Chapelle du rang 1

Objectif: vacciner 75% de la population du Granit

Objectif: vacciner 75% de la population du Granit - Rémi Tremblay : Actualités
Le Dr Gérard Chaput reçoit le vaccin en question. La vaccinatrice : Sylvie Lirette, directrice des services de santé physique et ambulatoires au CSSS du Granit.
Objectif: vacciner 75% de la population du Granit - Rémi Tremblay : Actualités
La chef-pharmacienne au CSSS du Granit, Anne Boulet, est vaccinée également par Mme Lirette.

Quatre points de distribution, plus les écoles

Avec la réception à ce jour de 3000 doses du vaccin contre la grippe A (H1N1), le Centre de santé et de services sociaux du Granit a débuté mardi soir une campagne de vaccination sans précédent visant à protéger les plus de 22 000 personnes vivant sur le territoire de la pandémie appréhendée, accompagnant la deuxième vague du virus.

«Il est important de faire confiance aux autorités de la santé publique», a lancé le directeur général du CSSSG, Pierre Latulippe, en point de presse, mardi en fin d’après-midi, juste avant que les médecins, réunis au centre hospitalier, relèvent leur manche et reçoivent, en premiers, la piqûre.

Pour l’opération, qui doit durer deux mois, avec l’objectif de vacciner au moins 75% de la population, quatre points de distribution du vaccin ont été mis en place : l’ex-usine de la Canadelle à Lac-Mégantic, la salle municipale de Woburn, la salle de l’OTJ de Saint-Ludger, ainsi que l’école primaire de Lambton.

Dans un premier temps, depuis mercredi, les travailleurs de la santé et les malades chroniques de moins de 65 ans ont été ciblés. La chef de programme en soutien à domicile, Mariette Bédard: «La première séquence touche les gens qui sont au front, les travailleurs oeuvrant dans les résidences pour personnes âgées, dans les ressources intermédiaires, les policiers, pompiers, ambulanciers, y compris les organismes communautaires.»

Pour la semaine du 2 novembre, s’ajouteront les personnes plus à risque, telles celles en contact avec les immunocompromises de 12 à 64 ans, celles qui sont en contact avec les bébés de moins de 6 mois, les femmes enceintes et les enfants de 6 à 59 mois.

La semaine suivante, à compter du 9 novembre, les enfants d’âge scolaire et les personnes de 18 à 64 ans pourront suivre la file. Les élèves des écoles primaires et secondaires recevront le vaccin à l’école qu’ils fréquentent, sur une base volontaire, avec le consentement des parents, pour ceux âgés de moins de 14 ans. À partir de cet âge, le consentement des parents n’est plus requis, la décision appartient à l’adolescent.

La responsable de la vaccination, Denise Arsenault, est directrice de la qualité des services et des soins infirmiers au CSSS du Granit. «Contrairement à ce qui est véhiculé dans certains articles de journaux, chaque personne qui va se présenter pour recevoir le vaccin à l’un ou l’autre des points de distribution va être évaluée. Il y aura sur place du personnel pour l’accompagner tout au long de la démarche. Et quinze minutes après la réception du vaccin, une infirmière verra à surveiller les symptômes.»

Selon le directeur général Pierre Latulippe, «c’est incontournable que la pandémie s’installe. Les taux théoriques que les autorités anticipaient depuis des semaines sont en train de se concrétiser par les chiffres d’hospitalisation. Si la population répond de façon massive, cela pourrait devenir un non-événement.» Ce qu’il souhaite, d’ailleurs, compte tenu du danger qu’inspire, chez les autorités médicales, une pandémie de grippe non contrôlée. «Le A (H1N1) est de deux à trois fois plus contagieux que le virus de grippe saisonnière.. Et ce qui est particulier avec la nouvelle souche, c’est que ce sont les plus jeunes qui en sont affectés», d’ajouter Denise Arsenault, relevant les trois cas de décès signalés en Ontario en peu de temps.
En Estrie, en date de mardi, les autorités de la santé comptaient dix cas sévères confirmés, dont cinq nécessitant une hospitalisation et deux autres en soins intensifs.

Selon Pierre Latulippe, dans les scénarios envisagés, sans la campagne de vaccination, jusqu’à 30% de la population risquerait d’en être affectée. «Imaginez un peu l’impact pour notre centre de santé!» Dans la seule journée de lundi dernier, 334 appels de citoyens ont été dirigés à la centrale d’Info-Santé, concernant les inquiétudes reliées à la grippe A (H1N1).

«La pandémie sera installée à son plus fort vers la fin novembre», affirme le directeur général, précisant l’importance de se présenter aux points de distribution aussi rapidement que possible, selon les horaires indiqués, puisque le vaccin met environ deux semaines à atteindre son degré d’efficacité. D’où la crainte que les envois de vaccin ne se fassent pas assez vite au goût des responsables de la vaccination.

Un premier lot de 1000 vaccins a été reçu la semaine dernière. Et ce sont 2000 autres doses qui étaient attendues hier ou aujourd’hui.

La situation d’urgence mise en place est-elle nécessaire? «L’information nous démontre que le virus a une virulence de faible à moyenne, mais on remarque que des jeunes pourtant en pleine forme sont atteints. Avec la grippe saisonnière, on ne vivait pas ça.»

Et il y a la rapidité de la pandémie qui inquiète aussi. «La deuxième vague arrive beaucoup plus vite qu’attendue. Il n’y a pas si longtemps, on la prévoyait pour le mois de janvier 2010. D’où les nombreux changements de scénarios apportés au cours des deux derniers mois de préparation», d’ajouter Pierre Latulippe.

Une particularité, l’Estrie sera la seule région où les jeunes d’âge scolaire vont se faire vacciner directement à l’école. «On souhaite que les énergies qu’on y met ne seront pas vaines et que chaque personne prendra la décision éclairée de se faire vacciner», de lancer Denise Arsenault.

Les seules personnes qui recevront le vaccin sans adjuvant seront les femmes enceintes de moins de 20 semaines. Ce vaccin est attendu de l’Australie. Tous les autres vont contenir des adjuvants, mais les autorités de la santé publique se font rassurantes.

Les médecins la recommandent
Un groupe de 17 médecins vient de lancer un message fort à la population, lui recommandant de se faire vacciner pour être protégée contre la grippe A(H1N1). Après avoir été vaccinés dans la soirée du 27 octobre, les docteurs Daniel Brochu, Marc René Nogue, Jack Machin, René Lazure, Gérard Chaput, Richard Lefebvre, Christian Mercier, Patrice Laframboise, Géraldine Giroux, Bernard Gélinas, Jean Côté, Florence Michel, Carina Pusca, Micheline Rochon, Paule Laflamme, Yvan Fortin et Michèle Brochu ont invité la population de la MRC du Granit à suivre leur exemple dans les semaines qui vienent, en respectant les séquences et les catégories d’âges qui seront annoncés dans les médias d’information de semaine en semaine.

«La santé est le bien le plus précieux que possède notre population. Elle ne doit pas la mettre en péril, mais plutôt la préserver en acceptant le vaccin qui lui est offert gratuitement», ont-ils lancé par voie de communiqué.

L’atteinte d’un taux élevé de personnes vaccinées est souhaitée par ces médecins «afin de créer une offensive valable contre le virus A(H1N1).»

Selon le CSSS du Granit, les quelques médecins absents à cette réunion de mardi étaient, pour la plupart, en vacances à l’étranger et se feront vacciner à leur retour, a-t-on assuré.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Un Souper homard payant!
  2. Au-delà des mots… et de la différence
  3. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  4. Proximité et magie signées Marie Mai
  5. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  6. À nous deux Parkinson!
  7. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises