Risquer la paix

Barak Obama a choisi de prendre, avec Cuba, le risque de la paix plutôt que celui de la guerre. Le premier choix demande plus de courage que le second. Et porte toujours, à terme, plus de fruits.

Dans un monde où les intérêts du «complexe militaro-industriel» (l’appellation n’est pas de moi mais du président et général américain Eisenhower) dictent le plus souvent les décisions de politique étrangère, il est terriblement difficile, même pour un homme aussi puissant qu’un président américain, d’oser choisir la paix.

Le président Kennedy, avant lui, en avait payé le prix. Durant la «crise des missiles à Cuba» d’octobre 1962, il avait osé tenir tête à ses conseillers militaires et, à l’invitation du Pape Jean XXIII et de son émissaire secret, le journaliste Norman Cousins, privilégier plutôt la négociation avec l’ennemi russe et son président Khrouchtchev. Ce succès du choix de la diplomatie, suivi de la main tendue par Kennedy à la Russie dans son discours sur la paix à l’American University de juin 1963 aboutira à son assassinat, moins de six mois plus tard, le 22 novembre à Dallas (voir Kames Douglass, JFK et l’Indicible, Pourquoi il a été assassiné, Éditions Demi-Lune, 2013).

Choisir de faire confiance, plutôt que de se méfier, comporte un risque. Un risque que l’Occident vient d’accepter de prendre en signant l’accord sur le nucléaire avec l’Iran. Un risque que le nouveau président Obama avait offert de prendre avec le monde musulman dans son grand discours du Caire en juin 2009, qui lui avait même valu le Prix Nobel de la paix en fin d’année. Un risque qu’Obama n’a cependant pas osé, su ou pu prendre à plusieurs reprises au cours de ses huit années à la Maison Blanche. Mais un risque avec lequel il a choisi de «signer» en quelque sorte sa présidence, renouant par là avec les espoirs qu’avait suscités son élection.

Que le dernier jour de la visite historique du président Obama à Cuba coïncide avec le terrible attentat terroriste commis à Bruxelles par le groupe armé État Islamique est un puissant symbole : quand allons-nous, pour résoudre nos nombreux, inévitables et difficiles conflits, choisir à notre tour de privilégier le risque de la paix à celui de la guerre ?

Dominique Boisvert
Scotstown

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
    Culture Théâtre

    Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité

    Claudia Collard / 5 décembre 2022
  • Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
    Actualités Santé

    Maison des aînés: bientôt les appels d’offres

    Rémi Tremblay / 30 novembre 2022
  • Dossier Maxi: nouvelle rencontre de conciliation le 5 décembre
    Actualités Économie

    Dossier Maxi: nouvelle rencontre de conciliation le 5 décembre

    Claudia Collard / 29 novembre 2022
  • Bénévoles recherchés à la Maison La Cinquième Saison
    Actualités Société

    Bénévoles recherchés à la Maison La Cinquième Saison

    Claudia Collard / 29 novembre 2022
  • Conflit chez Maxi: le syndicat attend une réponse de Loblaw
    Actualités Économie

    Conflit chez Maxi: le syndicat attend une réponse de Loblaw

    Claudia Collard / 28 novembre 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
  2. Conférence d’une survivante le 6 décembre
  3. Activité créative inspirée des œuvres de Louise Latulipe
  4. Junior A: défaite en prolongation
  5. Damoizeaux, ou l’hybridation des styles
  6. Encan des œuvres de Gaston Quirion au profit de la Banque alimentaire
  7. Maison des aînés: bientôt les appels d’offres
Le malaise
Becoming Chelsea: déroutant d’ingéniosité
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Découpage, collage et emballage de médaillons de porcelaine
    Lac-Drolet
  2. Camionneur
    Woburn
  3. intervenant social/intervenante sociale
    dans la MRC du Granit
  4. Moniteur(e) de ski de fond
    Lac-Mégantic
  5. Moniteur(e) de planche a neige
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises