Un registre voué à l'échec

(Lettre en réaction à l’opinion de Paul Dostie, Le registre des armes à «feu», publiée en page 4 de notre édition du 8 mars 2019)

La lecture de votre texte portant sur le registre des armes à feu m’a vivement fait sourciller principalement parce qu’il est rempli d’affirmations gratuites.

Au départ, je crois que nous nous entendons sur deux prémisses qui sont celles-ci: d’abord, rien n’a pu démontrer que le registre fédéral des armes d’épaule ait pu sauver une seule vie. Ensuite, il est évident que l’instauration du permis d’armes à feu qui accompagnait ce défunt registre fédéral, avec son processus d’enquête (si effectué rigoureusement) nous apporte au Canada une sécurité accrue.
Concernant le suicide, vous vous gardez bien d’éviter de traiter des données de 2008 à 2012, année où le registre fédéral a pris fin. Au cours de cette période, le nombre de suicides a significativement augmenté.

Vous nous citez ensuite une affirmation des coroners à l’effet que le risque de suicide est de 5 fois augmenté lorsqu’il y a une arme dans la résidence. Ne doutant pas de la véracité de cette donnée, je me demande par contre qu’est-ce que cette statistique vient faire dans votre exposé qui se veut un plaidoyer en faveur de l’enregistrement des armes d’épaule. Croyez-vous que cette loi provinciale imposant l’immatriculation des armes des honnêtes chasseurs, collectionneurs et tireurs sportifs vient restreindre la possession et la quantité d’armes que l’on peut conserver dans notre résidence?

Concernant les homicides, vous affirmez que pour l’année 2017, 70 vies auraient pu tirer avantage de l’existence d’un registre… Mais comment pouvez-vous prétendre que le fait que le numéro de série des armes de chasse et de tir soit enregistré dans un ordinateur gouvernemental pourrait sauver des vies? Croyez-vous que l’auteur d’un meurtre ou d’une tuerie de masse va hésiter à passer à l’acte parce que le numéro de série de l’arme qu’il utilise est enregistré au gouvernement? Regardez la tuerie à la mosquée de Québec. Bissonnette avait avec lui deux armes dûment enregistrées. Ne devrions-nous pas nous demander pourquoi ce dérangé détenait un permis d’armes à feu? Ne croyez-vous pas que nous pouvons mettre en doute la rigueur de l’enquête de nos fonctionnaires lors du renouvellement de ce permis? Ne pensez-vous pas que la cinquantaine de millions $ qui sera dilapidée dans ce système d’immatriculation des armes que les libéraux nous ont enfoncé dans la gorge pour des considérations purement partisanes (pour faire plaisir à des groupuscules et s’attirer des votes) serait de beaucoup mieux investie dans les ressources qui doivent enquêter lors de l’émission et le renouvellement des permis d’armes à feu? Et pourquoi pas diminuer la fréquence des renouvellements de 5 à 2 ans?

Ce qui est déconcertant avec ce registre québécois, c’est que les libéraux de l’équipe Couillard n’ont pas tenu compte de l’expérience de leurs homologues fédéraux avec leur registre scandaleusement onéreux et complètement inutile. Comment fait-on pour ainsi omettre d’apprendre de ses erreurs?
De toute évidence, ce système d’immatriculation des armes d’épaule est voué au même sort que le registre fédéral mais il appert que ni les politiciens, ni les fonctionnaires avec leurs si mauvaises prévisions, ne sont redevables en gaspillant ainsi les deniers publics…

Yves Boissonneault

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Un nouvel atelier de confection pour Attraction
    Actualités Économie

    Un nouvel atelier de confection pour Attraction

    Claudia Collard / 26 janvier 2022
  • Rassembler plutôt que diviser, partage l’abbé Francis Morency
    Actualités Société

    Rassembler plutôt que diviser, partage l’abbé Francis Morency

    Claudia Collard / 25 janvier 2022
  • Garage commercial incendié à Lambton
    Actualités

    Garage commercial incendié à Lambton

    Rémi Tremblay / 24 janvier 2022
  • Poste de commandement à Saint-Robert
    Actualités

    Poste de commandement à Saint-Robert

    Rémi Tremblay / 20 janvier 2022
  • Voie de contournement: le milieu municipal exige une meilleure communication de la part de Transports Canada
    Actualités

    Voie de contournement: le milieu municipal exige une meilleure communication de la part de Transports Canada

    Claudia Collard / 20 janvier 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Un nouvel atelier de confection pour Attraction
  2. Spectacles reportés
  3. Rassembler plutôt que diviser, partage l’abbé Francis Morency
  4. Garage commercial incendié à Lambton
  5. Poste de commandement à Saint-Robert
  6. Voie de contournement: le milieu municipal exige une meilleure communication de la part de Transports Canada
  7. 2022 sera encore une grosse année
Nécessaire le couvre-feu?
King Dave: quand la souffrance devient rage
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Commerce à vendre
    Lac-Mégantic
  2. Adjoint.e administratif.ve (2e affichage)
    Lac-Mégantic
  3. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
  4. Préposé au service à la clientèle
    Woburn
  5. Poste de direction général
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises