Les condos deviendront-ils de gros éléphants blancs?

Rien ne va plus. Les commerçants qui devaient s’établir dans les fameux condos de la rue Papineau ont tous de la difficulté pour ouvrir leurs commerces. On nous avait promis que tout serait ouvert le 15 décembre dernier, ensuite au mois de février, reporté à nouveau au mois d’avril. Nous sommes au début de l’été et seulement quelques commerces ont ouvert leur porte. Et plusieurs d’entre eux ont dû s’endetter. Leur situation économique est pire qu’avant la tragédie qui nous a frappés.

Les vitrines des commerces qui ne peuvent ouvrir faute de fonds sont placardées d’une affiche indiquant qu’ils attendent l’argent promis et de plus les commerçants doivent répondre à des exigences qui feront gonfler la facture. Plusieurs songent à mettre la clé sous la porte. Ces commerçants ne pourront ouvrir leurs commerces cet été. Un an et sans doute plus de sécheresse économique. Je sais aussi que certains commerces devront fermer par manque de clients. Vont-ils bénéficier d’une exemption de taxe d’affaires de cinq ans comme celle octroyée à Metro?

Pourquoi on en est là!

Cela a déjà été mentionné. L’entêtement du conseil municipal d’interdire l’installation des commerces dans le haut de la ville, rue Laval. Je sais que les deux plus grosses surfaces voulaient et avaient planifié de s’installer tout près du centre d’achat (et ce dès le mois d’août 2013). Mais un règlement de zonage (ou dictat) leur a interdit de le faire. Pour satisfaire un égocentrisme démesuré, on a volontairement réduit à néant la relance économique de la ville. On a fait fi des lois du marché. On s’est placé plus haut que les spécialistes en marketing, avec une loi bulldozer et un plan d’urbanisme qui donnait tout le pouvoir.

C’est souvent ce qui arrive quand on octroie du pouvoir à des gens qui ne sont pas habitués à gérer la manne. Moi, à votre place, je ne serais pas fier de voir aujourd’hui les piètres résultats. Pourtant, il aurait été possible de faire marche arrière et de corriger le tir. Maintenant il est trop tard, la gangrène a envahi tout le corps économique de la ville.

Et j’ai peine à croire que tous les élus municipaux actuellement en place sont fiers et sont d’accord avec les résultats jusqu’ici obtenus. Il serait temps aux dissidents de se lever et de prendre la parole. Vous êtes supposés défendre vos citoyens, les aider. Il y avait d’autres manières de le faire. Il n’y a eu aucune consultation auprès des citoyens de Fatima concernant le déplacement du centre-ville.

Je vous invite donc à démissionner de vos postes respectifs. Souvent, je vous rencontrais au Tim ou chez McDo, nous avions de belles discussions, vous m’avez paru sensés et bons, maintenant on dirait que vous avez honte. Vous vous cachez. Certains me regardent avec un petit sourire en coin. Sourire méprisant.

Réinventer notre ex centre-ville!

Plusieurs concitoyens ont participé à vos rencontres pour réinventer l’ex centre-ville. J’y vois un gros piège qu’ignorent les participants à ces ateliers. Eux qui participent de bonne foi. Selon ce que vont décider les participants, ils décideront du sort des bâtisses encore debout, donc celles qui vont tomber sous le pic des démolisseurs. Le sort des bâtisses est donc entre leurs mains. Nos chers élus se frottent les mains en disant que ce sont les participants aux ateliers qui ont décidé du sort des bâtisses, pas le conseil municipal. Bravo!

À la fin de 2015, certains se réfugieront sur leur terre, laissant ainsi une ville sans dessus dessous, avec une population qui s’effrite, une économie moribonde, plusieurs commerçants auront fait faillite, les condos commerciaux seront devenus de gros éléphants blancs. Le touriste va se lasser de venir à Mégantic faute d’attractions et de voir des faces allongées de désarroi et de déprime circulant dans les rues de la ville. Une ville fantôme.

Bravo, de plus vous allez avoir l’audace de dire: je quitte avec la satisfaction du devoir accompli. Pour quitter la tête haute il faudra partir tout de suite, s’il vous reste encore une once de fierté. Remettez les clés de la ville au gouvernement. Cela ne peut pas aller plus mal que ce que l’on vit actuellement.

Vous ne contrôlez plus rien

La preuve, selon l’entente entre CMQ et la ville, il ne devait pas y avoir de pétrole sur les voies ferrées avant 2016. Après que l’entente fût signée, on parle maintenant de la circulation des matières dangereuses probablement fin 2014 début 2015. Transport Canada pourrait même les y obliger. Enfin! Les élus se sont réveillés et comprennent maintenant la nécessité du passage des matières dangereuses sur les voies ferrées de la compagnie CMQ (Fortress) dans notre ville. Pourtant, tout le Canada le savait, sauf la Ville de Mégantic. Je vous réfère à ce que j’écrivais le 3 janvier dernier dans ce journal : dire non aux matières dangereuses est utopique!

Concernant la voie de contournement de la voie ferrée, avez-vous consulté Nantes et Frontenac? Le syndrome du pas dans ma cour pourrait se manifester.

Un peu d’humilité serait de mise au nom des personnes qui souffrent de la perte des êtres chers, qui n’ont plus aucun revenu, qui vendent leur maison, d’autres quittent Lac-Mégantic pour se trouver des emplois et refaire leur vie. Moi je parle avec ces gens. Vous, vous ne les écoutez plus depuis longtemps.

Pour les commerçants je vous souhaite bon courage. Pourtant, plusieurs d’entre vous ne rouliez pas sur l’or avant la tragédie. Pour plusieurs d’entre vous, les coûts d’opérations ont doublé et la population diminue. Ce ne sont pas les personnes les plus nanties de Mégantic qui vont venir vous encourager; ils magasinent depuis longtemps à Sherbrooke.

Pour notre courageux Yannick, je suis sûr que le Musi-Café aurait eu plus de succès à Sherbrooke. La popularité de cet établissement (dont la raison sociale a fait le tour du monde) amènerait des clients de partout et surtout de Montréal, qui n’est qu’à une heure et demi de Sherbrooke. Vous feriez des affaires d’or. Sûrement que la ville de Sherbrooke vous déroulerait le tapis rouge et serait contente de vous recevoir et ce, sans les embuches que vous rencontrez présentement.

Après avoir fait parler son cœur, il faut maintenant écouter la raison.

Pierre Lebeau
Lac Mégantic

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Fin de la grève chez Maxi
    Actualités Économie

    Fin de la grève chez Maxi

    Claudia Collard / 8 décembre 2022
  • Engouement pour l’actualité astronomique
    Actualités

    Engouement pour l’actualité astronomique

    Rémi Tremblay / 8 décembre 2022
  • Hommage au talent de Dédé Fortin
    Culture

    Hommage au talent de Dédé Fortin

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Bassin de rétention: travaux préparatoires
    Actualités Environnement

    Bassin de rétention: travaux préparatoires

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Réouverture du Maxi?
    Actualités Économie

    Réouverture du Maxi?

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Florilège de Noël à Lambton
  2. Fin de la grève chez Maxi
  3. Une victoire et une défaite pour le Junior A
  4. Engouement pour l’actualité astronomique
  5. Hommage au talent de Dédé Fortin
  6. Bassin de rétention: travaux préparatoires
  7. Réouverture du Maxi?
Le malaise
Hommage au talent de Dédé Fortin
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  2. Camionneur
    Woburn
  3. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
  4. Moniteur(e) de ski de fond
    Lac-Mégantic
  5. Moniteur(e) de planche a neige
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises