Recyc-Québec

La Bibliothèque dans la Canadelle: moins cher… mais moins populaire!

La Bibliothèque dans la Canadelle: moins cher… mais moins populaire! - Claudia Collard : Actualités

À entendre les commentaires formulés lors de l’assemblée d’information du 5 octobre, la Ville risque fort de faire des mécontents, peu importe où elle choisira de relocaliser sa bibliothèque. Malgré les chiffres qui indiquent une économie pour le scénario dans la Canadelle, plusieurs citoyens présents à la rencontre voient son aménagement à l’intérieur de l’église Notre-Dame-de-Fatima comme un atout de taille à la revitalisation du secteur Sud de Lac-Mégantic. Au point où certains affirment être prêts à débourser davantage pour avoir gain de cause.

L’aménagement de la bibliothèque municipale et du Centre d’études collégiales dans la Canadelle correspondrait à une facture annuelle de 20 408$. C’est le scénario que privilégie la Ville, lequel inclut également des travaux de 1,3 M$ dans l’église Notre-Dame-de-Fatima pour y accueillir les organismes culturels logeant actuellement dans le bâtiment de la rue Dollard, en plus du Club de l’âge d’or. En somme, un investissement total estimé à 116 422$ par an sur 20 ans.

En comparaison, l’aménagement de la bibliothèque dans l’église de Fatima d’une part et la relocalisation du CÉC dans la Canadelle équivaut 241 619$ par an. Mais ces quelque 125 000$ supplémentaires n’ont pas suffi à convaincre plusieurs des citoyens présents à la rencontre, notamment les membres du comité de réflexion sur l’avenir des églises de Lac-Mégantic. «Notre décision de conserver l’église Sainte-Agnès a été prise dans l’harmonie, avec l’assurance qu’on aura un beau projet pour l’église de Fatima. Si la bibliothèque n’est pas relocalisée à Fatima, on risque de briser cette harmonie», mentionne Yves Gilbert, laissant entendre qu’une telle décision risque de nuire à la campagne de levée de fonds actuellement en cours pour rénover l’église Sainte-Agnès. «Oui la rénovation de l’église Sainte-Agnès a des motivations religieuses mais c’est aussi un projet collectif. Et la décision politique va avoir un impact sur ce projet collectif», dira plus tard le curé Steve Lemay.

«Le côté humain a-t-il été considéré? À part ça, une bibliothèque, ça revitaliserait le secteur Sud. En plus, c’est sur la grand’rue; on pourrait peut-être convaincre Frontenac de se joindre à nous!», a lancé Germain Lessard, déclenchant des éclats de rire dans la salle du conseil.

La dégradation du secteur Sud de la ville a touché la corde sensible de certains élus municipaux, dont le conseiller Daniel Gendron, qui n’en a pas moins signifié que la facture serait plus élevée si la bibliothèque déménage dans l’église Notre-Dame-de-Fatima. Le conseiller du district Agnès, Richard Michaud s’est aussi dit préoccupé par l’avenir du quartier. «Si les gens sont prêts à payer plus cher de taxes pour avoir une bibliothèque à Fatima, et j’en suis, c’est correct. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a 200 personnes dans la salle ce soir et que la ville compte 6000 habitants.» Même la mairesse Colette Roy Laroche a convenu que les reconversions d’églises en bibliothèques donnent de beaux résultats. «La décision, ce sont les élus qui vont la prendre. Mais on veut la prendre dans l’intérêt de tout le monde», a-t-elle signalé.

La charge émotive de cette rencontre, qui s’est déroulée dans une atmosphère des plus civilisées, était grande. Tant chez ceux qui souhaitent la bibliothèque dans l’église de Fatima que chez les membres et proches du conseil d’administration de la Bibliothèque municipale. Chez des bénévoles qui ont consacré de nombreuses heures au projet de relocalisation dans l’édifice de la Canadelle, dont le dépôt du rapport remonte à septembre 2008. Personne n’a toutefois remis en question la pertinence d’un déménagement du côté de Fatima. «Selon moi, la bibliothèque est viable n’importe où. Mais je souhaite que ce déménagement se réalise à très court terme parce nos installations actuelles ne sont plus adéquates. Nous manquons vraiment d’espace; je lève mon chapeau à ceux qui réussissent à lire le journal à la bibliothèque», a adressé Nancy Giroux, à l’emploi de la Bibliothèque municipale depuis 22 ans.

La mairesse Colette Roy Laroche a assuré que la décision de son conseil municipal serait rendue au plus tard dans trois semaines.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
  • Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
    Actualités Économie

    Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique

    Rémi Tremblay / 18 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Un Souper homard payant!
  2. Au-delà des mots… et de la différence
  3. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  4. Proximité et magie signées Marie Mai
  5. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
  6. À nous deux Parkinson!
  7. Le Cinéma Mégantic complète sa transition numérique
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises