Recyc-Québec

Crissement dérangeant!

Les travaux routiers, on finit par s’y habituer. Prenez les résidants du boulevard des Vétérans. Depuis le début de l’été que la présence de la grosse machinerie bruyante fait partie de leur quotidien. Encore ce matin, en écrivant ce billet, je les entends manœuvrer pour la préparation d’une première couche d’asphalte. Pas tellement pire que le son des tondeuses à gazon qu’on tolère, parce que, ça aussi ça fait partie de notre environnement estival, comme les souffleuses à neige en hiver, le lendemain d’une tempête.

Et comme il fait anormalement chaud cet été, le bruit ne laisse aucun répit. Non, le pire, celui si difficile à supporter parce que agressant aux oreilles, c’est le crissement des pneus, de jour comme de soir. Sur la grande rue comme sur les petites. Un bruit tout ce qu’il y a strident, pire qu’une cigale, pire que des jappements d’un chien, pire que… tout, y compris la musique à tue-tête qui te défonce les tympans même quand l’auto passe à plusieurs mètres de toi. Ça fait boum, boum, boum, mais tu peux pas deviner quelle tune crache le système de son en mode dolby stéréo poussé à fond la caisse.

Les citoyens des quartiers résidentiels de Drummondville en ont eu marre de ce tintamarre! Et ils ont pris les moyens pour y mettre un frein. La sensibilisation d’abord et ensuite, la répression si nécessaire. Un quotidien sherbrookois rapportait, en juin dernier, que les nombreuses plaintes (entre 100 et 150 chaque mois) concernant des comportements non sécuritaires d’automobilistes en mal de sensations fortes avaient finalement forcé les autorités politiques et policières à intervenir: dans un premier temps, la mise en place d’une campagne d’information pour encourager les citoyens à adopter un comportement sécuritaire et respectueux et, au volet répression, un appel à tous pour dénoncer tout mauvais comportement d’automobiliste. Les témoins étaient invités à prendre en note le numéro de plaque du véhicule délinquant de le rapporter à la police.

La délation, c’est le pire des remèdes. Et la présence policière accrue, ce n’est pas nécessairement un gage de réussite, parce que les délinquants vont finir par jouer au chat et à la souris, à se tenir tranquille quand l’autopatrouille est en vue et à reprendre leur manège quand la surveillance fait relâche. La menace de contraventions peut faire peur un certain temps, mais à la longue, les mauvaises habitudes reprennent le dessus sur les belles promesses de ne plus recommencer.

Pourtant, il suffirait que le conducteur prenne conscience qu’en écrasant le champignon en plein milieu d’une rue résidentielle, il ne gagne pas la sympathie de personne, bien au contraire. Il met en danger la vie des passants. C’est donc la meilleure façon de te faire haïr par un maximum de monde. Mais, comme le disait un voisin, on a tous été jeunes, nous aussi. Qui ne s’est pas amusé à faire patiner les pneus pour impressionner ses copains? Avec la Volks de mon père, je prenais un malin plaisir à faire des ball fire sur la rue principale, juste pour le fun! Suffisait de rétrograder au bon moment. J’avais même fait poser des flammes dans le bas de la carrosserie pour faire plus cracheur de feu! C’est vrai qu’on a tous été jeunes un jour et que c’est à cet âge qu’on peut faire des folies. Sauf qu’en vieillissant, on devient intolérant. On pogne les nerfs plus facilement. Et surtout quand il fait chaud, sur chaussée sèche!

Les citoyens de la rue Jeanne Mance ont connu ça, aussi, ce que c’était que de faire troubler leur quiétude. Arrêts et départs brusques, vitesse excessive, course d’une intersection à une autre. Rien à voir avec la plus récente publicité télévisée de la Société de l’assurance automobile du Québec qui montre trois conducteurs alignés aux feux rouges, celui du centre plus pressé que les deux autres à arriver à destination. Par l’humour absurde, la Société de l’assurance automobile du Québec voulait ainsi faire la démonstration de l’inefficacité de vouloir gagner du temps sur la route, en milieu urbain, entre deux feux rouges. Une publicité un peu trop «mon’oncle», à laquelle il manque certains punchs, comme le crissement des pneus, la brusque accélération au-delà de la vitesse maximale permise et la musique à tue-tête! Et un véhicule qui en jette avec son gros moteur. La culture du char dans toute sa splendeur!

L’émission d’un permis de conduire est un privilège, ne cesse-t-on de nous répéter. Vient avec la responsabilité d’une bonne conduite, en respect des autres automobilistes et des gens qui nous entourent.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises