L’héritage de Michèle Messina

L’héritage de Michèle Messina - Rémi Tremblay : Actualités Société
Yasmine, Uriah et Zinnia-Rose Messina-Perez, tenant la photo de leur mère, Michèle.
L’héritage de Michèle Messina - Rémi Tremblay : Actualités Société
Les participants à la cérémonie ont été invités à rencontrer les enfants de Michèle Messina.

Madame M est enfin libérée de l’obscurité de l’anonymat dont elle était maintenue prisonnière. Il y a un an, du fond de sa cellule de la prison Leclerc, à Laval, Michèle Messina faisait le choix de mourir pour qu’enfin la vérité de l’injustice dont elle était victime puisse commencer à se révéler. À ses trois enfants, Uriah, Yasmine et Zinnia-Rose, Sylvie Morin, celle qui l’a accompagnée pendant de longues années, a rappelé: «N’oubliez jamais la force que Michèle voulait vous transmettre.»

La cérémonie d’adieu prononcée à sa mémoire à l’église Ste-Agnès, le 7 novembre, à la demande du Centre des femmes de la MRC du Granit et devant un groupe restreint d’invitées, se voulait également un hommage à l’engagement de cette femme auprès de sa communauté d’accueil.

Sa dépouille avait été mise en terre à la paroisse Saint-Michel de Sherbrooke, en présence de quelques proches, l’an dernier. «Sa mort a été un choc. L’enterrement, on a gardé cela entre nous, dans l’intimité de la famille», raconte Yasmine. Entre quatre ou cinq personnes tout au plus assistaient à la cérémonie funèbre.

Cette fois, à Lac-Mégantic, dans cette ville où la mère et les enfants ont vécu les huit années de différentes péripéties judiciaires, la boucle a été bouclée. «On ne laissera rien finir en silence, promet le fils, Uriah. On lâche pas; on va continuer d’avancer; on laissera pas tout ça (être survenu) pour rien.»

La cérémonie religieuse, célébrée par l’abbé Francis Morency, a donné lieu à une succession de moments émouvants, durant les prises de parole. Sylvie Morin, la première. «Jamais je n’ai croisé quelqu’un d’aussi combatif. Un à un tu continuais ton chemin, tu perdais une bataille pour en gagner deux autres, puis en perdre à nouveau une autre et tout s’enchaînait «…» Jamais je n’oublierai ces paroles que tu disais : Je crois que la force qui nous permet d’endurer la souffrance est équivalente à notre volonté de survivre.»

«Je peux comprendre sa décision»

Canado-américaine native de l’Estrie, Michèle Messina s’était réfugiée au Québec avec ses trois enfants en 2010, puis à Lac-Mégantic l’année suivante.

À l’automne 2009, alors qu’elle avait déjà fui les violences de son mari, un Américain demeurant en Géorgie (États-Unis), elle avait reçu un appel de ses enfants en pleurs depuis un hangar désaffecté dans lequel ils s’étaient réfugiés, l’exhortant à venir les chercher. Leur père les violentait moralement et physiquement, de l’aveu même des enfants, alors mineurs, qui avaient témoigné pour elle en cour, au Québec. Les tribunaux de la Géorgie avaient pourtant accordé le droit de garde au père et réclamaient l’extradition de Michèle Messina pour y subir un procès pour l’enlèvement de ses enfants. Elle risquait 15 ans de prison.

En 2016, interpellée par des regroupements de femmes du Québec, La Bouée en tête avec sa directrice de l’époque, Sylvie Morin, la ministre de la Justice de l’époque, Jody Wilson-Rayboul, n’avait pu rien faire d’autre que de maintenir l’avis d’extradition. Entre-temps, Michèle Messina était assignée à résidence 22 heures sur 24, entre chacune des étapes du processus judiciaire qui lui apportait son lot d’espoirs et de désillusions.

«La vie entre ta maison qui était devenue aussi ta prison, les allers-retours au poste de police, puis la cour, puis la prison, le tout suivait son quotidien dans l’attente d’un autre appel ou sans crier gare ce coup de fil arriverait, celui que tu redoutais, celui qui t’incarcèrerait de nouveau», a exprimé Sylvie Morin, samedi.

Yasmine, qui vit aujourd’hui à Québec, où elle poursuit ses études, garde de sa mère que de précieux souvenirs. «Ma mère était drôle, avec son énergie contagieuse.» Une bonne cuisinière, également, et «une bonne enseignante pour ses enfants. Une bonne amie, une bonne mère… J’ai toujours des questions à te poser, j’ai toujours besoin de conseils à te demander… J’ai besoin des réponses de ma mère, et la réponse du silence me fait réaliser à quel point tu nous manques! Mais, je peux comprendre sa décision. Elle est en sécurité, ma mère, avec son papa.»

Un documentaire sera produit pour raconter ce long combat d’une femme victime de violence que le système de justice a trahie.




 

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Fromagerie La Chaudière: achat de 10,5 M$ d’équipements pour améliorer le rendement
    Actualités Économie

    Fromagerie La Chaudière: achat de 10,5 M$ d’équipements pour améliorer le rendement

    Rémi Tremblay / 29 février 2024
  • Démolition du chalet de pierre à la Station Baie-des-Sables
    Actualités

    Démolition du chalet de pierre à la Station Baie-des-Sables

    Claudia Collard / 27 février 2024
  • Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»
    Culture Humour

    Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»

    Claudia Collard / 26 février 2024
  • Feu de résidence rue Champlain
    Actualités Faits divers

    Feu de résidence rue Champlain

    Rémi Tremblay / 22 février 2024
  • L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie
    Actualités Société

    L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie

    Claudia Collard / 21 février 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Fromagerie La Chaudière: achat de 10,5 M$ d’équipements pour améliorer le rendement
  2. Le Nœud, une joute verbale épique
  3. Hommage à L’Écho à la Chambre des communes
  4. Démolition du chalet de pierre à la Station Baie-des-Sables
  5. Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»
  6. Feu de résidence rue Champlain
  7. L’aide alimentaire, pour reprendre du pouvoir sur sa vie
Virage numérique sans déraper
Simon Leblanc fait salle comble pour le rodage de «Présent»
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. EMPLOYÉ DE TRAVAUX PUBLICS
    Frontenac
  2. conseiller.ère aux entreprises
    Lac-Mégantic
  3. Employé de voirie et des travaux publics
    Marston
  4. Agent à l’environnement (escouade verte)
    Nantes
  5. Animateur pour le service d’animation estivale de Nantes
    Nantes
Répertoire des entreprises