Recyc-Québec

Le subterfuge

Même acculé aux câbles, gageons que notre premier ministre Jean Charest, lui ou sa formation politique, va trouver un moyen de se tirer de l’embarras dans lequel le place le témoignage explosif livré en début de semaine par l’ancien ministre de la Justice, Marc Bellemare, devant la Commission Bastarache, à Québec.

Difficile de croire qu’un seul homme pourrait avoir la tête d’un chef de gouvernement et bousiller un système politique établi depuis que le monde est monde, où les plus riches dictent selon leur bon vouloir l’agenda des élus. Marc Bellemare a beau être un avocat d’expérience, sans doute plus futé en ce domaine que son adversaire, sa grande faiblesse est de se retrouver seul, et sans moyen, face à du gros monde pas très enclin à se faire flageller sur la place publique. Et Me Bellemare ne pourra pas compter sur la sympathie populaire quand les canons se mettront à tirer dans sa direction. Le jugement du peuple ne compte que lors des élections. Ni avant et surtout pas après!

Jean Charest aura beau dire et répéter qu’il compte bien se représenter devant l’électorat quand ce mandat-ci viendra à échéance, ne le croyez pas! Le Parti libéral n’est pas né de la dernière pluie. Et même si les stratèges politiques n’ont rien pu faire pour empêcher Marc Bellemare de présenter son spectacle en direct devant les caméras de télé, depuis mardi, il faudrait être bien naïf pour croire qu’aux salaires qu’ils reçoivent pour conseiller le pm et le gouvernement, ces pros en cravate et costume soient restés plantés là tout l’été à ne rien faire, sans concocter un quelconque plan B ou C!
Au contraire, certains signaux, même les plus anodins, laissent présager de grands bouleversements à venir. On a le droit de laisser libre cours à notre imagination. Après tout, n’est-ce pas que le monde imaginaire a souvent plus d’allure que le monde réel dans lequel on vit?

Face à la crise de confiance dans lequel le gouvernement a été plongé l’hiver dernier, avec les révélations concernant le financement du Parti libéral et les soupçons de collusion dans l’industrie de la construction, des premiers jalons ont été posés. Parce qu’il s’était baladé jadis, alors qu’il était député, avec une carte de crédit d’une entreprise qui avait des liens privilégiés avec le Parti libéral, l’ancien ministre de la Famille, Tony Tomassi, s’est fait montrer la porte par le premier ministre lui-même, en mai dernier. Sa faute était trop grave, a jugé son patron. Il a été forcé à démissionner à peine quinze jours après qu’un autre ministre libéral, Norman McMillan, eut commis la maladresse de reconnaître avoir trempé dans les discussions entourant la nomination d’un juge par l’ex-ministre Bellemare.

Et en pleine période des vacances, vous avez sûrement poussé un «ah!» ou un «oh!» en lisant que la vice-première ministre Nathalie Normandeau avait rompu à l’amiable avec l’homme de sa vie, François Bonnardel, un député de l’ADQ.

Alors, aussi vrai qu’un et un font deux, et parfois trois quand les deux s’accouplent, plaisons-nous à imaginer que dans les hautes sphères du Parti libéral, un scénariste a suggéré que la ministre au haut capital de sympathie parce qu’elle n’a pas souvent trempé dans les combines fasse le ménage autour d’elle pour mieux la préparer à occuper le plus haut poste de commandement. Ça se peut! Ça s’est déjà vu un vice-premier ministre prendre la relève de son patron entre deux élections. Ne trouvez-vous pas que ce serait une bonne stratégie en vue de la prochaine campagne? Une première ministre enfin issue des régions? Essentiellement une lutte entre deux femmes, elle et Pauline Marois, qui se terminerait nécessairement par une première historique, l’élection d’une femme cette fois choisie par la population au poste de premier ministre! Le taux de participation au scrutin pourrait grimper en flèche.

Le Parti libéral n’a plus rien à perdre. À moins que ses dirigeants choisissent d’attendre calmement la fin de la tempête, en espérant que la population aura tout oublié après quelques mois. Ça aussi, c’est une stratégie qui tient la route. Si on se fie au passé, les électeurs ont le pardon facile. Alors, rien n’empêchera Jean Charest de mener son mandat à terme et de préparer sa retraite.

Rappelez-vous l’ancien député Daniel Bouchard et sa condamnation, après la fin de son mandat, pour des infractions à la loi électorale. Le déni d’abord, la lenteur et les retards des enquêtes et de la justice avaient eu pour conséquence qu’il soit maintenu à son poste à l’Assemblée nationale, même s’il en avait perdu la légitimité. On l’a vite relégué aux oubliettes, celui-là! Éjecté comme un pestiféré! Ça n’arrivera pas à Jean Charest. S’il doit partir, ça va se faire avec plus de classe. Après tout, il a rendu bien des services à son parti. Mais ses jours sont comptés.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
    Actualités Politique

    Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
  • Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
    Actualités Société

    Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km

    Claudia Collard / 16 mai 2022
  • Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
    Culture Humour

    Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé

    Claudia Collard / 16 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  2. À nous deux Parkinson!
  3. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
  4. Marilyn Ouellet, candidate solidaire dans Mégantic
  5. Tout un spectacle avec Andréanne A. Malette!
  6. Julie et Sylvie posent un geste du cœur de 115 km
  7. Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Monsieur l’ambassadeur
Dans la bulle d’Anne-Élisabeth Bossé
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
  2. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  3. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
  4. Conseiller(ère) en boutique
    Nantes
  5. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
Répertoire des entreprises