oscar Brochu

Redonnez le terrain aux Chevaliers!

(Lettre ouverte à Guy Philippon, auteur du texte d’opinion «À en juger par vous-mêmes, prise 2», paru en page 4 de l’édition du vendredi 1er septembre 2017)

M. Philippon. Comme vous lanciez un appel aux personnes sensibles à la cause des Chevaliers de Colomb, concernant la renaissance de leur salle au même endroit où ils avaient été au cours du dernier centenaire, je désire exprimer mon opinion face à cette injustice de la part des décideurs et surtout de l’éternelle attente qui n’en finit plus. Remarquez que je suis pas membre personnellement, mais j’en vis les mêmes émotions en tant qu’épouse, mère, grand-mère et sœur de quelques membres et surtout en tant que bénévole de cette association depuis plusieurs années. Tout comme vous, M. Philippon, ce texte est bien personnel et n’engage en rien l’Ordre des Chevaliers de Colomb.

Maintenant que cette mise au point est claire, permettez-moi de souligner les bienfaits que cet Ordre a procurés à de nombreuses personnes, soit personnellement ou par le biais de certains comités de bienfaisance qui en faisaient la demande. Tous ces dons étaient destinés à notre population et à son voisinage. Plusieurs d’entre eux ont été très déçus de constater qu’il ne serait plus possible de compter sur les déjeuners-brunchs pour amasser des fonds qui leur servaient à continuer d’avancer, ce qui leur était d’un grand recours. Nous n’avons qu’à penser aux réparations de l’église Sainte-Agnès, au fonctionnement de la Maison La Cinquième Saison, aux enfants des familles moins nanties lors de la période des Fêtes, aux personnes handicapées et j’en passe.

Qui sait, peut-être que certaines personnes parmi vous ont même déjà pu recevoir l’aide des Chevaliers de Colomb en ayant l’opportunité de se servir de leur belle salle et gratuitement en plus ! Si la chance leur a souri et qu’ils n’ont jamais eu besoin d’aide, ils devraient se compter choyés et en remercier la vie pour tant de bienfaits, ce qui ne devrait pas les laisser insensibles aux malheurs de ceux qui en ont bénéficié. Ceux qui ont contribué à ces dons ont aussi eu la chance de se délecter, à volonté de la nourriture toujours succulente, et ils revenaient à chaque déjeuner, sachant qu’ils ne perdraient rien en prenant un repas si peu onéreux, tout en participant à l’aide fournie à ceux qui en avaient besoin.

Messieurs les conseillers, vous serait-il possible de penser à tout ce que vos concitoyens doivent se priver à cause de l’absence du terrain des Chevaliers de Colomb (qui était leur propriété), car ils ne peuvent plus compter sur leur salle pour subvenir aux soins de ceux à qui ils pouvaient venir en aide?

Est-il possible que la venue d’un hôtel contribue plus à enrichir ceux qui possèdent déjà suffisamment de revenus et qui ne contribueront qu’à les augmenter, plutôt que de penser un peu plus à tous ceux qui demeurent seuls avec leurs misères et qui ne peuvent compter que sur la générosité de leurs concitoyens pour en arriver à s’en sortir ?

Tout se comptabilise dans notre monde. Mais essayez de comptabiliser la quantité d’heures de bénévolat travaillées par une vingtaine de personnes à chacun des déjeuners organisés pour en remettre les bénéfices à nos voisins dans le besoin. En plus des centaines, pour ne pas dire des milliers d’heures toujours bénévoles de ceux qui font les achats et la préparation de tous les mets nécessaires. Et pour combler le tout, de façon à respecter leurs principes, même sans leur salle, les bénévoles ont la charge supplémentaire de transporter le tout à l’endroit destiné temporairement (plus de quatre ans)…

Je suis sûre que si vous prenez le temps de réfléchir à la question, votre réponse arrivera à la même que celle qu’on vous suggère, c’est-à-dire redonner à César ce qui appartient à César. Car les heures accomplies pour aider à notre population n’ont pas de prix, elles ne peuvent donc pas être comptabilisées. La seule chose qui a du sens aux yeux de la population est de leur remettre leur terrain (mais ils doivent le racheter), de façon à ce qu’ils y retournent le plus tôt possible pour construire une nouvelle salle qui leur revient de droit. Ainsi la majorité de la population pourra vous faire confiance et le tout redeviendra normal.

L’Ordre des Chevaliers de Colomb est connu mondialement et est reconnu très fortement dans la région de Lac-Mégantic et des environs. Deux de leurs principes sont : Charité et Fraternité. Pas besoin d’avoir porté allégeance à leur drapeau pour respecter ces principes. Notre région est elle-même reconnue pour ces deux grandes valeurs. Donc, Méganticois, levons-nous et tout en respectant ces grandes qualités, réclamons ces droits de reposséder ce que nous avons perdu injustement. Comme citoyennes et citoyens, nous sollicitons la compréhension des conseillers pour clore définitivement ce dossier en remettant leur terrain aux Chevaliers de Colomb, de façon à ce qu’ils puissent continuer leurs œuvres si bien amorcées. Ainsi, toute notre population pourra reprendre au moins cette partie de notre vie normale puisque nous l’avons perdue depuis plus de quatre ans. On n’en attend pas moins de vous tous. Merci à l’avance.

Élizabeth Vigneault

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
    Culture Humour

    Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»

    Claudia Collard / 18 octobre 2021
  • Le «réel» quartier artisan prend vie
    Actualités

    Le «réel» quartier artisan prend vie

    Rémi Tremblay / 14 octobre 2021
  • Autre saison de golf bien remplie
    Sports Golf

    Autre saison de golf bien remplie

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
  • Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
    Sports Les Béliers

    Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement

    Anne-Julie Hallée / 14 octobre 2021
  • Route rurale, une histoire en trois tomes
    Culture Littérature

    Route rurale, une histoire en trois tomes

    Rémi Tremblay / 14 octobre 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
  2. Le «réel» quartier artisan prend vie
  3. Autre saison de golf bien remplie
  4. Les Béliers juvéniles toujours en tête du classement
  5. Le gardien du Dynamik résiste aux assauts du Sauro
  6. Route rurale, une histoire en trois tomes
  7. Et soudain, la panne!
Discriminés encore!
Sam Breton, l’art de passer «du coq à la truie»
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Agent(e) services aux membres
    Lac-Mégantic
  2. Coordonnatrice, coordonnateur à l’intervention
    Lac-Mégantic
  3. Directeur(trice) général(e) et secrétaire-trésorier
    Marston
  4. Responsable de la patinoire extérieure
    Marston
  5. Plusieurs postes disponibles
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises