Recyc-Québec

Un autre recours

On nous avait avertis que le passage à l’an 2000 serait difficile. Et on a été frappés de plein fouet par un train sans pitié : le diagnostic de sclérose en plaques sous sa forme la plus dévastatrice, primaire progressive. Comme c’est une maladie dégénérative, la plus belle journée, c’est aujourd’hui puisque que demain, la situation va se dégrader invariablement. Certains nous diront, pour nous encourager, qu’il y en a des pires que nous. Je l’admets. Si on transmet cette manière de penser à nos enfants dans les écoles, l’avenir ne sera pas très reluisant.

Or j’aimerais aussi intenter un recours collectif pour obtenir réparation. Le hic, c’est que je ne sais pas contre qui. Serais-je obligé de poursuivre ma mère et la religion catholique pour m’avoir menti en me disant qu’un être infiniment bon et infiniment aimable veillait sur nous? Foutaise. Comment quelqu’un de bon pourrait permettre que des enfants souffrent et meurent et que la maladie détruise des vies? Et on vous répondra que cet être éprouve ceux qu’il aime. Si c’était vrai, j’aurais apprécié qu’il nous aime un peu moins.

À quoi bon savoir qui poursuivre? Aucun montant d’argent ne nous permettra de retrouver ce qu’on avait, la liberté. Nous vivrons avec des séquelles permanentes, irréversibles et des dommages moraux bien incrustés. Par contre, je crois aux anges. Sur terre,elles prennent la forme d’auxiliaires familiales. Des anges indispensables, veuillez me croire.

Cependant, si j’avais su qui poursuivre, j’aurais demandé à toutes les personnes atteintes de la SEP de verser les sommes reçues pour dommages moraux à la recherche. Si on trouve une solution, moralement je me sentirais mieux.

Transposons cette manière de penser aux événements de juillet 2013. On connaît le remède :une voie de contournement . Toute la population a subi des dommages, sans exception. Si le montant versé pour dommages moraux l’avait été pour réaliser cette fameuse voie, je crois sincèrement qu’on se sentirait tous mieux.

Mais chacun préfère retirer un petit montant imprévu pour pouvoir se payer les vacances tant convoitées mais inaccessibles jusqu’à aujourd’hui. Mais nous, nous n’avons pas besoin de ce montant, des vacances c’est pas possible. Je n’accuse personne. Peut-être que si nous étions comme la majorité des gens, nous aurions fait le même choix.

Guy Dostie

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»

    Rémi Tremblay / 26 mai 2022
  • Au-delà des mots… et de la différence
    Culture Arts visuels

    Au-delà des mots… et de la différence

    Claudia Collard / 25 mai 2022
  • La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
    Actualités Sécurité ferroviaire

    La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic

    Rémi Tremblay / 24 mai 2022
  • Proximité et magie signées Marie Mai
    Culture Musique

    Proximité et magie signées Marie Mai

    Claudia Collard / 24 mai 2022
  • À nous deux Parkinson!
    Actualités Santé

    À nous deux Parkinson!

    Claudia Collard / 19 mai 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La résistance s’accentue autour d’un tracé jugé «catastrophique»
  2. Aznavour autrement… à Lambton
  3. Un Souper homard payant!
  4. Au-delà des mots… et de la différence
  5. La réflexion sur la voie ferrée se transporte à Lac-Mégantic
  6. Proximité et magie signées Marie Mai
  7. À Doc Humanité: l’histoire tragique de Madame M
Aux portes de l’abdication
Au-delà des mots… et de la différence
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Mécanicien
  2. Poste de service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  3. Responsable des réseaux d'aqueduc et d’égout
    Lambton
  4. Assembleur
    Frontenac
  5. Technicien(ne) en production
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises