Prêt pour un autre été chaud?

Dans les cartons de la Ville pour cet été, les travaux de réfection de la rue Laval. Quelques centaines de mètres entre l’intersection de la rue Villeneuve et celle de la rue Victoria. Pas mal plus qu’un vulgaire gros morceau d’asphalte à brasser! Un beau chapelet de commerces fréquentés entre les deux.

D’abord programmé pour 2013, ce qui devait être un méga-chantier n’a pas eu le temps de se réaliser selon le scénario et l’échéancier prévus. Heureusement, parce qu’on imagine mal comment on aurait pu remonter la pente avec le gros feu qui a transformé le centre-ville en «no man’s land»! La rue Laval a été sollicitée comme jamais après le 6 juillet! Pas juste achalandée par la population locale, les secouristes et les touristes aussi! La rue Laval, la seule artère principale dans ce foutu bordel qu’a laissé le train fou dans son sillage. Le seul rempart, le seul grand espace public ouvert, si près de la cicatrice.

On n’oubliera pas de si tôt la vague déferlante de visiteurs, chaque week-end de juillet et encore autant en août. Vous vous rappelez? Ils arrivaient de partout. Le citoyen piéton servait de guide à quiconque cherchait sa route. Et dans ce chaos, nulle part où trouver des cartes de la ville qui auraient pu les aider à retrouver leur chemin à travers un labyrinthe de détours improvisés.

La rue Laval, la désuète devenue si attrayante pour certains commerces qui y ont trouvé refuge après l’avoir longtemps boudée. Les travaux annoncés sont justement destinés à la rendre belle, solide, confortable! Une remise à neuf, personne ne peut être contre le principe. Une grosse chirurgie qui n’a rien de plastique destinée à lui permettre de faire encore bien du millage.

Vous vous rappelez ces nombreux commerçants qui ont vécu leur printemps érable, l’an passé, en revendiquant des modifications au plan d’origine, jusqu’à l’hôtel de ville? Ils ne sont pas des éternels chialeux. Ils cherchaient simplement à défendre leur place au soleil. Ils ne rêvaient pas de changer le monde ni de contrôler l’hôtel de ville, juste d’avoir leur mot à dire quand la grosse machinerie débarquerait devant leur cour, s’installerait et affecterait les rapports quotidiens avec leur clientèle. Un grand dérangement annoncé. Signe que la Ville se soucie de la mise à niveau de ses infrastructures. Ah si MMA avait su se donner ce niveau d’inquiétude par rapport aux siennes!

Mais là, après un été bordélique au max où le cœur n’y était pas, ces commerçants-là qui offrent un peu de bonheur à travers leurs services et leurs marchandises, qui font aussi partie de notre paysage urbi et orbi, souhaitaient un peu de calme après la tempête. Ils auraient aimé ça que les autorités attendent, retardent encore genre deux ou trois ans, le temps que la poussière retombe sur le centre-ville. Que les élus se rassurent, les propriétaires et les locataires de commerces de la rue Laval ne sortiront pas les pancartes, ils ne prendront pas la rue et ne feront pas la révolution. Par respect pour les autres qui vont ressusciter dans les condos commerciaux? Non, juste parce qu’ils n’ont pas l’énergie de recommencer le combat. D’avoir à justifier sans cesse qu’ils ne sont pas que des signatures au bas des chèques des taxes municipales.

Refaire toute cette portion de la rue Laval ne prendra pas des mois, certes. Mais, pour des propriétaires de commerces qui ont vécu les tourments de l’enfer du centre-ville, qui ont perdu une partie de leur chiffre d’affaires et qui ont mis beaucoup d’énergie à repartir à neuf dans ce secteur commercial, c’est plate un peu d’avoir à revivre tout ce remue-ménage. Déjà que les espaces de stationnement public sont limités aux bordures de la rue Laval. Déjà qu’il y a des culs-de-sac un peu partout. Déjà que la rue Salaberry, sur l’autre rive, va être beaucoup sollicitée par le chantier du «nouveau» centre-ville et la construction du «nouveau» pont. Déjà qu’il va y avoir du camionnage comme jamais sur la rue Villeneuve. Déjà que l’îlot urbain devant le Centre sportif va grouiller de monde comme une fourmilière. Déjà qu’on annonce encore un flot de visiteurs cet été. Déjà qu’on ne sait pas où les mettre ni où les diriger pour qu’ils profitent de leur pèlerinage au centre-ville. Déjà que le monde d’ici se sent un peu «étranger» dans sa propre ville et «familier» quand il se retrouve, la fin de semaine, dans les «temples» d’achats de Sherbrooke ou de Saint-Georges, à saluer tellement de visages connus, qu’il en vient à se pincer juste pour être bien sûr qu’il a bien quitté Lac-Mégantic quelques heures. Il ne s’attendait pas à ce que tout le monde fasse comme lui! Une ville qui se vide, quelques heures, pour reprendre son souffle dans la cohue des grandes cités qu’il ne faudrait pas nécessairement imiter à tout prix comme futur du centre-ville.

Le grand bouleversement du 6 juillet, on ne l’a pas venu venir. Cette fois, les résidants de la rue Laval, les commerçants, les clients, les passants auront du temps de bien se préparer avant le début des travaux. Prendre leur mal en patience, ils en ont acquis l’expérience à la dure. Ils n’auront pas de répit cet été encore, mas au moins, en le sachant d’avance plutôt qu’à la dernière minute, la pilule va mieux passer.

Ici, la population a les nerfs à fleur de peau. Les élus aussi. La disponibilité des équipes psycho-sociales n’est pas un remède universel. Faut aussi une bonne dose de compassion et de respect des administrateurs à l’égard des administrés. La meilleure façon d’éviter les crises!

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
    Actualités Santé

    Maison des aînés: bientôt les appels d’offres

    Rémi Tremblay / 30 novembre 2022
  • Dossier Maxi: nouvelle rencontre de conciliation le 5 décembre
    Actualités Économie

    Dossier Maxi: nouvelle rencontre de conciliation le 5 décembre

    Claudia Collard / 29 novembre 2022
  • Bénévoles recherchés à la Maison La Cinquième Saison
    Actualités Société

    Bénévoles recherchés à la Maison La Cinquième Saison

    Claudia Collard / 29 novembre 2022
  • Conflit chez Maxi: le syndicat attend une réponse de Loblaw
    Actualités Économie

    Conflit chez Maxi: le syndicat attend une réponse de Loblaw

    Claudia Collard / 28 novembre 2022
  • Le Train des Fêtes du Canadien Pacifique à Lac-Mégantic
    Actualités

    Le Train des Fêtes du Canadien Pacifique à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 novembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Activité créative inspirée des œuvres de Louise Latulipe
  2. Junior A: défaite en prolongation
  3. Damoizeaux, ou l’hybridation des styles
  4. Encan des œuvres de Gaston Quirion au profit de la Banque alimentaire
  5. Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
  6. Concert de Noël à Piopolis
  7. Dossier Maxi: nouvelle rencontre de conciliation le 5 décembre
Le malaise
Tranches de vie de Guylaine, chansons de Deschamps
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  2. Camionneur
    Woburn
  3. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
  4. Moniteur(e) de ski de fond
    Lac-Mégantic
  5. Moniteur(e) de planche a neige
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises