Chapelle du rang 1

Par ce sacrifice…

Le monde est de plus en plus petit. Et Lac-Mégantic de plus en plus connu dans le monde, depuis une certaine nuit. Rien d’étonnant à ce qu’on se fasse de nouveaux amis. Le dernier en liste, Marvin. Marvin Baker est l’éditeur de l’hebdo Kenmare News, à Kenmare, dans le Dakota du Nord. Une communauté d’à peine plus d’un millier d’habitants. En poussant plus au sud, passée la frontière, on atteint la Saskatchewan.

Marvin couvre les nouvelles quelque part sur le sol pétrolier d’où ont été extraites les «matières dangereuses» qui nous ont bombardés, cet été. Mais, ce n’est pas de sa faute à lui. Ni aux gens de ses communautés. Ni ceux de Newton, la petite ville d’à peine 2500 habitants d’où est parti le convoi de la mort. La vie à Newton et à Kenmare, comme celle dans toutes ces petites communautés, a été complètement changée avec la fièvre de l’or noir. La création de la richesse dans tout ce qu’elle a de laid, à travers des régions qui, il y a un demi-siècle, abritaient des verts pâturages. J’ai pas vérifié sur place mais, on raconte qu’une danseuse nue, là-bas, peut se faire jusqu’à 3000$ par… soir, juste en se montrant les fesses. C’est pas vraiment le «miracle économique», juste un foutu bordel parce que bien des gens sont devenus trop riches, trop vite. On ne savait plus quoi s’offrir avec tout ce fric. «Miss Bella», un nom purement fictif, a trouvé là une mine d’or, sans trop se salir les mains! Une exposition toute cul… turelle!

Mais revenons à Marvin. À Kenmare. Là-bas, les autorités parlent de construire une importante installation de chargement de pétrole, à l’extérieur de la ville, mais en même temps tout près. Là-bas, les pétrolières prévoient augmenter la cadence de 30% en 2014. On pompe, on pompe et on pompe encore, et on expédie et on se frotte les mains! Avant d’aller se les essuyer sur les fesses de Miss Bella! Vous pensez que les gens de la communauté de Kenmare sont contents? Peut-être pas! Mais, c’est surtout qu’ils sont au courant de rien. Les pétrolières sont avares d’informations, les autorités gouvernementales aussi. (Tiens, ça me fait penser à ce qui se passe au Québec, ça!) Marvin a bien écrit quelques chroniques qui allument un feu jaune, mais les autorités disent qu’il est mal informé, qu’il croit trop à ce que des journaux canadiens tel The Globe transmettent comme «fausses» nouvelles, sur le pétrole sale du Dakota du Nord. Les pétrolières, là-bas, n’ont pas écrit le nom «Lac-Mégantic» sur leurs cartes de vœux de Noël. Oh que non! Elles s’en tiennent à un seul discours: richesse naturelle égale des emplois et encore des emplois. (Tiens, ça me fait encore penser à ce qui se passe au Québec, ça!) Le Dakota du Nord, surtout dans la région de Bakken, est en pleine explosion pétrolière. Des réserves pour des dizaines et des dizaines d’années. Des milliards et des milliards de barils pour répondre aux besoins. À «nos» besoins! Un bel avenir prometteur… pour toutes les Miss Bella aussi!

Les gens là-bas ont eu quelques problèmes, par le passé, avec le transport de ce pétrole qui n’en finit plus de sortir. Dans les premiers temps, on utilisait le réseau routier. De gros camions citernes sur l’autoroute, ça a fini par faire peur aux automobilistes qui ne se sentaient plus en sécurité. Et comme les Américains n’aimaient pas partager les routes avec de plus en plus de gros camions, difficiles à manœuvrer avec leur cocktail de produits chimiques mélangés à l’or noir que les chauffeurs traînaient derrière, pour calmer une population pas très heureuse à l’idée d’être la fâcheuse victime d’un accident impliquant un chargement explosif et empoisonné, l’industrie s’est tournée vers le chemin de fer. Une véritable manne pour toutes ces compagnies de chemin de fer, de plus en plus en difficultés. Même le CP a sauté sur l’occasion. Enfin un bon moyen de faire la piastre sans avoir à réinvestir dans l’entretien des voies. Surtout que le gouvernement canadien dort au gaz!

Jusqu’à une certaine nuit où le cocktail explosif nous a sauté en pleine face, sans avoir le temps de dire: «Devine qui vient d’entrer par la porte d’en arrière!» On n’aurait pas pu deviner, on savait rien de ce qui traversait de plus en plus régulièrement notre centre-ville, tout comme on ne savait pas non plus que ce genre de convois était dû pour être de plus en plus fréquent et de plus en plus chargé dans l’avenir.

Est-ce que la ligne ferroviaire était conçue pour de tels transports? Bien sûr que non! Est-ce que les compagnies ferroviaires le savaient? Bien sûr que oui! Est-ce que le ministère des Transports le savait? Bien sûr que oui! La compagnie était responsable, en vertu de la réglementation canadienne, de veiller à ce que les wagons-citernes soient identifiés correctement.

Un article du Globe a révélé que, quelques mois avant la tragédie de Lac-Mégantic, au début de 2013, les responsables des transports canadiens avaient testé un train du Canadien Pacifique et qu’ils avaient découvert du brut «mal classé». Quand les fonctionnaires ont décidé d’alerter la compagnie, le train avait déjà quitté la gare… Et il n’y avait pas eu de suivi. Étonnant? Non, c’est à en pleurer! Miss Bella peut aller se r’habiller. Y’a encore plus pute qu’elle!

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises