La reconstruction: au-delà des bâtiments

La reconstruction: au-delà des bâtiments - Claudia Collard : Actualités

La porte du Bureau de reconstruction (aménagé dans la gare patrimoniale) est toujours ouverte aux citoyens, partage son directeur Stéphane Lavallée.

Comme son nom l’indique, le Bureau de reconstruction soutient les promoteurs désireux de rebâtir le centre-ville de Lac-Mégantic. On connaît toutefois moins sa mission d’accompagnement en terme d’animation. «Lorsqu’on parle de réinventer la ville, il n’est pas juste question de reconstruction. Il faut que ce soit aussi un projet de relance. L’humain doit être au cœur de la reconstruction. On pourrait avoir des édifices partout, des rues, des bancs et des parcs et ne pas réussir la reconstruction», partage Stéphane Lavallée, citant des exemples concrets d’événements à grand déploiement qu’on souhaite récurrents.

Entre autres activités à venir, le directeur du Bureau de reconstruction annonce que le 3 septembre, l’événement Yoga Mégantic réunira des adeptes de partout au Québec dans le parc des Vétérans. «Ce sera la célébration du mieux-être, en harmonie avec la nature. On veut y jumeler des conférences et de la formation. L’idée c’est que le samedi de la fin de semaine du Travail, Lac-Mégantic devienne la capitale du yoga», partage M. Lavallée, spécifiant que les initiatives du genre seront toujours mises en place à l’aide d’un groupe de bénévoles.

«C’est encore une fois une question de participation citoyenne, il faut des gens enthousiastes pour mener une cause à bien. Au Bureau, notre rôle est de les aider dans la gestion de leur projet, voir qui est en mesure de s’impliquer dans le milieu, contribuer à la recherche de financement et apporter notre expertise sur le plan de la communication en plus d’être des facilitateurs pour les représentations auprès de la municipalité.»

Autre événement destiné à mousser la visibilité de Lac-Mégantic, une école d’été en architecture, qui réunira durant deux semaines des finissants des universités Laval et Lyon. Français et Québécois oeuvreront ensemble au développement de projets liés à la reconstruction. «Les citoyens seront également invités à prendre part au processus et les concepts développés seront présentés à la population.» Par ailleurs, un atelier mobile tenu dans le cadre du congrès annuel de l’Institut canadien des urbanistes, qui a lieu à Québec, se déroulera à Lac-Mégantic le 5 juillet prochain.

Pour Stéphane Lavallée, ces nouveautés contribueront à propulser la ville. «Oui l’approche de développement durable comprend des constructions écologiques, écoénergétiques, avec des méthodes respectueuses de l’environnement naturel. Mais elle inclut aussi le développement social. Il faut faire de la reconstruction un projet de vie, de relance pour la communauté de Lac-Mégantic et de la région. Cette opportunité, personne ne l’aurait souhaitée parce qu’elle est triste à la base. Mais l’idée c’est de rebondir, d’aller plus loin qu’avant. On est convaincu qu’on peut y arriver si on travaille en cohésion. Ce projet, on l’a déjà sur papier. Notre rôle au Bureau, ce sera de le traduire en gestes concrets sur le terrain.»

Pour M. Lavallée, le zonage et le plan d’aménagement ne sont que des moyens d’atteindre l’objectif du centre-ville animé, générant des activités tant communautaires qu’économiques. «Derrière tout ça, il y a aussi l’objectif de «ré-enchanter» la ville. C’est un grand défi qu’on rencontre partout sur la planète. On s’est aperçu qu’on avait conçu des environnements très efficaces pour les gens qui travaillent dans des immeubles et se déplacent en voiture, mais que ces lieux sont très peu efficaces sur le plan des rencontres sociales. Ici, on a une chance extraordinaire de créer ce milieu de vie riche sur le plan humain. Les rues ne sont plus aujourd’hui des voies de passage, ce sont des milieux de vie.»

L’importance de mieux communiquer

Grisaille, morosité, cynisme… Cette impression que rien n’avance est manifeste chez plusieurs citoyens méganticois. Le Bureau de reconstruction a-t-il un rôle à jouer pour dynamiser le milieu? «On est conscient qu’on doit mieux communiquer ce projet collectif. Il nous faut être plus présents sur le terrain, mieux expliquer et ramener les gens autour des grands consensus, en sachant que tout est en évolution, flexible. Il n’y a pas de religion dans ce projet. Oui il nous est arrivé de se tromper. Mais si on s’arrête juste sur nos erreurs et qu’on paralyse, on ne fait plus rien. On apprend de ça et on continue.»

Le directeur du Bureau de reconstruction comprend le découragement et le scepticisme partagé par une partie de la population. «On a vécu quand même un drame hors du commun qui n’a pas de comparaison dans le monde. Il faut accepter qu’il y ait une période de tristesse, de deuil et de frustration que les gens ne vivent pas tous de la même façon. Je suis dans une approche de respect par rapport à ça. Où j’ai moins de tolérance, c’est par rapport au mépris à l’endroit des efforts déployés. Peut-être qu’on n’est pas d’accord avec le résultat ou la méthode, mais on ne devrait jamais mépriser les gens qui s’investissent, qu’ils soient élus, directeurs de services, citoyens, intervenants sociaux, communautaires ou économiques. Le mépris ferme la porte au dialogue et à la collaboration, ouvre la porte à la dérision et instaure un climat malsain.»

Cela dit, malgré les critiques à l’endroit de la démarche citoyenne, M. Lavallée fait remarquer que celle-ci s’est révélée un important exercice de mobilisation. «Les rencontres publiques ont attiré au moins 250 personnes chaque fois. Toutes proportions gardées, réunir 250 personnes dans une ville comme Lac-Mégantic équivaut à remplir le stade olympique à Montréal.»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
    Culture Théâtre

    Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité

    Claudia Collard / 5 décembre 2022
  • Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
    Actualités Santé

    Maison des aînés: bientôt les appels d’offres

    Rémi Tremblay / 30 novembre 2022
  • Dossier Maxi: nouvelle rencontre de conciliation le 5 décembre
    Actualités Économie

    Dossier Maxi: nouvelle rencontre de conciliation le 5 décembre

    Claudia Collard / 29 novembre 2022
  • Bénévoles recherchés à la Maison La Cinquième Saison
    Actualités Société

    Bénévoles recherchés à la Maison La Cinquième Saison

    Claudia Collard / 29 novembre 2022
  • Conflit chez Maxi: le syndicat attend une réponse de Loblaw
    Actualités Économie

    Conflit chez Maxi: le syndicat attend une réponse de Loblaw

    Claudia Collard / 28 novembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
  2. Conférence d’une survivante le 6 décembre
  3. Activité créative inspirée des œuvres de Louise Latulipe
  4. Junior A: défaite en prolongation
  5. Damoizeaux, ou l’hybridation des styles
  6. Encan des œuvres de Gaston Quirion au profit de la Banque alimentaire
  7. Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
Le malaise
Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  2. Camionneur
    Woburn
  3. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
  4. Moniteur(e) de ski de fond
    Lac-Mégantic
  5. Moniteur(e) de planche a neige
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises