Recyc-Québec

Divergence d’opinions à l'endroit de la vision du GAM

Divergence d’opinions à l'endroit de la vision du GAM - Claudia Collard : Actualités

L’ingénieur Yves Vallières, qui a planché sur le projet de voie de contournement. (Photo Pierre Lebeau)

Si un consensus se dégage concernant la construction d’une voie de contournement ferroviaire, certaines réserves ont été émises à l’endroit du projet de développement du Groupe Action Mégantic (GAM). Sa vision, consistant à mettre à profit la catastrophe du 6 juillet sur le plan touristique, faisait l’objet d’une présentation publique lundi soir à l’auditorium Montignac. Parmi les craintes exprimées, la peur qu’un hôtel de 150 chambres dévisage le paysage et l’inquiétude que l’accès au lac ne soit détourné au profit d’investissements étrangers.

L’ingénieur Yves Vallières a planché sur deux tracés de contournement de 13,5 km avec la firme d’arpenteurs-géomètres Ecce Terra de Lac-Mégantic. Il estime le projet de construction le moins coûteux à 50 M$, auquel s’ajouteraient les coûts de transfert de titres (6 M$) et d’étude environnementale (1 M$), et qu’il prendrait deux à trois ans à voir le jour. Ce concepteur senior en génie ferroviaire, qui a débuté sa carrière ici, a œuvré durant 22 ans pour le Canadien Pacifique en plus d’avoir à son actif plus d’une vingtaine de projets similaires de voies de contournement.

Les commentaires émis dans l’assistance, qui a fait montre de civisme tout au long de la soirée, ont été largement favorables au projet de contournement. L’importance de consulter les propriétaires terriens sur lequel transiterait l’éventuelle voie ainsi que les deux autres municipalités touchées, Nantes et Frontenac, a toutefois été soulevée. Confirmant que ces aspects seraient pris en compte, Béland Audet de Logi-Bel a également manifesté le désir du GAM de contribuer à l’étude de faisabilité de 2,5 M$ annoncée plus tôt dans la journée de lundi par le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. «On veut y participer en tant que gens de la région. On ne veut pas que ce soit décidé dans les tours à bureaux à Montréal ou à Québec. C’est notre voie de contournement, on a notre mot à dire», considère ce représentant du Groupe Action Mégantic.

Le message du regroupement à l’effet que ce soit aux gens de la région de prendre en main l’avenir de Lac-Mégantic a fait office de leitmotiv tout au long de la soirée. Les critiques et inquiétudes émises dans l’assistance ont souvent retrouvé le même écho : le Groupe Action Mégantic propose une vision, rien n’est coulé dans le béton et rien n’empêche tout autre regroupement de présenter la sienne. Celle du Groupe fera l’objet d’un mémoire qui sera déposé à la Ville.

Chose certaine selon le GAM, l’économie locale a besoin d’un sérieux coup de barre et il importe de se préparer à accueillir les touristes qui ne manqueront pas de débarquer ici. Comme c’est le cas, partage Michel Duval, à Hiroshima, Auschwitz, sur le site du World Trade Center de New York. «À Dallas, 400 000 personnes par année vont se faire photographier à l’endroit où John F. Kennedy s’est fait assassiner; pourtant il n’y a rien de spécial, juste un X sur la chaussée», poursuit-il. L’objectif du Groupe Action Mégantic: être en mesure de garder les gens ici pour deux à trois nuitées en toute saison.

Mémorial, musée d’interprétation ferroviaire, complexe hôtelier en mesure d’accueillir des mini-congrès, présentation 3D de la tragédie, place publique ouverte sur le lac et Maison de la culture font notamment partie de la vision du GAM, qui souhaite par ailleurs que les propriétaires des terrains de la zone actuellement confinée puissent bénéficier du premier droit de refus.

À juger les applaudissements dans la salle au terme des divers commentaires exprimés, environ la moitié était composée de gens favorables à la vision du Groupe et l’autre formée de citoyens plus modérés. Les critiques les plus virulentes ont été formulées par Marilaine Savard, porte-parole du Comité citoyen de la région du lac Mégantic. «Je suis d’accord avec le fait que ça nous prend une vision. Mais est-ce qu’on veut vraiment un immense hôtel de 150 chambres sur trois étages financé par des investisseurs étrangers, qui vont s’approprier notre beau lac? Les commerçants sont pratiquement tous relocalisés. Ils viennent d’investir tout ce qui leur restait. C’est quoi? On va accueillir des investisseurs de l’extérieur et on va faire crever notre monde?». Elle trouve étrange que le groupe présente un projet, qu’elle qualifie de «canné», avant la présentation du plan préliminaire de reconstruction du 17 juin, qui fera suite aux ateliers communautaires de la démarche de participation citoyenne organisée par la ville de Lac-Mégantic. «On a l’impression qu’on se fait imposer un projet qui n’est pas à la couleur des Méganticois.»

«Si on attend que le plan d’urbanisme de la Ville soit adopté, il sera trop tard. Nous, on a décidé de proposer une vision. On a fait notre devoir de citoyens. On a dit comment on voit notre ville et on a fait valider nos idées par beaucoup de personnes. Si d’autres groupes veulent le faire, je leur demande de le faire. C’est très important de s’impliquer. Il ne faut pas attendre que les plans de rues soient faits», a rétorqué Béland Audet.

De son côté, Robert Roy ne considère pas le projet «canné» mais plutôt comme un work in progress. «J’ai aussi l’impression qu’il va falloir nourrir cet attrait là pour faire en sorte que des gens viennent ici en hiver», a transmis ce développeur culturel, accueillant favorablement l’idée d’une Maison de la culture. «C’est un endroit pour les gens de la localité, pour démocratiser la culture, c’est un incubateur pour les artistes locaux. Ça fera en sorte que le centre-ville de Lac-Mégantic ne sera pas juste pour les touristes. On parle souvent de culture et nature ; je verrais très bien une Maison de la culture qui aurait une ouverture sur le lac et sur le mont Mégantic.»

Au terme de la rencontre, les participants ont été invités à soumettre par écrit leurs suggestions et idées au Groupe Action Mégantic. Environ le tiers des quelque 300 personnes présentes ont rempli la fiche d’évaluation à leur disposition, révélant que 81,7% des répondants sont en total accord (57,4%) et assez d'accord (24,3%) avec la vision à caractère touristique proposée. Ce pourcentage grimpe à 88,1% (74,8% et 13,4%) concernant le projet de voie de contournement.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises