Oscar Brochu

Voie de contournement: les citoyens concernés loin d’être rassurés

Voie de contournement: les citoyens concernés loin d’être rassurés - Rémi Tremblay : Actualités Sécurité ferroviaire Voie de contournement

La période de consultation publique de Transports Canada sur le projet de construction de la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic prend fin aujourd’hui, le 4 février. Un moment fort, la participation de citoyens et organismes à la séance d’information virtuelle qui s’est tenue le 27 janvier. Les citoyens concernés par des expropriations le long du tracé retenu ne semblent pas avoir été rassurés, bien au contraire. 


Dans son mémoire déposé à Transports-Canada et à l’Office des transports du Canada, la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic qualifie d’«autoroute de transport de matières dangereuses» le projet de voie de contournement et se positionne en complet désaccord avec le plan d’exploitation préliminaire déposé par le Canadien Pacifique, mis en ligne récemment par Transports-Canada. «Est-il nécessaire de rappeler que l’acceptabilité sociale de ce tracé de voie de contournement est actuellement en forte chute auprès de la population de la région de Lac-Mégantic? Cette perte d’adhésion s’accentue depuis que toutes les demandes répétées de modifications au tracé déposées par les municipalités de Nantes et de Frontenac et leurs citoyens ont été rejetées du revers de la main par les instances décisionnelles», transmet son porte-parole Robert Bellefleur.

Sur la limitation de vitesse proposée sur la future voie de contournement, la Coalition appuie sur le frein et annonce ses couleurs: «Advenant que le CP maintienne son exigence d’une vitesse de 40 mph de ses trains sur le tracé projeté de la voie de contournement incluant les zones habitées et le parc industriel de Lac-Mégantic, la Coalition défendra la conception et la construction rapide d’un nouveau tracé beaucoup plus au nord-est des municipalités de Nantes, Lac-Mégantic et Frontenac dans une zone non habitée à l’abri d’éventuelles autres catastrophes ferroviaires.»

Sylvain Côté, un des propriétaires touchés par l’expropriation, s’est prêté à l’exercice de la consultation publique, mais il n’en sort pas rassuré pour autant. Sa requête de retarder la rencontre pour qu’elle soit tenue en présentiel n’a pas été entendue. «Ce qui devait être une consultation n’en était pas une, c’était une présentation qui était écrite sur le power point. On a rarement répondu aux questions directement. Pas de plan final, aucune autorisation de l’Office des transports du Canada et on veut commencer les travaux au printemps?»

Raymond Savoie, un exproprié de la rue Wolfe, voit apparaître ce qu’il nomme «un début de tragédie». «Transports Canada m’avait donné trois choix : déménager ma maison, la défaire bloc par bloc de granit et la reconstruire, ou encore bâtir une maison neuve avec de la pierre en avant et du plastique pour le reste. Et maintenant, il n’est plus question de choix, car TC a décidé qu’ils défont ma maison et ma grange, alors que le terrain n’est même pas arpenté.»

L’humeur de Rita Boulanger n’est pas meilleure. «Nous réclamons une réunion publique. Nous voulons voir les plans en trois dimensions accrochés au mur. Il y a moyen de faire une réunion en présentiel, leur lance-t-elle, car vous êtes venus plusieurs fois à la maison et nous étions en période de COVID. Nous avons eu des travailleurs de partout durant tout l’été et ça ne dérangeait personne. Nous méritons une réunion publique car nous voulons essayer encore une fois de comprendre.» Les résultats des nombreux forages exécutés sur le terrain de M. Savoie et ailleurs, le long du tracé, l’inquiètent. «Le rapport d’études des travaux de forage tarde à venir comme promis et pourtant, nous connaissons très bien le contenu de chaque «carotte» prise sur notre terre et celles des autres terres concernées. Nous sommes tous dans l’argile, la foreuse est même restée enlisée plusieurs fois, mais ça, on n’en parle pas. Pourquoi ? Tout cela pendant que de plus en plus de monde manque d’eau potable.» Elle raconte qu’au cours de l’un de ces forages, «l’eau jaillissait du tuyau et les archéologues ont dû cesser leurs travaux car la nappe phréatique remplissait leurs trous de recherches et les transformaient en trous de bouette argileuse. Les foreurs eux-mêmes disaient que c’était impossible de bâtir un pont ici.» 

Pour Kurt Lucas, un propriétaire de terrains sur Lafontaine, «OTC ne doit pas donner son approbation au projet qui est rempli de failles et d’incohérence et va à l’encontre de la loi car il est clair que le gagnant ici c’est le CP. Comment peut-on accepter d’exproprier des gens si on ne peut pas démontrer l’indépendance et le sérieux du projet.» Le citoyen a même soulevé le possible conflit d’intérêts: «TC est responsable (en partie) de la tragédie, TC est le promoteur du projet, TC mène la consultation publique et TC est l’expropriateur.» TC nie tout conflit d’intérêts.

Parmi les révélations de la séance d’information, une somme de 40 M$ aurait déjà été engagée à ce jour pour le projet, dont l’achat des structures d’acier pour la construction du futur pont ferroviaire au-dessus de la rivière Chaudière. Ce qui n’a aucun sens, croit Kurt Lucas : «CP a dit durant la consultation que la construction débutera au printemps. Pourtant, aucun permis n’a encore été donné.»

Activement impliqué dans le dossier, Sylvain Côté est partisan de la ligne «on arrête tout et on recommence et on consulte la population» quitte à ce que ce soit par une démarche référendaire. «Un tracé qui va être profitable aux trois municipalités, pas juste profitable à une compagnie qui achète à coup de milliards de $$$ un autre réseau ferroviaire américain (Kansas City), qui a refusé de reconnaître sa responsabilité dans cette tragédie, qui est en procédure judiciaire pour un recours collectif. Comment nos gouvernements peuvent-ils être à genoux devant cette compagnie et faire un cadeau de combien de centaines de millions $$$$ et ne pas être à l’écoute des gens qui vont payer de leurs impôts?», commente-t-il sur Facebook.

Dans la population, le vent tourne. Sur les réseaux sociaux, plusieurs citoyens questionnent le projet.

 Pour sa part, le député de Mégantic-L’Érable, Luc Berthold, a encore une fois déploré le manque de transparence du ministre des Transports dans le dossier de la voie de contournement. «Alors que Transports Canada avait promis de collaborer avec l’UPA Estrie et le Syndicat des propriétaires forestiers du Sud du Québec pour les démarches d’acquisition de terrains visés par le tracé de la voie de contournement, on apprend que dans une lettre envoyée par eux au ministre Omar Alghabra qu’ils ont été complètement ignorés dans le processus. Le ministre devrait accepter la main tendue des intervenants de la région et favoriser la collaboration.» 

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Christian-Marc Gendron: que du bonheur!
    Culture Musique

    Christian-Marc Gendron: que du bonheur!

    Rémi Tremblay / 4 octobre 2022
  • Un livre de recettes de la diversité culturelle
    Actualités Société

    Un livre de recettes de la diversité culturelle

    Rémi Tremblay / 4 octobre 2022
  • Demi-marathon deviendra grand!
    Sports

    Demi-marathon deviendra grand!

    Claudia Collard / 3 octobre 2022
  • Mégantic: surtout une bataille pour le 2e rang
    Actualités Politique

    Mégantic: surtout une bataille pour le 2e rang

    Rémi Tremblay / 3 octobre 2022
  • MOUV apporte sa contribution à JEVI
    Actualités Société

    MOUV apporte sa contribution à JEVI

    Rémi Tremblay / 28 septembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Christian-Marc Gendron: que du bonheur!
  2. Un livre de recettes de la diversité culturelle
  3. Demi-marathon deviendra grand!
  4. Mégantic: surtout une bataille pour le 2e rang
  5. Le plein de couleurs à la Galerie Métissage
  6. MOUV apporte sa contribution à JEVI
  7. Le Sauro, version améliorée
«Pis, ça avance ?»
Le Méganticois qui rock du country
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur Général et greffier-trésorier
    Lambton
  2. Directeur(trice) général(e) et greffier(ère)
    Courcelles
  3. Inspecteur en bâtiment et en l’environnement
    Nantes
  4. Appariteur-concierge
    Lac-Mégantic
  5. ADJOINT.E EXÉCUTIF.VE À LA DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises