Recyc-Québec

Mesures d’urgence?

Résumons. Une campagne de vaccination massive de la population canadienne a été engagée, au cours des dernières semaines, sur la foi des informations d’experts qui font état de la pandémie du virus de la grippe A (H1N1) à l’échelle mondiale. La meilleure façon de s’en prémunir, disent les autorités de la santé publique, c’est le vaccin. Un nouveau vaccin puisqu’il s’agirait d’un nouveau virus! Donc, le 13 octobre 2009, la ministre fédérale de la Santé, Mme Aglukkaq, prenait un arrêté d’urgence à la demande de l’Agence de la santé publique du Canada, afin d’autoriser la vente du nouveau vaccin Arepanrix, avec adjuvant AS03, produit par GlaxoSmithKline Biologicals Amérique du Nord, à Sainte-Foy, en banlieue de Québec, en se fondant sur des études cliniques «limitées» menées chez l’humain. Un arrêté d’urgence n’est pas une approbation en bonne et due forme, c’est plutôt une mesure d’exception permettant d’aller de l’avant, sans attendre les délais normaux du processus d’examen, une porte de sortie que donne la loi lorsque nécessaire «afin de parer à un risque appréciable, direct ou indirect, pour la santé humaine, la sécurité publique ou l’environnement». Chaque dose de 0,5 ml du «nouveau» vaccin contient 5 millionnièmes d’unité de thiomersal, un agent de conservation, lui-même composé approximativement de 49% de mercure. C’est pas moi qui le dit, ni ceux qui croient aux petits hommes verts, ni les adeptes de la fin du monde en 2012! C’est dans la fiche de description du produit.

Bon, faut faire avec! Les Français, eux, ont demandé et obtenu depuis 2000 le retrait du thiomersal dans tous les vaccins. Ils ne lui faisaient pas confiance!

Mais nous, pas de problème! On a fait taire ceux et celles qui se posaient des questions, on a imposé le bâillon aux médecins récalcitrants; bref, on a mis en place en quelque sorte la loi des «mesures d’urgence» sous prétexte que non seulement la santé publique, mais aussi la «sécurité nationale» étaient menacées comme elles ne l’avaient jamais été auparavant. Désormais, les terroristes ne leur font plus peur. Ceux qui doutent, qui se méfient, qui fouillent, qui en essaient d’en savoir plus, ceux-là représentent la nouvelle menace à la sécurité nationale. Et il y a l’autre catégorie de nouveaux criminels à dénoncer: ceux qui contournent la file et qui obtiennent le vaccin sans appartenir au groupe ciblé. Les traîtres! Encore un peu et on leur couperait les cheveux sur la place publique!

La vaccination massive en région ne ressemble en rien au cafouillage télédiffusé en direct par TVA (H1N1) et Radio-Pandémie que ne cesse de connaître le plan de campagne du ministre Yves Bolduc, un homme aussi dépassé par les événements que la petite madame et le petit monsieur qui viennent d’apprendre qu’ils seront dans le dernier groupe à être protégé par la menace du virus A (H1N1).

Qu’arrivera-t-il du ministre après la crise, vous pensez? Parce qu’il y aura un lendemain, après la crise, à moins qu’ils nous tiennent sur le qui-vive dans l’attente de la troisième vague!

Mais le mal, qui n’est pas nécessairement le virus lui-même, sera déjà fait. Il risque d’y avoir des cassures dans ce qui restait de confiance envers le système de santé, déjà fragile. Pas envers le personnel, on s’entend! Parce que celles qui sont en premières lignes de la vaccination agissent avec beaucoup d’humanité et de respect envers l’individu. À l’école Notre-Dame-de-Fatima, mardi, j’y ai vu une équipe de vaccinatrices, des enfants et un personnel scolaire à la hauteur de la situation. Rien de semblable avec les comportements des grands que l’on voit chaque jour aux bulletins de nouvelles. J’ai su par la suite que je n’avais pas le droit d’y mettre les pieds, parce qu’en situation d’urgence, comme celle qu’on connaît, l’école n’est plus l’école, elle devient une «prolongation du centre de santé», donc soumise aux mêmes règles d’urgence qui m’interdisaient de prendre des photos sans l’autorisation des autorités sanitaires. Un mauvais film! Piquez-moi que je me réveille!

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises