-08-01 à 21:55)
Le 5 juillet une amie m'a donné un billet gratuit pour aller veiller au Moose, mon petit fils était chez sa petite amie et il m'a téléphoner pour que je le raccompagne chez moi pour dormir et je suis reparti au Moose pour continuer ma veiller, je suis partie de là vers les 11h30-minuit pm et je me suis arrêter en face du Musi-café quelques minutes et j'ai décider d'aller rejoindre mon petit fils chez moi. Un de mes amis est venu cogner dans ma vitre de chambre après le premier boum pour me réveiller et j'ai sorti dehors en panique pour m'en aller chez ma fille à Woburn, je n'ai pas dormi de la nuit. Merci mon à mon petit fils c'est grâce à toi si je n'ai pas continuer ma veiller au Musi-Café. Merci à tous de nous divertir pour nous changer les idées.

Therrien (2013-08-01 à 22:07)
Bonjour a toute l'équipe de l'Écho de Frontenac...

Une ville qui ne sera plus jamais la même....

Lac-Mégantic, ma belle ville natale, mon fils me téléphone le matin du 6 juillet en panique me disant que la ville était en feu... il ne savait pas trop ce qui se passait et me dit: va écouter RDI, ils en parlent... je me lève à la hâte pour regarder la nouvelle... quel horreur, ce que j'entends... Je suis figée, incapable de faire quoi que ce soit, tout ce que je veux savoir est: est ce que les gens de la famille sont bien et les amis... je devais partir en vacances cette journée, mais pas moyen...
J'ai fait plusieurs appels mais aucun moyen de rejoindre personne... alors je me tourne sur Facebook pour joindre le plus de gens possible... entre les nouvelles de la télé et Facebook, je passe la journée en pleurs et inquiète pour toute la population... Tous les témoignages que j'ai lu sur Facebook cette journée ont été un moyen de me sentir moins seule et de pouvoir partager et avoir des nouvelles de tout le monde...
Je n'oublierai jamais cette journée infernale.... j'ai commencé à respirer quand j'ai reçu des nouvelles de personnes qui nous sont chères. Cette si belle ville qui ne sera plus jamais la même.... On ne peut oublier une telle tragédie...
Toutes ces personnes si jeunes, amis et amies de mes neveux et nièces... un grand deuil et une grande désolation.
Que dire de tous ces travailleurs qui se sont acharnés.... Bravo à tout et chacun pour le courage et l'entraide que vous témoignez autour de vous....

Le 6 juillet est gravé à jamais dans la mémoire individuelle et collective....

J'ai apprécié le reportage de l'Écho qui se retourne sur un 10cents et remet des journaux à tous ceux présents autour....
Avec le sourire.... Bravo!!!

Quel courage et détermination.... Un exemple pour tous....

Alice Therrien, Montréal... ville natale Lac-Mégantic



Hélène Draper (2013-08-02 à 14:03)
Moi je suis une enfant de mégantic qui vit maintenant à Châteauguay. Le matin du 6 juillet, je me réveille tôt et je prends connaissance de mes courriels. Je ne comprends pas ce qui se passe, mais on m'a envoyé un courriel comme quoi il y a eu un accident de train à Mégantic et une grosse explosion. Je sursaute, j'essai de téléphoner à ma mère qui vit toujours à Mégantic et aussi mon frère et plus d'une centaine membre de ma famille. personne ne me répond et je panique. Je demande à une amie de venir avec moi à Mégantic, car je dois trouver ma mère et ma famille. En chemin je parle avec mon frère, mais dans la panique, il ne peut me confirmer ou se trouve maman. Tout le long du chemin je ne suis pas bien, ma ville celle de mon enfance, je pleure et je panique. Arrivé à Mégantic, après un chemin trop long, je retrouve ma mère chez sa soeur dans sa résidence.... Depuis je suis triste, je fais des cauchemars et je nétais pas présente dans la nuit. Je voyais que le centre ville était en feu, et je m'inquittais pour toute mes cousines, cousins, tantes.... Jamais je n.oublierais....

Céline (2013-08-02 à 06:02)
j ai eu le tel de ma fille isabelle elle etait désespérée en disant le centre ville est en feu vers 3h du matin. J'ai réveillé mon mari et on est parti.on s est rendu au AA ou est le bingo le dimanche et la, on regardait et tout a coup une autre grosse explosion la boule de feu nous brulait le visage, j ai dit a mon mari vite on part ça grossissait dans le ciel, j'avais peur pour les policiers qui étaient là, qui barraient la route et on est parti par la voie de contournement jusqu a la croix regarder bruler notre centre ville. Plein de gens était a la croix, le monde capotaient, un vrai cauchemar.

Marie-Josée Boulet (2013-08-02 à 01:37)
De l’autre côté du vrai drame!

(Écrit mardi le 23 juillet 213

Cette nuit du samedi-là, je me trouvais chez moi, le deuxième bloc sur la rue Dollard, tout près du drame qui se préparait. Pour moi, la soirée avait été calme jusque-là. J’avais passé beaucoup de temps sur Internet, jouant sur Facebook et vérifiant les messages de mes ami(e)s. J’étais prête à aller au lit, puis, j’ai entendu un bruit énorme et continu. Sur le coup, je me suis demandé ce que c’était et ensuite, j’ai réalisé que c’était le train. Ça m’a pris un peu de temps parce que les lumières et la sonnette d’avertissement de l’arrivée du train n’ont pas fonctionné. Je me suis précipité à la fenêtre de ma porte d’entrée et j’ai vu les wagons défilés à toute allure. Je me suis douté qu’un drame se préparait. Je me disais que le train n’allait jamais tourner derrière le centre-ville. Le stress m’a pris et je marchais dans mon appartement. Puis, l’électricité a été coupée et puis, un bruit d’explosion et une lumière orange qui illumina mon appartement! Partagée entre l’envie de fuir immédiatement et le besoin d’évaluer la situation, je suis allé sur la galerie pour constater que le feu était derrière le centre-ville. J’ai entendu une mère crier : « Où est ma fille? » Le temps que je m’habille, à la lumière des explosions qui ont suivies, je me suis précipité à l’extérieur avec mes clés et mon sac à main. Je n’entendais qu’une chose : des explosions et le feu! D’où j’étais, je ne pouvais pas entendre les gens au centre-ville et j’ignorais tout de ce qui se passait de ce côté-là. Je n’avais qu’une idée en tête : fuir vers mes parents, les avertir et peut-être, revenir chez moi avec des lampes de poche pour sauver quelque chose avant de tout perdre dans l’incendie. J’ai regardé le feu en embarquant dans ma voiture : les flammes étaient déjà immenses et j’ai pensé qu’il fallait que je fasse vite! Très vite! Je tremblais et je pleurais sans larmes, que des sanglots nerveux. J’avais besoin d’une présence rassurante pour rester là et sauver ce que je pouvais. Je savais que j’avais un peu de temps, mais je croyais que le temps était compté, car je m’attendais à ce que les wagons encore sur le rail à quelques centaines de pieds de chez moi allaient sauter!

Je me sentais coupable de réveiller mes parents à cette heure-là, mais en même temps, je sentais que la situation était exceptionnelle et qu’il y aurait beaucoup de dégâts! Mes parents dormaient profondément et ça leur a pris un certain temps à réaliser la vérité de ce que je leur disais. C’était difficile pour eux de comprendre ce que je disais, à cause des sanglots nerveux qui m’animaient. Et puis, ça semblait tellement irréel! Imaginez : votre fille débarque dans votre chambre en pleine nuit pour vous dire que le train a déraillé et que le feu est pris, qu’il faut faire vite avant que son appartement brûle! Ils ont dû me prendre pour une folle! Je les ai amené devant la fenêtre qui donne sur le centre-ville et ils ont pu constater par eux-mêmes Finalement, je suis revenue chez moi avec ma mère et une lampe de poche. Je tremblais tellement que ma mère a mis sa main sur mon bras, se demandant comment je pouvais conduire dans cet état! Après elle m’a dit que je lui avais fait une peur bleue! J’étais tellement paniquée! Je voyais bien le feu, mais j’ignorais encore l’horreur de ce qui se passait au centre-ville! Je croyais que seulement les wagons en flammes étaient étendus juste de l’autre côté des wagons encore sur les rails. Si seulement ça avait été le cas! Les flammes étaient tellement intenses que je ne voyais même pas que c’était les immeubles du centre-ville qui brûlaient! Je me disais que si le feu était trop proche de chez moi que je m’arrêterais. J’ai pensé à mon père qui s’en venait avec son propre véhicule : j’avais peur qu’il mette sa vie en péril. Nous sommes arrivés chez moi finalement et la chaleur intense m’a fait prendre conscience du danger d’être là. Je mettais mes parents en danger et ma propre vie. Mes parents étaient là, à regarder le feu, incrédules, c’était tellement inattendu, le sommeil les avait définitivement quittés. Je leur ai crié de venir m’aider à vider mon logement. Mais quoi sauver? Mon serin, bien sûr! Mon portable car j’y ai beaucoup de travail enregistré, mes lunettes, mes polices d’assurance-vie et un sac de vêtement : uniquement des vêtements de tous les jours, propres ou sales, tant pis! On laverait plus tard! Et on est ressortis en regardant le feu comme hypnotisés et horrifiés.

C’est alors que j’ai commencé à comprendre que je ne connaissais pas encore le pire! J’ai vu, entre les rails et le bas des wagons, que les autos qui étaient situées dans le stationnement du Lambrequin étaient en feu! Je me souviens avoir pensé que les pompiers ne pourraient pas utiliser les camions qui étaient dans l’ancien garage municipal en me disant : « Merde! On en aurait tellement besoin! » Encore là, le pire était à venir!
J’ai cru naïvement que comme moi, les autres avaient eu le temps de fuir! Aujourd’hui, je suis consciente d’avoir été du bon côté de la voie ferrée, j’ai mal de penser à tous ces gens qui sont morts et que je croyais avoir eu le temps de fuir… Autour de nous, des gens criaient, hurlaient, étaient terrifiés, certains regardaient la scène en spectateurs impuissants, stupéfiés, tristes, paralysés.

Puis, un pompier est apparu sur la rue Dollard, il m’a semblé arrivé de la rue Villeneuve et il nous ordonnait de fuir. Pour ceux qui ne savaient pas où aller, il a dit d’aller à l’O.T.J. On s’est regardé et ma mère est montée en voiture avec moi et mon père, dans son véhicule et nous sommes retournés chez mes parents, près du garage Dallaire. J’ai tout laissé dans ma voiture, je n’arrivais pas à me décider à sortir mes biens, pas même mon oiseau pour le mettre au chaud dans la maison. Même de là-bas, on sentait la chaleur du feu et on entendait des explosions.

Nous avons passé la nuit dans la rue. Un moment donné, on a essayé, mon père et moi, de retourner voir où en était le feu sur la rue Dollard, mais on ne pouvait pas car déjà, un périmètre de sécurité avait été érigé. Même chose sur la rue Laval. On a passé la nuit sur le trottoir à voir les camions de pompier passés : Lambton, St-Romain, Sherbrooke… On avait du mal à lire d’où ils venaient car ils allaient très vite. Je me souviens avoir prié pour que tous les pompiers soient protégés. On a aussi vu passer des ambulances, mais on ne les a jamais vu retourner à l’hôpital… Quand nous sommes allés le plus bas possible sur la rue Laval, on a entendu beaucoup de ragots : le centre-ville au complet avait brûlé, le Musi-café où tout le monde avait péri, l’épicerie Métro, l’Écho de Frontenac, le Parc des Vétérans, la salle des Chevaliers de Colomb… si bien que vers quatre heures, lors de l’énorme explosion, j’ai cru que c’était la station-service Esso qui venait de sauter! J’ai senti la chaleur de l’explosion remontant la rue Laval, la pression de la déflagration qui nous poussait et j’ai crié : « On évacue! Ils vont remonter le périmètre de sécurité car le feu s’en vient! » J’étais absolument terrifiée! J’ai cru qu’on allait mourir nous aussi si on ne quittait pas comme tous ceux qui se trouvaient au Musi-café – j’ignorais qu’il y avait des survivants –. J’ai couru à l’appartement de mes parents, crié à ma mère de sortir l’essentiel! Je ne pensais qu’à ramasser notre chien, le mettre dans ma voiture et fuir! Fuir le plus vite possible! Je croyais que c’était bel et bien fini, que mon appartement brûlait que je ne possédais plus rien!

Durant la nuit, je suis allé sur Internet écrire un message sur Facebook pour avertir mes ami(e)s que j’étais en vie et que j’allais bien. Je savais bien que ça sortirait très vite dans les médias. Au petit matin, la lumière du jour est apparue. On est retourné voir où les choses en étaient et en revenant, j’ai cru qu’il n’y avait plus de danger pour l’appartement de mes parents et j’ai finalement entré mes biens chez mes parents. Je pensais surtout à mon oiseau qui devait avoir froid dans ma voiture. Pas question de dormir cependant! J’étais encore trop énervée, trop apeurée pour pouvoir me coucher. Mon père a fait du café et j’en ai bu à contre cœur. Les flammes semblaient moins fortes, mais j’avais toujours très peur. J’ai décidé d’écrire un message e-mail à ceux qui n’ont pas de page Facebook pour avertir mes autres connaissances et amis. Beaucoup de commentaires sur Internet, déjà des vidéos et des photos de la catastrophe… Je ne voulais pas que les gens que j’aime s’inquiètent pour moi ; il y avait déjà bien assez de ceux qui avaient succombé à cause de ce train sorti tout droit de l’enfer!

On a légèrement dîné et finalement, je me suis couché, épuisée, vers 3h de l’après-midi. J’avais peur de me réveiller en constatant que j’étais entourée par les flammes! J’en ai eu pour trois jours au moins à me coucher avec cette peur. Seul l’épuisement me poussait à essayer de dormir, mais je me réveillais en sanglots, en larmes. Je savais maintenant que beaucoup de gens avaient perdu la vie. J’en ai eu aussi pour trois jours à sortir le soir et à avoir peur d’entendre encore des explosions ; je savais qu’il y avait encore du danger puisqu’à la télé on disait que les pompiers arrosaient les wagons restants pour éviter qu’ils sautent.

Je me remets peu à peu de l’événement. Les symptômes disparaissent, mais l’impression que la vie ne sera plus jamais la même reste. L’impression que la sécurité n’existe pas reste. J’ai eu l’impression de vivre l’apocalypse de notre ville cette nuit-là, mais également dans les jours à venir. Les médias qui demandaient des entrevues, la photo en première page de la Tribune du vendredi suivant parce que je suis contente de retrouver mes voisins! Les voyeurs qui viennent constater l’étendue des dommages! Voir tous ces gens massés sur le perron de l’église pour tenter de voir quelque chose qui les remuerait! Beaucoup de gens sont empathiques parmi eux et c’est apprécié, mais ce besoin de « voir » notre drame me laisse un goût amer. J’ai du mal à demeurer chez moi et subir les questions des gens. J’avoue que certains sont suffisamment compatissants pour que j’aie envie de leur raconter, pour les autres, j’ai envie de les envoyer paître! Je ne peux plus vivre chez moi, envie d’être ailleurs, de partir ailleurs, de me faire d’autres images, plus belles, remplies des beautés de la nature pour compenser celles de ce feu meurtrier, destructeur. J’ai passé les semaines suivantes chez mes parents, mais je n’y étais pas bien non plus ; j’aurais dû être chez moi et vivre avec les conséquences, réapprendre à vivre là malgré le bruit des travaux au centre-ville.

Je dois dire que les policiers ont été tellement gentils, compatissants, compréhensifs. J’ai été soulagée de pouvoir retourner chez moi à deux reprises, même sous escorte, afin de constater que tout était correct, que rien n’avait été voler, de vider le frigo… Mais cette escorte rappelle aussi le danger qui est là tout près, le drame qui s’est passé à quelques centaines de pieds de chez moi. Puis, maintenant, cette barrière, ce mur de Berlin, comme l’a qualifié ce journaliste de « The Gazette », rappelle que ce qui s’est passé cette nuit du samedi est une catastrophe qui mettra des années à… je ne sais pas quel mot utilisé.

Deux semaines plus tard, je suis partie en vacances avec mes parents pour que nous fassions de nouvelles images, mais le drame de Lac-Mégantic nous suit partout : journaux, télé, questions quand les gens savent d’où on vient, pancarte sur l’autoroute « Lac-Mégantic : donnez à la Croix rouge ». Même des gens venant d’Allemagne et rencontrés avaient entendu notre histoire dans leur pays. Ils ont été compatissants et très gentils, sourire de compassion, sourire d’impuissance… L’absence de mots est parfois plus parlante que n’importe quoi d’autre.

Ce soir, en revenant de voyage, je me sens prête ou presque, pour la première fois, à dormir à nouveau chez moi. J’étais encore les jambes flageolantes en entrant ma valise et mes souvenirs dans mon appartement. J’entends le bruit de ce que je crois être des génératrices et leur odeur d’essence, mais je crois avoir maintenant trouvé assez de force pour recommencer à vivre chez moi.

Je suis en vie, très contente de l’être. Je me considère comme privilégiée d’être en vie, de n’avoir perdu aucun proche dans cette tragédie, d’avoir toujours mon appartement et mon travail et je sais que je suis privilégiée même si j’ai été absolument paniquée dans la tragédie. Je crois être en mesure de « retomber sur mes pattes » comme on dit, en tout cas, je le crois pour l’instant.

Les médias, les politiciens ont décrits la situations comme une zone de guerre, mais ce n’est pas une zone de guerre : en zone de guerre, on s’attend à ce que quelque chose arrive, se passe. Nous, nous vivions dans une petite ville très tranquille, très calme, Des explosions de ce genre, un centre-ville détruit et contaminé, c’est totalement inattendu! 47 morts dans un accident de ce genre c’était carrément inattendu!
Je souhaite que nous nous serrions les coudes afin de soutenir les personnes les plus fragilisées. Méfiez-vous des gens qui ont vécu des traumatismes même s’ils n’ont pas perdus de gens proches, leur fragilité pourrait nous surprendre… N’oublions pas non plus que les symptômes peuvent apparaître dans les mois ou les années à suivre… Mais ensemble, tous ensemble, nous pourrons apprendre à vivre avec ce drame et en sortir plus fort

Mes plus sincères condoléances à ceux qui ont perdu des proches, famille ou amis. J’offre aussi ma compassion à tous ceux qui ont perdu leur emploi et/ou leur appartement ; ma compassion aussi à tous ceux qui ont eu peur et qui ne comprennent pas leurs réactions.

Je me suis trouvé de l’autre côté du vrai drame cette nuit-là, mais maintenant, nous nous trouvons tous de l’autre côté du drame, l’après drame. Notre capacité de se rebâtir – matériellement et humainement – sera mise à dure épreuve dans les années à venir, mais elle témoignera de notre force de caractère et de notre solidarité.


Denis Boulanger (2013-08-03 à 18:24)
Une tragédie sans morale et sans leçon.
À la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche

5,7 millions de litres de pétrole déversé dans l'environnement et comme ci ce n'était pas suffisant, la mairesse du Lac-Mégantic invite la population à venir en bruler encore plus. Venez au Lac-Mégantic! Venez consommer!
Une logique dopé au pétrole et à la consommation qui nous enfonce tous vers un désastre écologique déjà très évident.

Outre la tragédie humaine et la catastrophe environnementale, on y rajoute maintenant l'insignifiance des pollueurs à "mufflers" qui intoxiquent la région avec des motos bruyantes d'arrogance et des véhicules démesurés.

Et ci c'étais eux les véritables responsables? Tous ses utilisateurs de ressources non renouvelable à des fins de loisirs, des déplacements toxiques et sans but.
- On va tu manger une frite à 200 kilomètres en trainant nos 90 décibels? La mairesse va être contente.

Dany Bélanger
Géographe en environnement et théologien

cc. Ed Burkhardt, Maine & Atlantic Railway (MMA)
Yves-François BlanchetMinistère du Développement durable, de l'Environnement


François (2013-08-04 à 17:33)
Lac-Mégantic le 4 Août
Une situation pas drôle pour personne, certains d'entre nous ont perdu parents-enfants-amis. J'ai mal à mon Mégantic. Je lis ici plein de témoignages difficile à lire par moments. Comme disait un ami, c'est là que tu vois le meilleur de l'homme , mais malheureusement le pire suit pas loin derrière. Le pire ici c'est le commentaire de Denis Boulanger. Oui il y a des motos qui font du bruit, qui brulent de l'essence, mais il y a aussi des roulottes, des cyclistes etc etc. Ils viennent nous rendre visite, mangent dans nos restaurants, font touner un peu l'économie qui va en manger un coup solide. J'aurais honte d'avoir écrit le commentaire de M. Boulanger. Avant de chialer sur l'environnement, on peut tu se remettre debout un peu, on passera à la théologie un peu plus tard. Essayons d'oublier ce commentaire déplacé dans les circonstances que nous Méganticois nous vivons et vivront pour les prochaines années.

Marie-Claude Maillet (2013-08-05 à 06:50)
Bonjour Claudia, Je n'avais pas encore lu ce texte avant ce matin. Il décrit bien ce qui est là, errant en moi, avec une retenue. Une retenue comme si j'avais peur de partager ma peine, ce qui m'habite, alors que trop de personnes vivent la perte dramatique d'Être cher.

gerry (2013-08-05 à 15:23)
Ce n'est comment je me suis senti ce jour la,mais plutot comment se passera le jour d'après.


Mon moment de réflexion.


Lac Mégantic, se Rebâtit avec fierté et courage.



Quelle belle occasion pour tous ces contracteurs, ces firmes d'ingénieurs, ces gens du crime organisé, en fait tous ces participants douteux de la commission Charbonneau qui en leur âme et conscience sont les seuls a connaitre la vérité sur de possibles méfaits allégués, et si confirmés de pouvoir faire amende honorable, en participant cette fois à la (commission reconstruction d'un centre ville) bien entendu a titre semi- bénévole repentant et dans leur champ de compétence respectif bien sur.

Quel beau moyen de remettre aux gens de la société qu'ils ont abusés impunément pendant des décennies, un peu de leur gains acquis frauduleusement.

Allez messieurs! cette fois-ci, réunissez vous pour la bonne cause et démontrez au peuple que vous avez un peu de compassion et d'humanisme a l'égard de vos semblables, n’oubliez surtout pas qu'après avoir reçu de nous un soutien moral humain indéfectible, nos encouragements pour un futur meilleur, notre compassion sincère, nos dons monétaires indispensables, ainsi que le soutien de notre gouvernement provincial par l'entremise de Mme Marois notre première ministre, il serait peut-être tant maintenant de vous sensibilisé, de vous levé, de (lavé votre honneur).


(honneur) un terme beaucoup trop galvaudé et que l’on entend a toutes les occasions de la bouche de certains individus, ce sont sûrement ces même personnes qui par leurs actions futur pourraient lui redonné son vrai sens.

Surtout vous devez essayer de comprendre que pour la prochaine étape, ces gens la ont surtout besoin de vous,vous les personnes qui doivent et surtout qui peuvent par certains gestes leurs redonnés espoir en l'avenir.

Messieurs tout cet argent que vous leur avez voler aujourd’hui ils en ont un besoin vital, je ne vous blâme pas pour vos actions passées, nous n'en sommes plus là, mais je vous supplie pour vos actions futurs.

Redonnez nous confiance en vous,vous qui avez le contrôle de ce qu'ils ont maintenant le plus besoin, vous les spécialistes tout métier confondu, de la construction et surtout en cette occasion spéciale de la reconstruction.

Pour votre Salut, votre respect mutuel et pour essayer de regagner un temps soit peu de votre dignité, cette fois rassemblez vous pour les bonnes raisons.

Lac-Mégantic et sa population en ces temps difficile comptent sur ce qu'il ya de meilleur en vous.



Il va de soi que dû au scepticisme et au pessimisme de la population confronté au semblant de regret exprimé par certain collusionnaire à la commission Charbonneau,

tous les projets futurs devraient être conclu sur la base du meilleur cout, qualité prix certifié, a la différence que cette fois-ci comme preuve de bonne foi s'ajouterait une clause stipulant ... cout final: -30% de réduction, du a des surcharges antérieurs abusives par l'industrie. (toute partie confondue)



Un peu désabusé par certains cotés obscur de la nature Humaine, mais demeurant un éternel Optimiste!



France Dumont (2013-08-05 à 21:04)
Samedi 6 juillet 2013. Aux alentours de 3hres du matin : ''Maman, Maman, réveille-toi, le centre-Ville de Mégantic est en feu, mais j'te rassure tout de suite là, Grand-Papa et Grand-Maman sont ok, Gaby aussi. On a pas de morts dans la famille mais tu dois appeler Marilyn tout de suite ! ''' Je me dis ''C'est quoi ça ? Je fais un cauchemar ou quoi ??? ''' et je me lève, la câble ne fonctionnent pas. J'ouvre mon portable tout en signalant le numéro de ma grande. Elle m'invite à aller voir sur Internet car elle dit que de toute façon, les médias télévisés n'ont pas encore d'image. J'ouvre mon Facebook en même temps. Horreur ! Un cauchemar éveillé, des amis sont recherchés ! Qui était au Musi-Café ce soir là ? Qui n'y était pas ? Qui se cherchent dans la noirceur ? Qui a couru où ? ...Je me suis dit '' Ils vont se chercher ! Les membres de leurs familles, leurs amis, tout le monde vont chercher à savoir qui y était !!! En fait, toute la population doit avoir une place pour se parler. Je forme un groupe en moins d'une minute sur Facebook pour que chaque personne en vie puisse en informer tout le monde. Vite vite, qel nom pour ce groupe ? Lac-Mégantic doit apparaitre en premier...puis à quoi il servira ...ce sera un support aux gens. Le nom doit être très descriptif ....Le groupe Lac-Mégantic : support aux gens était crée. Apres quelques heures, je dois m'absenter quelques minutes mais la demande d'admission des membres dépassent ma capacité à fournir à les accepter. C'est alors que ma grande qui est toujours en ligne m'offre d'administrer le groupe avec moi. Je quitte quelques minustes, à mon retour il y a déjà des milliers de membres, un en-tête Recherchés ou Retrouvés, 8 administrateurs et la page est médiatisé à la TV. Isabelle Hallé, dès les premières heures s'offre avec courage d'aller voir à La Polyvalente qui s'y 'est présenté et d'en informer les membres qui eux, font les demandes a savoir si un tel ou une telle s'est présenté. Sur la page du groupe, des demandes resteront sans réponse jusqu'à la fin des recherches par la SQ. La journée avance ainsi rapidement et des milliers de gens adhèrent au groupe pour atteindre rapidement 23 000 personnes de partout au Québec, au Canada et en Europe. L'information circule à une vitesse telle que nous devons trier les demandes afin de laisser surtout apparaitre les demandes de recherches de disparus. Je ne me souviens pas à quelle heure et quel jour s'est terminé pour moi le 6 juillet mais je sais qu'il ne s'est pas terminé le 6 à minuit. Aujourd'hui, nous sommes en aout et je crois même qu'à partir du 6 juillet et jusqu'aux premiers jours d'aout, il n'y a eu que le 6 juillet dans mes pensées, dans mes actions et dans mes rêves. En fait, Il n'y a eu aucune autre journée de juillet 2013, il n'y a eu qu'un 6 juillet qui s'est éternisé des heures et des heures... :-(
France Dumont
Fondatrice et administratrice du groupe Lac-Mégantic: support aux gens

Cindy (2013-08-06 à 02:18)
Je suis nouvellement installé petit à petit avec mon nouveau copain. Je vais de Mégantic et je me prépare à déménager le reste de mes affaires dans pas long. Je n'ai plus le téléphone, ni la télé et d'internet, car on vient de déménager. Seulement mon cellulaire qui pogne à moitié et seulement sur le bord de la porte patio. Il est environ 10hrs et je viens de me lever, j'avais pas entendu le téléphone sonné. 2 appels manqués de mon amie Danielle, je me fais un café et je l'appelle. Mais pas le temps de faire quoi que ce soit, le téléphone sonne. C'est Danielle. Elle me dit d'ouvrir la télé, je lui dit que je ne l'ai pas encore et c'est pour ça que j'ai un cell., bref elle me lance Mégantic est en feu. Quoi , je me mets à capoter raide. J'ai pas beaucoup de minute et me voilà prise de panique. J'ai tant de question. Où le feu a commencé ? Je voulais tout savoir, c'est pas mêlant !!! Au centre-ville et les alentours du lac, donc beaucoup d'amis et leurs familles et de connaissances. Ma famille, mon parrain et ma marraine, ma grand-mère et ma cousine et ses parents dans le coin !! La seule personne que j'ai pu rejoindre a été mon amie Marie-Josée qui restait juste à côté de l'église. Quel soulagement !! En v'là une de sauvé. Et ses parents vont bien aussi. Mais ma liste est longue. Des heures et des jours à avoir des nouvelles ici et là, chez des amis que j’apprécie beaucoup ici. Grâce à eux, j'ai pu avoir des nouvelles via Facebook, merci à Marie-Josée et Jocelyn, à Danielle et Michel, sans eu j'aurais filé encore plus mal. Le choc que j'ai ressenti est indescriptible. Je me sentais si impuissante. Je m'y promenais si souvent au centre-ville, j'allais au moins 3 fois par jour à Fatima. Autant au centre-ville qu'à l'arrière des magasins et je suis triste et heureuse de ne pas être là et souvent tard le soir et en passant un peu de lèche vitrine.... C'est dure d'être si loin !! J'aimais tant ma ville et j'y ai vécu des moments mémorables et qui sera changer à jamais. Malheureusement, j'y ai perdu beaucoup de connaissances et des amis. Ma propriétaire qui venait de trouver enfin le bonheur et qui aspirait à de magnifique projet avec son conjoint. Quel malheur ! Mélissa, " Repose en paix et prend soin des tiens !!! " Courage à la population au grand complet, je sympathise tellement avec vous tous, prenez soin de vous et les uns les autres, je vous aime gens de Mégantic !! Soyez fort ! Ici, partout dans le coin, les gens en parlent et contribue grandement à vous aider. Je suis fière de ma place et j'en parle partout, les gens d'ici trouvent que Lac-Mégantic est magnifique, le lac, les alentours dont nos superbes montagnes sont de toute beauté. Dommage qu'il soit connu ainsi, mais je vous encourage à visiter le coin, faire la route des sommets (la Maison du Granit et sa montagne d'en face " le Morne " ), l'observatoire du Mont Mégantic et beaucoup plus !!! Forever and always in my heart !!! Didi xoxoxoxo

Christine (2013-08-08 à 11:02)
Hier j'ai entendu siffler le train....
Nous sommes une famille de cinq, maman ,papa,une grande fille et deux garcons. Nous sommes fier de notre famille.Vers 11:30 le 5juillet. Nous sommes aller nous coucher. nous avions eu l'idee d'aller au musi-cafe pour la fete du papa et du meme coup aller encourager notre fille sur son travail. finalement un ami nous a demander d'attendre au lendemain pour en profiter plus longtemps et aller souper du meme coup.Ce soir notre vie a changer. Dans la nuit l'ami de coeur de notre fille qui habite pres du viaduc de fatima nous a appeler ....une nuit d'enfer qui a briser notre coeur de parent,vous dire ce qui s'est passe pendant les 2 jours et tous les autres jours qui se sont ecouler serait tres long. Aujourdhui cette tragedie porte un nom, elle nous a pris notre fille comment se relever quand le coeur fais si mal...merci a tous ceux qui donne du soutient ne cessez jamais de parler d'eux car ses gens on exister dans le coeur de ceux qui les aiment. ceux que nous nous avons aime et qui nous quittent ne sont plus la ou ils etaient mais ils sont partout ou nous sommes.une bonne pensee pour tous ceux qui doivent composer avec la negligence de certain .pourquoi....maintenant , expliquez-nous ce que vous aller faire pour que jamais plus des gens vivent un autre enfer.christine

Maxime Bélanger (2013-08-15 à 16:31)
Je me demande si on ne va pas un peu trop rapidement.
Si mes mathématiques apprises via Nicole Turcotte ne sont pas trop loin... L'accès via le pont actuel se fera dans environ un an, et on parle d'un an pour voir le nouveau pont.

Et on ne sait toujours pas si la moitié restante du centre-ville devra être démolie ou non. Si les bâtiments sont toujours bons, alors on va se retrouver avec trop de bâtiments pour la capacité de la ville. Je serais très surpris que les bâtiments temporaires soient vraiment temporaires...

Bref, le projet de relocalisation du centre-ville me laisse plutôt perplexe.

Mylène Guay (2013-08-17 à 12:45)
Vendredi 5 juillet je ferme la boutique de fleurs. Il est 19h00. Je devais aller prendre un verre au musi café mais un drôle de mal de coeur c'est emparré de moi. Je décide donc de retourner chez moi, à Sherbrooke pour me reposer, car le lendemain un mariage nous attend et c'est une grosse journée. Arrivée à Sherbrooke, toujours se fichu mal de coeur je décide donc de me coucher. 12h45 mon copain arrive à la maison il vient de finir sa journée de travail. Une journée normal. Nous jasons et vers 1h15 nous nous couchons. 1h30 mon cellulaire sonne... Toujours la même question qui peut bien nous appeller a 1h30 du matin?! je vois sur l'Afficheur le nom de ma meilleure amie. Je comprends tres vite que quelque chose ne va pas.. pour qu'elle m'appelle à cette heure là. La panique dans sa voix... les sanglots quelle retenait.. je ne l'Avais jamais vue comme ça Elle me dit que Mégantic à tout simplement explosé je me mets à trembler comme une feuille j'Ai l'impression d'être dans un cauchemars .. je comprends rien.. elle me dit :" appel tes parents et ta soeur vérifie s'ils sont ok" je racroche et j'essais de téléphoner mais sans succes la ligne est coupé. Mon chum ne comprend rien il me demande pourquoi je panique et je suis pas capable de lui expliqué 1h45 je ramasse mon chien car je ne sais pas combien de temps nous serons parti on s'habille on mets de l'essence et on descend a mégantic... Le stress est tellement puissant.. j'Ai jamais vue autant de gens descendre en pleine nuit les voitures vont a une vitesse... folles. les animaux écrasé dans le chemin... (on s'en fou) tout va vite... l'impression d'être dans un mauvais rêve... Milan le ciel est orangé... une vision d'apocalypse... j'Ai peur... rendue au rond point, la seule facon d'aller a fatima est de faire le tour du lac... rendue sur la cote de la "tonne" on voit le désastre le feu sur le lac... la fumé le ciel orangé tout c'est incroyable je pense a mon ami steve qui habite au presbytere j'espere qu'il est correcte... vite on continue pour arriver chez mes parents au plus maudit! nous avons rater le champignon de feu de quelque minutes lorsque nous somme arrivez chez mes parents. nous ne pouvions pas encore constater l'empleurs... il y avait tellement de rumeur ( le pont de fatima était pu la métro non plus l'église on en parle même pas ) Cette petite ville que j'aimais tant disparaissait sous nos yeux... c'était désolant... et ça l'est toujours.. Aujoud'hui on essait de reprendre le cours de la vie.... pas facile mais on a pas le choix mais comme le dit si bien Anne-Julie Hallée la vie c'est arrêter le 6 juillet 2013

Gilles Talbot (2013-08-21 à 16:29)
Je viens de participer à la belle action de centaine de volontaires par le moyens que j'ai a ma disposition, par des commentaire que j'ai ecrit dans cette page. A vous de lire et de faire suivre aux personne qui peuvent en prendre connaissance et à qui ca peut service. Je n'ai pas l'expérience et les connaisance pour le faire moi même par les service internet.

Gilles Talbot (2013-08-21 à 16:19)
Sans être un ingénieur ou architeque et connaissant très peu les dimenssions des lieux contaminés, je proposerais que l'on batise en hauteur sur les terrains disponibles, en y ajoutant du stationment adéquat, un parc pour rappeler aux touristes la malheureuse tragédie. D'une pierre deux coups ! Une bâtisse à étage pour garder le centre ville au centre avec stationement approprié. Le nombre de locaux mis à la disposition de la demande est assez facile à déterminer de la grosseur et la hauteur et le nombre des bâtisses devient facile à figurer par la demande déjà existante. La ou je crie ,OH LA, c'est la décontamination. Je ne peux pas croire au chariage de tous ces camions vers l'extérieur. Vous avez pensé aux risques du charriage et à la pollution faite par les camions ? Je crois que la mairesse et son conseil de ville devraient profiter de l'occasion exceptionnelle qu'ils ont vis à vis la force politique qu'ils ont acquise en demeurant neutre politiquement. La demande de terrains de décontamination est à peine quelque kilometre de chez vous et la demande de ce dit terrain ne peut pas vous etre refusé par nos gouvernants actuels.Une petite partie de cette contamination des terrains et de la riviere est déjà visible .On propose déjà une partie de cette décontamination sur les lieux même. Il y a la des coûts et du temps à économiser non négligeable. En plus du travail fait chez nous par du monde de notre municipalité. Ma participation à ce projet est d'être disponible en tout temps si nécessaire, sans aucune obligation d'une part ou l'autre. Je le répète, je ne suis pas ingénieure ni politicien. En aucun cas, cela pourrait m'être profitable personnellement. Je demande à ceux et celles qui vont lire cette opinion de le faire parvenir à Mme Colette Roy-Laroche, cette petite Dame si grande par sa sagesse et sa détermination à bien servir sa municipalité. Mes sympathies à tous les éprouvés et félicitations au travail accompli. J'y ajoute mon nom et mon adresse e-mail pour prouver mon intention de bien faire les choses qu'il me sera possible d'exécuter. Gilles Talbot a talbot.g@live .ca

martin (2013-08-22 à 00:03)
Les terrains en question risquent d’être trop contaminés pour permettre une reconstruction..La partie dévastée du centre-ville pourrait être réaménagée en parc municipal. C'est vraiment dommage car notre ville sera jamais comme avant ou semblable avant que ça arrive..et avoir un parc municipal des morts de la tragédie, avec le wagon noir qui reste la sans bouger c'est pas très brillant.. a vivre ça tout notre vie c’est pas bon pour le moral. Décontaminer le tout et reconstruire et avoir une mémoire a ceux de la tragédie, oui au parc des vétérans comme ceux de la guerre, et ne plus faire passer aucun train au centre ville comme avant pour le bien être à tous.

Jean Paradis (2013-09-05 à 16:06)
La position de la Ville de Lac-Mégantic et celle du Gouvernement du Québec me semble la bonne dans le contexte actuel. Le département des miracles n'existe pas.

Sylvie Lacroix (2013-09-05 à 16:30)
M Laflamme a tout a fait raison. Les gens veulent faire affaire avec des commerçants sympathiques qui aiment leur métier. On se fout pas mal des bâtiments. Si vous vous souvenez bien de M Therrien, il faisait ses beignes et pâtisseries dans le fond d'une ruelle et on allait toujours chercher nos gateries a cet endroit.

Pierre-Luc Poisson (2013-09-06 à 05:56)
Lac-Mégantic, vendredi 6 septembre 2013.
Bonjour,
Bravo pour ce papier madame Collard, n'ayant pu assister à cette séance d'informations! Puissions-nous tenter de faire unanimité pour redonner vie au coeur d'un nouveau centre-ville... La vie ne sera plus jamais la même! :-(
Espoir, entraide, écoute, solidarité et patience...


André Duval (2013-09-06 à 10:38)
Il est grand temps pour Lac-Mégantic de remettre le train sur les rails , votre économie doit passé par là .Une voie de contournement peut s'avérer utile pour se rendre au nouveau centre ville ,cependant la route qui traversait le centre ville avant la tragédie doit demeurer .Si on doit construire un nouveau centre ville il est primordiale de le faire avant le pont Agnes à partir du centre sportif jusqu`à la marina.Bien sur cela n'est qu'une opinion mais si le centre ville doit devenir un parc et qu'il n'y a aucune autre alternative,il faut une voie routiere pour traverser ce parc,Moi je suis né dans cette ville il y a 56 ans , ca me fait beaucoup peine de voir tous ca mais il va falloir passer à autre chose et le temps presse ,,,,,,,,,André Duval

Viola Lefebvre (2013-09-07 à 17:20)
Très bel article positif. Malgré toutes les contraintes avec lesquelles doivent composer nos élus, ils travaillents sans relâche même s'ils savent très bien qu'ils ne pourront jamais satisfaire tout le monde.

Richard Arsenault (2013-09-11 à 19:09)
Je ne sais pas si j'ai bien compris, le nouveau pont passera par le stationnement du Cente Sportif Mégantic?
Pour ma part, je vois bien mal les quelques 1000 voitures passer par-la pour se rendre du coté Fatimas a 20 Km heure, au travers de tous ceux et celles (de tout âges) traversant la nouvelle rue pour se rendre au CSM pour leurs activités sans risque d'accident...
°Voici une réflexion bien banale: Y installer des feux de signalisation avec doit de passage prioritaire aux piétons aux heures de pointe?
° Oups! J'oublie les photos radar pour les pieds trop pesants pour la vitesse...
° Les crises de nerfs causées par tout ce va et vient. Pour aider la vente de médicaments a cette effet.

J'en laisse le soin au autres personnes plus compétentes que moi et la volonté de continuer mon commentaire . . .

donald bolduc (2013-09-12 à 12:03)
Je suis passé voir vers le centre sportif la future situation du nouveau centre-ville. Dans le fond d'une ancienne cour de triage très loin de l'ancien centre-ville et de plus séparé de celui-ci et de la marina par des voies de garage remplies de wagons de chemins de fer rouillé et plein de graffiti. Quelle bel environnement pour rebâtir.
Quelle mauvaise idée . J'encourage les Méganticois d'aller faire un tour de reconnaissance pour vraiment se faire leur propre idée .Je ne suis pas très impressionné par les décisions de nos élus.

Laurent-Paul Boutin (2013-09-13 à 19:51)
Quand je vois ce que la Mairesse du Lac-Mégantic et tous les Bollée(s) qui l'encourage de déménagé et de fermé la rue principal FRONTENAC qui existe depuis la fondation du Lac-Mégantic en 1885 je crois... voir les ancienne photos et de laisser la Cri*t de rail de chemin fer au centre-ville et sans même écouté ce que les gens du Lac-Mégantic ont à dire. Qui penser-vous iront magasiner là ou que personne ne veut de magasin. C'est bien beau les fleurs à la Mairesse mais le pot va suivre très bientôt. Quant à moi plus jamais je ne donnerais 1 sous pour le Lac-Mégantic.... Faire 1 parc derrière la rue FRONTENAC Commémoratif pour les 47 décès qui n'aurais jamais avoir eu lieu... là je suis d'accord. La priorité pour le Lac-Mégantic et je suis loin d'être un Bollée(s).... 1 - Enlever la CRI*T de trac au centre-ville. 2 - Reconstruire la rue FRONTENAC. 3 - Et après si elle veut un autre centre-ville elle fera ce qu'elle voudra. Mais pas avec mon argent.

Karine Gaulin (2013-09-28 à 17:12)
Une fois de plus, un regard lucide sur l'envers du décor. Il faut absolument que cette information sorte de l'Écho et soit publiée dans d'autres médias afin de conscientiser et de mobiliser aussi des citoyens à l'extérieur de la MRC. Il est grand temps Radio-Canada, Le Devoir et autres abordent en profondeur ce qui se passe réellement au niveau environnemental et politique.

Camille Lachance Pouliot (2013-09-30 à 07:01)
Pourquoi meme dans une situation si désastreuse encore des personnes vienne en profité pour arnaqué les gens dans des moment si bas .Pouront nous un jour regler c est situation et arreter de payer pour chercher des coupable pour leur dire de plus faire sa comme en politique REVEILLE ONT NOUS ON SE FAIT TOUS AVOIR PAR CE SYSTEME POURIE

paul-yvon gagnon (2013-10-01 à 20:02)
cet article m'a été transmis par quelqu'un qui vit en Jamaïque. On peut donc penser que beaucoup de personnes peuvent lire cet article et en tirer leur conclusions. Pas trop édifiant, merci. C'est triste à pleurer de voir ce genre de choses.La société est -elle rendue si bas?


Gerald Tremblay (2013-10-01 à 22:18)
J'espere que l'Echo valide ces sources car plusieurs employes mal-intentionnes essaient de profiter de tout ca ... Attention !!!

Pierre LeMoyne (2013-10-03 à 13:40)
Félicitations M. Tremblay pour votre courage à écrire ce qui se passe vraiement.

Pierre LeMoyne (2013-10-03 à 16:32)
Félicitations M. Rémi Tremblay pour votre billet. Félicitations pour avoir eu le courage de dire ce qui se passe vraiment.

Peggy Therrien (2013-10-03 à 12:11)
Excellent texte Monsieur Inkel. Je suis entièrement d'accord avec vous.

rene cameron (2013-10-03 à 18:59)
c malheureux mais fallais sen attendre ya beaucoup de cie de lexterieur et c triste mais pour des grosse cie c loccasion de faire du $ c la que je croit que dangager une personnede la place pour avoir des compte rendu et je dit bien une bonne personne qui se laisse pas attirer par lappat du gain mais c juste mon opinions


Paolo Mitriou (2013-10-04 à 06:31)
"Ce qui se passe vraiment"...

Il faudrait peut-être s'abstenir de critiquer la façon dont le travail s'effectue présentement au centre-ville de Lac-Mégantic. Ce n'est vraiment pas un chantier ordinaire. Il y a toute une panoplie de spécialistes concernés par ce travail où tout doit se faire en même temps, rapidement et dans un contexte encore inconnu. Ces gens doivent savoir ce qu'ils font. Ce n'est pas notre cas. Alors il est impossible de savoir si les critiques sont fondées ou non. Il y a un énorme travail de décontamination à faire pendant qu'on reconstruit les infrastructures nécessaires, une nouvelle artère commerciale et de nouveaux bâtiments. En plus on doit s'activer à rendre à nouveau fonctionnel le réseau ferroviaire pour desservir le parc industriel local. Et tout cela doit se faire alors qu'à ma connaissance on ne connaît toujours pas la nature exacte de tous les produits contaminants qui ont été déversés dans le centre-ville. Coordonner toutes les activités d'un tel chantier dans une telle soupe chimique n'a rien à voir avec le chantier olympique ou tout autre chantier important. Il y a peut-être des vies en jeu. De plus, il n'est pas étonnant que les directives ne soient pas toujours claires. L'enquête n'est toujours pas terminée et personne sur ce chantier ne sait réellement ce qu'il respire. Idéalement il faudrait attendre tous les résultats de l'enquête pour savoir dans quoi on travaille au juste mais la reprise à-peu-près normale des activités commerciales et industrielles ne peut pas attendre indéfiniment. C'est la survie de la ville qui en dépend. Laissons temporairement de côté les critiques et les questions sans réponses possibles. Il sera toujours temps de critiquer et de questionner quand on saura réellement sur quel étrange coin de planète et dans quelle atmosphère (au sens propre du terme) s'effectue la reconstruction du nouveau Lac-Mégantic. L'heure est à la reconstruction d'un milieu de vie viable et non aux soupçons, aux allégations, aux insinuations, fondées ou non.

Jean Ethier (2013-10-04 à 23:02)
Face à la désolation, il y a toujours de vautours qui planent au-dessus des ruines. J'aimerais bien que d'autres travailleurs sur le site de la décontamination s'expriment aussi même sous l'anonymat pour se préserver des poursuites possibles. Rémi, je t'encourage à rencontrer ces gens et à dénoncer les abus. En ce qui concerne le conseil municipal, c'est vrai que l'on n'entend pas, ni ne voyons les conseillers sur la place publique. Je crois que Madame Colette devrait aussi leur donner un peu de place malgré que c'est elle qui doit gérer les actions. Plus le temps avance, plus sont difficiles les actions à faire afin de temporiser les attentes de tous et chacun..


charles grenier (2013-10-04 à 20:41)
si on écoute comme il faut ce speedy ces un assisté sociaux qui ne comprend pas tous le travail qui doit etre fait et bien fait. je travail chez lafontaine et fils et monsieur on ne chaume pas tous le monde fait de son mieux on passe droit les weekens pour accélérer le procesus et redonné au plus vite une ville disont le regardable pour ces fier citoyen.je suis plus que fier de faire partie de cette équipe et croyé moi il n'y as pas que l'argent qui méne le monde lors de catastrophe comme celle de mégantic le coté humain prend le dessus.Ceux qui ne comprenne pas on qua rester chez eux!!ici on travail on est pas surs le bs


lyne gilbert (2013-10-04 à 19:08)
ce nest pas le premier commentaire que jentends comme cela et il va en avoir dautre largent vas se depenser et on va se reveiller avec une grosse dettes moi personnellement les prochains dons monétaire irait a des organismes déjà existants car la plutards il ny auras plus de sous et je donnerais moi au chevaliers coloms et autres a des organismes déjà existants qui vont etre encore la apres

marcamada (2013-10-04 à 15:39)
là où il y a homme...il y a homme-rie! que ce soit au public ou dans le privé...(le masculin est employé pour alléger le texte)

lyne gilbert (2013-10-04 à 19:08)
Ce n'est pas le premier commentaire que j'entends comme cela et il va en avoir d'autres. L'argent va se dépenser et on va se reveiller avec une grosse dette. Moi personnellement, les prochains dons monétaires iraient à des organismes déjà existants car la, plus tard, il n'y aura plus de sous et je donnerais moi au Chevaliers de Colomb et autres, à des organismes déjà existants qui vont être encore là apres

Steve (2013-10-04 à 17:43)
Bon courage à Speedy et je suis entièrement en accord avec lui! Beaucoup de gens vont essayer de nous endormir en nous faisant à croire n'importe quoi Alors j'espère qu'il va avoir une enquête parce que je le sais et je suis convaincu qu'il y en a de la collusion en Ville et personne va me faire changer d'avis car je suis dur à endormir et à taire! Après la Commission Charbonneau, La Commission ??? lol

nathalie blais (2013-10-04 à 08:50)
Comment peut-on profiter du malheur des autres comme ça ? Ce qu'ils font va nuire à notre ville, est-ce que la mairesse peut changer quelque chose ? Premièrement, prendre des gens d’ici pour faire le travail. Qui a le pouvoir de changer les choses ?

Michel Boulanger (2013-10-04 à 08:44)
Bonjour! Moi je vais vous parlé de nos élus(e)municipaux. Sauf notre Mairesse qui se donne corps et âme au détriment de sa santé pour notre Ville, je sens un grand vide autour d'elle des autres élus. Il y a je crois une grande chicane interne entre certain conseillés municipaux. De 1 la reconduction de leurs mandats pour deux ans ne plais pas à tout ces élus.La raison? Il y en a parmi eux qui peut-être avais des plans de carrières plus haut au niveau municipal, d'autres voulais peut-être pas solliciter un autre mandat, et peut-être que d'autre s'en fout carrément et qu'ils ne veulent pas s'impliquer. Pourtant nous savons tous que nos élus ont chacun et chacune des responsabilités(es), mais comment pouvons-nous avancer quand il y a bisbille et chicane interne au sein de notre conseil municipal. Ces personnes (nos élus(e) ) le directeur général et le responsable de l'urbanisme sont presque invisible et surtout muet, je sens que nous avons donné notre ville à des étrangers qui sont en train de faire comme bon leurs sembles et ce sans aucune surveillance. Le rôle de nos conseillés municipaux est d'être sur le terrain et de faire tout les suivis découlant de leurs responsabilité qui leurs sont confiés.

Roby Bégin (2013-10-04 à 06:45)
Votre "Speedy" donne l'impression d'un assisté social trop parasseux pour gagner sa vie. Il sera beaucoup mieux sur BS, d'où il provient d'ailleurs !!!

mireille coulombe (2013-10-04 à 08:23)
c'est ecoeurant de profiter de ces moments tristes et profiter de l argent des citoyens en détresse. Bravo speddy d’avoir agi comme ça. La vie va t aider.


Luc Grenier (2013-10-04 à 06:23)
Ceci prend du courage, Bravo M. Tremblay j'espere que vous serez lu et que les autorités en prendrons connaissance

Manon Farmer (2013-10-04 à 10:36)
Les propos de monsieur Luc Grenier sont tout à fait raisonnables et très souhaitables pour apaiser toute rumeur fausse et surtout, pour favoriser un recommencement positif. Cependant, il est rafraîchissant de lire les comptes-rendus de Rémi Tremblay (la vérité a toujours sa place) et très rassurant aussi : avec tous ces "fonds" monétaires qui nous viennent de partout, il serait peut être avisé de ne pas tomber aveuglément dans le "comme on est extraordinaires ici à Lac-Mégantic" et de garder un regard =lucide= (où il y a l'homme il y a l'hommerie) et =vigilant= sur la TRANSPARENCE que requiert toute "démocratie" : il est souhaitable, pour le succès de la reconstruction de notre milieu, il =faut=même, continuer à croire qu'il soit possible qu'elle ne soit pas une utopie... surtout dans une si petite communauté.

LISE VIGNEAULT (2013-10-05 à 00:08)
RÉMI, tu écris de par ma bouche, tout ce que je dirais... Je te remercie d’être ma voix... Infiniment merci... Lise


Sylvie Ménard (2013-10-05 à 09:29)
BRAVO et MERCI d'écrire les vraies choses M. Tremblay et Félicitations et Bon Courage à Speedy d'avoir dénoncé les abus. J'aimerais savoir pourquoi que l'ARMÉE CANADIENNE n'est jamais venue aider Lac Mégantic dès les premiers jours de la tragédie et par la suite pour la reconstruction. Je me suis fait dire qu'il aurait fallu que le Provincial en fasse la demande au Fédéral et, si oui, pourquoi cela n'a pas été fait. Les abus et les coûts exhorbitants ne seraient pas à l'avant plan. Les pompiers et les policiers et tous ceux qui travaillent ou qui ont travaillé sur le terrain auraient pu avoir une aide précieuse de L'ARMÉE CANADIENNE. Elle a ce mandat d'aider dans les tragédies de ce genre. J'aimerais bien avoir le son de cloche de Madame Roy-Laroche, de Monsieur Paradis, de Monsieur Bolduc, de Madame Marois et de Monsieur Harper. Faites-nous plaisir et informez-nous, vous aussi, sur les vraies choses !!!

Alain Vallerand (2013-10-05 à 10:21)
En prenant pour acquis que ceci est vrai, dites-vous que ce n'est pas la première fois que des gens (entreprises) tentent de profiter de la situation.

Lors de la crise du verglas en 1998, bizarrement, le prix des génératrices dans le triangle noir et les environs avaient pratiquement triplé...

Les chandelles et les piles, devenues rares, étaient "vendues" à des prix astronomique (en magasin, en temps normal, on pouvait se procurer une boite avec 12 chandelles pour environ 2 $, et bien les mêmes chandelles se vendaient 2 $ l'unité...)

C'est triste à dire, mais l'homme, dans certain cas, est ainsi fait... :-(

Martial Grondin (2013-10-05 à 17:58)
J'ai travaillé a la dépollution de la rivière chaudière et je me suis pogné le cul pendant les 4ou 5 semaines d'autres ont joués au football toutes une après midi j'ai vue du monde fumé de la mari il y avait un boss de la CIE se péter les bretelles en agissant comme un roi et ca m'as vraiment fait chier argent des contribuables gaspillé comme ca j'espère qu'ils vont se réveillé le gouvernement


Colette Roy Laroche (2013-10-05 à 18:37)
Il n'est pas dans mes habitudes de commenter des propos tenus dans cette chonique. Compte tenu de l'impact de ce qui se véhicule concernant le conseil municipal et l'administration, il m'apparaît important de vous donner mon point de vue sur certaines perceptions.
Unanimement, le Conseil municipal a demandé par résolution de poursuivre pour deux ans son mandat. Tous ont accepté de bon coeur
de donner deux autres années au service de la population. Le 6 juillet a changé bien des choses dans nos vies. Certains avaient des projets de laisser la politique municipale pour mener une vie plus douce; d'autres
avaient des projets de poursuivre. Cette situation n'est aucunement source de conflit au conseil. D'ailleurs, aucune chicane interne vient miner le climat au conseil. Les conseillers peuvent exprimer leurs opinions en toute liberté et tous respectent le point de vue de chacun. Il ne faut pas interpréter les divergences d'opinions à l'occasion comme un conseil en chicane. Lorsqu'une décision est prise, tous savent se rallier.
Quant à la place de chacun des conseillers au conseil, il faut considérer que même si ceux-ci ne font pas "Tout le monde en parle", cela ne veut pas dire qu'ils sont inactifs. Chacun consacre de nombreuses heures à poursuivre les dossiers dont ils sont responsables: la Commission des arts, de la culture et du patrimoine, le Comité consultatif d'urbanisme, la Commission de la famille et des aînés, la Commission des sports et des loisirs et plusieurs autres comités. Tous sont très préoccupés par le service à offrir à communauté pour que la vie continue le mieux possible. De plus, la mairesse suppléante est appelée, plusieurs fois par semaine à me remplacer pour des activités et les conseillers apportent leur contribution à bien des dossiers qui ne font pas de bruit.
Le conseil maintient le contrôle leur ville tout en ayant confié un grand chantier qui est hors du commun à une grande firme. Il ne faut pas se fier sur les apparences et sur les frustations de certains travailleurs. Le directeur général, les directeurs de services et les surintendants travaillent de 60 à 80 heures semaines à contrôler et superviser les travaux en cours.
Tous, les conseillers comme nos employés municipaux travaillent dans l'ombre pour réhabiliter notre ville dévastée.
Encore une fois, je fais appel à la solidarité plutôt qu'à la division. Nous devons travailler ensemble dans un esprit de compréhension et de collaboration. L'heure est à se serrer les coudes; les prochains mois seront encore pénibles pour tous.
Colette Roy Laroche

Pascal-Alain Bergeron (2013-10-06 à 11:31)
Je connais des gens qui travaille au centre-ville.. Ils m'en ont parlé un peu mais pas plus que ça.. c'est le boss qui veut pas que les employés parlent de la job qu'ils font.

Lisa Roy (2013-10-06 à 14:28)
Très honnêtement, lorsque j'entends les témoignages de ces personnes qui travaillent au centre-ville je viens folle de rage...Je n'arrive pas très bien à comprendre que la plupart d'entre-nous, simples citoyens, avons déjà compris qu'une sécurité du chantier devrait être mise en place pour éviter que les travailleurs se tournent les pouces. Au bout du compte, c'est notre argent à tous qui y passe...Autre facteur très important, au Québec nous avons cette chose appelée l'hiver...le travail de décontamination urge. Qu'arrivera t'il au printemps prochain lorsque les eaux dégèleront....? Se tourner les pouces et payer des gens de l'environnement le gros prix pour le peu qui est réalisé, semaine après semaine, n'est certainement pas justifié...On fait rire de nous! Assez triste à dire, mais dans cette tragédie que nous vivons ici à Lac-Mégantic, il y a des gens qui profite de la situation et qui font plus d'argent qu'ils n'en auront jamais fait et qui malheureusement retournent chez-eux le soir le sourire aux lèvres, surtout lorsqu'ils reçoivent leur généreux chèque de paye et ce, sans avoir travaillé à la sueur de leur front.
Si les élus municipaux ne commencent pas à rendre des compte au Québec entier, nous perdrons beaucoup de capital de sympathie. Les gens sont généreux mais il ne faudrait surtout pas rire d'eux. D'une part, on entends tout ce qui se passe sur les divers chantiers du centre-ville, incluant l'environnement, et d'autre part, la population continue de donner aux divers fonds, dont avenir Mégantic. Serait-ce possible de savoir ou les choses sont rendues quant à ces fonds? Comme on le dit si bien, depuis le début de toute cette histoire, seulement la Croix-Rouge a fait preuve de transparence par rapport aux dons, mais en ce qui concerne les autres fonds, ou va l'argent? Partout ou nous allons, il y a toujours une boîte de contribution volontaire...est-ce que cette argent sert réellement, si oui, je suis convaincue ne pas être la seule à me demander à quoi? Je suis une simple enseignante, qui gagne sont chèque de paye honnêtement et durement. Je ne juge pas le travail de la ville car nul n'est préparé à gérer une telle crise, mais s.v.p., voyez à ce que les gens fasse leur travail;c'est la moindre des choses, et rendez des comptes avant que le reste des québécois nous tourne le dos et finissent pas en avoir assez de nous...
Lisa Roy

alaindesro@yahoo.ca (2013-10-07 à 07:11)
Voilà ce qui se passe .....

Dave (2013-10-07 à 19:32)
Je travail sur le chantier depuis deux mois... oui il y a des temps plus tranquille... cest normal, tant qu'il ne pleut pas assez, sa me sortiras pas... alors maintenant qu'il y a des.coupures de.personelles, jespere quetout ceux qui chiale contre notre travail vont etre fiere quand nous manquerons de monde dans les gros temps de pluie... merci de nous mettre dans marde...

Ginette (2013-10-07 à 20:55)
C'est sur qu'il y a des personnes qui vont profiter de cette occassion en or du malheur des autres , il y en a qui travailles vraiment aussi et c pas facile cette job avec tout c'est senteur probablement mauvaise pour la santé, mais prendre le bien des autres en profitant du systeme comme certain le font , je viverais mal avec sa sur ma concience , considérant que mégantic va avoir du mal a se relever de se drame économiquement , le taux de chômage est élevé aussi , cette argent que certaine personne profite devrait etre pour repartir la ville , refaire des commerces et non le donner a des profiteurs ,

Pierre Lebeau (2013-10-09 à 16:14)
Bravo monsieur Tremblay. J'entends de pareils propos,discutant beaucoup avec des employés de Pomerleau. Les gars sont fatigués. Pas beaucoup de congés. De graves erreurs pourraient être commissent. Il semble qu'il manque de la coordination sur le chantier. Le superviseurs devraient insistés d'avantage sur les moyens de sécurités à prendre et qui ne sont pas respecter. à quand la visite de la CSST sur le chantier? attendez-vous qu'un citoyen les appelle?

martin (2013-10-10 à 12:41)
le bâtiment a été jeté à terre, en raison de sa contamination par les hydrocarbures.
il avait même pas de salage en ciment ce petit bâtiment il aurait pu être déplacer..

Daniel Bergeron (2013-10-10 à 23:56)
J'ai hésiter beaucoup avant de commencer à écrire, j'ai penser chaque mots. Je lisais l'article écrit par rapport aux dire de Mr. Speedy, et c'est là que je me suis dit, je ne peux juste pas rester muet et rien dire. En lisant, j'ai compris que Speedy n'avais pas aimer son expérience de travail de 5 semaines à notre ground zero. Travailler pour une compagnie qui a bien voulue l'engager, lui donner une chance de faire un bon geste pour notre communauté de Lac-Mégantic et de faire de l'argent en même temps. Je ne peux critiquer son choix d'abandonner son travail pour retourner sur l'aide social, chacun est maître de sa vie. Parcontre ce que je peux faire c'est vous donner des détails sur mon expérience qui a commencer le 8 août et qui continue encore aujourd'hui.
Depuis le 8 août, je travail pour une compagnie qui est venu aider à décontaminer notre ville. Depuis la première journée de travaille que je regarde ces gens venu d'ailleur, donnés des opportunités aux citoyens de Lac-Mégantic. En leur offrant un emploi, de bonne conditions de travail et un bon salaire. Depuis la première journée que je vois des gens exténuer se donner à fond dans leur travail pour faire en sorte que notre petite regagne un bel endroit où il fait bon vivre. Ces personnes de ces nombreuses compagnie sont là pour leur propre poche ..... Il ne faudrais pas oublier que ces gens son loin de leur maison, de leur femmes, leurs maris, de leurs enfants et de leurs amis. Ces gens travail 7 jours sur 7, 12 heures par jour minimum depuis le mois de juillet. Certain d'entre eux ont eu à peine quelques jours de congé, même que certain d'entre eux n'ont pas eu plus d'une seule journée d'affiler. Combien vaut un tel sacrifice ? Est-ce que ces personnes mérite le respect ? Est-ce normal pour eux d'être fatiguer lorsqu'ils travaillent sans relâche pendant x temps ? J'ai vu certain de ces travailleurs cerné jusqu'au menton et quand même aller travailler. J'ai vu ces travailleurs, traiter le monde de Lac-Mégantic avec le plus grand respect qu'il soit. Et malgré le froid qui commence, la chaleur de l'été, malgré la pluie, les émanations toxique du sol et des eaux, ils sont la debout à travailler. Loin de leur familles, loin de leur chez eux. Et tout ca pour quoi ? Pour nous !
Comme tout les premiers intervenant l'ont fait, ils sont venu nous aider. Travailler à reconstruire notre ville, notre chez nous. Facile de juger leur travail lorsqu'on ne voit pas ce qui se passe. Facile de dire des vacheries lorsque l'ont a même pas vu la moitié de tout le travail qu'ils ont accomplit depuis qu'ils sont ici. Toutes les compagnies qui sont ici mérite le plus grand des respect pour ce qu'ils font pour nous. Et surtout pour les sacrifices qu'ils font pour être ici .
En mon nom et au nom de toute ma famille, je leur dit merci.
Dan.

marielle turcotte (2013-10-11 à 08:10)
moi je travaillait pour garda sur le contrat de tafisa j ai lacher raison personnel vu qu il n avait pas d autre contrat ma mise a pied,j ai eu mon chomage pour de bonne raison je trouve cela déployable au lieu de prendre des gens au alentour qui ont leur carte en force ils aimes mieux payer plus pour des agent en dehors et payer leur frais de gaz et dépense ont se fait arnaqué les gens de lac -mégantic pense comme moi le monde de l extérieure viennent en profité de la situation


Simon Sévigny (2013-10-14 à 17:35)
Bravo Mr. Inkel.
Le probleme ici à Lac Mégantic avec les municipalités environnantes, soit entre-autre Frontenac, Marston et Nantes, c est qu'ils n'ont aucune vision avenir à part de profiter de la ville. Ce sont de très grand PROFITEUR.

Raymond Piette (2013-10-27 à 15:26)
Pour ce qui est de l'entraide inter-municipale, nul besoin de passer par des fusions, la MRC est là pour ça.
J'ai rencontré un maire éclairé dans notre région méganticoise, il prônait, une MRC-une ville dans les années 90, on a du le prendre sans doute pour un comique et pourtant........

Suzanne Poulin (2013-11-25 à 20:19)
Bravo Rémi, tu as toute mon admiration! Ton texte, très humain, vécu de l'intérieur, me touche encore profondément. Merci de partager cet honneur avec nous, la gang de l'Écho, mais cette reconnaissance journalistique te revient. Tu mentionnes que produire un hebdo est un travail d'équipe, je suis tout à fait d'accord, l'équipe de l'Écho a aussi fait un travail exceptionnel dans des conditions difficiles. Nous nous sommes soutenus et encouragés mutuellement. À vous aussi la gang de l'Écho vous avez toute mon admiration.

Marie-Pier Fortier (2013-11-26 à 23:21)
Je viens tout juste de le lire, cet éditorial. Je lui donnerai ce nom, mais c'est bien plus que ça. Je te félicite, Rémi, pour le prix que tu as reçu au cours des derniers jours. C'est pleinement mérité. En plein coeur des événements, tu as su trouver la force d'exprimer l'inexprimable, et seul un grand journaliste pouvait y arriver. Votre équipe a su se relever de cette épreuve rapidement, et les Méganticois ne peuvent que vous en être redevables.

Pour le reste, parents et amis, sachez que je suis de tout coeur avec vous. De toute mon âme aussi. Je suis vous, vous êtes moi. Ça ne s'explique pas. Mais vous savez. Oui, vous savez. Pardonnez mes rares présences, j'y arrive difficilement encore. Vous êtes si forts!

Chantal Charbonnier (2013-11-27 à 22:40)
Lorsque j'ai lu ton texte Rémi, je t'ai écrit comme quoi il était d'une description autant vive que bien réelle et on sentait, comme tu l'écris si bien, avec tes mots, tes sentiments et tout en restant le journaliste que tu es. Je me disais qu'il fallait absolument que quelqu'un reconnaisse ce texte et ton énorme talent de journaliste. C'était normal que cela te revienne avec le don immense que tu possèdes de placer des mots sur un clavier sans âme et de les rendre vivants. Félicitations! Et bien sûr, à toute l'équipe de l'Écho qui t’ont appuyé et que vous vous êtes appuyès dans cette terrible tragédie. Sincèrement, Chantal

Christian Couture (2013-11-28 à 14:43)
Je vous l'ai écris le 9 juillet et je le réitère encore: De tout ce que la presse a publié lors de l'évênement, c'est votre papier le meilleur ! La preuve, vous en êtes récompensé par un prix prestigieux en journalisme au Qc. Félicitations !



Pierre Brosseau (2013-11-28 à 23:49)
Toutes mes plus sincères félicitations à Rémi Tremblay pour son magnifique article "La ville des âmes en peine". Avant même l'honneur qu'il a reçu de ses confrères de la FPJQ le 23 novembre, Rémi avait été salué par Pierre Foglia dans sa chronique du 20 juillet. Il y décrivait l'article de Rémi comme étant "le meilleur qu'il avait lu" depuis la catastrophe. Quand on connaît la verve habituellement acidulée et l'esprit de contradiction de Foglia, son commentaire est un hommage dont Rémi Tremblay pourra être fier jusqu'à la fin de ses jours, tout comme de l'exploit pour toute l'équipe d'avoir sorti le journal la semaine suivante dans des conditions extrêmes..

L’Écho de Frontenac (2013-11-29 à 06:56)
Vous pouvez vous inscrire au recours collectif en cliquant ici

Lise Poirier (2013-11-29 à 09:29)
Mme Bouffard a raison, cette information servira à beaucoup de gens.
Merci

Louise Bouffard (2013-11-29 à 01:38)
Pouvez-vous me dire clairement où aller pour s`inscrire au recours collectif, je suis certaine que cette information servira à beaucoup de gens , Merci


Pierre-Luc Poisson (2013-11-29 à 06:46)
Sherbrooke, vendredi 29 novembre 2013.
Bonjour,
Comment allez-vous? Superbe billet d'humeur sur un sujet brûlant d'actualité!
Bravo pour ce prix Judith-Jasmin!
Avec toute mon admiration!
Joyeuses Fêtes et "allumer seulement des ampoules LED"; pas de commentaires.
Pierre-Luc Poisson

Simon Sévigny (2013-12-01 à 10:07)
Félicitation Mr.Tremblay,j ai tourjours su qu il y avait beaucoup de talents ici chez nous a Lac Mégantic.La FPJQ a su le reconnaitre.Bravo.

Paul Dostie (2013-12-03 à 10:19)
Il faut souligner le témoignage touchant de Rémi parce qu'ici le journaliste a eu le courage de son humanité et de la sobriété. Il faut souligner aussi son empathie parce que depuis la catastrophe nous sommes tout à l'économie, un mal nécessaire où on est plus pressé de bénir le train assassin que de l'extirper du coeur de la ville. Chapeau! Rémi pour ton texte qui m'a fait le plus grand bien et pour ton souci de l'ordinaire qui remet au coeur du drame l'être et son destin.

jean-yves roy (2013-12-06 à 11:40)
Bonjour citoyens du Québec, il est temps de prouver notre loyauté en temps que peuple Québécois, unissons-nous et signons cette pétition. Oil est temps de se faire respecter, c’est notre droit. Je vous remercie et joyeuses fêtes.

Marie-Laura Lachance 3658 rue de carillon Lac- Mégantic (2014-01-16 à 11:36)
oui je veux voir le nouveau trajet pour le passage du train à Lac-Mégantic pour la sécurité de tous les citoyens. Moi, je demeure juste à 50 pieds de l’endroit où est arrivé l'accident. J'ai averti tous mes voisins pour les empêcher de mourir dans le feu et je suis très triste quand je pense à tous ceux qui sont disparus dans le feu. Et je remercie Dieu de nous avoir empêcher de mourir nous aussi dans cet accident.


Geneviève dostie (2014-01-17 à 15:17)
FÉLICITATIONS à Anne Marcotte et merci pour cette belle réussite avec nos chers commerçants dont on s`ennuit tellement depuis ce jour tragique et souhaitons Bonne chance à tout notre monde, nous sommes avec vous tous de tout notre coeur .

Pierrette St-Hilaire (2014-01-17 à 09:38)
je voudrais savoir pourquoi on parle juste de Jean Coutu et Metro.Que se passé t'il avec Dollarama?

stephanie lessard (2014-01-17 à 12:54)
Pourquoi devoir débâtir Pneus Robert Bernard et faire perdre d'autres emplois à ceux qui travaille à cet endroit pour rebatir une autre bâtisse. Aucune logique. C'est encore l'argent qui mène.

claude roy (2014-01-18 à 09:16)
Le train doit absolument contourner la ville. Tous les citoyens et citoyennes de la région de Lac-Mégantic doivent exiger le contournement du train et faire pression constamment auprès de la mairie, du gouvernement du Québec et du Canada afin que les plans et devis de la voie de contournement soient mis en exécution dans les plus brefs délais. Ce sera un mouvement de longue haleine et une prémisse à la sécurité publique concernant le transport des matières dangereuses par voies ferrées.

Francine Frank (2014-02-20 à 20:15)
Je suis tout à fait d'accord avec votre commentaire Marie-Josée.
Moi Je crois sincèrement qu'ils nous doivent un chemin de fer qui contourne la ville, la compagnie de chemin de fer qui n'a pas pris la peine d'utiliser des wagons convenables, les compagnies de pétrole qui n'ont pas pris la peine de vérifier la fiabilité des wagons qui transportaient leur pétrole, les gouvernements qui ont laissés les voix ferrées se détériorer en sachant très bien qu'elles étaient en très mauvaises états, et j'en passe.... Alors qu'est-ce qu'un petit 40 ou 50 millions pour dédommager tous ces pauvres gens qui ont subit les conséquences de vos manques flagrants. Vous n'avez pas à essayer de trouver une solution, vous l'avez déjà, faite un voix ferrées qui contourne la ville, et arrêter de dépenser de l'argent à discuter.

Francine Frank (2014-02-20 à 20:16)
Je suis tout à fait d'accord avec votre commentaire Marie-Josée.
Moi je crois sincèrement qu'ils nous doivent un chemin de fer qui contourne la ville, la compagnie de chemin de fer qui n'a pas pris la peine d'utiliser des wagons convenables, les compagnies de pétrole qui n'ont pas pris la peine de vérifier la fiabilité des wagons qui transportaient leur pétrole, les gouvernements qui ont laissé les voix ferrées se détériorer en sachant très bien qu'elles étaient en très mauvais état, et j'en passe.... Alors qu'est-ce qu'un petit 40 ou 50 millions pour dédommager tous ces pauvres gens qui ont subi les conséquences de vos manques flagrants? Vous n'avez pas à essayer de trouver une solution, vous l'avez déjà, faites un voix ferrée qui contourne la ville et arrêtez de dépenser de l'argent à discuter.

Raymond Roy (2014-02-20 à 21:35)
Comment voulez-vous faire confiance ??
La voie ferré est la même, une cie qui a changé de nom et les mêmes fonctionnaires fédéraux qui participent aux décisions de refaire circuler le pétrole au centre ville de Lac-Mégantic. Ceux-la même qui seront je l'espère bientôt accusés de négligence criminel.
Ce sont ces mêmes personnes qui vont autoriser encore et demander aux gens de Mégantic de faire confiance ??
Jusqu'ou va aller la bêtise humaine dans ce dossier ?
Ces personnes appliquent la même règle que la politique, laissons le temps et les gens seront oublieront.
C'est quoi 50 millions pour Irving pour un countournement ? Ils attendent tout simplement que les gouvernements s'impliquent avec nos impôts alors que c'est eux à qui cela reviens de le faire.
J'ose espérer que nos dirigeants locaux ne tomberont pas dans leurs jeux pour le bien de ces sociétés au détriment d'une polulation.
Une interdiction de passage tout produits dangereux dans le centre ville est le meilleur et plus assuré des éléments pour forcer ces sociétés pétrolières de construire une voie de contournement à leurs frais et ce soyez en assuré car il ont vraiment besoin de faire passer le pétrole par Mégantic.
Nous avons recu à Lac-Mégantic une sérieuse leçon. Serons-nous en tenir compte ?
Merci aux élus locaux d'être vigilant à cet égart.



Lise Poirier Fortin (2014-02-20 à 21:49)
Non, je ne suis pas capable de lire tout ça. Je ne veux pas que ma belle ville en meure. Je ne veux pas de dépression et de suicide de plus dans ma Ville. Mais s.v.p. aidez ceux qui n'ont plus de chômage, ils vont tout perdre! Et nos commerçants, arrêtez de leur mettre des bâtons dans les roues, maudit, ils veulent s’en sortir pour nous et notre Ville. Excusez mes fautes, je ne suis pas «bollé», mais j'ai un coeur. Et vous? Plus de mensonges, okay?

Marie-Josée Boulet (2014-02-20 à 13:37)
Je peux comprendre que la ligne de chemin de fer de Lac-Mégantic soit essentielle au transport de toutes sortes de marchandise, mais qu'est-ce que 40 à 50 millions de dollars représentent en comparaison de la décontamination de la ville actuellement? Qu'est-ce que ça représente en comparaison aux nuits de sommeil troublées que nous vivons ou revivrons quand nous saurons qu'en pleine nuit comme en plein jour des wagons chargés de pétrole vont recommencer à passer en plein milieu de la ville? Qu'est-ce que représente ce montant en comparaison à côté du nombre de gens qui doivent encore avoir du soutien psychologique pour traverser la crise que nous avons vécu cet été et aux autres coûts sociaux qui s'accumulent : absence au travail, médicaments, maladies somatiques, sans parler de la reconstruction? ... Pensons-y bien!

Nathalie Lapointe (2014-02-21 à 13:09)
Bonjour, j'aimerais savoir... Beaucoup de commerçants se sont relocalisés ailleurs pour de bon. Que va-t-il arriver avec les condos commerciaux? La ville arrivera-t-elle à tout louer pour l'été ou allons-nous nous retrouver avec des locaux vides comme au centre sportif AVANT le 6 juillet ?

Guy Royer (2014-02-21 à 07:17)
quand je disais que rien n'a changé.....on vient de confirmer mes dires. Quelle tristesse...sur les même vieux rails qui appartiennent à MMA ( bientôt Fortress ) quand on veut s'en servir mais qui semblent ne plus leur appartenir lorsque vient le temps de les entretenir.
Où sont nos gouvernements pendant qu'on se fait passer tout ça par en arrière? Un qui est en train de préparer des élections parce que c'est le bon '' timing '' pour être majoritaire et l'autre qui ferme les yeux sur les lacunes de ce système de transport en ruine.
Le bien et l'intérêt des citoyens?...en deuxième.

marc (2014-02-21 à 13:29)
si vraiment le train passe encore a lac-mégantic avec du pétrole je pense bien que plusieurs citoyen vont tout simplement déménager de ville , c’est aussi simple que sa!!

Marilaine Savard (2014-02-21 à 16:14)
Faudra-t-il que l'on se cadenasse à la voie ferrée pour arrêter ces trains? S'il faut en venir là, je suis prête à initier le mouvement. Qui me suit?

Marilaine Savard (2014-02-21 à 11:59)
Faudra-t-il que l'on se cadenasse à la voie ferrée pour arrêter ces trains? S'il faut en venir là, je suis prête à initier le mouvement. Qui me suit?

Pierre LeMoyne (2014-02-21 à 08:47)
Félicitations monsieur, vous êtes un libre penseur.

donald bolduc (2014-02-21 à 10:07)
Quel beau gachis.. Il y en a qui se font encenser par les médias ou les personnes de l'extérieur qui ne sont pas au courant de ce qui se passe réellement ici. Quelqu'un un jour ou l'autre devra ramasser les pots cassés . J'espère seulement qu'ils ne se défileront pas et qu'ils seront aussi présents devant les caméras lorsque l'encensoir sera brisé par une population en colère.

Mario Pouliot (2014-02-22 à 16:36)
J'enrage.

Voulez-vous bien me dire pourquoi il faudrait décontaminer le centre-ville, le réaménager, refaire les infrastructures, réparer et reconstruire là où ce sera possible, à coup de centaines de millions de dollars, pour voir par la suite un gouvernement fédéral irresponsable répéter les mêmes erreurs amenant des entreprises de transport ferroviaire minables à revenir nous déverser à nouveau leurs produits mortels au même endroit dans deux ans, dans cinq ans, dans dix ans ou un peu plus (parce que ça finira inévitablement par se reproduire encore et encore, parce qu'un train ça déraille et plus il y en aura, plus ça déraillera)? Je trouve complètement aberrante l'idée de reporter à plus tard (ou d'oublier totalement et volontairement) la construction d'une voie de contournement ferroviaire pour une simple question d'argent. Quarante ou cinquante millions de dollars (je ne crois même pas à ce montant) pour éviter la répétition d'une catastrophe comme celle du 6 juillet dernier, catastrophe qui coûtera au moins de cinq à dix fois plus cher pour en effacer "en partie" les traces, sans compter les pertes de vies humaines, c'est une véritable aubaine et c'est une chose que tous les responsables nous doivent amplement.

Le chemin de fer est important pour nous. J'en conviens. Il est toutefois encore plus important qu'il ne passe plus jamais dans le centre-ville tout en continuant à desservir nos entreprises en empruntant un nouveau tracé qui ne mette plus jamais en danger nos vies. Il me semblait que tous les citoyens et toutes les autorités concernées avaient compris la chose au lendemain de la tragédie et avaient convenu que la voie de contournement qu'on nous fait miroiter depuis une trentaine d'années était dorénavant la solution urgente qu'on ne pouvait même plus songer à contourner ni même à en retarder d'un jour la mise en oeuvre. On nous a rassuré, dorloté, chouchouté, bercé, endormi et, finalement, sciemment oublié. Je me doutais bien que les autorités pouvaient jouer à ce jeu avec nous mais jamais je ne les en aurais pensé capables de le faire avec autant de détachement et d'indifférence après l'ampleur de la tragédie qui nous a tous affecté, qui nous affecte encore et nous affectera certainement jusqu'au prochain déraillement.

Si les autorités fédérales et les responsables des compagnies ferroviaires qui sont venus verser leurs larmes de crocodiles dans notre ville dans les jours suivants la tragédie sont incapables d'investir dans ce qu'il nous faut (une voie de contournement ferroviaire) pour éviter qu'un tel cauchemar se répète, je souhaite à tout le moins, même si ça ne se fait pas, que le prochain déraillement se produise à quelques pas de chez eux et non de chez moi. C'est peut-être la seule façon pour que ces politicailleurs et ces capitalistes minables comprennent que quelques dizaines de millions de dollars c'est peu cher payé pour éviter de si grands malheurs. Aucun politicien ne mérite d'être réélu ou élu s'il ne s'engage pas fermement et publiquement à tout faire en son pouvoir pour que la voie de contournement ferroviaire souhaitée par tous se concrétise dans les plus brefs délais possibles.

Moi en tout cas je n'ai plus envie de mettre les pieds dans un secteur où des convois pétroliers fous, inquiétants et chancelants vont venir zigzaguer à travers nous, sur des rails délabrés, mal entretenus afin de maximiser les profits et les dividendes d'entrepreneurs et d'affairistes avides d'argent et insouciants de la sécurité et de la vie des autres. Et vous? Ça vous tente de vous faire frôler quotidiennement par des armes de destruction massive instables?

Vincent Poirier et Stéphanie Gendron (2014-02-25 à 08:35)
Marilaine Savard, avant même de lire votre commentaire, nous avions décidé de faire la même chose, s'attacher à la voie ferrée et, comme j'ai pu constater, beaucoup de gens vont suivre; suffit d'une personne pour faire le (leader) et beaucoup de gens suivront. Greenpeace a déjà fait ça en Russie pour empêcher justement un train de déchets radioactifs de passer, mais comme il ne faut pas se fier sur Greenpeace pour nous aider avec leurs bateaux alcooliques au pétrole, ils n’ont pas été très bavards jusqu'ici à notre cause et bien, nous on le fera; vous pouvez en être sûrs, non c'est non! Il y a toujours des limites à se faire prendre pour des idiots. Nous allons faire tout ce qui est possible pour empêcher cela. Maintenant, reste à voir combien de gens serons avec nous. À suivre!

Lucie Seraiocco (2014-02-27 à 09:46)
J'adore le ton de votre article ainsi que son contenu. Merci pour tout et continuez s.v.p. , votre beau travail...

Germaine roy (2014-03-18 à 09:21)
Moi non plus je ne fais plus confiance à nos dirigeants . Je suis prête à vous accompagner madame Marilaine Savard dans vos démarches pour empêcher à nouveau la circulation du pétrole au centre ville. Il ne faut pas que la population s'endorme . Samedi le 22 mars il y a une journée spéciale à la polyvalente de Lac Mégantic . Des groupes d'un peu partout dans la province seront présents pour vous accompagner . C'est la journée mondiale de l'eau . Le pétrole qu a explosé chez vous est une menace grave pour l'eau . Alors, serez-vous là samedi pour manifester avec des gens de toute la province ? Moi j'y serai et vous ????

gérald lacroix (2014-03-24 à 09:50)
Bravo bon courage tout va bien aller beaucoup de bons anges veillent sur toi.

Ginette Denise Daviau (2014-03-26 à 08:48)
Bonjour!

Petit message pour monsieur Gagné...Pourquoi ne pas appelé sa bière 'Train d'enfer'?

Bravo pour le courage et la détermination de tous les habitants!!!

André Charbonnier (2014-05-22 à 23:09)
Peut-être que la compagnie Irving pourrait vous aider en vous 'prêtant' de l'argent sur 100 ans sans intérêt !!

Mario Pouliot (2014-05-23 à 07:17)
Une solution réaliste? Même fortement souhaitable? Très certainement, du moins dans l'esprit des méganticois, mais il vous faudra commencer par convaincre le ministre Pierre Moreau ainsi que les membres de l'austère gouvernement de Philippe Couillard. Pierre Moreau a déjà dit non, avant même de réfléchir à la question, en improvisant les arguments les plus absurdes qu'un cerveau normal n'arrive pas à comprendre.

Parfois on est en droit de se demander ce que certaines personnes viennent faire en politique. Il y a bien sûr de multiples réponses à une telle interrogation mais il y a une catégorie particulière de politiciens qui sont attirés uniquement par le pouvoir, en particulier par le pouvoir de dire non. Probablement que ça en excite certains ou que ça aide à gonfler un ego surdimensionné ou un narcissisme déplacé. Encore faudrait-il justifier ces refus par des arguments intelligents. Pierre Moreau ne m'a jamais semblé appartenir à une catégorie de politiciens venus pour servir la population. J'ignorais cependant qu'il était dépourvu de compassion, d'empathie, de sensibilité et de jugement sensé (pour un avocat ça fait pic-pic). La mairesse de Lac-Mégantic a expliqué clairement pourquoi ce qui s'est produit à Lac-Mégantic n'a à-peu-près aucun risque de se produire ailleurs au Québec avec une telle ampleur, dans les 500 municipalités auxquelles Pierre Moreau fait allusion. Ce dernier n'a visiblement pas une grande connaissance de la physique la plus élémentaire. Un train stationné dans une municipalité située en terrain plat ne risque pas de se déplacer et de prendre assez de vitesse pour dérailler et voir tous ses wagons s'empiler et exploser dans un espace restreint. Ça élimine énormément de municipalités québécoises; les plus "plates". D'autres municipalités sont situées en haut des pentes ferroviaires. Si les freins lâchent le train ne foncera pas dans la ville mais il en sortira. Ça élimine plein d'autres municipalités (les municipalités élevées comme Nantes, d'où partent les trains défectueux pour foncer dans le fond des vallées ou sur la municipalité voisine si elle est située en bas de la pente). Si le ministre Moreau commandait une étude exhaustive des bas de pentes où les trains peuvent dérailler à grande vitesse et souffler une ville il se rendrait peut-être compte que les cas semblables à Lac-Mégantic sont rares ou n'existent tout simplement pas. Par contre, quand la ville est située en bas de la deuxième pente ferroviaire la plus accentuée au Canada, la chose peut plus logiquement se produire et, pire encore, se reproduire, surtout quand on tient compte de l'augmentation astronomique du nombre de convois de pétrole au cour des dernières années et aussi des années à venir. Ça c'est un argument physique logique.

Un second argument c'est qu'on essaie, quand on est suffisamment intelligent, de ne pas exposer une population ayant vécu un cauchemar indicible à un potentiel deuxième cauchemar similaire. Tous les méganticois ont perdu au moins une dizaine de proches parents, d'amis et de proches connaissances dans cette tragédie. Est-ce qu'on peut légitimement les exposer à revivre la même chose? Le risque sera toujours là en raison de la dénivellation des voies ferrées qui mènent à Lac-Mégantic, une cuve située dans une région fortement vallonneuse et montagneuse. Le ministre Moreau a-t-il envie que les enfants qui ont perdu un parent, ou l'inverse, dans cette tragédie perdent l'autre parent ou un autre enfant dans 5 ans ou dans 10 ans? Visiblement Pierre Moreau n'a pas la moindre idée de ce que représente la tragédie dans notre petit paradis transformé en enfer. Il a peut-être vu quelques photos prises au plus fort de la catastrophe mais il n'était pas sur ces photos et ne réalise pas ce qu'on a vécu sur place.

Son raisonnement est de plus très inquiétant. Il est en train de dire aux québécois que s'ils se font inonder ils ne doivent pas compter sur le gouvernement pour prendre les mesures nécessaires pour éviter ou réduire les impacts d'inondations futures parce que toutes les villes potentiellement inondables exigeront les mêmes installations. Le gouvernement ne fera rien pour éviter la répétition de n'importe quelle tragédie de crainte que tous les endroits où des tragédies semblables sont possibles il se trouvera quelqu'un pour demander qu'on réalise des travaux pour éviter que ces tragédies se produisent chez lui. On ne va pas augmenter les mesures de sécurité lorsqu'on reconstruira une résidence pour personnes âgées après un incendie, de crainte qu'on exige les mêmes mesures de sécurité dans toutes les résidences potentiellement exposées à des incendies. On ne va pas corriger des courbes meurtrières sur les routes québécoises de peur que les québécois demandent à corriger toutes les courbes sur les routes du Québec. De toute façon on se retrouverait avec un enchevêtrement de routes droites ressemblant à des pistes de courses. Ce ne serait plus les courbes qui seraient dangereuses mais la vitesse et les croisements.

Tout cela relève d'un raisonnement digne d'un moron, pas d'un Moreau ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire du Québec, un ministre qui se doit d'être intelligent, responsable et préoccupé par le sort des québécois, particulièrement de ceux qui vivent une très grande et très longue détresse. J'aimerais bien savoir ce que le député libéral de Mégantic, le très articulé Monsieur Ghislain Bolduc, adjoint parlementaire du ministre responsable de la région de l'Estrie (volet relance de Mégantic) pense des déclarations visiblement irréfléchies de son collègue ministre Moreau. Pendant la campagne électorale Ghislain Bolduc affirmait que si le PLQ avait été au pouvoir lors de la tragédie du 6 juillet 2013 son gouvernement aurait fait mieux que le gouvernement de Pauline Marois. Il n'est pas trop tard pour prouver que le gouvernement Couillard peut réellement faire mieux. Tout ce qui manquait à la population de Lac-Mégantic dans l'énorme travail abattu par le gouvernement Marois c'était un engagement à tout faire pour que la voie de contournement désirée par tous devienne rapidement une réalité. Alors si le gouvernement Couillard peut faire mieux qu'il le fasse rapidement en commençant dès aujourd'hui à lancer les travaux de réalisation de la voie de contournement que nous attendons tous impatiemment.

Sébastien Roy (2014-11-06 à 12:31)
By the way, il y avait près de la moitié des gens présent qui ne ce sont pas levé et qui n'ont pas applaudi non plus. Vous pouvez maintenant en tirer vos propres conclusions.

Guy Giguere (2017-11-26 à 03:59)
Avant de mourir mon pere m'a dit que j'irais en enfer si je continuais a boire. Si j'avais continue a boire j'aurais probablement ete un client du music-cafe ce soir-la puisque c'etait "la place" a Megantic. Quelle tristesse.





 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage