Recyc-Québec

Récupération Lac-Mégantic a jeté les assises du modèle méganticois

Récupération Lac-Mégantic a jeté les assises du modèle méganticois - Rémi Tremblay : Actualités

Jean-Pierre Bolduc (RL-M), Richard Hallée de la Polyvalente Montignac, Chantal Vigneault, porte-parole des directions d’écoles primaires du secteur Lac-Mégantic, MMichel Samuel (Montignac) et Jean Perreault, à la remise des chèques

Née en 1983 du souci d’un groupe de citoyens de récupérer les matières recyclables jetées pêle-mêle à travers les déchets de table, la corporation Récupération Lac-Mégantic Inc. termine son aventure d’un quart de siècle avec le sentiment d’avoir fait sa part dans la petite révolution verte, une couleur qui caractérise aujourd’hui la Ville de Lac-Mégantic. Comment réagiraient les enfants, sur les bancs des écoles primaires, si Jean Perreault venait leur raconter l’époque, guère si lointaine, où cartons, plastiques et déchets de table étaient transportés et vidés au dépotoir de la rue Villeneuve, à proximité de la rivière Chaudière, avant d’y mettre le feu?

Au moment de fermer définitivement ses livres, l’organisme a tenu à vider son coffre et à distribuer l’argent à la Polyvalente Montignac et aux écoles primaires du secteur Lac-Mégantic de la Commission scolaire des Hauts-Cantons pour ainsi financer les projets à portée environnementale.

Don de 500$ au Comité environnement d’Étienne Breton à la Polyvalente Montignac et 5 344$ à répartir parmi les écoles primaires. Aux jeunes maintenant d’initier des actions, aussi petites soient-elles, afin de poursuivre le travail de ceux et celles que Jean Perreault a baptisés gentiment les «vieux granos».

Si Lac-Mégantic peut aujourd’hui s’enorgueillir de figurer parmi les trois seules municipalités au Québec à avoir réussi, à ce jour, à rencontrer tous les objectifs du gouvernement du Québec en matière de collecte sélective et de protection de l’environnement, c’est, de l’aveu même de la mairesse Colette Roy Laroche, à ce groupe de pionniers que la municipalité le doit en très grande partie. «Lorsqu’on veut que la sensibilisation de la population ait toute sa portée, c’est auprès des jeunes que l’on doit maintenant travailler!» a-t-elle livré en point de presse, mardi, à son bureau de l’hôtel de ville, où les administrateurs de Récupération Lac-Mégantic ont été invités à signer le livre d’or.

L’expérience de cette corporation fait désormais partie intégrante de l’histoire locale. Une histoire à plusieurs chapitres où les acolytes de Jean Perreault, tels l’ancien gestionnaire du site d’enfouissement sanitaire, Lionel Boutin, le directeur de l’Environnement à la Ville, Robert Mercier, des citoyens impliqués que sont Jean-Pierre Bolduc, Gaétan Fraser, Jean Théberge, Judith Grégoire, Jeanne Legal, Monique Bordeleau et Josette Maranda, ont joué le rôle de précurseurs dans l’éveil d’une conscience écologique au sein de la population.

«Au tout début, on faisait de la sensibilisation, avec l’apport d’un programme gouvernemental qui nous avait accordé une somme de 27 000$. Mais il fallait poser des gestes concrets», rappelle Jean Perreault. Les actions n’ont pas tardé: 11 cabanons installés en des endroits stratégiques, dont deux grands derrière la Polyvalente Montignac et les autres dispersés dans huit municipalités environnantes, ainsi que deux cabanons-remorques placés chez Bestar, pour la collecte des cartons et papiers d’emballage. Une expérience de fabrication artisanale de papier fait main a été abandonnée faute de marchés, et une autre en compostage.

L’un des grands mérites de Récupération Lac-Mégantic aura été d’initier un mouvement de conscience municipal avec la disposition d’un siège sur le Comité intermunicipal de gestion de l’enfouissement sanitaire, le Ciges. «Ce sont les maires qui ont pris en main ces questions-là!» se souvient M. Perreault, qui occupait alors la fonction de greffier à la Ville de Lac-Mégantic.

Le directeur Environnement à la Ville, Robert Mercier, est le premier à reconnaître l’importance du travail accompli par cette corporation, précurseur du mouvement environnemental contemporain. Insistant sur les économies engendrées par la récupération des matières :«Pour démontrer l’impact sur les dépenses, sachez que le prix de revient des déchets enfouis, temporairement, à Saint-Étienne-les-Grès est de 110$ la tonne, alors que la collecte pour le compostage est de 50$ la tonne. Il en coûte donc deux fois moins cher de composter que d’enfouir!»

La conscience populaire a également évolué au cours du dernier quart de siècle. Jean Théberge explique que la mise en place des incitatifs à la collecte sélective, par exemple, a rencontré quelques obstacles. «On peut diviser la réponse des gens en trois groupes; 20% d’entre eux étaient extrêmement méticuleux, 60% suivaient et il restait 20% d’irréductibles qui ne voulaient rien savoir.» Les tâtonnements de l’organisme a permis d’arriver à une plus grande sensibilisation aux changements d’habitudes à apporter à la maison.

Les écoles s’impliquent…
À quoi serviront les sommes versées aux écoles? «L’argent tombe à point», affirme la porte-parole des directions d’écoles primaires du secteur, Chantal Vigneault. «C’est le compostage qu’on souhaite développer davantage à l’école», lance-t-elle, expliquant que les commissions scolaires ne disposaient pas toujours de budgets suffisants pour soutenir les petits gestes à caractère environnemental.

«On va poursuivre dans la même voie que vous avez initiée» a rassuré pour sa part Richard Hallée, directeur à la Polyvalente Montignac, expliquant que des façons de faire allaient bientôt changer au niveau de la cafétéria de l’école.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises