1738510025
activity
1738510025
session_token Pour faire de la lutte à la pauvreté une priorité - Claudia Collard : Actualités Société | L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
Fondation maison 5e saison

Pour faire de la lutte à la pauvreté une priorité

Pour faire de la lutte à la pauvreté une priorité - Claudia Collard : Actualités Société

Virginie Larivière, porte-porte du Collectif pour un Québec sans pauvreté.

Une trentaine de personnes du territoire granitois ont pris part le 4 décembre à une rencontre, dans le cadre d’une vaste consultation citoyenne orchestrée par le Collectif pour un Québec sans pauvreté. Intitulée Rassemblons, cette démarche vise à faire en sorte que la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale figure parmi les priorités du gouvernement provincial.

Les participants, représentants d’organismes communautaires et personnes en situation de pauvreté, répondaient à une invitation de la CDC du Granit, qui agissait à titre de courroie de transmission pour cette initiative du Collectif.

Créé il y a une vingtaine d’années, le Collectif pour un Québec sans pauvreté est en tournée provinciale depuis la fin septembre afin de recueillir les commentaires de ceux et celles vivant au quotidien avec la précarité. «Au Collectif, c’est notre façon de faire depuis toujours de penser, décider et agir avec les personnes en situation de pauvreté. C’est elles qui sont le mieux en mesure de nous dire ce qui est important. Ainsi, dans notre discours, on est plus à même de porter la parole de ces gens et d’être légitime quand on fait des revendications sur le plan politique. Par exemple, quand on dit qu’il faut augmenter le salaire minimum à 15$ de l’heure, c’est parce qu’on l’entend sur le terrain», transmet Virginie Larivière, porte-parole du Collectif.

Réunis en ateliers au CSM, les participants se sont notamment penchés sur les moments où leur exclusion se fait particulièrement sentir. En ce mois de décembre, la période des Fêtes a été nommée par tous les participants. Une exclusion qui s’explique en partie «parce qu’on n’a pas les moyens d’offrir ce qu’on voudrait à nos proches et à soi-même. Le fait de devoir aller dans une banque alimentaire pour arriver à manger, c’est aussi particulièrement difficile dans le temps des fêtes. Quand on n’a jamais eu à le faire, on ne peut pas avoir idée de ce que ça demande comme courage d’aller chercher des ressources», partage Mme Larivière, ajoutant que les anniversaires et les fêtes commerciales sont également des moments sensibles. «En fait, chaque fois qu’il y a une dépense qu’on n’est pas capable de faire, on se sent exclus socialement. Des fois, c’est juste l’impossibilité de sortir avec ses amis la fin de semaine qui procure un sentiment de ne pas faire partie de la gang. Parce que t’es pas capable de suivre, d’apporter la bouteille de vin lors d’un souper entre amis. On développe donc des stratégies pour contourner ce sentiment en s’auto-excluant, par exemple en prétendant vouloir demeurer seul chez soi.»

Parmi les solutions évoquées pour sortir de la pauvreté, et du même coup être en mesure de faire davantage de choix, un plus grand nombre de logements sociaux et une augmentation de prestations d’aide sociale. «Au Québec, on calcule qu’une personne seule a besoin de 18 500$ pour couvrir ses besoins de base. Une personne à l’aide sociale, qui utilise ses crédits d’impôt, peut arriver à couvrir 51% de ses besoins. Elle est donc constamment en mode survie.»

Reste que le nerf de la guerre demeure les nombreux préjugés à l’endroit des personnes en situation de pauvreté, préjugés qui renforcent d’autant plus l’exclusion sociale dont elles sont victimes. «C’est particulièrement le cas pour les personnes vivant de l’aide sociale, qui se font traiter de bs, de paresseux, de fraudeurs… Au Collectif, on demande depuis longtemps au gouvernement de mener une campagne de lutte contre les préjugés. On est capable de mettre des ressources là-dedans, comme on le fait pour contrer l’homophobie ou l’alcool au volant. Mais le gouvernement ne se donne pas ce mandat-là», déplore Virginie Larivière.

La démarche Rassemblons se poursuivra jusqu’au début de l’été. Ensuite, les données recueillies seront colligées avant d’être validées auprès des personnes concernées. Puis, au printemps 2021, un casse-tête géant sera formé devant le Parlement. Chacune de ses pièces de bois portera les idées émises par chacun des groupes lors de la démarche de consultation.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Le microréseau, ça y est presque!
    Actualités

    Le microréseau, ça y est presque!

    Rémi Tremblay / 2 décembre 2021
  • Vers la réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées
    Actualités Municipalité

    Vers la réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées

    Claudia Collard / 2 décembre 2021
  • COVID-19: un ministre appelle à la vigilance
    Actualités Santé

    COVID-19: un ministre appelle à la vigilance

    Rémi Tremblay / 2 décembre 2021
  • Mère Noël est de retour!
    Culture

    Mère Noël est de retour!

    Claudia Collard / 1 décembre 2021
  • Microréseau: une première facture d’Hydro
    Actualités

    Microréseau: une première facture d’Hydro

    Rémi Tremblay / 30 novembre 2021
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Le microréseau, ça y est presque!
  2. Vers la réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées
  3. Les Cougars stoppent l’élan du Sauro
  4. COVID-19: un ministre appelle à la vigilance
  5. Incursion dans la tête de Proust
  6. Mère Noël est de retour!
  7. Microréseau: une première facture d’Hydro
Une manne politique de 19 M$
Mère Noël est de retour!
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Préposés à la réception
    Lac-Mégantic
  2. CHEF DE DIVISION PLEIN AIR
    Lac-Mégantic
  3. Service à la clientèle
    Lac-Mégantic
  4. Directeur(trice) général(e)
    Lac-Drolet
  5. Intervenant(e) et animateur(trice)
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises