Le CECLM: une mobilisation s'impose!

Le CECLM: une mobilisation s'impose! - Rémi Tremblay : Actualités

Par deux fois, en février et en avril 2017, le directeur général du Cégep Beauce-Appalaches, Mario Landry, a pris la 204 de Saint-Georges en direction de Lac-Mégantic, afin de discuter et de réfléchir avec les forces socio-économiques du milieu et les élus municipaux. Un seul sujet à l’ordre du jour de chacune des rencontres, l’avenir du centre d’études collégiales et surtout comment mieux développer l’offre. «Il n’y a pas de menace à court terme, rassurez-vous. Je ne vois pas d’épée de Damoclès demain matin au-dessus de nos têtes.» L’exercice se voulait avant tout un nouvel appel à la mobilisation.

Le Centre d’études collégiales de la rue Dollard accueille 111 étudiants cet automne, alors que la barre minimale de fréquentation pour les centres d’études collégiales au Québec est fixée à 150. Depuis quelques années, et particulièrement depuis la tragédie de 2013, l’institution connaît une érosion graduelle de ses inscriptions. «Nous avons mis beaucoup l’emphase sur le recrutement cette année, avance Mario Landry. Des gens de chez nous on fait du démarchage auprès de polyvalentes qu’on n’avait pas encore visitées jusqu’à maintenant. La réflexion doit se faire par le milieu afin de maintenir et consolider nos programmes.»

Bon an, mal an, la Polyvalente Montignac constitue le premier bassin de clientèle, avec en moyenne 75 finissants qui choisissent le CECLM pour leur parcours collégial. Mais bon nombre d’élèves de 5e secondaire décident de quitter Lac-Mégantic, pour vivre, à l’extérieur, l’expérience des études supérieures et du premier appartement. «Mais plus la ville est vitalisée, plus les jeunes et leurs parents se disent pourquoi j’irais ailleurs?» Les autres étudiants provenant de l’extérieur de la région ont fait le choix de Lac-Mégantic pour les programmes qui y sont offerts et pour la vie étudiante au sein d’une petite communauté.

Tout le temps où le centre d’études collégiales a été hébergé à l’école Sacré-Cœur, la Commission scolaire des Hauts-Cantons n’a chargé aucun loyer. Avec la construction de la Médiathèque et du CECLM, rue Dollard, après la tragédie, la Ville a fixé un coût de loyer pour les espaces occupés dans l’immeuble.

Le président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Yves Gilbert, a assisté à chacune des rencontres. Comme intervenant du milieu scolaire, certes, mais surtout en tant que citoyen. Selon lui, la région doit répondre à l’appel. «Ils sont venus demander de l’aide à la région, mais le cri du cœur ne semble pas avoir été entendu, déplore-t-il.

On a un rôle à jouer comme communauté. Qui va répondre présent pour cette nouvelle bataille? On doit tous être vendus à l’éducation, ici en région. Il va falloir une prise d’action. C’est majeur ! Je serais désolé que ça parte !» Il faudra, ajoute-t-il, que la ville-centre donne un signal clair.»

Parmi les options envisagées, des formations en milieu de travail. Mais, le Service d’aide aux Entrepreneurs qui permet d’offrir de tels services dans la MRC relève du Cégep de Sherbrooke, une institution collégiale qui a toujours refusé, dans le passé, de collaborer à l’éventualité d’un centre d’études collégiales à Lac-Mégantic.

Une avenue intéressante, l’Institut en Culture de Sécurité Industrielle Mégantic. Son promoteur, Béland Audet, a suivi avec intérêt les échanges du milieu avec le Cégep Beauce-Appalaches. «L’Institut, c’est la coquille. Ce n’est pas nous qui allons donner la formation. Le Cégep Beauce-Appalaches est l’un de nos partenaires avec l’Université de Sherbrooke et la Commission scolaire des Hauts-Cantons. Le financement privé est déjà attaché, il ne reste que l’engagement du fédéral.» La réponse ultime d’Ottawa se fait attendre, mais, à court et à moyen terme, le projet de centre de recherche et de formation en sécurité ferroviaire, comme il en existe déjà un à Sept-Îles, pourrait devenir une solution intéressante pour attirer de nouvelles clientèles. Béland Audet voit même plus grand: un diplôme d’études collégiales de niveau provincial, ce qui, dans ce cas, pourrait prendre près d’une dizaine d’années à éclore. «On a toutes les cartes gagnantes pour faire lever ce projet-là», assure l’homme d’affaires.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Les cas actifs encore en baisse
    Actualités Santé

    Les cas actifs encore en baisse

    Rémi Tremblay / 21 janvier 2021
  • Douze futurs logements locatifs au centre-ville
    Actualités Immobilier

    Douze futurs logements locatifs au centre-ville

    Claudia Collard / 21 janvier 2021
  • Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale
    Actualités Économie

    Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale

    Claudia Collard / 21 janvier 2021
  • Résidence incendiée
    Actualités Faits divers

    Résidence incendiée

    Rémi Tremblay / 20 janvier 2021
  • Luc Berthold sera de la prochaine bataille
    Actualités Politique

    Luc Berthold sera de la prochaine bataille

    Rémi Tremblay / 20 janvier 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

1 commentaire

  1. Yves Gilbert

    Que les candidats aux élections municipales et à la préfecture de la MRC se prononcent sur le sujet avec un engagement concret .

    Répondre 2017-10-27
    1. Les cas actifs encore en baisse
    2. Douze futurs logements locatifs au centre-ville
    3. Impacts de la crise sanitaire sur la vitalité commerciale
    4. Résidence incendiée
    5. Luc Berthold sera de la prochaine bataille
    6. La reconversion des Victorines
    7. Les diplômés du campus Lac-Mégantic s’illustrent
    Ni soumis, ni rebelle!
    L’art libre de Diane Boulet
    Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
    1. Plusieurs postes disponibles
      Nantes
    2. Responsable des Travaux Publics
      Notre-Dame-des-Bois
    3. Personnel de production
      La Patrie
    4. Couturières
      Courcelles
    5. Plusieurs postes disponibles
      Lac-Drolet
    Répertoire des entreprises