Cegep Beauce Appalaches

Plus qu’une question d’entendre siffler le train!

(Réponse à la lettre d’opinion «L’art du faux-fuyant», signée Paul Dostie, parue en page 4 de l’édition du 19 août 2022) Décortiquons votre texte M. Dostie.

«Difficile d’être contre la voie de contournement ferroviaire sans manquer de compassion», dites-vous. Ne devriez-vous pas, pour être franc, dire «difficile d’accepter de continuer de demeurer près de la voie ferrée», même si vous avez, il y a de nombreuses années, choisi de vous établir à cet endroit en toute connaissance de cause? M. Dostie, votre plus grand souci et votre plus grand désir, c’est justement que celle-ci disparaisse de près de chez vous! Je me souviens de vos premiers textes sur le sujet, vous écriviez que le train ne sifflait pas, il HURLAIT et que cela était intolérable! Où était votre compassion pour les personnes qui allaient recevoir le train? Le problème du sifflet qui vous incommode (vous et bien d’autres) est facilement atténuable; avec la bonne volonté du conseil de ville, il est possible de demander à ce que les trains soient silencieux entre 23h00 et 8h00, par exemple. Ça se fait dans d’autres municipalités, pourquoi pas chez nous?

M. Dostie, lorsque vous mentionnez: «Comment peut-on défendre la nappe phréatique et appuyer un tracé situé de l’autre côté de la 161 sans réaliser qu’il s’agit de la même nappe phréatique?» La réponse est bien simple. Pour le comprendre, il faut être bien informé des enjeux reliés au tracé! Pour votre information, dans le secteur de Nantes, aucun creusage en profondeur, ni dynamitage n’est prévu. Du côté de Frontenac, aux abords de la 204, le sous-sol est constitué de granit. Le tracé prévoit passer 30 pieds sous la 204 et vu le dénivellement du terrain, ce fossé atteindra une profondeur d’environ 125 pieds. Ça nous rapproche un peu de la nappe phréatique, non? Pour votre gouverne, des forages faits il y a plus d’un an ruissellent continuellement depuis. Lors de la construction du pont sur la voie de contournement routière, un pieu de soutien n’a pas trouvé d’assise et est «disparu». L’inquiétude pour la nappe phréatique n’a pas pris naissance avec le projet de la voie de contournement ferroviaire, mais bien avant. Fin des années 90 - début des années 2000, la ville de Lac-Mégantic installait des puits de surveillance dont un, sur ma propriété. Ça date de la même période où on creusait sur le chemin du Barrage des puits pour alimenter en eau la ville et que de nombreux problèmes sont survenus à la suite de ces opérations. Parlez-en avec les résidents touchés: veines d’eau coupées, baisse du niveau d’eau, baisse de la pression d’eau, changement de goût et de l’odeur, etc.

M. Dostie, quand vous mentionnez que peu importe le tracé choisi, que le prix ne sera sensiblement pas moins élevé et que peu importe le tracé, celui-ci sera remis gratuitement au CPR, ça aussi on le sait… Mais on sait aussi, après avoir parlé avec les représentants de cette même compagnie lors de la journée porte ouverte à l’OTJ, qu’ils nous ont confirmé que le tracé ACTUEL de la voie ferrée est PLUS sécuritaire que celui proposé. De plus, ils nous ont aussi confirmé que le tracé ACTUEL suffisait à leurs besoins et exigences et que la demande pour un nouveau tracé ne venait pas d’eux. Il est scandaleux de penser que la population québécoise et canadienne auront à rembourser à partir de leurs impôts un montant qui frise actuellement près d’UN MILLIARD de dollars, soit l’équivalent de plus ou moins 80 000 000$ du kilomètre (alors que le projet devait coûter 133 millions de dollars au départ, soit un peu plus de 10 millions du kilomètre); tout ça pour une voie qu’une bonne partie de la population (voire la majorité) ne veut pas! Acceptable? NON!

M. Dostie, lorsque vous mentionnez que la population canadienne nous a soutenus et que nous avons le devoir de leurs donner espoir, ce n’est pas seulement la population canadienne qui nous a soutenus, mais aussi la population mondiale qui a été d’une générosité incommensurable! Les dons reçus n’ont absolument rien à voir avec la construction d’une nouvelle voie de contournement ferroviaire, mais étaient plutôt destinés à aider la population et à reconstruire la ville. La façon dont une partie de cet argent a été utilisée est questionnable… Vous ajoutez aussi: «Il faut que «la sentence» soit exemplaire». Qui voulez-vous punir? De pauvres innocents qui ont choisi d’habiter dans des endroits quiets?

M. Dostie, vous dîtes ne pas vous souvenir d’avoir traversé un seul passage à niveau lors de vos déplacements en voiture lors d’un voyage en France. M. Dostie, soit que vous avez tourné en rond, soit que votre voyage s’est fait avant 2013 et que les passages à niveau n’attiraient pas votre attention à ce moment ou que votre mémoire vous fait défaut! Savez-vous que plus de 27 000 km de voies ferrées sillonnent le territoire de la France? En 2021, il y avait 15 038 passages à niveau dans ce beau pays, par contre il n’y en a que six qui traversent une autoroute, cependant, il y en a 4 837 qui traversent les départementales. Difficile à croire que vous n’en ayez pas traversé un seul!

M. Dostie, lorsque vous mentionnez le bien fondé de la voie de contournement routière (route 161) c’est absolument vrai que ce projet était plus qu’important à réaliser. Même s’il passait chez nous, sur nos terres, nous n’avons eu aucune objection à sacrifier du terrain, tout comme cela avait aussi été le cas dans les années 70, pour l’élargissement de la route 204. Ces deux projets étaient logiques et facilement acceptables, ce qui n’est absolument pas le cas pour le tracé de la voie de contournement ferroviaire qui comporte beaucoup trop de risques et non pas parce qu’elle passe chez nous!

M. Dostie, quand vous parlez de morcellement des terres agricoles et des terrains humides, vous devriez connaitre les contraintes auxquelles les agriculteurs sont soumis! Nous ne sommes plus dans les années 50. Parmi les terres qui seront utilisées pour la construction de la voie de contournement ferroviaire, il y a 39 acres de terrain humide qui ont été qualifiés de haute importance. De plus, ils veulent faire dévier un ruisseau, détruire un barrage de castor et encore plus. Il n’y a que le gouvernement qui peut se permettre d’agir de la sorte. Un agriculteur a fait enterrer une digue de roches pour agrandir sa surface cultivable; croyez-le ou non, mais il a été mis à l’amende pour plusieurs milliers de dollars!

M. Dostie, ce qui me déçoit le plus de vous, c’est quand vous osez penser que si les personnes décédées avaient été des touristes, cela nous aurait peut-être fait agir autrement. Franchement! Toute mort accidentelle, comme celles de 2013, ébranle une population! M. Dostie, moi j’ai perdu mon unique petit-fils dans cette douloureuse tragédie qui, il faut bien le dire, découle d’une mauvaise décision prise par les membres du conseil de la ville de Lac-Mégantic, soit celle de demander une dérogation afin que les trains ne «dorment» plus à la gare à cause du bruit et de l’apparence. Il est certain qu’on ne pouvait pas prévoir qu’une telle tragédie arriverait, mais il n’en demeure pas moins que si les trains avaient continué de se stationner à la gare comme ils le faisaient depuis toujours, cette dramatique tragédie ne serait jamais arrivée et aujourd’hui, j’aurais un petit-fils de 28 ans et nous, la population, n’en serions pas à se créer des tensions et à s’inquiéter pour l’avenir. Il en serait de même pour chacun de nous qui avons perdu un être cher. N’eut été la tragédie, tout le monde serait content de son sort, le train sifflerait sans déranger. 

M. Dostie, j’aurais aimé entendre siffler le train dans la nuit du 6 juillet 2013, car cela aurait voulu dire qu’il y avait un conducteur aux commandes de celui-ci, que cette regrettable tragédie n’aurait jamais eu lieu et l’harmonie règnerait, tout comme avant cette date inoubliable.

Yolande Boulanger

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Code rouge à la poly
    Actualités

    Code rouge à la poly

    Rémi Tremblay / 16 septembre 2022
  • Clémence Rancourt plonge dans l’histoire familiale
    Culture Littérature

    Clémence Rancourt plonge dans l’histoire familiale

    Rémi Tremblay / 22 septembre 2022
  • La culture pour susciter la participation sociale des aînés
    Actualités Société

    La culture pour susciter la participation sociale des aînés

    Claudia Collard / 22 septembre 2022
  • Béliers: deux victoires et deux matchs nuls
    Sports

    Béliers: deux victoires et deux matchs nuls

    Anne-Julie Hallée / 22 septembre 2022
  • Martin Plante: passion percussion
    Culture Musique

    Martin Plante: passion percussion

    Claudia Collard / 21 septembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Code rouge à la poly
  2. Clémence Rancourt plonge dans l’histoire familiale
  3. La culture pour susciter la participation sociale des aînés
  4. Sauro: victoire et défaite en matchs préparatoires
  5. Béliers: deux victoires et deux matchs nuls
  6. Étienne Drapeau pour les Journées de la culture
  7. Martin Plante: passion percussion
«Pis, ça avance ?»
Martin Plante: passion percussion
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur(trice) général(e) et greffier(ère)
    Courcelles
  2. Inspecteur en bâtiment et en l’environnement
    Nantes
  3. Appariteur-concierge
    Lac-Mégantic
  4. ADJOINT.E EXÉCUTIF.VE À LA DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT
    Lac-Mégantic
  5. Personnel de bureau
    Marston
Répertoire des entreprises