Triage rapatrié à Lac-Mégantic?

Triage rapatrié à Lac-Mégantic? - Rémi Tremblay : Actualités

Selon le plan proposé par l’étude de la Société de développement économique du Granit, les voies de triage seraient positionnées en parallèle entre la voie de desserte ferroviaire menant chez Tafisa et la future voie de contournement ferroviaire, au sud de la 161.

Interpellé depuis plusieurs mois déjà par la Coalition des citoyens et des organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, ainsi que par les municipalités de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac, sur la nécessité de rapatrier à Lac-Mégantic toutes les opérations de triage des convois de la Central Maine & Quebec Railroad, le ministre fédéral des Transports Marc Garneau a montré une ouverture, ces derniers jours, la première en ce sens depuis l’annonce officielle, en mai dernier, du feu vert à la construction de la voie de contournement ferroviaire.

«On a entendu les Méganticois», a indiqué Marc Garneau sur les ondes de Radio-Canada, samedi, évitant toutefois de prendre des engagements. Des discussions devront être entamées avec la municipalité de Lac-Mégantic et la CMQR. «La compagnie devra être partenaire dans le projet. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut forcer une compagnie à faire, mais on peut changer les règlements concernant la sécurité des trains immobilisés», a déclaré le Ministre.

Les fonctionnaires de Transports-Canada étaient déjà au courant de l’étude menée par la Société de développement économique du Granit visant à proposer l’aménagement de voies de triage dans le parc industriel. «On travaille sur ce plan-là depuis des mois, avec un ingénieur senior spécialisé en transport ferroviaire. Il s’agit de rapatrier les 9 000 pieds linéaires de triage à Nantes, les 8000 pieds de Frontenac et les 4000 pieds du centre-ville de Lac-Mégantic en un même lieu, en parallèle à la voie desserte de la compagnie Tafisa. C’est une solution qui répond à la fois à la préoccupation sur la sécurité et aussi sur l’acceptabilité sociale», estime le président de la SDEG, Béland Audet. Le site privilégié pour accueillir les 21 000 pieds linéaires de voies de triage repose sur un terrain dont la Ville est propriétaire.

Le besoin en transport ferroviaire des industriels méganticois se chiffre actuellement autour de 3000 wagons entrant et sortant par année. «Il est clair qu’avec la crise qui secoue le transport routier cela rend le transport ferroviaire beaucoup plus attrayant.»

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, a bien accueilli l’ouverture du Ministre. Elle lui avait encore fait part de ses inquiétudes le 9 novembre dernier lors du congrès de l’Union des municipalités du Québec. «Le rapport sur l’étude qui a été commandée en ce sens par la Société de développement économique du Granit lui sera bientôt envoyé. L’étude démontre des avantages au niveau de la sécurité, des avantages économiques pour nos entreprises et des avantages environnementaux. Il y a aussi moins de risques d’accidents aux passages à niveaux.»

Même enthousiasme de la part du député de Mégantic, François Jacques. «Je trouve que c’est une super belle ouverture du point de vue de la sécurité. Avec des voies de triage au niveau de pente zéro, il n’y aurait plus aucun risque de trains à la dérive.»

La sortie du ministre Garneau quelques jours avant Noël intrigue le député fédéral de Mégantic-L’Érable, Luc Berthold. «Maintenant qu’il a ouvert la porte, il ne peut plus reculer. Mais il reste encore beaucoup de questions à se poser.»

Comme maître d’œuvre de l’ouvrage, le gouvernement du Canada, par l’intermédiaire du ministère des Travaux publics devrait établir un plan d’affaires, procéder à l’appel d’offres pour les plans et devis avant de passer à l’étape de l’appel d’offres pour le choix d’un entrepreneur. Ce que le député Berthold ignore c’est le contenu de l’entente signée entre le gouvernement du Canada et la compagnie CMQR, qui agira comme partenaire du projet. Impossible pour l’instant de savoir quels seraient les coûts supplémentaires engendrés par le déplacement des voies de triage à Nantes et à Frontenac, vers Lac-Mégantic. Dans sa sortie publique, Marc Garneau affirmait vouloir rester «à l’intérieur de certains paramètres de sécurité et deuxièmement, de coûts.»

Le projet de voie de contournement ferroviaire se chiffre pour l’instant à 133 millions de dollars, financé à 60% par le fédéral et à 40% par le gouvernement du Québec. Sa construction est prévue entre 2020 et 2022.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Les négos en santé: ça ne va toujours pas mieux!
  2. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
  3. Nouvelles mesures à la plage
  4. Sept ans après: un devoir de mémoire
  5. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
  6. Début de l’autocueillette
  7. Chantier du Pont de fer
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur général
    Lac-Mégantic
  2. Inspecteur municipal
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Agente - Agent de communication
    Lac-Mégantic
  4. Mécanicien
    Lac-Mégantic
  5. Technicien - Service comptable aux entreprises
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises