Recyc-Québec

Le Front commun déterminé à sortir du cercle des faibles salaires

Le Front commun déterminé à sortir  du cercle des faibles salaires - Rémi Tremblay : Actualités

L’activité du 12 février, rue Laval, visait à attirer l’attention de la population sur la volonté du Front commun des travailleurs du secteur public à obtenir un nouveau contrat de travail, négocié celui-là.

Le Front commun des travailleurs des services publics, notamment ceux oeuvrant en santé, en éducation et dans tous les services gouvernementaux présents en région, ont lancé, vendredi dernier, un opération charme auprès de la population, avec un seul message en cet avant-veille de la Saint-Valentin: «les travailleuses et travailleurs des services publics sont au cœur de votre quotidien!»

Regroupant le Secrétariat intersyndical des services publics (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS, SPGQ), la CSN et la FTQ, le Front commun le plus large jamais créé au Québec, avec 475 000 salariés derrière lui, cherche à obtenir du gouvernement du Québec la signature d’une convention collective négociée pour remplacer les décrets fixés en 2005 et qui prennent fin le 31 mars 2010.

En Estrie, les services publics de l’État québécois emploient 21 000 travailleurs. Ils sont plusieurs centaines à oeuvrer dans la région de Lac-Mégantic, autant dans les écoles de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, dans les établissements du Centre de santé et de services sociaux du Granit, ainsi que dans les différents ministères provinciaux.

Des dizaines de syndiqués se sont rassemblés rue Laval, à la sortie du CH et de la Polyvalente Montignac, pour distribuer des signets aux couleurs de la Saint-Valentin aux automobilistes immobilisés aux feux de circulation. La même opération a été menée simultanément un peu partout à travers le Québec.

Selon les représentants régionaux du Front commun, les augmentations salariales dans le secteur public, au cours des dernières années, particulièrement après deux ans de gel salarial les deux premières années du décret, n’ont pas suivi celles qui se donnaient ailleurs au privé, ne suffisant même pas pour égaler l’inflation. Conséquence, affirment les porte-parole syndicaux, les salaires au public accusent un retard inacceptable (8,7%) par rapport à ceux versés dans les autres secteurs de l’économie, pour des emplois comparables.

«Nos demandes représentent 11,25% sur trois ans, soit un dollar de l’heure, alors que Québec offre plutôt 5% net sur cinq ans. L’appauvrissement de nos travailleurs ne pourra que s’accentuer», affirmait Renée Bibeau de la SISP, en point de presse au restaurant Le Friand, devant le seul média présent, l’Écho.

Mélissa Gaouette de la CSN soutient que les travailleurs du secteur public ont atteint leur limite. «On nous demande d’en faire toujours plus chaque année. Le personnel qui reste est épuisé et les offres n’ont rien pour régler les pénuries d’emplois dans certains secteurs, comme la santé.» La situation est devenue intenable, selon elle. «Nos gouvernements sont passés maîtres dans l’art de la gestion à court terme. Il faudra qu’il sente la pression, non seulement des syndiqués, mais aussi de l’ensemble de la population pour qu’il bouge.»

«On a le goût de négocier sérieusement; nos demandes ne sont pas déraisonnables», ajoutait Ricky Lewis de la FTQ.
Le Conseil du Trésor était entre les mains de Monique Jérôme-Forget, lors des décrets de 2005. Il est passé depuis entre celles de Monique Gagnon-Tremblay. Les chances de conclure des ententes d’ici le 31 mars sont-elles meilleures? «Il faudra que le gouvernement et les employeurs y mettent les énergies nécessaires. Pour notre part, nous entendons augmenter la pression pour que personne n’ait aucun doute quant à notre détermination», de dire Ricky Lewis.

Prochaine grosse démonstration de masse, le 20 mars, à Montréal. La population est invitée à y participer pour démontrer qu’elle tient à ses services de qualité.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises