Recyc-Québec

Le message de Marie-Philip Poulin : «Ne jamais abandonner!»

Le message de Marie-Philip Poulin : «Ne jamais abandonner!» - Rémi Tremblay : Sports
Une foule nombreuse d’admirateurs de tous âges a fait la file dans le mail du Carrefour pour rencontrer la médaillée olympique Marie-Philip Poulin.
Le message de Marie-Philip Poulin : «Ne jamais abandonner!» - Rémi Tremblay : Sports
Le message de Marie-Philip Poulin : «Ne jamais abandonner!» - Rémi Tremblay : Sports
Le message de Marie-Philip Poulin : «Ne jamais abandonner!» - Rémi Tremblay : Sports
Le message de Marie-Philip Poulin : «Ne jamais abandonner!» - Rémi Tremblay : Sports

À l’exemple de ces trop rares jeunes filles qui évoluent dans le hockey mineur, Marie-Philip Poulin a évolué toute son enfance dans un sport de gars… avec les gars! Sans traitement de faveur ni quelconque privilège. Sa lourde médaille d’or olympique accrochée au cou, l’athlète de Beauceville avait ce message à livrer aux jeunes filles qui évoluent sur les patinoires de la région: «Ne jamais abandonner et toujours suivre ses rêves. Et faire tous les sacrifices qu’il faut!»

Malgré la température estivale en ce samedi de Pâques, il y avait beaucoup d’enfants et de parents pour venir saluer Marie-Philip Poulin dans le mail du Carrefour Lac Mégantic. Plus encore qu’à Saint-Georges, quelques jours plus tôt. Parmi les centaines d’admirateurs, beaucoup de jeunes hockeyeuses, telle Shanel Lemieux, qui joue à la position d’ailier, et qui a accroché à son cou «la» médaille d’or, le temps d’une photo en compagnie de la grande vedette du jour. En milieu de journée, c’est son nom qui sortait du chapeau pour le tirage d’un bâton de hockey autographié par son idole.

C’est cette médaille-là et rien d’autre que Marie-Philip Poulin visait, juste avant de se rendre à Vancouver au sein de l’équipe canadienne. Sans savoir qu’en grande finale, ce serait elle, la jeune recrue beauceronne, qui marquerait les deux points de la victoire, devant une foule en délire.

L’agent Jacques Beaudoin, qui travaillait à la sécurité des jeux olympiques et qui avait congé ce jour-là, aurait bien aimé assisté à l’événement, à Hockey Place. «On aurait pu en avoir des billets, mais les revendeurs les offraient à 1000$ l’unité.» Mais des millions de téléspectateurs dans le monde l’ont vu lever les bras deux fois pour procurer au Canada une autre médaille d’or. «Un moment magique que je n’oublierai jamais», confie la hockeyeuse.

Une athlète généreuse de son temps et de sa personne qui s’est prêtée de bonne grâce aux séances de photos et d’autographes, se remémorant sans doute ses débuts au hockey, alors qu’elle n’était âgée que de cinq ans! Elle voulait suivre les traces de son frère Pier-Alexandre.

Depuis, elle a reçu le titre de meilleure avant au Championnat du monde des moins de 18 ans, en 2008, après une saison qui lui avait valu le titre de recrue de l’année dans la Ligue canadienne de hockey féminin.

Si la gloire olympique continue de la faire flotter sur un nuage, la vie continue pour celle qui s’est fait qualifier de Sidney Crosby du hockey féminin et que certains analystes comparent déjà à Brett Hull, pour sa rapidité à décocher des tirs.
Il y a le retour à l’entraînement en juin, à Calgary, et «il faut que je me trouve une université pour l’an prochain», dit-elle. Des offres, elle en a reçues, autant du Canada que des États-Unis. Et c’est probablement une université américaine qu’elle choisira pour poursuivre ses études. Et la suite de sa carrière pourrait se jouer à l’une des plus prestigieuses universités au monde, l’Université Harvard, à Cambridge, Massachusetts, à laquelle elle peut accéder dès maintenant, même si elle n’en était en 2009-2010 qu’à sa première année du cours collégial, au Collège Dawson, à Montréal. Havard, comme l’a fait avant elle sa coéquipière de l’équipe nationale féminine, la Sherbrookoise Sarah Vaillancourt.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises