Recyc-Québec

Au bûcher!

Pendant que la chasse aux phoques encaisse son lot de coups bas dans la vieille Europe, ce qui n’empêche d’ailleurs pas les taureaux d’être toujours mis à mort à grands coups de pique dans les arènes d’Espagne, sous les cris de riches spectateurs hystériques, gang d’hypocrites, au Québec on frappe sur un mode de vie tout aussi ancestral et j’ai nommé… le chauffage au bois!

Les Brigitte Bardot de ce monde soulèvent leur jupe pour monter aux barricades. Même l’Association pulmonaire s’en mêle. «Heureux d’un printemps qui me chauffe la couenne», chantait Paul Piché. C’est pas parce que le soleil est menaçant, lui aussi, avec tous les risques qu’il nous fait courir d’attraper un cancer de la peau, qu’on va s’encabaner et ne pas mettre le bout du nez dehors après des mois d’hiver qui n’en finissent plus, bout de ciarge!

Alors, qu’est-ce donc que l’Association pulmonaire du Québec reproche à ma ministre préférée, Line Beauchamps, la celle du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs? De «manquer de vision» dans le cadre de son règlement sur le chauffage au bois!

(Pause, le temps de reprendre mon souffle!)

Le Règlement sur les appareils de chauffage au bois, déposé par madame Line (qui soit dit en passant n’a toujours pas répondu à ma dénonciation de l’automne dernier au sujet des vacances à grands frais de mes ordures au pays de la Mauricie!) est en soit une bonne initiative, parce que c’est vrai que les appareils de chauffage non conformes ne devraient plus être mis en vente. «L’achat d’un poêle certifié procurera des économies pouvant aller jusqu’à quelques centaines de dollars par année», maintient le gouvernement. Applaudissons ce pas en avant, assorti d’un crédit d’impôt remboursable pour les consommateurs. Mais, c’est trop peu aux yeux de l’Association pulmonaire du Québec qui bataille pour le retrait pur et simple des poêles à bois du paysage québécois! Prétexte : «il est prouvé scientifiquement que les particules fines se trouvant dans la fumée de combustion de bois exacerbent les symptômes de toutes les maladies respiratoires et sont nocives pour la population en général», dixit leur communiqué.

Tous ceux qui ont un poêle à bois comme appareil de chauffage principal ou secondaire vous le diront: c’est d’la job en pas-pour-rire! Faut commander le bois d’avance (ce que je fais jamais, comme dans la fable de la cigale et la fourmi), si possible quand il fait chaud et que stocker des réserves pour le poêle ne figure surtout pas sur ta liste des choses plates à te taper durant tes deux courtes semaines de vacances. Une fois commandées, les billes de bois ne sont pas livrées par internet ni sur les fils d’Hydro. Attends ton tour pour le transporteur qui fournit le camion. Et quand, enfin, les cordes déboulent dans ton entrée de cour, après maintes manipulations à la main, faut encore le garrocher dans son abri d’hiver, au fond de la cave. Et 15 cordes, je vous jure que ça prend de la place en maudit, même si ça fond plus vite que l’hiver défile! Et qui, pensez-vous, grimpe sur le haut de la corde pour apporter le bois direct dans le poêle? Un fonctionnaire du Développement durable, peut-être? Ou une directrice de l’Association pulmonaire?

Je rends hommage à tous les «chauffeux» de poêles du Québec, parce que participer à une saine utilisation d’une ressource renouvelable au Québec, ça prend des couilles! Mais ça met en forme, plus que tourner le bouton du thermostat.

Si les gens de l’Association pulmonaire veulent approfondir le sujet des fumées nocives sur la santé, je les invite à passer la nuit sur mon toit, le tête accotée sur la cheminée et tournée vers le parc industriel, tout près. Le bruit sourd et incessant de notre cœur industriel va les empêcher de s’endormir trop vite, ce qui va leur laisser amplement du temps pour regarder la couleur des «vapeurs» qui s’échappent des cheminées d’usine à la noirceur, quand le monde dort.

Faudra aussi les inviter à s’informer auprès des chercheurs sur les causes de tant de maladies en région. Pas sûr que ces universitaires en blouses blanches vont absolument pointer du doigt ma cheminée, pas plus que la vôtre, d’ailleurs.

Et tant qu’à être postés sur le toit, les yeux grand ouverts, mes visiteurs de l’Association pulmonaire vont peut-être remarquer que les efforts consentis pour baisser l’éclairage des rues de notre beau quartier ouvrier sont anéantis par les lumières des usines, parfois dirigées dans le ciel comme un spot de mirador capable de déchiffrer la plaque d’immatriculation de la station spatiale internationale qui tourne en orbite au-dessus de nos têtes.

Y’avait pas déjà assez de nous faire passer pour des cochons quand on avait le malheur de trimbaler un sac de plastique, v’là que chauffer au bois, ça rend tout le monde malade! Voilà que je meurs à petit feu…

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises