Riches, nos députés?

L’intention du gouvernement Couillard de revoir à la hausse la rémunération accordée à nos députés peut paraître malvenue en ces temps d’austérité alors qu’à peu près toute la fonction publique passe au tordeur, mais qui a-t-il de mal à mieux payer nos représentants pour le travail qu’ils font comme défenseurs de nos intérêts collectifs, devant les enjeux importants qui interpellent notre société?

N’est pas député qui veut! Même si la fonction n’exige aucune scolarité minimale, aucune expérience minimale et aucune espèce de pré-requis dans son cv, comme on l’a malheureusement vu dans certains comtés aux dernières élections fédérales, où les électeurs ont coché sur à peu près n’importe qui se présentant sous la bannière néo-démocrate, le job est tout à fait sérieux. Essentiel pour notre système démocratique, semble-t-il. Ce n’est ni une audition à l’aveugle, ni un casting pour le Festival Juste pour rire.

Est-ce que le salaire actuel est correct? Un député provincial reçoit annuellement 118 686$, un ministre 154 326$, le même salaire que le chef de l’Opposition officielle, et le premier ministre 196 808$. Rappelez-vous l’époque de Jean Charest. Ce salaire-là ne lui permettait pas de se hisser au même standing que les grands de ce monde avec lesquels il lui arrivait de partager un repas. C’est gênant un chef d’État pauvre! Pendant dix ans, le Parti libéral lui a allongé une prime annuelle de 75 000$ pour arrondir les fins de mois. Doublement gênant être pauvre quand ceux avec qui tu négocies le développement de ta province pourraient t’acheter et te revendre à crédit, comme on dit.

Le premier ministre Couillard faisait plus d’argent comme chirurgien. Et le démissionnaire ministre Yves Bolduc sera plus riche en retournant à la médecine. Pas normal que les élus ayant des postes de pouvoir soient moins bien payés que certains sous-ministres qui ont des salaires et avantages sociaux béton!

Non, l’idée de revoir l’échelle des salaires de nos élus n’est pas mauvaise. Il est juste normal qu’un bon député qui travaille fort pour son comté reçoive 136 686$, le montant qui est proposé. Normal aussi qu’un bon ministre qui fait bien sa job reçoive 217 616$ et normal qu’un bon premier ministre qui nous fait honneur reçoive 272 020$. S’ils le méritent amplement, qu’ils reçoivent leur augmentation au plus sacrant!

Après tout, ce serait simplement juste que le député de notre comté soit mieux payé que bien des directeurs généraux d’organismes publics et para-publics qui vont cogner à sa porte pour qu’il fasse avancer leurs dossiers jusqu’aux plus hautes sphères de décisions.

Dans Mégantic, personne ne sortira dans la rue ou brandira des pancartes si les augmentations sont accordées. Il y a encore une certaine forme de respect honorable envers la fonction de député. C’est lui qu’on invite à toutes les activités, à tous les soupers. Qu’on supplie de régler nos petits comme nos grands problèmes. Qui fait office de messager pour porter nos doléances à Québec. On veut tous que nos messagers soient chics. Ce sont en quelque sorte nos ambassadeurs.

Quand ils font bien leurs devoirs, ils méritent des émoluments en conséquence. S’ils le font mal, ils mériteraient des coupures ou des pénalités. Être payés à l’acte, tiens, pourquoi pas? Comme le sont les médecins de famille !

Parlant de cela, justement mon médecin de famille prend sa retraite. Pas facile de laisser la pratique médicale quand tu as 3 500 noms sur ta liste de patients. Ça lui fait de quoi, au doc, de quitter le bureau et de faire 3 500 «orphelins» qui vont devoir se trouver un médecin de famille d’accueil! Il ne le crie pas sur tous les toits, mais il a le coeur déchiré, le doc. Il a connu des jours meilleurs, à l’époque où les médecins n’étaient pas des guichets automatiques, fonctionnant au nombre de cartes d’assurance maladie qu’ils «punchaient» au bureau. Finie la belle époque où les ministres de la Santé successifs ne leur criaient pas après, pour leur dire qu’ils devaient redoubler d’ardeur et arrêter de se pogner le beigne. Les autres ministres avant Barrette avaient du respect pour la profession. Les prédécesseurs du bulldozer ne regardaient pas les médecins comme des dépenses publiques à couper au bistouri.

Dans le bon vieux temps, je m’en rappelle, il y avait par chez nous deux ou trois médecins qui avaient le temps de voir tout le monde qui se pointait à leur bureau ou à l’urgence de l’hôpital. Est-ce que le monde, dans ce temps-là, était moins malade? Faut croire. Toujours est-il que le médecin était «le» personnage du village élevé quelque part dans la hiérarchie paroissiale entre le curé et le député. Il était aimé, respecté et il le rendait bien à ceux qui le soignaient.

Je veux bien que le salaire de nos députés soit ajusté. En contrepartie, je leur demanderais d’être moins servile envers leur formation politique et plus envers la population. Le payer plus pour se tenir debout, quand ta région a un criant besoin de médecins. Pour livrer des batailles à l’Assemblée nationale, pas juste les pétitions, une tâche que Purolator ou UPS saurait bien faire en dedans de 24 heures. Pour rappeler à Barrette que si nos politiciens méritent un meilleur égard, nos médecins méritent à tout le moins le respect du grand boss.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Hommage au talent de Dédé Fortin
    Culture

    Hommage au talent de Dédé Fortin

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Bassin de rétention: travaux préparatoires
    Actualités Environnement

    Bassin de rétention: travaux préparatoires

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Réouverture du Maxi?
    Actualités Économie

    Réouverture du Maxi?

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
    Culture Théâtre

    Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité

    Claudia Collard / 5 décembre 2022
  • Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
    Actualités Santé

    Maison des aînés: bientôt les appels d’offres

    Rémi Tremblay / 30 novembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Hommage au talent de Dédé Fortin
  2. Bassin de rétention: travaux préparatoires
  3. Réouverture du Maxi?
  4. Les Gens Heureux en tournée de Noël
  5. Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
  6. Conférence d’une survivante le 6 décembre
  7. Activité créative inspirée des œuvres de Louise Latulipe
Le malaise
Hommage au talent de Dédé Fortin
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  2. Camionneur
    Woburn
  3. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
  4. Moniteur(e) de ski de fond
    Lac-Mégantic
  5. Moniteur(e) de planche a neige
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises