SCF Conseils

Incursion au cœur du théâtre de création

Incursion au cœur du théâtre de création - Claudia Collard : Culture Théâtre

L’animateur Alexandre Cadieux ainsi que les comédiens Joëlle Paré-Beaulieu et Sébastien Rajotte.

La dramaturgie québécoise traverse les époques, s’imprégnant des courants qui caractérisent chacune d’entre elles. Le soir du 14 avril, le public de la Salle Montignac a eu droit à cette expédition au cœur du théâtre de création, à travers 11 extraits choisis d’œuvres datant de 1948 à 2011. Ce moment d’histoire vivant et vibrant était présenté par Les Voyagements, avec Alexandre Cadieux à l’animation et l’apport des comédiens Joëlle Paré-Beaulieu et Sébastien Rajotte.

Chacune des lectures était précédée d’une présentation des influences historiques et sociologiques de la période représentée. De Ti-Coq (Gratien Gélinas, 1948) à Tom à la ferme (Michel Marc Bouchard, 2011), on se plonge dans un Québec d’après-guerre aux fortes influences religieuses, qui se libère peu en peu, en même temps qu’une langue qui se transforme, s’inventant même par moments.

Une période d’échanges suivait la présentation, à laquelle assistaient presqu’essentiellement des spectateurs de plus de 50 ans. À notre époque où la rectitude gagne du terrain, peut-on encore tout dire au théâtre? «Je ne sens pas qu’on ne peut plus rien dire, au contraire. On invente une nouvelle façon de nommer la réalité qui est la nôtre, qui parfois est polarisante mais il y a aussi un plaisir à investir ces réalités, à la structurer, à les explorer. Ça ne m’inquiète pas», a transmis Alexandre Cadieux.

Pour celui qui est aujourd’hui responsable du centre de documentation au Centre des auteurs dramatiques, chaque moment d’histoire fait face à ses défis et «chaque génération d’auteurs et d’autrices choisit de s’y confronter», transmet M. Cadieux, qui se dit optimiste pour la suite.

«C’est même surprenant de se rendre compte que, peu importe les mots et la langue, les tenants et les sujets qu’on aborde sont les mêmes; l’amour perdu, la désillusion, le sort de la femme par rapport à ses aspirations et la réalité… on voit beaucoup de lieux communs», partage de son côté Joëlle Paré-Beaulieu. Pour la comédienne, le fait d’interpréter les textes uniquement avec la voix revêt des particularités intéressantes. «On est près du radiothéâtre; il y a quelque chose de très pur, pour nous aussi c’est vraiment apprécié de faire ça», soulève celle qui a interprété Marie-Ange dans l’extrait de Ti-Coq, «un casting qu’on ne donnerait pas à une femme de 40 ans.»

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Des éloges pour Gino Chouinard
    Actualités

    Des éloges pour Gino Chouinard

    Rémi Tremblay / 24 juillet 2024
  • L’Acadie à Piopolis
    Culture Musique

    L’Acadie à Piopolis

    Rémi Tremblay / 24 juillet 2024
  • Brocanteur à la recherche d’une relève
    Actualités

    Brocanteur à la recherche d’une relève

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
    Actualités

    Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne

    Rémi Tremblay / 18 juillet 2024
  • Le plein d’art à Piopolis cet été
    Culture

    Le plein d’art à Piopolis cet été

    Claudia Collard / 18 juillet 2024
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Des éloges pour Gino Chouinard
  2. Impact rue Salaberry
  3. L’Acadie à Piopolis
  4. Jeffrey Marcus en concert
  5. Soirée vivifiante avec Génération Rock
  6. Brocanteur à la recherche d’une relève
  7. Rencontre pour les 35 ans de l’Érable et le Chêne
La lumière jaune
Le plein d’art à Piopolis cet été
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Journalier, chauffeur et opérateur en voirie
    Nantes
  2. Ébouteur
    Woburn
  3. Chauffeur Classe 1 ou 3
    Lac-Mégantic
  4. EMPLOYÉ AUX TRAVAUX PUBLICS
    Frontenac
  5. EMPLOYÉ À L’ENTRETIEN DES PARCS, DES INFRASTRUCTURES ET DES BÂTIMENTS
    Frontenac
Répertoire des entreprises