La Maison La Cinquième Saison resserre ses mesures de précaution

La Maison La Cinquième Saison  resserre ses mesures de précaution - Claudia Collard : Actualités  Coronavirus (COVID-19)

La Maison La Cinquième saison subit aussi les contrecoups la COVID-19.

Si les visites des personnes hospitalisées sont interdites afin de diminuer les risques de propagation de la COVID-19, une exception demeure pour ceux et celles qui sont dans leurs derniers instants de vie. Ce qui signifie l’entièreté de la clientèle à la Maison La Cinquième Saison, où de nouvelles mesures ont été instaurées afin d’assurer la sécurité de tous.

Avant même que le gouvernement provincial incite fortement les citoyens à prendre les mesures sanitaires d’usage, la Maison La Cinquième Saison se préparait en conséquence. «On a procédé à l’installation de stations de désinfection à toutes les entrées. Tous doivent se désinfecter les mains en entrant et plusieurs fois à l’intérieur. Ces mesures visent à assurer le bien-être de tous, incluant nos travailleurs. Si l’un d’eux tombe malade on va avoir un gros problème. On manque d’employés comme partout ailleurs, donc on fonctionne avec le strict minimum. On ne peut pas se permettre d’en perdre un seul», transmet Richard Michaud, directeur général de la maison de soins palliatifs, précisant que les familles comprennent très bien la situation et adhèrent aisément aux nouvelles consignes.

La ressource continue donc de remplir sa mission d’héberger des résidants ayant une espérance de vie de trois mois et moins. «Par contre, on limite les visites. Chaque résident doit faire une liste de cinq personnes. Seules celles-ci peuvent venir le visiter mais à raison d’une personne à la fois. Évidemment, il ne faut pas que ces personnes soient porteuses de la COVID-19 ou présentent des symptômes liés à cette maladie», communique M. Michaud. 

Au moment de l’entrevue avec l’Écho, lundi, la Maison était en attente d’un thermomètre à infrarouge. «Tous les gens qui vont venir ici, chaque jour, employés comme visiteurs, vont avoir leur température de prise. Ce n’est pas une garantie absolue mais c’est une précaution de plus», mentionne le directeur général.

Autres moyens de précaution, aucun repas ne sera cuisiné pour les visiteurs et les bénévoles n’ont plus accès à la Maison jusqu’à nouvel ordre. «On évalue la situation de jour en jour. Au niveau du personnel administratif, il y a beaucoup de télétravail. Dans la mesure du possible, les employés travaillent de chez eux. Dans le cas de la coordonnatrice des soins et de la coordinatrice des bénévoles, par exemple, des tâches peuvent être réalisées à la maison.»

M. Michaud ne cache pas que la situation actuelle a un impact sur les donations effectuées à la maison de soins palliatifs. «On avait beaucoup de dons provenant des familles endeuillées. Mais comme les familles ne se réunissent plus pour des funérailles, on en reçoit beaucoup moins. Les dons réguliers ont aussi fondu comme neige au soleil du printemps. En temps de crise, les gens pensent plus à se soucier de leur vie qu’à donner de l’argent», reconnaît-il.

Sans livrer de chiffres précis, le directeur général de la Maison La Cinquième Saison transmet que depuis une semaine, les dons ont baissé de façon draconienne. «Pour les deux trois prochains mois, je ne pense pas qu’on va avoir de problèmes mais ça pourrait être le cas à plus long terme. On espère que le gouvernement provincial va nous entendre.» En plus de représentations effectuées par Richard Michaud auprès du député provincial François Jacques, la Maison La Cinquième Saison doit acheminer une résolution en ce sens au ministère de la Santé. L’Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec assure aussi le suivi du dossier auprès de la ministre de la Santé, afin que les allocations gouvernementales versées aux maisons soient haussées pour pallier les pertes engendrées.

Et si jamais la situation commandait que la Maison héberge des personnes hospitalisées, afin de libérer des lits aux installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS pour accueillir des patients atteints du coronavirus? «On va collaborer comme on a toujours collaboré. On est là pour soigner les gens. Si ce ne sont pas des personnes en fin, ce sera d’autres types de résidents», conclut Richard Michaud.



Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
  • C'est la fin pour le Centre récréatif
    Actualités

    C'est la fin pour le Centre récréatif

    Rémi Tremblay / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Nouvelles mesures à la plage
  2. Sept ans après: un devoir de mémoire
  3. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
  4. Début de l’autocueillette
  5. Chantier du Pont de fer
  6. Montignac rend hommage à ses finissants
  7. Mesures de déconfinement estival
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur général
    Lac-Mégantic
  2. Inspecteur municipal
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Agente - Agent de communication
    Lac-Mégantic
  4. Mécanicien
    Lac-Mégantic
  5. Technicien - Service comptable aux entreprises
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises