Qui seront les futurs entrepreneurs?

Au fil de la conversation, cette question d’un gars bien implanté dans son milieu: «La fibre entrepreneuriale existe-t-elle encore ici?» Dans un environnement économique de plus en plus dépendant de décisions prises ailleurs, avec un nombre d’entreprises commerciales en baisse et une relance qui peine à s’amorcer, la première réponse venant à l’esprit: «Pas très forte, en effet!»

Ce n’est pas les ressources qui manquent, mais les idées. Regardez autour de vous. Des bâtiments commerciaux et institutionnels déserts ou peu utilisés, il y en a dans les vieux quartiers. L’ancienne MFR de la rue Dollard ne donne aucun signe d’activité depuis des lustres. Bâtiment fantôme, à la recherche d’une vocation. Coin Villeneuve-Papineau, commerce d’accommodation fermé. Qui prendra la relève et pour en faire quoi? Trois résidences à vendre, rue Salaberry, face à l’endroit où débouche la nouvelle rue Papineau, secteur centre-ville. Auberge à vendre à la sortie de la ville, dans Frontenac. Les locaux actuels de la MRC bientôt disponibles pour quiconque voudrait relancer l’auberge de 12 chambres, rue Agnès.
Qui assure la relève aux investisseurs qui ont pas mal toujours été les mêmes ces vingt à trente dernières années? Ceux qui détiennent les capitaux, mais qui ne peuvent pas soutenir à eux seuls l’effort d’entrepreneuriat qui fait cruellement défaut!

Et s’ils existent, où donc diriger les futurs entrepreneurs qui veulent prospérer? L’avenir immédiat n’appartient-il qu’aux entreprises sociales ou aux hautes technologies? Avec les millions qui vont pleuvoir, la question qui se pose: tenter de sauter sur les opportunités ou gérer ses avoirs avec prudence, le temps que l’économie montre à nouveau des signes encourageants? Avec un centre-ville à rebâtir, faire preuve d’audace et se fier au potentiel touristique, ou bien mettre tout projet en veilleuse et attendre avec sagesse les conditions favorables?

Tirer son épingle du jeu est déjà un exercice de haute voltige pour les commerces et les services en ce temps-ci de l’année, faut-il faire une profession de foi aveugle envers ceux qui prêchent l’éclosion prochaine d’une nouvelle ville, ouverte et dynamique, qui a tout pour devenir une pouponnière de nouvelles entreprises?

Ici, comme dans toute la région du Granit, les entreprises manufacturières, celles du bois comme celles du Granit, vivent à peu près toutes le même problème de rareté de main-d’œuvre. Des emplois à la pelle qui ne trouvent pas preneurs. Plus de 80 offres en ligne sur le site de placement d’Emploi Québec. Sans compter les autres postes non affichés. C’est ça la réalité présentement.

Il est bien sûr souhaitable d’encourager le développement de nouveaux projets dans tous les secteurs d’activités, mais les efforts doivent être mis en priorité sur la recherche de candidats susceptibles de combler les postes actuellement vacants. Un enjeu prioritaire.

Considérons-nous chanceux de connaître ce beau problème. Un article dans le journal Les Affaires fait état de la 4e révolution industrielle qui va tuer 5 millions d’emplois en cinq ans dans les principales économies mondiales. La numérisation, la robotique, l’impression 3D ne sont pas des projections du futur; ces techniques nous envahissent déjà. On a beau être à l’affût des nouvelles technologies, c’est toujours surprenant de constater à quel point le génie créateur peut venir bouleverser nos vies. Tout petit, à l’arrivée du premier téléviseur à la maison, j’avais de la difficulté à comprendre que même en noir et blanc les images venues d’ailleurs puissent ainsi crever le petit écran et nous river des heures sur le divan. Voilà que tout récemment, le chum de ma fille s’amusait dans le sous-sol devant ses appareils à créer avec l’imprimante 3D une console de jeux Nintendo, sans passer par le magasin, ni le fabricant d’origine. Faut dire qu’il est futé en informatique le gendre, mais qu’on en soit là, avec les mêmes technologies utilisées par la NASA dans l’exploration spatiale pour répondre cette fois à des besoins de jeux domestiques, je m’interroge sur ce qu’on pourrait faire, ici, pour participer à ces nouvelles économies, tout en assurant le maintien de nos emplois manufacturiers. Avoir et profiter du meilleur des deux mondes!

Même nos aînés les plus âgés n’ont pas connu l’avènement de la machine à vapeur, qui a marqué la première révolution industrielle. La deuxième, oui; c’est celle de l’électricité et des chaines de montage. La troisième, celle de l’électronique et de la robotique, appartient à nos enfants et nos petits-enfants de la génération branchée Wi-Fi. La quatrième, celle que l’on nous annonce, «combinera l’internet des objets ou le big data pour transformer l’économie». Soyez sûrs d’une chose, nos petits-enfants et les enfants qui viendront après eux nous verront bientôt comme ces dinosaures du Parc Jurassique, ou des antiquités vivantes, des témoins du passé. À quels nouveaux métiers doit-on dès maintenant commencer à les préparer?

Espérons que cette révolution-là ne soit pas juste de la poudre jetée aux yeux et que l’économie ainsi créée va vraiment bénéficier aux jeunes, autant que les révolutions précédentes ont bénéficié aux vieux. Allez, creusez-vous les méninges! Si vous aviez la fibre entrepreneuriale, vous vous lanceriez dans quoi, vous?

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Hommage au talent de Dédé Fortin
    Culture

    Hommage au talent de Dédé Fortin

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Bassin de rétention: travaux préparatoires
    Actualités Environnement

    Bassin de rétention: travaux préparatoires

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Réouverture du Maxi?
    Actualités Économie

    Réouverture du Maxi?

    Claudia Collard / 7 décembre 2022
  • Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
    Culture Théâtre

    Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité

    Claudia Collard / 5 décembre 2022
  • Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
    Actualités Santé

    Maison des aînés: bientôt les appels d’offres

    Rémi Tremblay / 30 novembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Hommage au talent de Dédé Fortin
  2. Bassin de rétention: travaux préparatoires
  3. Réouverture du Maxi?
  4. Les Gens Heureux en tournée de Noël
  5. Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
  6. Conférence d’une survivante le 6 décembre
  7. Activité créative inspirée des œuvres de Louise Latulipe
Le malaise
Hommage au talent de Dédé Fortin
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  2. Camionneur
    Woburn
  3. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
  4. Moniteur(e) de ski de fond
    Lac-Mégantic
  5. Moniteur(e) de planche a neige
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises