BANQ

Trois couleurs... et trois artistes complices

Trois couleurs... et trois artistes complices - Claudia Collard : Culture

Lise Blais-Quirion, Gaston Quirion et Frances Tierney.

Les tableaux de l’exposition 3 artistes, trois couleurs agrémentent les murs de l’espace du CSM jusqu’au 20 mars. En montre, les œuvres de Frances Tierney, Lise Blais-Quirion et Gaston Quirion. Un trio qui se démarque tant par sa complicité que sa complémentarité. Vernissage ce dimanche à 14h.

Les exposants ont sélectionné leurs toiles afin de présenter une rétrospective de leur œuvre respective. L’ensemble est déstabilisant, dans le sens enlevant du terme. Dans les toiles de Frances, se dégage une impression de sérénité, de chaleur enveloppante. L’art de Lise est plutôt celui des émotions libres. Quant à Gaston, il se définit lui même comme un explorateur. «Le mot qui me vient en regardant mes toiles c’est «ébouriffé». Je m’en vais partout, dans toutes sortes de sens. J’ai de la difficulté à me définir par un style. Tout m’attire», confie-t-il.

Qui dit rétrospective, dit aussi évolution… et retour aux sources. «Lorsque j’ai commencé à peindre, j’aimais certaines couleurs que j’ai recommencé à utiliser. La différence, c’est que je trouve ma direction plus rapidement. Un tableau, c’est comme une improvisation. Tu avances, tu ne sais pas trop où tu t’en vas et un moment donné il y a un chemin et tu enrichis ce chemin. Je n’ose pas de la même façon qu’au début, j’apporte plus de nuances, plus de richesse dans la couleur», confie Frances.

Gaston dira de Frances qu’elle peint dans un laisser aller total, avec calme et légèreté. «Nous avons suivi des ateliers ensemble et je suis toujours fasciné de la voir peindre l’air tranquille avec le sourire… Moi je suis encore un peu stressé de peindre», transmet-il, faisant du même coup sourire la principale intéressée.

L’approche artistique est bien différente chez Lise. «Je suis comme un petit veau lâché dans un clos. Puis, un moment donné, il faut que je me restreigne parce c’est trop. J’exprime beaucoup le mouvement, les formes et surtout l’émotion. Je peux dire l’émotion que je vivais pour presque toutes mes toiles», partage celle qui, dans la vie, forme un couple avec Gaston. Un exemple du style Lise Quirion: le tableau L’Échappée, déclenché à la suite de commentaires de la dirigeante d’un atelier. «La pression est sortie à travers la toile! La professeure m’a dit que le tableau était réussi mais pas vendeur parce qu’il est trop sombre. Ça ne me fait rien parce qu’il exprime vraiment ce que je ressentais. Mon but n’est pas de faire le Louvres…»

Parfois, la durée de création est inversement proportionnelle à la satisfaction. «Je peux «suer» sur une toile durant plusieurs jours. D’autres fois, elle est complétée en demi-heure. J’appelle ça l’état de grâce», décrit Lise. Frances insiste sur l’importance de ne s’imposer aucune limite. «Une toile ça part souvent de l’inconscient. Il faut s’abandonner. Accepter aussi qu’une fois que la toile est terminée, elle ne t’appartient plus. Elle vit dans le regard des autres.»

Fort enrichissante, la rencontre de l’Écho avec le trio artistique aura heureusement son pendant grand public lors du vernissage du 21 février. Pour l’occasion, un rabais de 20% sera offert sur les tableaux en montre.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!
    Actualités

    Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!

    Rémi Tremblay / 10 juillet 2020
  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!
  2. Le parc de Frontenac ouvert aux baigneurs
  3. Les négos en santé: ça ne va toujours pas mieux!
  4. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
  5. Nouvelles mesures à la plage
  6. Sept ans après: un devoir de mémoire
  7. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Préposée aux bénéficiaires
    Lac-Mégantic
  2. Préposée au service
    Lac-Mégantic
  3. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  4. Technicien en traitement des eaux usées
    Lac-Mégantic
  5. Conseiller en vente spécialisée (chasse et pêche)
    Thetford Mines
Répertoire des entreprises