Recyc-Québec

La mariée ne sera pas en blanc (suite)

Qu’est-ce qu’une bibliothèque? À l’évidence, elle n’est plus le temple du silence d’hier. Avec la démocratisation, elle s’est ouverte à l’animation et à l’actualisation des connaissances afin d’ouvrir les esprits et de donner une chance égale à tous, en particulier aux enfants issus de milieux peu stimulants. Cette volonté d’ouverture se traduit même dans son architecture: les bibliothèques modernes sont toutes agréablement aménagées et largement «fenestrées».

Oubliez, un instant, les romans qui ont la faveur populaire. Il y a sur les rayons tout le savoir humain à explorer parce que demain, tous autant que nous sommes, nous aurons besoin de médecins, de chercheurs, de mathématiciens, d’ingénieurs, d’informaticiens, d’agronomes, etc. Pour espérer une bonne récolte, il nous faut semer tôt dans un sol fertile.

La bibliothèque vient avant et après l’horaire scolaire parce que les amis, qui ne sont pas nécessairement dans la même classe, et ceux qui le deviendront ont besoin d’un lieu où partager leur passion du moment et surtout entretenir leur curiosité. Au-delà de l’heure du conte nécessaire, voire vitale à l’imaginaire des enfants et des futurs artistes ou scientifiques qui se trouvent parmi eux, dans un monde idéal, il faudrait des ateliers d’initiation aux sciences qui dépassent l’écologie, des ateliers d’initiation à l’éthique et à la philosophie pour donner à la raison sa raison d’être.

De l’espace donc, un grand pour les livres, un pour la recherche et la consultation sur place, un pour raconter l’histoire des hommes (conte…), un autre pour les recherches généalogiques, un laboratoire pour les cours d’informatique et d’initiations aux nouvelles technologies, un pour recevoir écrivains et conférenciers, un pour des expositions thématiques loin de la porte des toilettes, un pour les employés et l’administration. Finalement, un espace-salon près des fenêtres pour feuilleter revues et journaux et regarder la vie tout autour parce que c’est aussi une autre façon de briser l’isolement et la solitude que d’inviter les gens à se croiser en territoire neutre, un peu comme le réussit si bien l’invitante piste cyclable.

Si tous ne peuvent fréquenter le centre sportif, tous, jeunes ou vieux, en santé ou malades, riches ou pauvres peuvent y trouver une nourriture pour le cœur et l’esprit. Ce n’est pas rien! Pour que le message de l’éducation passe, il faut qu’elle soit perçue comme un besoin naturel. Idéalement, il faudrait que la bibliothèque soit dans le trafic, quelque part entre la pharmacie et l’épicerie : la santé mentale et physique étant un équilibre. Dans le même panier que la nourriture terrestre, celle du cœur et de l’esprit. Malheureusement, on n’a pas voulu d’elle au centre-ville parce que collectivement nous sommes paresseux et un peu lâches. Si la Canadelle ou l’église de Fatima ne peuvent répondre à la mission et aux besoins d’une bibliothèque, ça ne vaut pas la peine d’aller plus loin. Une bibliothèque ne peut se contenter d’être charmante, elle doit pouvoir offrir les services qu’on attend d’elle.

La quadrature du cercle
Se rappeler que le débat est à peine enclenché parce que toute l’information n’est pas encore sur la table. Se rappeler aussi que c’est d’abord d’une bibliothèque dont il est question. À cause de l’enchevêtrement des besoins et des attentes, le risque est grand de la sacrifier sur l’autel de la revitalisation. La solution gagnant-gagnant est-elle encore possible? Pour ma part, je serai doublement déçu si on ne donne pas à la bibliothèque l’espace et les moyens de sa mission, d’autant plus, peu importe le choix, qu’elle ne sera pas dans le va-et-vient du quotidien. Partout ailleurs, on rivalise d’imagination pour faire plus avec moins; il serait dommage qu’ici nous fassions moins en dépensant plus.

Paul Dostie

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises