Abonnement

Voie de contournement: la CMQR aura son mot à dire!

Voie de contournement: la CMQR aura son mot à dire! - Rémi Tremblay : Actualités

À gauche, le directeur des Programmes d’infrastructure et de transport, secteur Est, chez Transports Canada, Luc-Alexandre Chayer. À ses côtés, Yves Rochon, directeur général de l’évaluation environnementale au ministère de l’Environnement et de Lutte aux changements climatiques.

Transports Canada a tenu deux séances d’informations à Lac-Mégantic, la semaine dernière, pour faire le point sur le projet de voie de contournement ferroviaire, que le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec financeront entièrement, dans un ratio 60/40. Le troisième partenaire, la compagnie de chemin de fer Quebec Maine & Québec Railway, agira à titre de gestionnaire du chantier qui devrait débuter en 2021.

«Un projet exceptionnel à une situation exceptionnelle», a répété Luc-Alexandre Chayer, directeur des Programmes d’infrastructure et de transport, secteur Est, pour Transports-Canada, justifiant ainsi que le projet, dont le coût est initialement estimé à 133 millions de dollars, sera financé à 100% par des deniers publics, pour ensuite en transférer la propriété à la compagnie de chemin de fer CMQR.

«C’est toujours la Ville de Lac-Mégantic qui est l’initiateur du projet et de l’étude de faisabilité. Lorsque le BAPE sera en fonction, la Ville sera à la table à titre d’initiateur. L’année dernière, lorsque les deux gouvernements ont annoncé qu’ils supportaient financièrement le projet, c’est là que Transports Canada a pris un rôle accru dans ce projet», poursuit le fonctionnaire.

Comme principal bailleur de fonds, Transports Canada va superviser le projet, en travaillant de concert avec la CMQR. «On est en train de négocier les termes du contrat avec la CMQR», précise-t-il. La compagnie de chemin de fer, qui possède tout le réseau de l’ancienne Montreal Maine & Atlantic Railway, du Maine jusqu’à Montréal, a la responsabilité d’engager une firme d’ingénieurs pour réaliser les plans et devis, engager un entrepreneur général pour la construction de la voie ferrée et assurer, une fois la voie de contournement en opération, le démantèlement de la voie ferrée existante au centre-ville. «Il va y avoir des appels d’offres, mais le gouvernement canadien ne peut exiger que ce soit des entrepreneurs locaux», a insisté M. Chayer.

Transports Canada va également retenir les services d’une firme d’ingénieurs afin de superviser le travail de la CMQR et s’assurer que le projet soit conforme aux attentes et exigences des gouvernements. Un mécanisme de coordination est d’ailleurs déjà en place entre les différents paliers de gouvernements pour assurer une gestion efficace du projet, affirme le porte-parole de Transports Canada. «On a créé des comités pour être capables de prendre des décisions rapidement.»
Transports Canada aurait bien tendu l’oreille à la revendication des principaux acteurs politiques et économiques de la région, à l’effet d’aménager une voie de triage dans le parc industriel de Lac-Mégantic, plutôt qu’au site Vachon, à Frontenac. La demande pour relocaliser les activités ferroviaires de Nantes et de Frontenac vers le parc industriel de Lac-Mégantic a été déposée en janvier 2019 par la MRC du Granit et appuyée par les maires.

Sans prendre d’engagement au nom de son ministre, Luc-Alexandre Chayer dit comprendre l’enjeu. «Une fois la firme d’ingénierie retenue par la CMQR, leur première tâche sera de faire les plans et devis de la voie de contournement. Ensuite, on leur demandera d’évaluer les différentes options pour la gare de triage, y compris celle du parc industriel. Et une fois qu’on aura établi ces options, si le ministre décide d’aller de l’avant avec l’une de ces options, alors la CMQR sera en mesure de modifier les plans et devis, donc de modifier le projet dans son ensemble.»

La phase de construction va s’amorcer une fois les plans et devis complétés et le processus d’acquisition des terrains suffisamment avancé pour que les terrains soient transférés à CMQR.
Au début de la semaine dernière, la délégation de Transports Canada, accompagnés de représentants du ministère de l’Environnement du Québec, a rencontré les propriétaires ciblés par le processus d’acquisition des terrains. Services publics et Approvisionnement Canada doit ouvrir un bureau à Lac-Mégantic dans les prochaines semaines, afin de poursuivre l’analyse des dossiers cas par cas et de compléter l’acquisition et la gestion des contrats, en matière d’arpentage et d’évaluation des propriétés.

L’Union des producteurs agricoles et le Syndicat des producteurs forestiers du Sud du Québec représentent certains propriétaires auprès du gouvernement fédéral tout au cours du processus d’acquisition de terrains.

Reconnaissant que le risque environnemental du projet de voie de contournement ferroviaire est élevé, le directeur général de l’évaluation environnementale au ministère de l’Environnement et de Lutte contre les changements climatiques, Yves Rochon, est venu rappeler aux citoyens que le rôle du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, qui allait siéger cet été à Lac-Mégantic, tout probablement en juin, était de livrer son rapport au ministre de l’Environnement, qui fera ses recommandations au Conseil des ministres, vers le début de l’année 2020. «Le BAPE n’a pas le pouvoir d’autoriser ou non le projet», a-t-il insisté.

Parmi les participants à la séance d’information de l’après-midi du 16 mai, le président du Syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec, André Roy, a soumis l’idée que la population «parte une pétition pour la voie de triage.» Un autre, Jean-Claude Boutin, aurait souhaité que le projet d’une voie de triage dans le parc industriel soit intégré dans le travail que se prépare à effectuer le BAPE. «Le BAPE va être au courant», a précisé un porte-parole du MELCCQ.

Quant au porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, Robert Bellefleur, il a pris le micro pour relever le vague engagement du ministre Garneau en rapport avec la voie de triage, dans sa réponse aux élus. «Le ministre s’est engagé à considérer le projet seulement si le prix est raisonnable. Nous, on ne veut pas des «si», on veut des certitudes», a-t-il lancé, continuant de se questionner sur les réelles intentions du fédéral. «Est-ce que le gouvernement du Canada veut réellement régler le problème?»

Un autre citoyen est intervenu pour souligner la grande proximité de la Maison La Cinquième Saison avec le tracé de la future voie de contournement. «On n’a pas fait cette maison-là pour avoir comme voisin une voie ferrée», a voulu souligner ce bénévole. La solution d’un mur antibruit ne soulève pas davantage les passions.

Pour sa part, Richard Poirier a promis d’en faire un enjeu électoral pour l’automne.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Modifications à l’aménagement du territoire
    Actualités Municipalité

    Modifications à l’aménagement du territoire

    Claudia Collard / 11 août 2020
  • Gloriane Blais au front  pour les victimes de la tragédie
    Actualités

    Gloriane Blais au front pour les victimes de la tragédie

    Claudia Collard / 10 août 2020
  • Du haut des airs, un immense tapis vert!
    Actualités

    Du haut des airs, un immense tapis vert!

    Rémi Tremblay / 6 août 2020
  • À la rencontre des quatre éléments
    Culture

    À la rencontre des quatre éléments

    Claudia Collard / 3 août 2020
  • Un centre-ville coloré et festif pour l’été
    Actualités

    Un centre-ville coloré et festif pour l’été

    Claudia Collard / 23 juillet 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. La nuit et le jour pour les Atomes A
  2. Modifications à l’aménagement du territoire
  3. Gloriane Blais au front pour les victimes de la tragédie
  4. Du haut des airs, un immense tapis vert!
  5. Chez les petits Torrieux
  6. Un esprit de partage qui se propage
  7. À la rencontre des quatre éléments
Docile ou non?
À la rencontre des quatre éléments
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Conseiller(re) en vente
    Lac-Mégantic
  2. Technicien(ne) de travail social
    Lac-Mégantic
  3. Technicien(ne) comptable
    Lac-Mégantic
  4. Directeur vente et marketing
    Lac-Mégantic
  5. Mécanicien avec expérience
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises