Recyc-Québec

Le ministre de l’Industrie ratisse large!

Le ministre de l’Industrie ratisse large! - Rémi Tremblay : Actualités

De la terre aux étoiles, Christian Paradis mieux outillé que jamais pour régler le dossier du financement de l’Observatoire astronomique du Mont-Mégantic.

Le député élu de Mégantic-L’Érable, Christian Paradis, a accepté «avec humilité» les nouvelles charges qui lui ont été confiées par le premier ministre Stephen Harper. À titre de ministre de l’Industrie et ministre d’État à l’Agriculture, il ratissera large les sphères du développement économique. De la terre aux étoiles, puisque l’industrie spatiale fait également partie de ses nouvelles responsabilités.

«C’est colossal comme ministère, le deuxième plus important après les finances», constate le politicien de 37 ans qui aura à travailler en relation avec pas moins de 11 ministères différents.

Une date importante à son agenda, le 8 juillet. À l’invitation du directeur de l’Agence spatiale canadienne, l’astronaute Steve MacLean, le ministre Paradis doit assister au lancement de la dernière navette du programme Atlantis, au centre spatial Kennedy, en Floride.

Un peu avant, fin juin, à Paris, l’attend le Salon du Bourget, le rendez-vous aéronautique mondial qui réunit tous les majors de l’industrie, dont la québécoise Bombardier.

À son nouveau poste, Christian Paradis devrait avoir à voyager plus souvent à l’extérieur du pays. Il tient malgré tout à demeurer aussi accessible auprès des citoyens de sa circonscription. «Je suis d’abord à leur service à eux», est-il venu les rassurer, jeudi dernier, en tournée de courtoisie à quelques jours de la rentrée parlementaire, fixée au 2 juin.

Trésor et priorités
Avec un nouveau portefeuille qui dépasse les 8 milliards de dollars, le ministre Paradis entend bien donner suite à l’engagement prononcé lors de la dernière campagne électorale de trouver une solution au financement de l’Observatoire astronomique du Mont-Mégantic au-delà de 2012.

«Je veux régler ce dossier-là à moyen et à long terme. On est entrain d’identifier des avenues possibles», a-t-il avancé, déterminé plus que jamais, avec les membres de son cabinet, à «définir son avenir avec plus de certitude.»

Dans l’organigramme du pouvoir qui s’exerce autour du premier ministre Harper, Christian Paradis n’a jamais été aussi confortablement logé. Un siège au Conseil des ministres, un autre au cercle plus restreint du Comité du cabinet chargé des priorités et de la planification, doublement important en sa qualité de ministre responsable du Québec, et la présidence du Cabinet chargé de la prospérité économique et de la croissance durable.

Sans oublier sa présence au Sous-comité du Conseil du Trésor chargé de l’Examen stratégique et fonctionnel.

De son propre aveu, «ça n’a pas de sens d’abandonner le produit d’appel le plus important du secteur du Mont-Mégantic», surtout après avoir utilisé la filière du tourisme pour justifier l’intervention du fédéral dans l’amélioration et le pavage, l’an dernier, de la route reliant le village de Val-Racine au chemin de l’Observatoire de Notre-Dame-des-Bois.

Il y a deux ans, en avril 2009, alors qu’il était ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux, Christian Paradis avait affirmé au quotidien Le Soleil qu’il avait bon espoir de dénicher un financement pour régler le problème de l’Observatoire, après que le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) eut annoncé le retrait du budget de 325 000$ à l’Observatoire, sous prétexte que l’organisme indépendant ne finançait plus les installations dites régionales, en raison des nouveaux critères mis en place.

L’invitation de l’astronaute MacLean, lui-même parrain de l’ASTROLab du parc national du Mont-Mégantic, pour vivre un moment historique de l’aventure spatiale, le 8 juillet, offre donc au ministre Paradis une belle occasion de réitérer son engagement d’appuyer financièrement une installation scientifique et de vulgarisation populaire réputée à l’échelle internationale.

Christian Paradis n’avait que 7 ans lorsque le programme Atlantis a été lancé, en 1981. Au tour de son fils de 10 ans, Charles, d’accompagner son père pour la dernière page d’un programme qui a duré 30 ans et qui aura permis d’ouvrir un tas d’avenues et d’applications pour le savoir-faire canadien et québécois.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Aznavour autrement… à Lambton
  2. Un Souper homard payant!
  3. Au-delà des mots… et de la différence
  4. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  5. Proximité et magie signées Marie Mai
  6. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  7. À nous deux Parkinson!
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises