Sérieux problème identitaire!

Non, je n’avais pas vraiment le goût de commenter le fameux débat identitaire qui a pris beaucoup de place pendant la course à la chefferie du Parti québécois et qui se poursuit à Québec, au moment où débute l’étude du projet de loi 62 sur la laïcité de l’État. Le genre de débat complexe qui nous secoue, qu’on le veuille ou non, puisqu’il nous porte à réfléchir sur nos valeurs à nous, surtout celles que l’on a à cœur et que l’on sent menacées.

Un débat qui devrait se faire à l’écart de toute partisannerie politique, mais bon, il y a là les ingrédients pour assaisonner toutes les programmes en campagne électorale, autant pour le PQ, le PLQ, la CAQ et Québec Solidaire, surtout dans la grande région de Montréal. Nous, on est si loin. Les uns reprochent aux autres leur manque d’ouverture et d’empathie et les autres reprochent aux uns leur naïveté, leur aveuglement volontaire. Et on se garoche des «t’es pas ouvert à l’étranger ! Tu nourris les préjugés! T’es refermé sur toi-même! T’as pas d’empathie.»

J’avais pas le goût, mais ma profonde inquiétude vient d’un fait divers qui est passé complètement inaperçu au Québec, la visite à Toronto le weekend dernier de «Sa Sainteté le Caliphe Hazrat Mirza Masroor Ahmad», qui a procédé à l’inauguration d’une mosquée. Bon, pas de problème avec le Caliphe et les enseignements du Prophète Mahomet. Dans un Canada «ouvert», on peut bien pratiquer les religions qu’on veut, prier Boudha, Mahomet, Krishna ou Dieu, les croyances sont du domaine personnel et il faut respecter cela. Après tout, le Québec aussi est une terre d’accueil. Parlez-en à Raël! Il est venu, il a vu et croyait nous avoir vaincus avec ses enseignements, mais au final, avant de sacrer son camp, il n’a pas gagné beaucoup de disciples à ses croyances voulant que dans un proche passé l’humain ait copulé avec des extraterrestres.

Non, ce qui me chicote avec le Caliphe ce sont nos politiciens de haut niveau qui ont joué à la courbette et à la carpette pour l’accueillir. Le maire de Toronto, John Tory, ça se peut, puisque le congrès se déroulait dans sa ville et qu’il était l’hôte de 25 000 visiteurs venus de 32 pays pour saluer Sa Sainteté. «Je suis honoré d’avoir l’opportunité de féliciter et de souhaiter chaleureusement la bienvenue au Caliphe, Sa Sainteté… (chose-là) «un grand leader et une voix influente dans la promotion de la paix et de l’harmonie à travers le monde.» C’est bon pour le tourisme, okay ! Mais voulez-vous bien me dire pourquoi Justin Trudeau, notre premier ministre, se sentait obligé d’en rajouter, par la voix de son ministre de l’Innovation, de la Science et du Développement économique, Navdeep Bains, avec un message officiel: «Nous sommes un pays d’équité, de justice et de droit. Ce sont les valeurs de diversité et d’inclusion que nous avons en commun avec la communauté Ahmadiyya.»

On convient tous que le Canada est un pays de justice, d’équité et de droit. Nous, on le comprend comme ça. Alors pourquoi le Caliphe s’est-il senti à l’aise de mettre l’emphase sur l’importance de «présenter la vérité sur l’islam, en contraste avec la rhétorique anti-islamique présente dans les médias occidentaux» et d’aviser que «si les gens veulent que la paix prévale dans la société, la seule solution est d’accepter et adhérer aux vrais enseignements de l’Islam.» Convertissez-vous, qu’il dit le Caliphe! J’ai lu quelque part que durant ce weekend de conversion de masse, Sa Sainteté a même eu droit à ses entrées dans le Parlement pour réciter les prières. Ça, ça me travaille! Les courants de pensée s’infiltrent dans les fondations de notre démocratie comme l’air frais dans nos maisons, l’hiver, quand elles ne sont pas suffisamment isolées. Très subtilement, le courant d’air se fraye un chemin par la moindre faille, la moindre faiblesse de la structure, et si tu ne colmates pas la brèche, il y a des risques que le sentiment de confort baisse au fur et à mesure que le courant d’air s’étend de la cave au plafond.

Au nom du multiculturalisme, on creuse des brèches dans nos avancées sociales. En novembre 2015, on a même vu la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, porter le hijab et se soumettre aux diktats religieux de l’Islam, lors d’une visite dans une mosquée, en se contentant d’une place discrète dans les balcons avec les femmes, pendant que les hommes en bas faisaient leurs prières. Pour la visite de Sa Sainteté, elle n’a eu que des bons mots pour la contribution soutenue de la communauté Ahmadiyya au Canada et loué les efforts de la communauté musulmane dans l’intégration des réfugiés syriens. La tolérance et le multiculturalisme font en général bon ménage et bravo! Mais le Québec ne doit pas se gêner à établir clairement ses positions avant qu’à son tour notre premier ministre invite un imam à l’Assemblée nationale pour la prière au prophète !

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!
    Actualités

    Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!

    Rémi Tremblay / 10 juillet 2020
  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Grand lac St-François : corps du jeune homme retrouvé
  2. Naissance de l’Espace Mémoire : à venir, silhouettes et roches qui parlent!
  3. Le parc de Frontenac ouvert aux baigneurs
  4. Les négos en santé: ça ne va toujours pas mieux!
  5. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
  6. Nouvelles mesures à la plage
  7. Sept ans après: un devoir de mémoire
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Préposée aux bénéficiaires
    Lac-Mégantic
  2. Préposée au service
    Lac-Mégantic
  3. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
  4. Technicien en traitement des eaux usées
    Lac-Mégantic
  5. Conseiller en vente spécialisée (chasse et pêche)
    Thetford Mines
Répertoire des entreprises